70% des français considèrent la santé comme la première de leurs préoccupations !

Quand la lutte contre l'obésité devient cause nationale

Rendre l'étiquetage alimentaire et le Nutriscore obligatoire à l'échelle européenne, c'est l'une des mesures symboliques qui a marqué le  discours de politique générale d'Edouard Philippe  de ce mercredi. Mais celle-ci s'inscrit dans un cadre plus large de lutte contre l'obésité, érigée en « objectif national » par le Premier ministre. Déjà au mois de mars dernier, le Comité interministériel sur les questions de santé avait annoncé son objectif de diminuer de 15 % l'obésité d'ici 2023.

 

En France, près d'un adulte sur deux est en surpoids, et 17 % en situation d'obésité d'après  les dernières estimations de Santé publique France . A l'étranger, la question préoccupe aussi et plusieurs pays ont mis en place plusieurs mesures, qui ont plus ou moins fait leurs preuves.

Lire la suite

Source : Les Echos


Organoïde : le tissu graisseux humain a été reproduit en 3D en laboratoire

Du tissu adipeux humain a été reproduit dans toute sa complexité dans un laboratoire par les chercheurs de l'Inserm, du CNRS, de l'université Toulouse III-Paul-Sabatier, de l'Établissement français du sang et de l'École nationale vétérinaire de Toulouse (ENVT). Cet organoïde permettra d'étudier des maladies telles que l'obésité ou le diabète de type 2, en limitant les tests sur les animaux, d'après la publication parue dans la revue Scientific Reports.

Un organoïde est une version miniature d'un organe, qui reproduit son organisation cellulaire spécifique.

Les cultures cellulaires en 3D, nécessaires pour être au plus proche de l'organisation réelle d'un organe, sont complexes à obtenir. Car dans un organe, toutes les cellules sont entourées d'un environnement complexe et sont dispersées géométriquement dans un...

Lire la suite

Source : Sciences & Avenir


Start-up et investisseurs font converger Silver économie et e-santé

Depuis l'acquisition de la start-up niçoise Nively par le groupe Waldner fin 2018, suivie de près par celle de la biotech sophipolitaine TxCell passée sous le pavillon américain de Sangamo pour une valorisation de 70 millions d'euros, c'est l'effervescence dans l'e-santé azuréenne. « Je découvre la pertinence de cet écosystème », constate David Simplot, nouveau directeur du centre de recherche Sophia Antipolis - Méditerranée de l'Inria, dont les travaux contribuent au premier chef dans l'élaboration de technologies d'IA, de gestion de big data, de biologie numérique et d'imagerie médicale, dont les start-up de la santé numérique sont friandes.

L'environnement sophipolitain, c'est d'abord une culture de la recherche entraînée par de puissantes locomotives industrielles et une couverture très exhaustive du secteur. Une cartographie réalisée par la CCI Nice Côte d'Azur donne la mesure de la filière classée...

Lire la suite

Source : Les Echos


Sécurité sociale : le déficit replonge

Revenu l'an dernier à son plus bas niveau en deux décennies, le déficit de la Sécu "se creuserait" de nouveau en 2019, entre 1,7 et 4,4 milliards d'euros, selon une synthèse de la Commission des comptes dont l'AFP a obtenu copie lundi.

En septembre 2018, Agnès Buzyn et Gérald Darmanin annonçaient fièrement un déficit au plus bas depuis 2001 (-1,2 milliard d'euros) et prévoyaient, enfin, le retour à l'équilibre pour 2019.

Mais le vent a tourné et la promesse s'est fracassée sur la réalité du ralentissement économique et des chères concessions aux "gilets jaunes".

Selon la Commission des comptes, cette rechute "résulte pour l'essentiel d'une croissance de la masse salariale (...) nettement inférieure à la prévision initiale" du gouvernement.

Au lieu des 3,5% espérés à l'automne, Bercy ne table plus que sur une progression de...

Lire la suite

Source : Medisite


La chimiothérapie par aérosol, source d'espoir pour les malades du cancer

"La chimiothérapie classique, c'était atroce... Avec ce traitement, j'ai de l'espoir" : la chimiothérapie par aérosol est une technique encore à l'essai mais prometteuse pour les victimes de certains cancers, provoquant moins d'effets secondaires tout en étant accessible aux patients les plus faibles. Quelques heures avant de passer au bloc, Jacques Braud attend dans sa chambre, étonnamment détendu, un livre à la main. Il en a vu d'autres : du haut de ses 76 ans, le malade souffrant d'un cancer de l'estomac - qui a atteint deux autres organes - entame sa deuxième chimiothérapie. Mais avec une différence cette fois. Il bénéficie au centre Georges-François Leclerc de Dijon, un des sept hôpitaux à la pratiquer en France, d'une toute nouvelle technique mise au point depuis 2013 en Allemagne : la Chimiothérapie IntraPéritonéale Pressurisée par Aérosols, aussi appelée Pipac.

 

Lire la suite

Source : Sciences & Avenir


USA : les "non-médecins" autorisés à pratiquer des avortements

Si plusieurs états américains ont restreint le droit à l'interruption volontaire de grossesse (IVG), la gouverneur du Maine, Janet Mills, a pour sa part signé un décret facilitant l'accès à l'avortement. Ce texte, porté par Sara Gideon présidente de l'Assemblée de l'état américain, permet aux professionnels de santé qui ne sont pas médecins comme les infirmières et les assistants médicaux de pratiquer la procédure.

La gouverneur a expliqué dans un communiqué publié le 10 juin 2019 : “permettre aux professionnels de santé qualifiés et agréés de pratiquer des avortements, assurera que les femmes du Maine - et plus particulièrement celles qui habitent dans des zones rurales - aient un accès aux services essentiels de santé en matière de procréation quand et où elles ont besoin d'un professionnel qualifié, qu'elles connaissent et en qui elles ont confiance”.

Lire la suite

Source : e-sante.fr


E-santé : la start-up française Lifen lève 20 millions d’euros

Un peu plus d’un an après avoir fait sa première levée de fonds (7,5 millions d’euros), la start-up française Lifen réitère l’opération. Jeudi 13 juin, elle annonce un tour de table lui permettant de réunir 20 millions d’euros. Les fonds Partech, Idinvest Partners, Majycc eSanté Invest, et les investisseurs historiques de la société, Serena Capital et Daphni vont y prendre part.

 

Créée par Franck Le Ouay, l’un des cofondateurs de Criteo, avec d’autres personnalités dont l’ancien ministre de la santé Philippe Douste-Blazy, la start-up s’est spécialisée dans la communication de documents médicaux entre professionnels de la santé. « On a des praticiens très compétents mais un système informatique qui n’est pas à la hauteur, complètement fragmenté, avec des centaines de logiciels qui ne se parlent pas entre eux.

Lire la suite

Source : Le Monde


Walmart, Merck, IBM et KPMG vont créer une blockchain de traçabilité des médicaments

Ces entreprises ont précisé qu'elles allaient collaborer avec le cabinet de conseil KPMG pour créer un réseau à base de blockchain permettant de tracer en temps réel le parcours des médicaments dans la chaîne d'approvisionnement et de distribution du secteur pharmaceutique aux Etats-Unis.

 

L'objectif est de disposer d'informations plus fiables et rapides, via la transparence et l'inviolabilité supposées de la technologie blockchain, pour s'assurer que les médicaments sont manipulés correctement et conservés à la bonne température.

 

Ce projet a été mis en place dans le cadre d'une loi destinée à lutter contre la contrefaçon, le vol, la contamination et la nocivité des médicaments.

Lire la suite

Source : Usine Nouvelle


Carrefour se dote d'une «mission»: assurer une alimentation de qualité «pour tous»

Carrefour est devenue vendredi une «entreprise à mission», se fixant celle de «proposer à (ses) clients des services, des produits et une alimentation de qualité et accessibles à tous», en ligne avec la stratégie amorcée depuis un an et demi par son PDG, Alexandre Bompard.

 

Réunis en assemblée générale vendredi matin à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), les actionnaires du groupe français de distribution ont voté à 97,72% l'inscription, en préambule des statuts de la société, d'une «raison d'être».

«Notre mission est de proposer à nos clients des services, des produits et une alimentation de qualité et accessibles à tous à travers l'ensemble des canaux de distribution. Grâce à la compétence de nos collaborateurs, à une démarche responsable...

 

Lire la suite

Source : Le Figaro


Capteurs connectés, intelligence artificielle: pas sans médecin, disent les patients

Les trois quarts des patients refuseraient que certains diagnostics ou actes de soins soient entièrement réalisés via l'intelligence artificielle et les objets connectés, sans l'intervention d'un médecin ou d'un autre professionnel de santé, montre une étude publiée vendredi.

Les patients qui s'y montrent réticents craignent que les décisions des machines soient moins pertinentes que celles des humains, et se méfient des risques de piratage de leurs données numériques de santé.

 

Interrogés sur leur volonté d'adopter ou de rejeter quatre outils basés sur l'intelligence artificielle, 35% ont déclaré qu'ils refuseraient au moins l'un d'entre eux et 41% ne les adopteraient "qu'à la condition que leur utilisation soit contrôlée par un être humain".

Lire la suite

Source : La Dépêche


Facebook va mettre en lien donneur de sang et points de collecte

Facebook sait en temps réel où se trouvent ses utilisateurs, alors autant que ce soit utile. Le réseau social va maintenant jouer un rôle dans la mise en relation entre bénévoles potentiels et centres de don du sang. Depuis le 12 juin 2019, les points de collecte de don du sang sont autorisés à envoyer des notifications aux internautes qui ont fait part de leur souhait de devenir bénévoles sur Facebook. Une mesure mise en place dans plusieurs grandes villes des États-Unis, comme New York, Chicago, Washington, San Francisco ou Baltimore. Deux organisations officielles sont partenaires du projet, la Croix rouge américaine ainsi que Vitalant, une ONG spécialisée dans le don du sang.

"Trouver des donneurs est un problème universel"

Aux États-Unis, chaque utilisateur peut désormais se déclarer donneur de sang sur Facebook, une fonctionnalité qui n'existe pas pour l'instant en France. 

Lire la suite

Source : Sciences & Avenir


Dix géants de la pharmacie s'allient pour optimiser les IA de découverte de médicaments

Pour améliorer un modèle de machine learning efficace pour la découverte de médicaments, mieux vaut l'entraîner avec un maximum de molécules différentes. Mais comment faire, lorsque les informations sur les molécules elles-mêmes sont des secrets industriels que chaque entreprise concurrente garde jalousement pour soi ?

C’est pour répondre à ce défi que la Fédération européenne des industries et des associations pharmaceutiques (EFPIA) et l’Innovative Medicines Initiative (IMI) ont annoncé le 3 juin la création d’un nouveau consortium de recherche visant à élaborer de meilleurs modèles prédictifs pour la découverte de nouveaux médicaments.

 

Lire la suite

Source : L'Usine Nouvelle


Le Leem lance son Hackathon « prévention en santé » du 5 au 7 juillet 2019

Le Leem en partenariat avec Pépite France (Ministère de l’enseignement supérieur de la Recherche et de l’Innovation), organise le premier Hackathon des entreprises du médicament sur la « Prévention en Santé ». L’objectif de ces 3 jours : permettre à 150 personnes de réfléchir et d’échanger pendant 72 heures non-stop, sur des problématiques concrètes de santé publique.

 

Mieux vaut prévenir que guérir ! De l’éducation sanitaire, au travail autour du diagnostic, en passant par l’accompagnement et le suivi médical, la prévention santé s’intègre dans la vie quotidienne de tout à chacun, dans le parcours de soin des patients et dans le quotidien des professionnels de santé. Afin d’améliorer la prévention, toutes les ressources sont à mobiliser : intelligence artificielle, applications, accompagnement...

