70% des français considèrent la santé comme la première de leurs préoccupations !

DHL a testé la livraison de médicaments par drone en Afrique

Alors qu'en Europe, les autorités s'inquiètent des drones survolant sans contrôle des zones sensibles, en Afrique, ils peuvent révolutionner la livraison de médicaments ou de résultats d'analyses dans des régions isolées. Une île située sur le lac Victoria, le plus grand d'Afrique (68.100 km2, plus de deux fois la superficie de la Belgique) a bénéficié durant six mois d'un service régulier de livraison de médicaments par drone. Ce petit avion-robot livrait sa précieuse cargaison en moins d'une heure au lieu de plusieurs heures par les voies routières et maritimes habituelles.

Le test a été mené conjointement par le coursier international DHL (filiale de Deutsche Post, la Poste allemande), l'agence de coopération internationale allemande et le fabricant de drones Wingcopter. Durant ses six mois de test, le drone, qui décolle et atterrit à la verticale, parcourait les 60 km qui séparent le continent de l'île d'Ukerewe ...

Lire la suite

Source : BFM TV


Un robot innovant pour les victimes d’AVC

Grand écran, joystick : il pourrait ressembler à s’y méprendre à une nouvelle console de jeux vidéo haute technologie. Le robot s’adresse aux patients (adultes ou de pédiatrie) atteints de troubles neurologiques ou traumatologiques. Scratchs serrés, la main positionnée sur le joystick : le programme propose trois modes d’intensité (passif, actif aidé, actif) et variation de jeux (circuits à suivre, recettes virtuelles). Les gestes (calqués sur ceux du quotidien) sont relayés et enregistrés sur le superviseur, permettant d’analyser au plus juste l’évolution. « L’activité ? Environ 500 mouvements par séance, contre moins de 100 avec une séance traditionnelle. Plus on est dans l’intensité, plus le cerveau est stimulé pour créer un réseau de neurones », explique Fabien Nicolet,ergothérapeute. Si le robot est initialement voué aux patients victimes d’AVC, il se montre également efficace pour d’autres pathologies (type Parkinson, syndrome de...

Lire la suite

Source : Le Télégramme


Des chercheurs français parviennent à réadministrer une thérapie génique, une première

C'est une première scientifique ! Les thérapies géniques avaient jusque-là une limite importante : elles ne pouvaient pas être administrées plus d'une fois, en raison des défenses immunitaires constituées lors de la première injection. Bonne nouvelle : des chercheurs de Généthon, de l’AFM-Téléthon et de l’Inserm ont réussi à résoudre ce problème, d'après de nouveaux travaux sur l'animal parus dans Nature Communications.

La thérapie génique a pour objectif de corriger les gènes défectueux à l'origine de pathologies aussi variées que la drépanocytose ou la myopathie de Duchenne. Pour cela, les scientifiques utilisent des "moyens de transport" capables d'atteindre les bonnes cellules et d'y intégrer le "gène thérapeutique" au bon endroit dans l'ADN. Ce moyen de transport, c'est tout simplement un virus, organisme déjà naturellement conçu pour...

Lire la suite

Source : Sciences & Avenir


Les cancers les plus mortels chez la femme

Au total en France, 399 500 nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués en 2017, dont 185 500 femmes (environ 46%). 66 000 Françaises seraient décédées du cancer en 2017, selon les estimations de l’Institut national du cancer (Inca) publiées en janvier 2018. Quels sont les cancers responsables de ces décès ?

N°1 : Le cancer du sein, également le plus fréquent

En terme de fréquence comme en terme de mortalité, le premier cancer féminin est le cancer du sein. Selon les derniers chiffres de l’Institut national du cancer (Inca) publiés en janvier 2018, 58 968 nouveaux cas de cancer du sein ont été enregistrés en France métropolitaine en 2017 et ce cancer aurait causé 11 883 décès cette même année, ce qui représente 18,2% des décès féminins par cancer.

Mais la mortalité du cancer du sein dépend de l’âge de la femme qui en souffre...

Lire la suite

Source : e-sante.fr


L'Assurance maladie veut créer 40 millions de "dossiers médicaux partagés" en cinq ans

Au moins 40 millions de dossiers médicaux partagés (DMP) créés d'ici 5 ans: c'est l'objectif de l'Assurance maladie. Serpent de mer des politiques de santé depuis 2004, ce "carnet de santé numérique" est relancé après une succession d'échecs coûteux.

