Retraites complémentaires : pourquoi les salariés vont travailler plus longtemps

C'est une innovation dont on n'attend pas beaucoup d'économies à court terme, mais qui pourrait transformer en profondeur les départs à la retraite. Un peu plus de trois ans après avoir été décidé, le bonus-malus temporaire va entrer en vigueur à l'Agirc-Arrco. Les affiliés au régime complémentaire des salariés du privé qui liquident leurs droits à pension à partir du 1er janvier prochain pourront se voir appliquer des « coefficients de solidarité » et « coefficients majorants » - à condition toutefois qu'ils ne soient pas nés avant 1957. L'objectif du Medef, qui a conditionné sa  signature de l'accord Agirc-Arrco de 2015 à l'adoption de ce bonus-malus, était d'inciter les travailleurs à retarder leur départ à la retraite, pour qu'ils cotisent plus longtemps et coûtent moins cher en pensions. Il voulait surtout donner un signal au régime de base sur  la nécessité de décaler l'âge minimum au-delà de 62 ans .

Lire la suite

Source : Les Echos