Lire la suite

Source : MyPharma Editions


L'américain Merck tente une OPA sur le marché de la cancérologie

La Conférence annuelle de l'American Society of Clinical Oncology qui s'est achevée mardi à Chicago  aura été celle des confirmations plus que des nouveautés . Confirmation en particulier du  rôle central de l'immunothérapie même si les autres approches, notamment les thérapies ciblées (encore 70 % du marché) n'ont pas dit leur dernier mot. Cette confirmation accentue les tendances ébauchées les années passées sur le plan industriel.

 

L'américain Merck (MSD en Europe) apparaît comme la star incontestée de cette nouvelle ère. Avec plus de 1.000 essais cliniques terminés ou en cours, menés avec le Keytruda, seul ou en combinaison avec d'autres produits, dans plus de 18 indications et 11 types de cancers, le laboratoire avance comme un rouleau compresseur. « Nous avons une bonne...

Lire la suite

Source : Les Echos


Ellcie-Healthy renforce l'intelligence artificielle de ses lunettes

Bourrées de capteurs et issues de trois ans de R&D, les lunettes Prudensee, nées à Nice, font plus que permettre de bien voir, elles sont aussi capables de lutter contre l’endormissement au volant et de prévenir en cas de chute. Des nouveaux usages qui intéressent les géants du secteur de l’optique.

Philippe Peyrard sait ce qu'il veut. L'idée de faire d'une apparente simple paire de lunettes, un objet connecté a germé dans son esprit, il y a plusieurs années déjà, lorsqu'il était le PDG d'Atol. C'est d'abord au sein du CEEI de Nice que la startup, née en mai 2016, développe le concept et se rapproche de différents laboratoires, afin de rendre ses lunettes intelligentes - plus précisément les montures - capables d'adresser correctement les usages visés et d'être dotées d'une silhouette pas si éloignée que cela des lunettes classiques. C'est avec l'INRIA, qu'algorithme et modélisation sont mis au point. Avec le...

Lire la suite

Source : La Tribune


Sanofi lance une application pour aider à gérer son diabète en voyage

Sanofi lance DiabVoyage®, la 1ère application mobile pour aider à gérer son diabète en voyage. Cette innovation e-santé a été développée par Sanofi en partenariat avec l’association World Diabetes Tour. Elle centralise les informations, les conseils et les documents nécessaires à la bonne préparation et au bon déroulement des voyages des personnes diabétiques.

 

En 2015, la France comptait 3,5 millions de personnes diabétiques traitées (soit 5,4% de la population). Pour ces personnes, maintenir un équilibre glycémique est un exercice difficile au quotidien et l’est davantage lorsqu’elles envisagent de voyager. Les changements de repères ont un impact conséquent dans la gestion du quotidien des personnes diabétiques, de type 1 comme de type 2, astreintes à des prises de traitement...

Lire la suite

Source : MyPharma Editions


Chine : un robots pour surveiller la santé des enfants

La Chine a trouvé un nouveau domaine d’utilité à la robotique : détecter les signes de maladie, même à leur stade précoce, chez les enfants. C’est pourquoi, sur le territoire chinois, environ 2.000 écoles maternelles font passer les élèves âgés de 2 à 6 ans devant un robot carré aux couleurs vives du nom de Walklake.

 

LE BUT DE LA MANŒUVRE ?

 

Walklake est un robot qui a été développé dans le but d’effectuer des examens de santé dans un environnement scolaire et de prévenir les apparitions des premiers symptômes des maladies les plus courantes comme la fièvre ou la toux et d’éviter que cela ne se propage aux autres élèves et à tout l’établissement scolaire.

Lire la suite

Source : Dailygeekshow


Dérembourser ou non l'homéopathie ? Le dénouement est proche

Dernière ligne droite avant le verdict sur un éventuel déremboursement de l'homéopathie : la Haute autorité de santé (HAS) publiera son avis définitif le 28 juin 2019 et il reviendra ensuite au gouvernement de trancher cette question très polémique. La commission de la transparence de l'organisme public auditionnera les trois laboratoires concernés (Boiron, Lehning et Weleda) le 12 juin 2019 pour entendre leurs arguments. Elle adoptera ensuite son avis le 26 juin, avant de le rendre public le 28, selon le calendrier communiqué jeudi 6 juin par la HAS.

 

Controversée au sein du corps médical, l'homéopathie consiste à administrer des substances en quantité infinitésimale, dans l'espoir de soigner certaines affections. Certains médicaments sont remboursés à 30% par la Sécurité sociale, bien que leur...

Lire la suite

Source : Sciences & Avenir


La télémédecine : une autre façon de consulter pour les seniors

"Medadom" est une application web et mobile qui met en relation patients et professionnels de santé pour des visites à domicile et téléconsultations, dans les meilleurs délais.   

 

La vidéo consultation ne peut remplacer le rôle de votre médecin traitant qui est indispensable pour assurer un parcours de soins coordonné.

Qu’est-ce qu’une téléconsultation ?

Une téléconsultation est une consultation vidéo avec un médecin via des outils digitaux : ordinateur, tablette, smartphone équipés d’un micro et d’une caméra en marche.

Quand faire appel à la téléconsultation Medadom ? Quand vous le souhaitez sauf en cas d’urgence vitale où vous devez contacter le 15.

Lire la suite

Source : France Info


Opiacés : un labo américain paiera 225 millions de dollars

Le laboratoire pharmaceutique américain Insys, dont les dirigeants avaient été reconnus coupables d'avoir payé des médecins pour qu'ils prescrivent des opiacés, a accepté de payer 225 millions de dollars dans le cadre d'un accord à l'amiable avec le ministère de la Justice américain.

Ce paiement, qui s'étalera sur cinq ans, mettra fin à toutes les plaintes du gouvernement, au pénal et au civil, visant le fabricant du spray Subsys au fentanyl, un opiacé à la puissance 50 à 100 fois supérieure à la morphine, a indiqué le ministère mercredi dans un communiqué.

"Pendant des années, Insys s'est conduit de façon illégale, en donnant la priorité aux profits sur la santé de milliers de patients", a déclaré le procureur fédéral du Massachusetts Andrew Lelling, cité dans le communiqué.

Lire la suite

Source : Medisite


Google a mis au point une IA pour détecter le cancer du poumon

Le cancer du poumon est le cancer qui entraîne le plus de mortalité dans le monde. Chaque année, 1,7 million de personnes en décèdent selon les chiffres de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Une fois détecté, le pronostic vital est souvent mauvais, d'où l'importance de le dépister le plus tôt possible. Pour identifier les tumeurs, les radiologues observent les imageries médicales, le plus souvent des scanners, qu'ils complètent d'une biopsie (un geste assez lourd qui consiste à prélever du tissus suspect) pour valider leur diagnostic. Pour gagner en précision et en rapidité, l'intelligence artificielle est de plus en plus utilisée dans le domaine de la radiologie. Si bien que Google a annoncé avoir mis au point un logiciel capable de reconnaître les tumeurs dans le cancer du poumon avec plus d'efficacité que les médecins eux-mêmes. Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue spécialisée Nature. 

Lire la suite

Source : Sciences & Avenir


Voici comment la Apple Watch couvre toutes les bases de la santé connectée

Dans un monde où les problèmes de santé ne cessent de croître, chaque pas dans la bonne direction peut sauver des vies. Apple a reconnu la nécessité d’un appareil apportant une véritable utilité à ses consommateurs. Plutôt que de créer un produit entièrement nouveau, elle a ajouté de nouvelles couches de fonctionnalités qui permettent à l’Apple Watch d’être un petit, mais impactant comme partenaire de santé.

 

Apple s’est attachée à faire de la montre connectée une expérience autonome avec ses propres fonctionnalités. Avec l’inclusion d’un capteur ECG sur l’Apple Watch Series 4, la santé a joué un rôle actif avec l’appareil, intégrant un grand nombre des fonctionnalités de surveillance de santé qui sont populaires dans l’industrie mobile — telles que le suivi du nombre de pas. Les individus devenant de plus en plus conscients d’eux-mêmes et de...

Lire la suite

Source : Nouvelles Technologies


Santé : la télétransmission des arrêts maladie bientôt obligatoire ?

Dans la nuit de jeudi 6 au vendredi 7 juin, le Sénat a réintroduit l'obligation de dématérialisation des arrêts maladie, supprimée en commission, tout en prévoyant des exceptions. L'amendement LREM prévoit que "les arrêts de travail sont prescrits, sauf exception, de manière dématérialisée", sauf en cas de difficultés techniques pour les médecins.

Aide au déploiement technique

Le Sénat a également instauré, contre l'avis du gouvernement, un principe de "médiation numérique" pour les personnes peu à l'aise avec les nouvelles technologies, notamment en zone rurale. "Si le projet de loi déploie des outils numériques, comme l'espace numérique personnel, il n'aborde pas l'accompagnement des usagers du système de santé à l'utilisation du numérique", a souligné Nadine Grelet-Certenais (PS). 

 

Lire la suite

Source : Boursorama


Boehringer Ingelheim investit 47 M€ au Mexique

Boehringer Ingelheim a annoncé, à l’occasion du 65ème anniversaire de sa présence au Mexique, un investissement de plus d’un milliard de pesos (47 M€) pour son site de Xochimilco. Cette somme sera destinée à augmenter les capacités de production sur les antidiabétiques oraux.

Ces médicaments représentent un secteur capital pour Boehringer Ingelheim, qui table sur une croissance soutenue du marché sur le continent américain et sur le succès de son antidiabétique star, Jardiance.

Le site mexicain produira ainsi 2,5 milliards de comprimés et 80 millions d’unités à l’horizon 2021 contre 1,6 milliard et 50 millions d’unités à l’heure actuelle. Boehringer Ingelheim dispose de deux sites de production au Mexique qui emploient 530 personnes et exportent pour 36% aux États-Unis et au Canada, 10% au Mexique et 54% dans...

Lire la suite

Source : Industrie Pharma


L'app nutritionnelle Yuka lance une option premium payante

L'application nutritionnelle Yuka, qui compte déjà plus de 8,5 millions utilisateurs, a lancé récemment une option premium payante sur iOS. Elle est disponible sur iPhone depuis la publication d'une mise à jour sur l'App Store, le 20 mai dernier. Les utilisateurs d'Android peuvent quant à eux y avoir accès depuis janvier. Ce nouveau service de Yuka, qui évalue l'impact sur la santé de plus de 450 000 produits alimentaires et 150 000 produits cosmétiques en France, est facturé 15 euros par an. Il offre plusieurs fonctionnalités, dont la possibilité de scanner sans connexion internet des produits avec son smartphone, de consulter son historique de façon illimitée et, surtout, d'effectuer des recherches par produit sans code barre, souligne le magazine LSA. 

Pour Yuka, lancé en janvier 2017, cette option payante doit constituer une nouvelle...

Lire la suite

Source : Business Indsider


Talkspace lève 50 millions de dollars pour étendre sa plateforme e-santé

Talkspace, entreprise américaine de thérapie en ligne, a levé 50 millions de dollars. Ce tour de table de Série D a été mené par Revolution Growth, avec le soutien de Norwest Venture Partners, Qumra Capital, Spark Capital et Compound Ventures. L’entreprise new-yorkaise a levé jusqu’ici 106,7 millions de dollars au total pour conquérir le marché convoité des consultations à distance.

Lancé en 2012 par le couple Oren et Roni Frank, Talkspace propose de mettre en relation des thérapeutes avec les utilisateurs de sa plateforme. L’entreprise revendique un réseau de 5 000 thérapeutes professionnels et certifiés. Les utilisateurs ont la possibilité de laisser communiquer avec ceux-ci en leur envoyant des messages texte, vocaux ou vidéos via la plateforme, disponible sur application. Les thérapeutes y répondent cinq jours par semaine.