Les Français auront-ils (enfin) un dossier informatisé, partagé et accessible par les professionnels de santé, contenant tout leur historique médical. C'est tout l'enjeu de de la relance du "recours large" au dossier médical partagé (DMP) -sorte de carnet de santé numérique attendu depuis 2004- qui figure au coeur de l'accord cadre interprofessionnel (Acip) signé par la Caisse nationale d'Assurance maladie (Cnam) et l'UNPS.

Ce dossier unique informatisé, par le partage d’informations médicales sur la patient qu’il instaure, est censé favoriser une moindre redondance des actes, et une meilleure coordination des soins. Un objectif très ambitieux de 40 millions de DMP ouverts d'ici à...

Lire la suite

Source : BFM TV


Un pansement connecté pour détecter et traiter les infections

Basée à Mulhouse (Haut-Rhin), la jeune start-up Spinali Design multiplie les innovations dans le domaine des objets connectés et de l’intelligence artificielle. Sa dernière création ? Un pansement intelligent capable de détecter une éventuelle infection, rapporte 20 Minutes ce mercredi 10 octobre.

Ce « super-pansement » a été conçu en étroite collaboration avec l’unité biomatériaux et bio-ingénierie de l’Inserm de Strasbourg. Le dispositif est étanche, traité anti-bactérien, mais il est surtout équipé d’une puce électronique, capable de se connecter à une application smartphone pour échanger des données.

Il suffit d’activer la puce en appuyant sur un petit bouton, avant d’appliquer le pansement sur la plaie. Les données transmises par les capteurs permettent de surveiller la blessure en temps réel, voire de programmer la délivrance d’un traitement dès les...

Lire la suite

Source : Les Furets


Sanofi prend un nouveau départ en Algérie

L'investissement avait été décidé en 2013 sous l'ère Viehbacher mais c'est ce jeudi que Sanofi a inauguré son nouveau site industriel de Sidi Abdallah, au sud d'Alger. Installé sur un terrain de plus de six hectares, dont 3,5 sont consacrés à la production, « c'est le plus gros site pharmaceutique d'Afrique pour Sanofi » explique Philippe Luscan, qui dirige les affaires industrielles du groupe. Jusqu'à présent le laboratoire français, numéro un sur le marché algérien, disposait de deux usines à Aïn Benian et Oued S'Mar, mais leur capacité arrivait à saturation.

« D'où la décision d'investir 85 millions d'euros dans un nouveau site aux standards mondiaux. Il permettra de doubler la capacité de production de Sanofi dans le pays, à 100 millions de boîtes par an », poursuit Philippe Luscan. Et de produire, tant des formes sèches que liquides. Le centre de distribution aura lui une capacité de 15.000 palettes...

Lire la suite

Source : Les Echos


Recyclage de médicaments : le Grand Est sort du lot

Les vieilles pilules qui traînent sur la commode, les gélules périmées dans le tiroir, les anciens comprimés au fin fond de la trousse à pharmacie : on prend tout, on fait le tri et on dépose à la pharmacie. Dans ce domaine, les habitants du Grand Est font partie des meilleurs élèves de France.

Selon les derniers chiffres rapportés cette semaine par Cyclamed, (l'association qui s'occupe de la valorisation des médicaments non-utilisés), notre grande région est dans le TOP 5 français. L'an dernier, elle a récupéré 180 grammes par habitants du Grand Est, contre 164 au niveau national.

Derrière le comptoir, Maryse confirme la dynamique. Cette pharmacienne travaille dans l'une des 445 officines de Champagne-Ardenne (il y en a 460 en Alsace et 720 en Lorraine) : "Il y a énormément de personnes qui me ramènent leurs vieux médicaments, oui, c'est..

Lire la suite

Source : France Bleu


Peut-on «mesurer» la santé ?

L'une des plus anciennes compagnies d'assurance américaines, John Hancock, vient de transformer ses contrats d'assurance-vie afin d'ajuster ses prix aux comportements de ses clients. L'utilisation des données de santé a le triple avantage de faire baisser le prix de l'assurance pour les uns, maximiser le profit pour les autres, et encourager des modes de vie sains, qu'il s'agisse de pratiques sportives (montre connectée, visites aux clubs de gym partenaires), d'alimentation (achats de produits diététiques) ou de régularité des examens médicaux. Amélioration indiscutable.

Ces avancées pourtant, en supposant que la santé est mesurable, opèrent une simplification dommageable. La mesure possède en effet trois sens différents: c'est d'abord la mesure des choses, la taille d'une tumeur, une tension artérielle, une fréquence cardiaque, un taux de glycémie. Mais la mesure peut aussi désigner une...

Lire la suite

Source : Le Figaro


Plan Santé 2022 : vers un grand mouvement infirmier ?

Les infirmiers libéraux avaient déjà fait part de leur agacement à l’annonce par le Président de la République du plan santé 2022 qui faisait peu de cas de leur profession.

A leur tour, les infirmiers hospitaliers ont fait entendre leur voix à l’occasion de la manifestation de ce mardi 9 octobre à l’initiative de trois syndicats (CGT, FO, Solidaires) et d’organisations étudiantes (Unef, Fidl, UNL).

Le cortège était en effet coloré de nombreuses blouses blanches qui ont pu dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail, exiger des revalorisations salariales, des primes de nuit et des indemnités de week-end ainsi que le maintien de l’emploi et des lits.

Pour expliquer cette participation importante des infirmières, Thierry Amouroux, président du SNPI (Syndicat national des professionnels infirmiers), dont les propos ont..

Lire la suite

Source : Jim


L’Agence de sécurité sanitaire demande l’interdiction des cabines de bronzage

Les mauvais jours arrivent à grands pas et, déjà, les teints hâlés de l’été ne sont plus qu’un lointain souvenir. Pour avoir bonne mine malgré tout, certains n’hésitent pas à multiplier les séances de bronzage artificiel… Quitte à y laisser leur peau. Risque de mélanomes et vieillissement prématuré de l’épiderme sont en effet le lourd tribut à payer pour cette pratique à la mode, comme le rappelle l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) dans un avis remis mercredi au ministère de la Santé.

«Aujourd’hui, on estime que les cabines de bronzage sont responsables de 380 cas de mélanomes chaque année», indiquent les auteurs du rapport. Et, chez les moins de 30 ans, près d’un cas de mélanome sur deux est imputable au bronzage artificiel. Face à ce constat alarmant, l’Anses demande expressément aux autorités d’interdire le commerce du bronzage artificiel, comme elle l’avait déjà fait en 2012.

Lire la suite

Source : Le Figaro


Santé connecté et assurance : mieux gérer les risques

La santé connectée permet aux assureurs d’avoir une vision claire sur les risques de leur portefeuille à long terme, affirme le Dr Laurent Goldstein, président et co-fondateur de l’application de suivi médical QALYO.

Avec le gain en popularité de la télémédecine, de nombreuses applications voient le jour. Le médecin divise la télémédecine en deux catégories : la téléconsultation et la santé connectée. La téléconsultation permet aux patients de consulter un professionnel de la santé à distance via une plateforme numérique à distance et la santé connectée permet le télésuivi, l’enregistrement de données en santé et la transmission de ces données.

La santé connectée avec participation active permet aux patients d’enregistrer eux-mêmes dans une application les résultats de certains tests, tels que des résultats de tests cardiaques, des résultats de prise de sang, etc. Selon les données recueillies et selon ...

Lire la suite

Source : Journal de l'Assurance


La Côte d’Ivoire déclare la guerre aux faux médicaments

Près de 400 tonnes de faux médicaments ont été saisies en deux ans en Côte d’Ivoire, dont la capitale, Abidjan, abrite le plus grand marché de produits illicites d’Afrique de l’Ouest, a annoncé, mardi 9 octobre, le ministère ivoirien de la santé. « Au cours des deux dernières années, 385 tonnes de faux médicaments, représentant pour l’industrie pharmaceutique une perte financière de 100 milliards de francs CFA [150 millions d’euros], ont été saisies », a déclaré Ablé Ekissi, inspecteur au ministère.

M. Ekissi s’exprimait lors du lancement d’une campagne de lutte contre la vente de faux médicaments initiée par le groupe pharmaceutique français Sanofi. « En Côte d’Ivoire, de 30 à 40 % des médicaments sont achetés dans la rue. Ils sont réputés peu chers, ils sont au mieux inefficaces, au pire toxiques, voire mortels pour ceux qui les consomment », a affirmé Abderrahmane Chakibi, directeur général de Sanofi pour l’Afrique...