Lire la suite

Source : FrenchWeb


Un G7 Santé “pour assurer un accès à la santé pour tous”

Aujourd'hui, plus de la moitié de la population mondiale n'a pas accès à l'ensemble des services de santé dont elle a besoins. "Dans de nombreux pays, les systèmes de santé peinent à répondre à la diversité des enjeux de santé rencontrés par les personnes tout au long de leur vie", explique le ministère

Les membres du G7 "se sont engagés à renforcer les soins de santé primaires, qui permettent de répondre aux besoins des personnes à toutes les étapes de la vie en matière de prévention, de dépistage et de soins est qui représentent la réponse la plus globale aux inégalités de santé".

Ils se sont également accordés autour d'une priorité : lutter contre les inégalités entre les femmes et les hommes, en particulier en matière d'accès aux soins dans le monde et de représentation des femmes dans les instances décisionnelles du secteur de santé. 

Lire la suite

Source : ActuSoins


Des médicaments en vente au supermarché ?

Lorsque nous irons faire nos courses au supermarché, sera-t-il bientôt possible d'acheter du sirop pour la toux, de l'Ibuprofène, ou encore du paracétamol ? L'autorité de la concurrence propose de faciliter la vente en supermarché de ce type de médicaments. Les pharmaciens sont totalement opposés à cette idée. L'argument phare des partisans de cette mesure concerne le portefeuille.

 

Cette ouverture favoriserait-elle une baisse des prix ? Le tarif est fixé librement par les pharmacies. Selon la présidente de l'autorité de la concurrence, autoriser les supermarchés à vendre ces médicaments serait une mesure positive pour le pouvoir d'achat. L'Italie expérimente déjà ce dispositif. Les prix de ces médicaments sans ordonnance sont déjà parmi les plus bas d'Europe. Ces médicaments sont 30% plus ...

Lire la suite

Source : France Info


Première greffe d’un cœur battant en France

L’Organ Care System est une machine qui permet de perfuser en sang oxygéné le cœur battant du donneur et ce durant tout le temps du transport. C’est une alternative à la technique habituelle qui consiste à conserver le cœur en arrêt dans de la glace et qui permet donc de maintenir le cœur dans des conditions de température et d’oxygénation proches de la "normale". Autre avantage : l’équipe de prélèvement a la possibilité d’évaluer la qualité du cœur tout au long du transport.

 

Le Pr André Vincentelli, chirurgien cardiaque qui a réalisé ces deux interventions souligne : « nous avions été formés à l’utilisation de cette machine, néanmoins le transport de ce cœur battant et la simplicité des suites opératoires pour le patient receveur, ont rendu cet acte émouvant pour toute l’équipe ».

Lire la suite

Source : JIM


Nouvel espoir dans le cancer du pancréas

Il y a rarement de bonnes nouvelles dans le domaine du cancer du pancréas, l'un des plus mortels et des plus déshérités en matière de traitement. C'est pourtant ce qui est advenu cette année, à la conférence de l'American Society of Medical Oncology qui se déroule actuellement à Chicago, avec les résultats d'une étude clinique de Phase III menée par AstraZeneca avec Lynparza, dont elle partage à 50/50, le développement et les bénéfices avec l'américain Merck-MSD.

 

Lynparza a été initialement développé par AstraZeneca pour traiter les tumeurs du sein et de l'ovaire, présentant la mutation génétique BRCA 1 et 2. Ces mutations médiatisées par le cas d'Angelina Jolie multiplient par 7 ou 8, le risque de développer un cancer du sein. On sait moins qu'elles sont aussi impliquées dans d'autres cancers comme celui de la...

Lire la suite

Source : Les Echos


Pourquoi Facebook ne parvient pas à endiguer le contenu anti-vaccin

Dix semaines après que Facebook s’est engagé à lutter contre la désinformation sur les vaccins, ce type de contenu reste largement disponible sur ses plateformes alors que le géant des réseaux sociaux s’efforce de limiter la propagation de contrevérités et d’impostures.

 

En fin de semaine dernière, Facebook diffusait toujours des publicités pour un important groupe anti-vaccin qui laisse croire que des médecins sans éthique ont conspiré pour cacher les preuves du mal que les vaccins font aux enfants. Le site principal de l’entreprise ainsi que son application Instagram recommandent d’autres contenus anti-vaccin aux utilisateurs qui consultent des informations similaires. Et les trois principaux comptes sur les vaccins recommandés par l’Instagram sont « vaccinetruth », « vaccinesuncovered » et...

Lire la suite

Source : L'Opinion


Le taux de vaccination en augmentation en France

Aujourd’hui, les parents ont l’obligation de faire vacciner leurs enfants par le biais de 11 vaccins et selon un calendrier précis. Le refus de se plier à cet impératif légal peut entraîner une peine d’emprisonnement, 30 000 euros d’amende et l’interdiction pour l’enfant d’accéder à certains lieux (crèches, écoles…).

 

Depuis la mise en place de cette obligation, la couverture vaccinale, en France, a donc fortement augmenté. Ainsi, les chiffres de Santé publique France indiquent que le nombre de bébés ayant reçu un vaccin contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, l’haemophilus influenzae de type b et l’hépatite B est passé de 93,1 % à 98,6 % en un an. Le taux de vaccination concernant le méningocoque C a, quant à lui, progressé de 39 % à 75 %. Le vaccin contre les papillomavirus, qui permet de lutter ...

Lire la suite

Source : Santé Publique


Le tabac cause d'un décès sur huit en France : 4 cartes pour comprendre

Cancers, maladies cardiovasculaires et  respiratoires: le tabac a fait 75.000 morts en France en 2015, ce qui  représente plus d'un décès sur huit, selon les derniers chiffres officiels,  publiés mardi avant la journée mondiale sans tabac. "Comme dans la plupart des pays industrialisés, le tabagisme reste la  première cause de décès évitables en France", souligne le bulletin  épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'agence sanitaire Santé publique France. Le précédent bilan datait de 2016 et portait sur l'année 2013. Il était de  73.000 morts, soit la même proportion par rapport au nombre total de décès  cette année-là (environ 13%).

"En 2015, 75.320 décès ont été estimés attribuables au tabagisme sur les  580.000 décès enregistrés en France métropolitaine", selon le BEH. Les hommes sont particulièrement touchés, puisque 19% des hommes décédés en  2015 sont morts à cause du tabac...

Lire la suite

Source : LCI


L’OMS se prononce pour la transparence sur les prix des médicaments

La bataille est longtemps restée indécise, mais, après plusieurs jours de tractations, la soixante-douzième assemblée annuelle de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ouverte le 20 mai, s’est achevée, mardi 28 mai à Genève, par l’adoption d’une résolution sur le sujet le plus épineux de son ordre du jour : l’amélioration de la transparence des marchés de médicaments, de vaccins et d’autres produits sanitaires.

 

Même si elles regrettent que le texte ait été en partie édulcoré, les ONG voient dans ce vote une victoire qui marque un tournant. Bien qu’il n’ait pas de valeur juridique contraignante, le document invite les Etats-membres de l’OMS à renforcer le partage public des informations sur les prix réels payés par les gouvernements et les autres acheteurs de produits de santé, et à améliorer la transparence sur les déterminants de...

Lire la suite

Source : Le Monde


Les assureurs chinois comptent les pas de leurs clients

Lutter contre l’obésité et le surpoids. C’est le but de deux compagnies d’assurance chinoises qui ont lancé une application sur smartphones afin d’encourager leurs assurés à bouger plus. Il faut dire que le problème du poids est un enjeu de santé publique en Chine où, selon Le Figaro, 404 millions de personnes étaient en situation de surpoids ou d’obésité en 2016. Un phénomène qui ne ralentit pas alors que la pollution de l’air et la présence massive d’infrastructures de transport dans les grandes villes n’incitent pas à la pratique quotidienne du sport.

Pour tenter de remédier à ce problème, les compagnies d’assurance médicale China Life Insurance et Vitality Health ont donc choisi d’encourager leurs clients à marcher davantage. Le Figaro explique que grâce à leur application, leurs clients peuvent désormais compter les pas qu’ils ont effectués dans la journée. En fonction de l’effort...

Lire la suite

Source : Capital


L’administration américaine autorise un médicament à 2 millions de dollars

Le géant pharmaceutique suisse Novartis a annoncé hier vendredi 24 mai que l’agence américaine des médicaments (FDA) avait donné son aval pour la commercialisation d’une thérapie génique pour l’amyotrophie spinale, proposée au prix de 2,125 millions de dollars (1,896 million d’euros). Le Zolgensma, développé par le laboratoire AveXis racheté en 2018 par Novartis, est administré en dose unique, pour traiter l’amyotrophie spinale, maladie neurodégénérative grave jusqu’à présent incurable, et liée à un gène défectueux qui entraîne une atrophie musculaire.

Les bébés touchés par cette maladie perdent rapidement les neurones moteurs pour des fonctions musculaires essentielles, telles que la respiration, la déglutition, la parole et la marche. Sans traitement, les muscles du bébé s’affaiblissent et évoluent progressivement vers une paralysie ou un décès, fréquemment avant le second anniversaire.

Lire la suite

Source : Le Figaro


Apple a acheté Tueo Health, qui développait une app de suivi de l’asthme

Comme souvent chez Apple, c’est moins le produit que les têtes pensantes qui l’intéresse : la CEO et cofondatrice Bronwyn Harris et sa directrice des opérations Anura Paril sont employées du constructeur. Un changement qui s’est opéré fin 2018 comme on peut le voir sur les profils LinkedIn des deux ex-dirigeantes : l’acquisition par Apple remonte sans doute à cette période.

Tueo Health avait mis au point une application fonctionnant avec les capteurs de respiration : dès lors qu’ils repéraient un problème chez l’enfant endormi, l’app envoie une notification aux parents. Difficile de dire si cette fonction intégrera l’application Santé, mais la rumeur annonce pas mal de nouveautés pour iOS 13 dans ce domaine.

Dans le secteur de la santé, Apple a déjà en sa possession Gliimpse, un agrégateur de dossiers médicaux, et Beddit qui conçoit toujours des capteurs de suivi du sommeil.

Lire la suite

Source : IGénération


« Google veut établir une véritable carte de la santé humaine »

En dépit des taxes et des amendes qui pleuvent sur sa tête, Google tient la santé. En décidant quasi unanimement d’approuver l’idée d’une imposition du chiffre d’affaires publicitaire des grandes plateformes Internet, au premier rang desquels Google et Facebook, les parlementaires français ont le sentiment de faire une bonne action. L’Etat cherche à capter une part de ce filon qui lui échappe totalement alors qu’il semble inépuisable : les données des utilisateurs, obtenues en échange d’un service gratuit et transformées en espèces sonnantes et trébuchantes par la magie de la publicité.

La mesure est populaire, à défaut d’être efficace. Elle ne modifiera aucun comportement et ne rapportera quasiment rien au gouvernement. Mais elle a au moins le mérite de poser le débat. Et puisque nous aimons débattre, voici un nouveau sujet tout aussi crucial qui pointe à l’horizon, celui de la santé. 

Lire la suite

Source : Le Monde


La vente en ligne de médicaments va être facilitée pour les pharmacies

Alors que seules 2,3 % des officines vendent des médicaments en ligne, le gouvernement souhaite aider d'autres pharmaciens à tenter l'aventure.  Comme promis par le Premier ministre, Edouard Philippe en mars , l'administration du ministère de la Santé planche avec les représentants de la profession sur un assouplissement du cadre législatif. Les nouveautés pourraient être soumises au Parlement par amendement lors de la deuxième lecture du projet de loi Santé, un texte qui est actuellement en discussion au Sénat en première lecture.