Lire la suite

Source : Le Monde


Un robot mille-pattes transporteur de médicaments dans le corps

Ne vous fiez pas à sa taille microscopique, son corps mou à l'apparence de mille-pattes et son épaisseur de 0.15 millimètre. Le robot mille-pattes inventé par des chercheurs de l'Université de Hong-Kong est capable de porter des charges de 100 fois son poids et de se déplacer dans n'importe quel environnement, humide ou sec. La force de ce nano robot en silicone est justement sa grande adaptabilité et malléabilité. Il a d'ailleurs été conçu pour voyager à l'intérieur d'un organisme vivant comme le corps humain. Objectif : administrer des médicaments de manière ciblée. Par exemple dans le cas d'une tumeur cancéreuse, le mille-pattes serait capable de se faufiler et d'apporter le traitement au plus près des cellules cancéreuses sans être agressif pour le corps.

Les particularités techniques de ce mille-pattes du futur est détaillé dans la revue Nature communications et dans des vidéos montrant tout le potentiel de cette invention pour...

Lire la suite

Source : Top Santé


Assurance : 80% des Millenials tentés par les Gafa et les startups

Un comparateur d'assurance auto signé Google (arrêté en 2016), des contrats d'assurances proposés en partenariat sur le site d'Amazon : les Gafa et autres entreprises de la Tech s'intéressent depuis un moment au marché de l'assurance. Cet intérêt semble désormais partagé, puisque 52% des assurés français se disent ouverts à l'idée de souscrire une assurance auprès d'un nouvel entrant, ne venant pas forcément du secteur, selon le rapport 2018 réalisée par le cabinet Bain & Company sur les comportements et la loyauté des clients dans l'assurance. Parmi les différents profils d'assuré, une catégorie montre encore plus d'appétence : celle des Millenials (au sens large : le cabinet parle des clients de 18 à 34 ans).

L'étude montre que 80% des Millenials seraient prêts à se tourner vers les Google, Amazon, Facebook, Apple, ou plus largement de nouveaux entrants, tels que les...

Lire la suite

Source : La Tribune


Une réalité virtuelle anti-douleur

Créée en 2017, Deepsen est une société d’e-santé (ou santé électronique), qui travaille sur une solution thérapeutique innovante, pour évaluer et traiter les douleurs liées aux soins. Cette solution non-médicamenteuse et non-invasive utilise un dispositif de réalité virtuelle et s’appuie sur différentes approches thérapeutiques, comme :

L’hypnose médicale avec l’hypnosédation et l’hypnoanalgésie ; la musicothérapie ; la luminothérapie ; et la chromathérapie ou chromothérapie (utilisation thérapeutique des couleurs).

Le concept développé par Deepsen est né de la rencontre de différents acteurs :

Des patients ; des accompagnants; des médecins formés à l’hypnose médicale ; des praticiens ; et des professionnels de l’image. 

La solution thérapeutique de Deepsen est une méthode unique de sédation-analgésie...

Lire la suite

Source : Santé sur le net


Santé à domicile : les Gafam et leurs équivalents chinois investissent lourdement dans ce secteur d'avenir

L'annonce a fait le buzz lors de la dernière conférence d'Apple en septembre: la nouvelle montre connectée du géant de Cupertino sera équipée de capteurs capables de contrôler le rythme cardiaque, ce qui en fera, en pratique, un électrocardiogramme qu'on portera au poignet. L'Apple Watch pourra également détecter les chutes et prévenir les secours. «Le gardien intelligent de votre santé», résume la firme à la pomme, qui a obtenu une précieuse certification de la part de la Food and Drug Administration (FDA, agence américaine du médicament) .

Voilà donc une étape de plus franchie dans la course à l'e-santé où s'est engagée l'industrie numérique - un eldorado au potentiel économique immense. Signe des temps, tous les géants du Web sont de la partie. Via sa filiale Verily, Google compte surveiller pendant quatre ans la santé de 10.000 volontaires avec des dispositifs à...

Lire la suite

Source : Le Figaro


Comment améliorer la santé physique et mentale des aidants ?