Selon un document de travail en cours d'élaboration consulté par « Les Echos », au lieu de demander à leur agence régionale de santé une autorisation de création d'un site de commerce en ligne, les pharmaciens n'auraient plus qu'à déclarer cette nouvelle activité. Les projets pourraient ainsi aboutir plus vite et plus sûrement.

Lire la suite

Source : Les Echos


Nombre record de fermetures de pharmacies

Au 1er janvier 2019, la France comptait 21.665 officines (dont 20.966 en métropole), soit 238 de moins que l'année précédente.

Au total, 1.556 pharmacies ont baissé le rideau en dix ans, d'après les calculs de l'Ordre, pour qui "la restructuration du réseau officinal s'accélère".

L'Ile-de-France est de loin la région la plus touchée, avec 249 fermetures de pharmacies entre 2014 et 2018, devant la Nouvelle Aquitaine (-106) et Auvergne Rhône-Alpes (-104).

En cause, notamment, "les évolutions réglementaires intervenues ces derniers temps" qui "ont favorisé les regroupements".

Ainsi, plus de la moitié (53%) des fermetures sont "actives" et non "contraintes", c'est-à-dire liées à un regroupement (21%) ou à une cession de clientèle (32%) plutôt qu'à une restitution de licence (fermeture sans repreneur, 39%) ou à une liquidation pure et...

 Lire la suite

Source : Medisite


La réalité virtuelle pour changer de regard sur la schizophrénie

Comment comprendre ce que ressent vraiment un proche atteint de schizophrénie ? La solution viendra peut-être de la technologie. Une expérience de réalité virtuelle à visée pédagogique existe désormais pour permettre à une personne saine de se mettre à la place d’un malade atteint de cette pathologie mal connue. Une façon d’aider les proches à mieux comprendre le comportement des malades.

Cette expérience, baptisée "Shizolab", est le fruit d’un partenariat entre le laboratoire pharmaceutique Janssen, le psychiatre rennais David Travers et l’Union Nationale de Familles et d’Amis de personnes Malades psychiques (UNAFAM).

Un simple casque de réalité virtuelle permet de se mettre dans la peau d’un schizophrène. C’est ce qu’a fait Claire Bennoun. Son fils Florent, âgé de 20 ans, souffre de schizophrénie depuis l’âge de 16 ans. Casque sur la tête, écouteurs fixés sur les oreilles, elle se retrouve...

Lire la suite

Source : France Info


8 Français sur 10 recyclent leurs médicaments

Le geste est devenu de plus en plus fréquent en pharmacie. Près de 8 Français sur 10 déposent leurs médicaments non utilisés ou périmés à la pharmacie, selon l'organisme Cyclamed. Un réflexe pour 85% des femmes, des retraités et des personnes qui habitent en zones rurales. Un geste avant tout écologique et surtout efficace : il permet d'éviter le risque de pollution de l'eau, mais aussi que les médicaments finissent dans une décharge.  

Pour Cyclamed, l'organisme chargé du dispositif de tri et de valorisation, garder des médicaments non utilisés représente un risque de confusion pour les seniors, mais aussi un danger pour les enfants. Il est recommandé de faire l'inventaire de son armoire à pharmacie une à deux fois par an, afin d'identifier les médicaments non utilisés ou périmés. Près de 11 000 tonnes de médicaments ont pu être retraitées en 2018 grâce à...

Lire la suite

Source : France Info


Cancer : plus de 80 000 de cas liés à une mauvaise alimentation aux États-Unis

Environ 80 110 nouveaux cas de cancer chez les plus de 20 ans aux États-Unis seraient attribuables à une mauvaise alimentation, selon une étude publiée dans le JNCI Cancer Spectrum ce mercredi 22 mai. En 2015, cela équivalait à 5,2 % des nouveaux diagnostics de cancers invasifs, d'après les estimations des chercheurs. Une « proportion comparable à celle des cancers liés à l'alcool », affirme à CNN le Dr Fang Fang Zhang, épidémiologiste spécialiste de la nutrition et du cancer à l'Université Tufts de Boston (États-Unis) et premier auteure de l'enquête.

Les scientifiques se sont basés sur l'apport alimentaire des adultes américains et l'incidence du cancer dans le pays, grâce aux données de l'Enquête nationale sur la santé et la nutrition et celles des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC). Sept facteurs alimentaires ont été évalués : une faible consommation de légumes, de...

Lire la suite

Source : Top Santé


Baromètre santé : expérience et satisfaction des patients à l’égard des établissements de santé

Les Français ont toujours une très bonne image de leurs établissements de santé et de leur système de santé (plus de 7 sur 10 ont un avis positif) …

Mais la France est en train de se faire rattraper par ses voisins européens, en tout cas sur le plan des perceptions

Si l’image est en baisse c’est parce que l’on imagine que nos établissements ne prennent pas si bien en compte que cela la satisfaction des patients. Dans ce domaine, la France est même perçue comme étant en retard sur ses voisins européens

Sauf que cette perception est fausse : en effet les patients, eux, ne partagent pas du tout ce « déclinisme ». Au contraire, la satisfaction-patient culmine à 86% et la part de patients insatisfaits recule pour la première fois depuis 4 ans.

Cette forte satisfaction des patients se retrouve dans tous les établissements, aussi bien...

Lire la suite

Source : Odoxa


Novartis lance en France son premier laboratoire d'innovation digitale européen

Novartis a profité de Viva Technology 2019 pour annoncer l'ouverture de son premier laboratoire d'innovation digitale européen, lors d'une conférence le 17 mai en présence de Bertrand Bodson, directeur monde du digital chez Novartis, de Frédéric Collet, président de Novartis France, et de Monika Jaenicke, directrice générale de Novartis Pharma France.

Le Biome de Paris - c'est son nom - rassemblera à Rueil-Malmaison (92) de nombreux acteurs, des start-up, des partenaires, mais aussi le réseau d’experts de Novartis en interne et en externe, pour développer des solutions digitales dans le domaine pharmaceutique. Des ressources clés seront mises à disposition telles que des données anonymisées, du mentorat personnalisé, des locaux adaptés à une démarche collaborative.

Lire la suite

Source : Usine Digitale


Le lobbying des laboratoires pharmaceutiques s'intensifie en Europe

Le lobbying des laboratoires pharmaceutiques se porte bien au sein de l'Union européenne. Voire de mieux en mieux, si l'on en croit la dernière étude de l'organisation Corporate Europe Observatory (CEO), qui analyse le travail concret des lobbys, réalisée à partir du registre de transparence de l'UE et publiée la semaine dernière. Elle indique que les dix industriels les plus dépensiers en la matière* y consacrent chaque année entre 14,6 et 16,3 millions d'euros. Qui plus est, cela représente 2 millions d'euros de plus qu'en 2015, lors de la précédente étude émanant de ce même groupe de recherche sur l'accès et l'influence des entreprises et lobbys sur le processus décisionnel de l'Union.

Les chiffres égrenés dans ce document sont impressionnants. À eux dix, les groupes cités disposent de 60 laissez-passer pour le Parlement européen et ils ont organisé 112...

Lire la suite

Source : Le Point


Au Val-de-Grâce, l’ancien hôpital à l’abandon

C’est un bâtiment de 45 000 mètres carrés au cœur d’un parc de 2,7 hectares, laissé à l’abandon depuis bientôt trois ans au cœur du très recherché 5e arrondissement de Paris… Fermé à l’été 2016, l’ancien hôpital militaire du Val-de-Grâce fait l’objet d’une guerre des tranchées dont personne ne voit l’issue, l’exécutif tardant à arbitrer entre les intérêts de différents ministères. « Je suis attristée et effondrée que ce projet n’avance pas, parce que l’Etat n’est pas capable de parler d’une même voix. Ce dossier est révélateur d’une impuissance publique », s’agace la maire (LR) de l’arrondissement, Florence Berthout.

 

Depuis que la défense a décidé, en 2014, de vendre ce précieux patrimoine, plusieurs projets ont vu le jour. Le ministère de l’intérieur a envisagé d’y créer une « cité du...

Lire la suite

Source : Le Monde


San Francisco s'interdit la reconnaissance faciale

 Le vote a eu lieu mardi 14 mai et fait depuis l'événement : le "board of supervisors" de San Francisco, équivalent d'un conseil municipal, a voté à huit voix contre une et deux absents, un texte interdisant à ses services l'usage de technologies de reconnaissance faciale. Cela concerne les diverses agences locales (comme celles gérant les parcs publics) mais aussi, et surtout, le San Francisco Police District (SFPD), la police de la ville. Une première aux États-Unis, d'autant plus notable qu'elle a lieu dans la capitale de l'industrie des technologies numériques. Même si, dans les faits, la police de San Francisco a cessé de tester la reconnaissance faciale en 2017.

Cette interdiction a plusieurs conséquences concrètes. Elle empêche le SFPD de reprendre éventuellement des tests, elle l’empêche d’associer aux caméras de vidéosurveillance placées dans l’espace public à des logiciels d’analyse de visages et de les connecter à des..

Lire la suite

Source : Sciences & Avenir


Des médecins pétitionnent contre la vaccination en pharmacie

La vaccination antigrippale en officine ne passe décidément pas auprès d’une partie de la profession. Une pétition, initiée par des « médecins en colère », a vu le jour à la fin du mois d’avril pour protester contre cette disposition qui a été étendue à tout le territoire dans un texte paru au « J. O. » le 25 avril dernier. Jusqu’à présent, la vaccination par les pharmaciens était expérimentée dans quelques régions de France. Jeudi 16 mai, ce texte publié sur mes opinions.com et repéré par « Le Moniteur des pharmacies », avait réuni près de 6 300 signatures. « À 10 000, la pétition est sur le bureau de notre singulière ministre… », écrivent ses auteurs, qui ne révèlent pas leur identité.

Les médecins à l’origine de cette initiative dénoncent « une concurrence vénale déloyale à l’encontre des infirmiers et infirmières libéraux ainsi que des médecins généralistes ». S’ils ne sont pas opposés à une vaccination antigrippale par les pharmaciens dans les zones...

Lire la suite

Source : Le Quotidien du Médecin


Sanofi dévoile sa palette d'innovations à VivaTech

Pour sa quatrième édition, le salon Viva Technology -ou VivaTech- se tient à Paris du jeudi 16 au samedi 18 mai. Il permet de découvrir les dernières innovations technologiques en matière d'intelligence artificielle (IA), de robotique, de réalité virtuelle ou encore de blockchain.

De manière transversale, la santé s'impose dans les allées du salon, année après année et accueille notamment Sanofi, venu présenter ses nouveautés en matière de santé connectée.

En amont du salon, le 14 mai, Ameet Nathwani, à la fois chief digital officer (CDO) et chief medical officer (CMO) du groupe, a présenté à la presse l'"écosystème d'innovation digitale" et la stratégie globale de Sanofi pour renforcer ses positions sur le marché de l'e-santé.

Lire la suite

Source : TICPharma


Toujours plus de prescriptions de chimiothérapies d'ici 2040

D’ici 2040, le nombre d'individus dans le monde ayant recours à une première chimiothérapie va exploser et passer de 9 à 15 millions. Soit une augmentation de 53%, rapporte une récente étude australienne parue dans le Lancet Oncology. Aucune étude n'avait à ce jour précisément quantifié les demandes actuelles ni a fortiori celles à venir, rapportent les auteurs. Un manque désormais comblé avec des calculs établis à partir des données de GLOBOCAN, une base de données mondiale sur le cancer intégrant des populations adultes et pédiatriques. Grâce à elle, les scientifiques ont pu évaluer la prévalence de 29 types de cancer dans 183 pays et en ont projeté l'incidence en 2040.