Selon une étude de 2012 de la DRESS, le stress, l’anxiété et le surmenage sont exprimés par les ¾ des aidants ressentant une charge lourde et par la moitié de ceux déclarant ressentir une charge moyenne (contre 29% pour l'ensemble des aidants). 63% des aidants accompagnant un proche souffrant de cancer expliquent un impact quotidien sur leur sommeil (source : Observatoire national des cancers, 2016). 44% des jeunes aidants affirment avoir mal au dos et aux bras (enquête IPSOS 2017).

"On compte d'un côté les impacts sur la santé mentale (de l'anxiété et du stress à la dépression, au burn-out, aux épisodes psychotiques, aux tentatives de suicides dans les cas les plus graves), explique le Dr Hélène Rossinot, interne en santé publique et auteur d'une thèse sur le vécu des patients et des aidants en hospitalisation à domicile. De l'autre, il y a les impacts sur la santé physique, telle qu'une fatigue importante, des...

Lire la suite

Source : FranceTVinfo


Vaccination contre la grippe en pharmacie : "une petite révolution"

Alors que les autorités sanitaires ont lancé samedi 6 octobre leur campagne d’information sur la vaccination contre la grippe, il est désormais possible, dans certaines régions, de se faire vacciner en pharmacie. Une nouvelle façon de lutter contre la grippe saisonnière, dont l'épidémie avait fait 13.000 morts en 2017-2018, et alors que le vaccin est recommandé pour 12 millions de Français au total... mais que seulement la moitié y recourt chaque année.

"On est pas habitué à toucher le patient". Dans le meuble réfrigéré de sa pharmacie, à Marck, près de Calais, les kits de vaccination sont prêts à l'emploi. Pour vacciner dans son officine, le pharmacien a suivi cet été une formation au geste vaccinal, ce qui constitue une nouvelle facette de son métier. "Ça a été une petite révolution, parce qu'on n'est pas habitué à toucher le patient", explique Jean-Marc Lebecque au micro ...

Lire la suite

Source : Europe 1


Santé publique : «Négliger la prévention, c’est renforcer les inégalités»

Dans une tribune au Parisien-Aujourd’hui en France, deux professeurs et deux députés alertent sur la nécessité de mener une action politique forte en matière de prévention, afin de réduire les inégalités face à la santé.

Les professeurs Didier Jourdan, chaire Unesco et collaborateur OMS ; Franck Chauvin, université Jean-Monnet (Saint-Étienne) et président du Haut Conseil de la santé publique (HCSP). Les députés de la commission des Affaires sociales Ericka Bareigts, élue de la Réunion et ancienne ministre ; le docteur Cyrille Isaac-Sibille, élu du Rhône.

« Comme l’a rappelé le président de la République, si la France soigne bien, elle prévient mal, bien plus mal que la majorité de ses voisins. Loin d’être un concept, le déficit de prévention se mesure : différence de treize années pour l’espérance de vie entre les plus aisés et les plus défavorisés, taux de mortalité prématurée évitable parmi les plus ...

Lire la suite

Source : Le Parisien


Klesia lance de nouveaux services dédiés aux pharmaciens d’officine

Klesia, partenaire santé prévoyance de près de 9 officines sur 10, a enrichi son offre de services à destination de la profession. Ces nouveaux services visent notamment à renforcer le rôle des pharmaciens d'officine dans l'équipe de soins primaires et à contribuer dans l'accompagnement de leurs patients. Parmi les mesures phares proposées par Klesia : Valwin, qui permet de créer de véritables plateformes numériques à l'image de chaque officine ou encore BewellConnect, qui permet aux pharmaciens de jouer un rôle central de conseil et de proximité dans le déploiement de la santé connectée. 

A cela s'ajoute le financement intégral du coût du vaccin lors de la campagne de vaccination antigrippale des salariés de pharmacies d'officine. Une façon de contribuer à une diminution de l'absentéisme et de protéger les patients fragiles avec lesquels la ...

Lire la suite

Source : La Tribune de l'Assurance


Parkinson, AVC et démences : 1 femme sur 2 et 1 homme sur 3 sont à risque

Près de la moitié des femmes et un homme sur trois risquent de développer un accident vasculaire cérébral (AVC) ou des maladies neurologiques dégénératives telles que la démence et la maladie de Parkinson, d'après une nouvelle étude. Publiés dans la revue Journal of Neurology Neurosurgery & Psychiatry, ces travaux ont été réalisés aux Pays-Bas et enjoignent à plus de mesures préventives de ce risque.