Ils ont calculé que parmi le nombre de nouveaux cas de cancers (26 millions en 2040), la moitié environ (15 millions) relèvera d’une prescription de chimiothérapie. Et ce sont les pays en développement (Asie du Sud Est,  Afrique de l’Est, de l’Ouest, Afrique centrale...

Lire la suite

Source : Sciences & Avenir


Une application pour dépister une otite séreuse

Des chercheurs ont créé une application pour smartphone permettant de dépister une otite séreuse en détectant le liquide derrière le tympan. Il reste juste à créer un entonnoir en papier pour connecter le bas du smartphone (entrée et sortie audio) à l’oreille. La détection est aussi bonne qu’avec les outils conventionnels.

 

« Cet outil vise un objectif similaire à celui d'un thermomètre - permettre aux parents de surveiller les symptômes de leur enfant au fil du temps et les guider sur les mesures à prendre pour leur enfant. Il pourrait être ainsi utile pour éviter une visite superflue chez le médecin. Pour les professionnels de santé, cet outil pourrait être pratiqué en plus de l'examen clinique pour décider de prescrire ou non des antibiotiques », explique au « Quotidien » Justin Chan, ingénieur en...

Lire la suite

Source : Le Quotidien du Médecin


Cannabis thérapeutique : les experts Français auditionnent les producteurs étrangers

Après les médecins, les patients et les pharmaciens, le comité d'experts chargé de définir les contours de la future expérimentation du cannabis thérapeutique en France auditionne mercredi les producteurs étrangers déjà présents sur ce marché, avant un avis attendu fin juin.

"Lors de cette séance, le comité s'intéressera d'une part, aux formes et dosages disponibles à l'étranger et d'autre part, aux coûts des traitements", a indiqué l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), qui a mis en place ce comité.

 

Les sept entreprises auditionnées sont les canadiens Aurora Cannabis, Canopy Growth et Tilray, le néerlandais Bedrocan, l'américain Columbia Care, le colombien Clever Leaves et le britannique Emmac Life Sciences.

Lire la suite

Source : Medisite


L'assurance numérique qui rembourse "en 2 heures"

Assuré n'est pas forcément synonyme de remboursé. Peu de monde peut se targuer d'avoir été entièrement dédommagé (ou dans des délais satisfaisants) après un sinistre. Pire, un français sur deux se méfierait même de son agence, selon un sondage YouGov. C'est avec l'objectif de convaincre cette clientèle désabusée que Raphaël Vullierme (27 ans) et Benoît Bourdel (30 ans), ont lancé leur propre service d'assurance habitation entièrement numérique. Luko, leur start-up, digitalise l'ensemble du processus à travers son site ou une application qui sert de principale interaction avec le client. 

 

Ainsi en cas de pépin (fuite d'eau, court-circuit etc.), il suffit de lancer un "chat" avec la société pour obtenir une réponse dans un temps record : entre quinze secondes et une minute, et ce 24h/24 et 7j/7.

Lire la suite

Source : L'Express


Hellocare et Exolis unissent leurs forces

La Plate-forme e-santé Hellocare, qui met en relation les patients et les professionnels de santé via un service de téléconsultation médicale, collabore depuis le début de l’année avec Exolis, créateur de solutions mobiles d’e-santé.

Objectif de ce partenariat : proposer aux clients d’Exolis une solution plus complète améliorant ainsi la relation patient/médecin.

De son côté, Exolis est spécialisé dans le suivi patient connecté, accompagne clients dans leur convalescence des patients atteints de cancer ou pris en charge pour des maladies chroniques. La La jeune pousse propose des applications qui renforcent le lien entre le patient et l’hôpital avant, pendant son séjour puis à son retour au domicile.

La startup, désormais équipée de l’outil de connexion Hellocare PLATFORM, permet aux patients dont la mobilité est affectée de bénéficier de téléconsultations médicales...

Lire la suite

Source : Assurbanque


Télémédecine : TokTokDoc lève 2 millions d’euros

La télémédecine dope les investissements dans l’e-santé. Nouvelle illustration aujourd’hui avec le tour de table de 2 millions d’euros réalisé par la start-up strasbourgeoise TokTokDoc, qui développe une plateforme de télémédecine dédiée aux pensionnaires des Ehpad, établissements pour personnes âgées. L’opération a été dirigée par Arkéa via son fonds We Positive Invest.

Fondée en septembre 2017 par Dan Grünstein et Laurent Schmoll, TokTokDoc a mis sur orbite une solution de télémédecine qui permet de mettre en relation un résident en Ehpad avec un médecin à distance. La téléconsultation se fait à l’aide d’une tablette tactile et d’un stéthoscope connecté, et toujours en présence du personnel soignant aux côtés du patient pour l’épauler tout au long de l’échange vidéo avec le médecin. A l’issue de la visioconsultation, ce dernier a la possibilité de rédiger une ordonnance et d’émettre une...

Lire la suite

Source : Frenchweb


La Poste avance dans la santé avec les startups à Vivatech 2019

On trouve ainsi Moovcare de Sivan. Cette application Web et mobile est particulièrement remarquable car elle est validée cliniquement et prouvée par des études patients pour prolonger la vie des patients atteints d’un cancer du poumon. Ils suivent eux-mêmes leurs paramètres de vitalité. Cela aide les médecins à détecter les risques de rechutes et les complications à un stade précoce, et ainsi à fournir le bon traitement au bon moment.

 

Cela évite d’attendre le scanner de contrôle qui arrive trop tard et menace la santé du patient. L’application a été lancée en tant que projet pilote dans des centres de santé Elsan, à l’Institut Curie, au CHU de Lille et dans d’autres hôpitaux privés en France. Cette année, de nouveaux projets pilotes seront lancés en France, en Israël et aux États-Unis. Lien vers le site : www.sivan-innovation.com

 

Lire la suite

Source : La Revue du Digital


GamaMabs Pharma, une pionnière dans la recherche en oncologie

Cette startup a été fondée en 2013 par un ancien dirigeant de LFB, Jean-François Prost, et par Stéphane Degove, respectivement directeur de la R&D et CEO. « Bpifrance a également été moteur dans la création de GamaMabs Pharma. C’est l’un de nos premiers actionnaires, qui est aussi à l’origine de la licence prise auprès de LFB », souligne Stéphane Degove.

Son projet le plus avancé est l’anticorps monoclonal first-in-class GM102, baptisé Murlentamab, qui cible le récepteur II de l’hormone anti-müllerienne (AMHR2). Entrée en phase clinique pour traiter les cancers gynécologiques en 2016, il est aujourd’hui également testé sur des patients atteints de cancer colorectal de stade avancé ou métastatique, en monothérapie ou en association avec le traitement de chimiothérapie Lonsurf. 

Lire la suite

Source : Les Echos


La fusion AG2R La Mondiale et Matmut subit un coup d'arrêt

Né officiellement le 1er janvier 2019, le nouveau poids lourd de l'assurance issu du rapprochement d'AG2R La Mondiale et de Matmut a déjà décidé de se séparer. Ce jeudi 9 mai vers 17 heures, un communiqué du groupe de protection sociale a annoncé que le conseil d'administration de La Mondiale, à l'issue d'un point d'étape sur le rapprochement et la gouvernance du nouveau groupe, avait décidé de « suspendre la participation de La Mondiale au processus d'unification opérationnelle. »

« Au terme des cent premiers jours du nouveau groupe, le conseil d'administration [de La Mondiale] a constaté des divergences de valeurs, de vision et de méthodes entre AG2R La Mondiale et Matmut qui s'opposent à la poursuite de la constitution du groupe », indique ce communiqué. « Il saisira prochainement une assemblée générale extraordinaire pour tirer toutes les conséquences de cette décision.»

Lire la suite

Source : La Tribune


Gomet’ Santé : Provepharm lève 42,5 millions d’euros auprès des banques

Le groupe pharmaceutique marseillais Provepharm a annoncé jeudi 9 mai avoir obtenu une nouvelle ligne de crédit de 42,5 millions d’euros auprès de plusieurs banques françaises, dont Société Générale, BNP Paribas, Banque Populaire Méditerranée et Crédit Agricole Alpes Provence. Cette levée de fonds va lui permettre de continuer de grandir avec notamment des projets de croissance externe.

 

En octobre dernier, Provepharm a démarré son offensive avec l’acquisition d’une première société, le laboratoire Lexpharm, basé à la Seyne-sur-Mer. Cet établissement discret dispose de six autorisations de mise sur le marché (AMM) parmi lesquelles les seules vitamines injectables sous AMM du marché, ainsi qu’un antidépresseur et un anti-cholestérol. D’autres opérations de croissances externes sont attendues dans les deux ans à venir. « Conformément à notre plan stratégique, le groupe ambitionne de compléter sa...

Lire la suite

Source : Go Met


Santé : à Bordeaux la startup Treefrog Therapeutics lève 7,1 M€

Après avoir produit 143 millions de cellules souches pluripotentes (CSP : capable de fabriquer n'importe quel type d'organe, à la demande - NDLR) la startup bordelaise Treefrog Therapeutics (Thérapies de la Rainette) annonce une levée de fonds record de 7,1 M€.

"Grâce à ce financement, nous allons construire une vitrine industrielle de notre savoir-faire à Bordeaux. Pour être précis nous allons construire une usine qui va produire en très grande quantité des cellules souches pluripotentes de haute qualité" résume le physicien Kévin Alessandri, directeur général et cofondateur de l'entreprise avec le biologiste Maxime Feyeux, président.

L'innovation portée par Treefrog Therapeutics est au centre de ce projet industriel puisque cette très jeune entreprise innovante a mis au point un procédé révolutionnaire de...

Lire la suite

Source : La Tribune


Maladie de Lyme : « Halte à la désinformation organisée »

Dans un éditorial publié dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire du 3 mai 2019, « Un nécessaire questionnement éthique », le professeur Jean-Claude Desenclos, directeur scientifique, adjoint au directeur général de Santé publique France, a pris parti, sans support scientifique, contre l'existence d'une forme chronique de la maladie de Lyme. Cette maladie en pleine expansion est due à une bactérie, appelée Borrelia, qui est transmise par piqûre de tique. Or, cette forme chronique de la maladie est responsable de la souffrance d'un grand nombre de malades qui sont en grande majorité rejetés par le système de santé, voire carrément envoyés en psychiatrie. 

Des voix de médecins et de chercheurs se sont élevées pour regretter un texte partisan et apporter l'éclairage de nombreuses publications scientifiques démentant le contenu de cet éditorial (voir le communiqué de la Fédération française contre les maladies...

Lire la suite

Source : Le Point


Les anti-vaccins perdent du terrain

Le Conseil d’Etat a validé en début de semaine le passage de trois à onze vaccins obligatoires pour les nourrissons nés après le 1er janvier 2018. Il a également rejeté la demande de retrait de ceux contenant de l’aluminium. C’était une saisie de la Ligue nationale pour la liberté des vaccinations. Une défaite symbolique pour les "anti-vaccins". Ces derniers continuent de défendre leurs théories, notamment sur les réseaux sociaux. Mais selon les dernières enquêtes d’opinion, de plus en plus de parents reprennent confiance dans la vaccination.

L’entrée en vigueur de l’obligation vaccinale étendue à 11 vaccins pour les bébés nés en janvier 2018, avait mis le feu aux poudres chez les militants de la "liberté vaccinale". Le terreau pour ces idées était propice. En 2016 déjà, selon une étude d'opinion du centre de recherches Vaccine Confidence Project, les Français étaient champions du monde de la...

Lire la suite

Source : Le JDD


1 commentaires

L'obésité progresse plus rapidement à la campagne

Une vaste étude publiée le 8 mai 2019 dans la revue Nature renverse l’idée reçue selon laquelle la vie urbaine favorise le surpoids et l’obésité. Selon cette publication, l’obésité et le surpoids progressent aussi vite voire plus vite dans les zones rurales que dans les villes.

Entre 1985 et 2017, la proportion de la population mondiale vivant en zone urbaine est passée de 41 à 55%. Dans le même temps, la moyenne de l’indice de masse corporelle (IMC) mondial est passée de 22,6 kilogrammes par mètre carré (kg.m-2) à 24,7 kg.m-2 chez les femmes et de 22,2 à 24,4 kg.m-2 chez les hommes. Mais ces deux augmentations simultanées ne sont pour autant liées, comme le montre cette nouvelle étude.

Pour conduire leur recherche, le réseau de scientifiques NCD Risk Factor Collaboration a utilisé les données de poids et de taille de plus de 112 millions d’adultes âgés de 18 ans et plus entre 1985 et 2017 à travers 200 pays et territoires. Résultat : en moyenne, l’IMC des...

Lire la suite

Source : France tv info


Un casque de VR pour les personnes handicapées

Ouvrir la main puis un refermer la main. Un geste simple que Paul Monnier, devenu tétraplégique suite à un accident, n'arrive pas à accomplir dans la vraie vie. Mais dans la réalité virtuelle (VR), si. Avec l'équipe d'I.C.E.B.E.R.G., une entreprise spécialisée dans la VR, ils ont mis au point un programme de rééducation pour les personnes à mobilité réduite. Un projet présenté lors de l'édition 2019 du festival Futur.e.s, qui présente des dernières avancées numériques françaises et internationales. Équipé d'un casque VR et de capteurs, l'utilisateur voit devant lui un geste qu'il doit essayer de reproduire, comme ouvrir la main ou plier un doigt. "La recherche se concentre beaucoup sur les dispositifs pouvant aider les patients à remarcher. Nous, nous avons décidé de nous concentrer sur les membres supérieurs", explique le docteur Amaury Solignac, PDG de l'entreprise. 

 

Lire la suite

Source : Sciences & Avenir


HIV : un médicament préventif générique en 2021 ?

Récemment, on a appris qu’en 2021, on pourra voir sur le marché un médicament préventif générique du Truvada. En effet, Gilead, le laboratoire américain à l’origine de ce médicament, a accepté de publier son brevet exclusif afin de permettre la fabrication et la vente d’une version générique du Truvada.

Gilead a annoncé avoir choisi Teva Pharmaceuticals pour être le seul fabricant de médicaments préventifs génériques du HIV aux États-Unis.

L’apparition de ces médicaments génériques représente une victoire pour les personnes qui présentent de hauts risques de contracter le virus aux États-Unis et pour cause.

Au pays de l’Oncle Sam, le Truvada n’est pas donné.

Si dans d’autres pays, un stock mensuel de Truvada générique est vendu à 70 dollars, les prix s’envolent rapidement aux États-Unis où le stock d’un mois est vendu entre 1 600 et...

Lire la suite

Source : Fredzone


Des antibiotiques pour combattre le cancer ?

Et si l’on pouvait freiner le cancer grâce à des antibiotiques ? C’est ce que suggèrent des scientifiques britanniques, de l’université de Salford. Ces derniers auraient trouvé un moyen d’inciter les cellules cancéreuses à se reproduire de manière défectueuse, créant ainsi de nouvelles cellules sans source d’alimentation.

Ces dernières “ne peuvent pas générer d’énergie, donc elles ne peuvent pas proliférer”, explique le Pr. Michael Lisanti, auteur principal de l’étude, qui compare ces cellules cancéreuses à des “voitures sans moteur”.

Pour obtenir ce résultat, les chercheurs ont combiné deux antibiotiques bon marché - la doxycycline et l’azithromycine - avec de la vitamine C. Une “triple combinaison” gagnante, puisque celle-ci a suffit pour réduire de plus de 90 % la croissance des cellules souches lors des tests effectués en laboratoire.

Lire la suite

Source : Medisite


Greffé du rein depuis un demi-siècle !

Quand Jean-Pierre Saliège a été greffé du rein, le général de Gaulle était président, les Beatles chantaient "Hey Jude" et l'Homme n'avait pas encore marché sur la Lune. 50 ans plus tard, il voit dans cette longévité record un message "d'espoir".

"Pour moi ça n'est pas un record, c'est la vie qui continue", assure cet homme de 70 ans dans un entretien téléphonique avec l'AFP.

Le 2 décembre 1968, alors que ses deux reins ont été détruits au fil des ans à cause d'une malformation, M. Saliège est opéré pour en recevoir un autre, donné par sa mère. Elle-même est toujours en vie aujourd'hui et fêtera bientôt ses 97 ans.

"C'était une renaissance. Ma mère m'a donné la vie deux fois", sourit ce Manceau à la faconde digne d'un personnage d'Audiard: "C'était soit ça, soit le +boulevard des allongés+" (la mort, ndlr).

Lire la suite

Source : Medisite


Une pharmacie robotisée au service des personnes âgées

D’allure pourtant discrète, la pharmacie de Zakaria Chakib attise les curiosités depuis quelques jours. Pour comprendre pourquoi, il suffit d’en pousser les portes et de passer la cabine de télémédecine flambant neuve, installée depuis peu. Là, une officine 2.0 s’étire de tout son long. Deux énormes robots s’activent, sous le regard attentif d’une dizaine de pharmaciens et de préparateurs. Bienvenue dans l’univers ultra-moderne de la PDA ou Préparation des doses à administrer, en EHPAD et autres établissements médico-sociaux.

« Beaucoup de patients vulnérables, âgés ou handicapés, se trompent dans la prise de leurs médicaments, explique Zakaria Chakib. La PDA automatisée nous permet, en tant que pharmaciens, de faciliter et de sécuriser au maximum cette prise en charge médicamenteuse en mettant directement en sachets les traitements prescrits pour les résidents. »

Lire la suite

Source : La Voix du Nord


Les handicapés mentaux pourront voter aux européennes grâce à ce langage simplifié

Auparavant, une personne en situation de handicap psychique ou intellectuel pouvait se voir retirer son droit de vote sur décision d’un juge de tutelle. Depuis le 23 mars, les citoyens sous tutelle ont le droit de participer à l’ensemble des scrutins. Pour les élections européennes, la Mairie de Paris a prévu des affichages en langue “facile à lire et à comprendre” (FALC).

“N’écrivez pas pour nous sans nous”: c’est le principe de ces règles visant à simplifier le langage pour le rendre accessible aux personnes présentant un handicap mental ou psychique ou une déficience intellectuelle. Des recommandations mises au point par la Commission européenne en 2009, en lien avec les associations représentatives des personnes handicapées, et qui peuvent s’adapter à chaque langue européenne, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article

Lire la suite

Source : Huffington Post


Comment soigner mieux sans dépenser plus

Le débat sur la santé en France n'échappe pas au faux dilemme qui stérilise l'ensemble des réflexions sur l'évolution de l'action publique. A entendre bien des arguments échangés, nous n'aurions jamais que le choix entre une augmentation des ressources allouées dont nous n'aurions pas les moyens et un sacrifice de l'action publique qui soulagerait les caisses. La corrélation entre l'augmentation des dépenses et la qualité des services publics est implicitement posée comme postulat indiscutable. Mieux faire, ce serait nécessairement dépenser plus. Et dépenser moins, symétriquement, serait fatalement renoncer à la solidarité.

Pourtant, la France dépense déjà 15 % de plus pour sa santé que la moyenne de l'OCDE (4.600 dollars par habitant contre 4.000 dollars). Et cela alors qu'elle reste à la traîne sur bien des sujets importants : taux de vaccination, utilisation des génériques, alcoolisme,...

Lire la suite

Source : Les Echos


La révolution des neurosciences est en marche

En 2050, 1 Français sur 3 aura plus de 60 ans. 1 fille sur 2 qui naît aujourd’hui sera centenaire. Qu’elles soient héréditaires ou spontanées, les maladies neurologiques représentent un coût annuel de 800 milliards d’€ en Europe. Face à ces enjeux, chercheurs et médecins œuvrent sans relâche à percer les mystères de notre cerveau pour que demain, nous puissions vieillir mieux, en meilleure santé.

Pour y parvenir, les équipes de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière disposent d’outils technologiques et de ressources cliniques et matérielles qui, combinés ensemble, sont en passe de révolutionner les neurosciences.

De la molécule à l’individu en passant par la cellule, les chercheurs travaillent à toutes les échelles. Pour chacune d’entre elles, l’utilisation des plateformes technologiques de pointe contribue à la réalisation de projets de recherche très compétitifs, encourageant...

 Lire la suite

Source : Le Figaro


Les instagrammeuses font de la pub pour l'homéopathie

Sur Twitter ou Facebook, partisans et pourfendeurs de l'homéopathie s'affrontent depuis des mois. Mais depuis quelques semaines, les défenseurs (notamment industriels) de l'homéopathie investissent Instagram, célèbre réseau social basé sur la photographie et les vidéos.

Comme sur Twitter, c'est le hashtag #MonHoméomonchoix qui est utilisé. Ce mot-clé avait été lancé (et aussitôt détourné) début avril dans le cadre d'une campagne de mobilisation de 18 acteurs en faveur de l'homéopathie – industriels, syndicats professionnels, sociétés savantes – en même temps qu'un site et une pétition (signée plus de 300 000 fois) contre le déremboursement éventuel de l'homéopathie.

 

A ce jour, quelque 150 posts font mention de #MonHoméomonchoix sur Instagram.

 

Lire la suite

Source : Le Quotidien du Médecin


Afrique du Sud : le système de santé au bord de l'asphyxie

Solidement ficelée sur un brancard, une femme lâche un hurlement, sans même s'attirer un regard du personnel médical. Juste à côté, six autres patients tout aussi sanglés s'entassent dans un box conçu pour en accueillir à peine deux.

Dans le service des urgences de l'hôpital Baragwanath de Soweto, dans la banlieue de Johannesburg, la débrouille est devenue la règle, symbole du manque de moyens et de la lente décrépitude du système de santé d'Afrique du Sud.

Un quart de siècle après l'avènement de la démocratie, l'accès aux soins et leur qualité constituent une des préoccupations majeures des Sud-Africains, qui éliront leurs députés le 8 mai.

Baragwanath est le plus grand établissement public de santé du pays. Chaque jour, six à douze personnes atteintes de troubles mentaux se présentent aux urgences et devraient...

Lire la suite

Source : Sciences & Avenir


Des seniors connectés avec leur santé

Concilio est une plate-forme de télé-médecine qui offre un service de santé axé sur l’interrogatoire, partie essentielle de l’examen clinique d’un patient. Aujourd’hui, la médecine conventionnelle est basée sur la consultation physique du patient.

 

Concilio est avant tout une plate-forme faisant appel à différents généralistes ainsi que spécialistes, tous recommandés par leurs pairs, et se veut ainsi une structure pluridisciplinaire assurant un parcours de soins.

Cette plate-forme, c’est plus de 20 000 médecins et 5 000 pathologies couvertes sur 60 pays, avec 4 services, qui vont de la recommandation de médecins adaptés, à la prise de RDV et à la télé-consultation avec généralistes et spécialistes sans oublier les bilans de santé.  

 

Lire la suite

Source : France Info


Les "big pharma" contre le cancer : qui veut gagner des milliards ?

En janvier 2019, Bristol-Myers Squibb (BMS) a dépensé 74 milliards de dollars pour acquérir Celgene et son blockbuster (médicament vedette) Revlimid©, une molécule contre le myélome multiple (cancer des globules blancs). Au même moment, l'américain Eli Lilly a dépensé 8 milliards de dollars pour Loxo Oncology, tandis que GSK veut racheter Tesaro pour 5,1 milliards de dollars. Cette valse des milliards vient ponctuer une année d'opérations financières dans les big pharma. En janvier 2018, Sanofi s'était adjugé le spécialiste des traitements contre l'hémophilie Bioverativ pour 11,6 milliards de dollars puis avait dépensé 3,9 milliards pour le belge Ablynx. En mai, le suisse Novartis avait mis la main sur AveXis, qui développe des traitements contre des maladies rares, pour 8,7 milliards. Celgene, que vient donc de racheter BMS, avait de son côté déboursé 9 milliards pour acquérir Juno Therapeutics, spécialiste du traitement des leucémies.

Lire la suite

Source : La Tribune


Ces technologies dont les médecins ne peuvent plus se passer

Téléconsultation, dossier numérique du patient : les mesures mises en place ou en discussion engagent encore un peu plus la santé sur la voie de la dématérialisation. Au cœur du système, les médecins restent les acteurs principaux de l'évolution de ce secteur. Selon la récente enquête de l'Agence française de la santé numérique (ASIP Santé), ils sont 63% à utiliser fréquemment des outils numériques dans le cadre de leur métier. De l'autre côté du spectre, le marché de ce que l'on appelle « l'e-santé » est estimé à trois milliards d'euros (source : Direction générale des entreprises). De quoi offrir au monde médical des outils performants qui répondent à ses exigences en matière de sécurité des données et de précision du service.

C'est sûrement le service numérique qui a le mieux intégré l'univers médical. En quelques années, la prise de rendez-vous en ligne est devenue une habitude pour de nombreux...

Lire la suite

Source : Les Echos


88% des Franciliens estiment que l'hôpital public est en danger

Durant le Grand débat national, le problème de l'accès aux soins et de leur qualité a souvent été abordé. C'est ce qui a poussé la Fédération Hospitalière de France à commander un sondage Ipsos sur les grandes attentes des Français et des Franciliens sur le système de santé de notre pays. Sur les 6000 participants à cette enquête, 814 sont Franciliens. 

Pour 88% des Franciliens interrogés, l'hôpital public est aujourd'hui en danger. Les sondés ont beaucoup d'inquiétudes. 

Ils trouvent (66%) que "le système de santé est trop complexe à comprendre". Ils sont 85% à avouer ne pas savoir à quoi servent les différentes cotisations sociales (CSG, mutuelle, etc). 

Lire la suite

Source : France Bleu


Un implant cérébral transforme les pensées en parole

Les patients incapables de parler à cause d'un AVC ou d'une paralysie se serviront-ils un jour d'un décodeur qui transformera les signaux de leur cerveau en paroles? C'est la piste sur laquelle travaillent des chercheurs, selon une étude publiée mercredi.

Ils ont inventé un décodeur pour reproduire des paroles synthétiques par ordinateur, à partir des signaux cérébraux qui déclenchent les mouvements correspondants dans la bouche.

Présentée dans la revue Nature, cette technique n'en est qu'à ses... balbutiements et sa mise en application n'est pas pour demain. Ses promoteurs espèrent toutefois qu'elle pourra un jour bénéficier aux patients qui savent parler mais en ont perdu la capacité.

"Notre objectif de longue date, c'est de créer une technique permettant de restaurer la communication pour des patients incapables de parler, que ce soit en raison de...

Lire la suite

Source : Medisite


L’essor des faux médicaments dans le monde inquiète plusieurs ONG

Des associations de santé publique alertent aujourd’hui sur la forte hausse des incidents liés à la prise de médicaments contrefaits dans le monde ces dernières années. La France est désormais une cible de ce marché parallèle.

La vigilance est de mise sur la prolifération de ce fléau. En effet, selon l’ONG Pharmaceutical Security Institute, le nombre d’incidents liés à la prise de faux médicaments a augmenté de 60% ces 5 dernières années dans le monde. Ainsi, plusieurs centaines de milliers de personnes décéderaient chaque année à cause de ce phénomène.

D’autant plus que ces faux médicaments touchent aujourd’hui toute sorte de traitements, des plus onéreux aux moins chers et aussi bien les brevetés que les génériques. Au palmarès du plus grand nombre de contrefaçons, le Viagra (pour soigner les troubles de l’érection) reste une véritable mine d’or pour les trafiquants.

Lire la suite

Source : Le Lynx


Un jeu vidéo pour détecter Alzheimer

Sea Hero Quest est un jeu vidéo créé par des neuroscientifiques pour mesurer les capacités d'orientation dans l'espace. L'altération de celles-ci peut en effet annoncer une maladie d'Alzheimer. Grâce au succès du jeu, les chercheurs ont eu accès aux résultats de 4 millions de personnes dans le monde, une première pour une étude de ce type.

En matière de recherche médicale, le volontaire 2.0 n'a plus rien de l'ancien cliché du cobaye humain. De chez lui ou dans les transports en commun, il joue sur son Smartphone à... un jeu vidéo. En l'occurrence, Sea Hero Quest, jeu gratuit, qui, dans sa version classique ou en réalité virtuelle, offre plusieurs défis de navigation et d'orientation à un capitaine de navire. Mais dans cet univers fictif, les performances du joueur ne servent pas qu'à progresser à travers les niveaux, elles sont soigneusement enregistrées et envoyées, avec son accord, à une équipe de chercheurs en neurosciences spécialisés...

Lire la suite

Source : Techno-Science


Ghana : des drones livrent des médicaments aux hôpitaux isolés

Les autorités ne cessent de le répéter : le Ghana va développer "le plus grand service de livraison par drone au monde", selon l'expression de son président Nana Akufo-Addo. Inauguré mercredi 23 avril 2019 en grande pompe par le président, le service de livraison par drone permet d'atteindre les régions les plus reculées du pays, pour pallier les problèmes d'accès aux soins, et particulièrement d'accès aux médicaments. "Personne au Ghana ne devrait mourir parce qu'il n'a pas eu accès à un médicament dont il a un besoin urgent", a martelé le président Akufo-Addo en assistant aux premiers vols de drones.

Au Ghana, pays de 30 millions d'habitants et d'une superficie égale à celle du Royaume-Uni, les populations rurales sont souvent coupées de tout, et notamment de la médecine, en raison du manque d’infrastructures et d'un mauvais état des routes. Zipline, la compagnie américaine qui propose ce service novateur a déjà fait ses preuves.

Lire la suite

Source : Sciences & Avenir


Une « appli carte Vitale » testée cette année et généralisée en 2021

L’application est destinée à devenir « l’outil d’identification et d’authentification des patients dans le système de santé. » Elle permettra également d’accéder à différents services, comme Ameli. Une expérimentation débutera au troisième trimestre et sa généralisation est prévue pour 2021. Il n’y a pas de détails techniques sur cette application carte Vitale pour l’heure.

La feuille de route inclut aussi la dématérialisation des ordonnances. L’« e-prescription » doit « sécuriser le circuit de transmission de l’ordonnance et [favoriser] la coordination entre les professionnels. » Du côté du médecin, elle permettra par exemple de vérifier que le patient s’est vu délivrer le traitement prescrit. Du côté du patient, elle permettra d’avoir toutes ses ordonnances rassemblées dans le Dossier Médical Partagé (DMP), et à terme dans les applications de son choix.

Lire la suite

Source : iGeneration


Une IRM cardiaque interventionnelle sans irradiation du patient

L’Hôpital privé Jacques Cartier à Massy (91), établissement du groupe Ramsay Générale de Santé (l’un des leaders européens de l’hospitalisation privée et des soins primaires), est aujourd’hui le premier établissement de santé en France à proposer des procédures cardiaques interventionnelles en IRM (imagerie par résonance magnétique) sans ondes irradiantes pour le patient. Cette technique innovante offre des conditions de précision et de sécurité optimales pour les patients mais aussi pour les professionnels de santé. 

L’imagerie interventionnelle, qui représente l'ensemble des actes médicaux réalisés par des médecins spécialistes sous contrôle d'un moyen d'imagerie, s’est fortement développée ces dernières années, notamment grâce à l’apparition des techniques mini-invasives. Qu’elle soit pratiquée à visée diagnostique ou thérapeutique, elle permet d’accéder à une lésion située à l’intérieur de l’organisme et représente à ce titre, une...

Lire la suite

Source : Ramsay Générale de Santé


Carnet de santé numérique : 5 millions de DMP ouverts

Selon l’Assurance-maladie, la barre des 5 millions de DMP a été franchie le 16 avril 2019. En moyenne, 100 300 personnes ouvrent leur dossier médical partagé chaque semaine en France. 

Ce carnet de santé numérique permet de conserver des données médicales, de manière sécurisée, sur un seul site accessible uniquement aux professionnels de santé : médecin, dentiste, pharmacien...

Chaque partie prenante peut l’enrichir de nouvelles informations : examens médicaux, compte-rendus d’hospitalisation, courriers de suivi... Fin avril, une nouvelle rubrique permettra de télécharger ses directives anticipées (ses volontés pour sa fin de vie). Egalement à la fin du mois, une nouvelle version de l’appli, plus facile d’utilisation, sera disponible. Fin 2019, le carnet de vaccinations pourra y figurer. 

Lire la suite

Source : Santé Magazine


Johnson and Johnson porté par ses ventes de médicaments

Le groupe pharmaceutique et de produits d'hygiène Johnson and Johnson a dépassé les attentes au premier trimestre, la progression soutenue des ventes de ses médicaments permettant notamment de compenser l'effet de la hausse du dollar, selon ses comptes publiés aujourd'hui. L'entreprise a vu son bénéfice net reculer de 14%, à 3,7 milliards de dollars, mais rapporté par action et hors éléments exceptionnels, son bénéfice est ressorti à 2,10 dollars, soit plus que les 2,04 dollars attendus par les analystes.

 

Le chiffre d'affaires du fabricant du gel douche «Le Petit Marseillais» ou des crèmes Neutrogena a aussi dépassé les prévisions en progressant de 0,1% à 20,02 milliards de dollars. Ce sont surtout les ventes de médicaments, dont l'entreprise tire plus de la moitié de ses revenus, qui ont entraîné cette augmentation. Le Stelara, utilisé dans le traitement..

Lire la suite

Source : Le Figaro


La France à son tour sous la menace des opioïdes

La situation est grave mais pas aussi désespérée qu’ailleurs. Voilà ce qui ressort du rapport édité en février par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) concernant la consommation dans l’Hexagone d’antalgiques opioïdes par des personnes souffrant de douleurs chroniques. La situation n’est pour l’instant pas aussi alarmante qu’aux États-Unis et au Canada, où les overdoses conduisent à des milliers de morts chaque année. Toutefois, en dix ans, la consommation de ces antidouleurs a fortement augmenté en France, notamment à la suite de la mise en place en 1998 par les pouvoirs publics d’un plan de lutte contre la douleur. Selon les données de l’assurance-maladie, 10 millions de Français ont obtenu en 2015 une prescription d’antalgique opioïde. Et l’ANSM, de pointer du doigt le tramadol, le plus consommé, suivi de la codéine puis de la poudre d’opium additionnée de paracétamol. Viennent ensuite des opioïdes forts comme la...

Lire la suite

Source : Sciences & Avenir


L'e-santé, secteur star des levées de fonds

769 levées de fonds ont été réalisées dans le secteur de la santé en 2018 dans le monde, selon un rapport de l'organisation Startup Health publié le 31 mars 2019. Un nombre en baisse par rapport à 2017, quand 860 levées avaient été comptabilisées, mais avec des sommes plus importantes : 14,6 milliards de dollars ont été récoltés pour encourager l'innovation, soit une hausse de 25 % par rapport à l'année précédente.

 

Et l'engouement se poursuit, au premier trimestre 2019, 137 start-up avaient déjà levé des fonds, à hauteur de 2,9 milliards de dollars. L'américain Clover Healt dope ces résultats avec une levée de 500 millions de dollars, soit 17% du total. Il est suivi par le français Doctolib et son tour de table de 170 millions de dollars en mars dernier. L'américain Beam Therapeutics complète le podium avec 135 millions de dollars récoltés.

Lire la suite

Source : Journal du Net


Le nombre de nourrissons vaccinés est en hausse

En matière de couverture vaccinale, « la protection collective des nouvelles générations est proche ». La ministre de la santé, Agnès Buzyn, en a fait l’annonce, jeudi 18 avril, à l’occasion du lancement de la Semaine européenne de la vaccination. A l’appui de cette prophétie, la publication détaillée des premiers chiffres du passage de trois à onze vaccins obligatoires chez les enfants âgés de moins de deux ans. La mesure, entrée en vigueur le 1er janvier 2018, avait été prise pour faire face à la montée de l’« hésitation vaccinale » et la résurgence de certaines maladies, comme la rougeole.

Détaillant un chiffre déjà dévoilé le 25 mars lors d’un comité interministériel à la santé, une étude réalisée par Santé publique France fait état d’une nette progression (+ 5 points) de la proportion d’enfants immunisés avec un vaccin hexavalent, qui passe en un an de 93,1 % à 98,6 % chez les nourrissons âgés de 7 mois. La progression est spectaculaire...

Lire la suite

Source : Le Monde


Ovia : l’application qui fait polémique aux États-Unis

Ovia (App, iPhone, v4.2.0, 127 Mo, iOS 10.0, Ovuline, Inc.) est une application de santé qui permet aux femmes de gérer leur santé, et les aide à tomber enceinte. Pendant la période de grossesse, l’app surveille la santé de l’utilisatrice pour s’assurer que la grossesse se passe bien. Mais, l’application qui est censée venir en aide aux femmes a transmis à des entreprises les données personnelles des utilisatrices. En effet, le start-up Ovia a vendu à des entreprises les informations personnelles des femmes.

L’application Ovia est très utile à de nombreuses femmes. Les utilisatrices de l’application doivent fournir un certain nombre d’informations comme le poids, le régime alimentaire, le sommeil ou encore les rapports sexuels… Ces données permettent de réaliser un suivi efficace, surtout au moment de la grossesse pour détecter les naissances prématurées. À la naissance du bébé, les utilisatrices peuvent aussi renseigner le poids, le sexe, la...

Lire la suite

Source : Meilleurmobile


700 consultations en télémédecine par semaine

L’assurance maladie a publié un premier bilan concernant la télémédecine. Il montre un réel intérêt de la part des Français envers cette nouvelle façon de vivre la médecine qui a été mise en place, en partie, pour lutter contre la désertification médicale.

Les consultations en télémédecine sont remboursées depuis le 15 septembre 2018. Il est donc possible d’obtenir un rendez-vous vidéo avec un médecin au lieu de se déplacer dans son cabinet. Et ce nouveau type de consultations semble plaire à de plus en plus de personnes.

En effet, le nombre de consultations par le biais de la télémédecine ne cesse de croître selon les chiffres de l’assurance maladie. Ainsi, l’organisme indique que, depuis la mi-février, 700 consultations sont réalisées par semaine, en moyenne. En détail, au 17 mars, 7 939 téléconsultations ont été prises en charge par l’assurance maladie qui parle d’: « une...

Lire la suite

Source : La Santé Publique


7 millions de dollars pour « l’hôpital numérique » de Medbelle

Medbelle a pour ambition de mettre en place le «premier hôpital numérique au monde». Si elle n’en est pas encore là, la startup basée à Londres et Berlin vient de lever 7 millions de dollars pour poursuivre sa route entamée il y a 3 ans. Ce tour de table de série A a été mené par Signals Venture Capital avec la participation de Mutschler Ventures, Cavalry Ventures ou encore Talis Capital.

La solution de Medbelle est pour l’instant disponible dans 36 villes au Royaume-Uni, où l’entreprise revendique plus de 33 000 utilisateurs. Le site Web et l’application développés par la start-up permettent aux utilisateurs de gérer tout leur parcours de soins: de la recherche d’un spécialiste, à la prise du rendez-vous, jusqu’au suivi de la procédure. Pour les professionnels de santé, l’avantage est de pouvoir passer par une plateforme qui permet notamment d’alléger les tâches administratives et d’être facilement en contact...

Lire la suite

Source : FrenchWeb


Assurtech : Wilov lève des fonds auprès d’Allianz France et d’Arkéa

Lancée en 2017, la start-up Wilov, qui propose aux particuliers de souscrire en ligne une assurance à l’usage (« Pay when you drive »), vient d’annoncer un tour de table de 3,2 millions d’euros. Réalisée auprès d’Arkéa et d’Allianz France, via son fonds InnovAllianz dédié aux startups, cette levée de fonds a pour objectif « d'accélérer la croissance de l'entreprise en élargissant son offre mais également en la déployant à terme à l'international ». 

Comme nous le confiait son cofondateur Pierre Stanislas en début d’année, la start-up va profiter de cette levée de fonds pour prendre position sur le segment des voitures de luxe et de collection. 

Wilov, qui vient de rejoindre la startup Garage de Facebook à Station F, affiche pour ambition de dépasser les 100 000 clients dans les trois prochaines années. La société...

Lire la suite

Source : Pro L'argus


Qare, solution de téléconsultation, lève 20 millions d’euros

Cette levée lui permettra de remplir différents objectifs : atteindre 15 000 praticiens partenaires en 2020, ajouter de nouvelles spécialités médicales, développer des fonctionnalités supplémentaires au service des patients et les praticiens, multiplier ses effectifs par 5 pour dépasser les 150 collaborateurs d’ici 2020. Aujourd’hui, Qare compte 40 collaborateurs, plus de 100 praticiens actifs issus de plus de 30 spécialités différentes et 300 praticiens en formation.

Selon le ministère de la santé, la téléconsultation est une consultation entre un professionnel médical « téléconsultant » et un patient, qui peut ou non être accompagné par un professionnel de santé, par l’intermédiaire des technologies de l’information et de la communication. Qare propose depuis 2017 une solution de téléconsultation aux Français, quel que soit leur lieu de résidence et sans aucune condition préalable, avec...

Lire la suite

Source : vl media


Schizophrénie : Happyneuron partenaire de Boehringer Ingelheim

Happyneuron, filiale du groupe SBT Human(s) Matter, a annoncé avoir été choisie par Boehringer Ingelheim, pour fournir un programme digital d’entraînement cognitif à domicile (computerized cognitive training /CCT) qui a été inclus dans un essai clinique multicentrique international investiguant une thérapie combinée pour des patients atteints de schizophrénie.

Cet essai vise à recruter 200 patients stabilisés atteints de schizophrénie dans 6 pays et environ 40 sites de recherche. Il comparera, dans un contexte de traitement antipsychotique stable et d’un entraînement cognitif digital à domicile, l’effet du BI 425809 par rapport au placebo. Les premières inclusions ont commencé en avril 2019.

Cet essai est essentiel pour plusieurs raisons. Premièrement, les résultats montreront s’il est plus avantageux d’associer une pharmacothérapie à une stimulation cognitive...

Lire la suite

Source : MyPharma Editions


Découvrez le palmarès Empreintes 2019

Empreintes est organisé depuis plus de 20 ans par la délégation Santé de l’AACC, le SPEPS et l’UDA.

Il récompense les meilleures campagnes de communication santé qu'elles soient au service de marques de prescription, d'automédication, vétérinaires, des grandes causes, d'entreprises,  ou encore de produits de consommation courante - nutritionnels ou non - et dont la santé est le thème central.

 

Les campagnes lauréates du prix Empreintes 2019 : 

  • "Because I say no" -  Publicis Health 

Lire la suite

Source : Empreintes


Les chiens sont capables de détecter le cancer à l'odorat

Il existe beaucoup de bons toutous. Certains guident les personnes aveugles dans la rue, d'autres arrivent à renifler les explosifs ou les stupéfiants. En plus de ça, des chercheurs se sont aperçus que les chiens sont aussi capables de détecter le cancer rien qu'à l'odorat, comme le montre une étude présentée ce lundi 8 avril 2019 au congrès de l'American Society for Biochemistry and Molecular Biology (ASBMB). Une odeur caractéristique qu'ils ne remarquent pas en présence de la personne malade mais dans des prélèvements sanguins.

L'équipe a pour cela entraîné 4 chiens de race Beagle à distinguer un échantillon de sang normal de l'échantillon d'une personne atteinte de cancer du poumon. Un des chiens s'est montré totalement démotivé. Mais les trois autres ont réussi à reconnaître les échantillons sains à 97,5% et les échantillons de personnes malades à 96,7%. "Les chiens..

Lire la suite

Source : Sciences & Avenir


Cdiscount se lance sur le marché de la santé

 La métamorphose du milieu de l’assurance peut parfois prendre des formes inhabituelles. Et les nouveaux usages poussent les acteurs du marché à faire preuve d’imagination, comme l’atteste l’annonce du partenariat entre le site de e-commerce Cdiscout et l’assureur Ociane Matmut, du groupe AG2R La Mondiale Matmut. Après une année de réflexion, cette collaboration a enfin été officialisée le 10 avril 2019 via un communiqué.

Ce genre d’association est une première en France, et pourrait sur le long terme marquer un tournant dans la proposition assurantielle. Depuis plusieurs mois, l’offre va vers une personnalisation de l’assurance, vers des modèles et offres plus adaptées aux attentes sur mesure des consommateurs. Cdiscount travaille depuis vingt ans dans la vente en ligne, essentiellement de biens. En s’associant avec Ociane Matmut, Cdiscount confirme sa volonté d’étendre son modèle commercial en proposant des services dans des domaines..

Lire la suite

Source : Selectra


Assistants médicaux : la CNAM lâche un peu de lest

 Lors de la dernière séance de négociations sur les assistants médicaux, les syndicats de médecins ont obtenu une petite avancée.

Ainsi, dans son nouveau projet, la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) renonce à imposer un ratio d'un assistant médical pour trois médecins. Il sera donc désormais possible à deux médecins de bénéficier des aides liées à l’embauche d’un assistant médical.

S'ils sont trois médecins pour un assistant, les objectifs d'augmentation de la patientèle seront les suivants : +20 % de 610 à 850 patients "médecin traitant" ou une file active de 1 190 à 1 490 (ci-après, première tranche); +15 % de 850 à 1 080 patients MT ou une file active de 1 490 à 1 820 (ci-après deuxième tranche) ; +7,5 % de 1 080 à 1 470 patients MT ou une file active de 1 820 à 2 450 patients (ci-après troisième tranche) ; au-dessus de ces..

Lire la suite

Source : JIM


Les médecins ont peur d’être dénigrés par leurs patients sur les réseaux sociaux

 Internet et les réseaux sociaux sont régulièrement soupçonnés d’avoir contribué à une dégradation des rapports entre les médecins et les malades. Ce qui a longtemps relevé d’une simple impression apparaît aujourd’hui de plus en plus régulièrement étayée par différentes enquêtes et études. Ainsi, un récent sondage réalisé par Odoxa pour la fondation Fondapro (créée par un groupe de médecins sous l’égide de la Fondation de France et dédié à la sécurité des soins et des patients) met en évidence comment le web paraît perturber les échanges entre les praticiens et leurs patients. Les médecins interrogés (des spécialistes nécessitant un plateau technique, chirurgiens, gynécologues-obstétriciens, anesthésistes réanimateurs) sont en effet 37 % à avouer avoir peur d’être « victimes d’un dénigrement » par l’un de leurs patients sur les réseaux sociaux, et 32 % éprouvent « souvent » cette crainte (5 % parfois). Seuls 30 % des médecins ne ressentent...

Lire la suite

Source : JIM