On estime que les coûts mondiaux de la démence, des accidents vasculaires cérébraux et de la maladie de Parkinson représentent plus de 2% de la productivité économique annuelle mondiale (PIB), un chiffre qui devrait augmenter fortement avec la poursuite de l'espérance de vie. En France, selon l'Inserm, 100.000 personnes sont atteintes de la maladie de Parkinson, 900.000 de la maladie d'Alzheimer, et 1 AVC a lieu toutes les 4 minutes. "Nous avons regroupé ces maladies non seulement parce qu'elles sont...

Lire la suite

Source : Sciences & Avenir


Une application pour les aidants

Organiser des rendez-vous à distance, transmettre des infos aux autres membres de la famille, parfois éloignés, communiquer facilement et de manière interactive avec ces derniers pour une meilleure gestion du temps, bénéficier d’une information riche et pertinente… Voici une partie des options permises par la nouvelle application « tous aidants » destinée aux proches de malades. Cet outil ergonomique et gratuit est le fruit d’un hackathon organisé par Janssen en octobre 2017.

Son objectif, « favoriser la création d’un outil innovant permettant aux aidants actifs de se coordonner avec les autres intervenants pour gagner en efficacité et sérénité », expliquent ses auteurs, lauréats du hackaton. Le soutien « apporté aux aidants est primordial […] pour éviter qu’ils deviennent malades à leur tour ».

Ainsi l’application mobile « Tous aidants » permet à l’aidant principal et ses proches...

Lire la suite

Source : Destination Santé


Santé et IA : les Gafa et les start-up dans la course

Et si les Gafa devenaient aussi des géants de la santé ? Google a tenté d'enfiler la blouse blanche il y a plus de dix ans. Après l 'échec de Google Health , son dossier médical en ligne abandonné en 2012, la firme est revenue en force avec sa filiale DeepMind Health, en faisant ce qu'elle sait faire de mieux : collecter et traiter les données. En l'occurrence celles de patients d'hôpitaux, notamment britanniques.

Les choses ont toutefois été plus difficiles que prévu avec le Royal Free Hospital Trust, qui lui permettait d'accéder à l'historique médical de 1,6 million de patients. L'accord a été dénoncé quand les autorités britanniques ont constaté que ces données n'avaient pas été anonymisées et avaient été utilisées dans un cadre plus large que prévu.

Mais Alphabet, la maison mère de Google, a plusieurs fers au feu. Le projet Baseline, porté par sa filiale Verily, a l'ambition de « cartographier » la santé humaine, en...

Lire la suite

Source : Les Echos


Le laboratoire danois Leo Pharma s'attaque à Sanofi

Bonne nouvelle pour les patients souffrant de psoriasis sévère : une nouvelle alternative thérapeutique arrive sur le marché français. Le danois Leo Pharma vient d'obtenir le feu vert pour commercialiser, le Kyntheum, un médicament similaire au  Cosentyx de Novartis ou au Taltz de Lilly, au prix de 998,86 euros (13.000 euros par an).

Troisième produit de ce type, il peut encore espérer capter une part de ce marché de 5,5 milliards de dollars au plan mondial en 2017, même si, en France, la Haute Autorité de santé considère qu'il n'est pas meilleur que ses concurrents.

De toute façon, le spécialiste danois de la dermatologie a d'autres cordes à son arc avec, en développement, une molécule contre l'eczéma, autre maladie de la peau très handicapante dans ses formes sévères. Sur ce marché potentiel des traitements immunologiques de l'eczéma, estimé à 7,3 milliards de dollars en 2024, le tralokinumab..

Lire la suite

Source : Les Echos


Sécu : la cour des comptes veut plus "d'efforts" des professionnels de santé libéraux

Les dépenses d'assurance maladie devraient être davantage régulées chez les professionnels de santé libéraux, estime la Cour des comptes dans son rapport annuel sur la Sécurité sociale, appelant à des "mesures structurelles" pour "consolider" le retour à l'équilibre prévu pour 2019.

En 2017, le déficit de la Sécu (régime général et fonds de solidarité vieillesse) a "continué à se réduire" pour s'établir à 5,1 milliards d'euros, rappellent les Sages de la rue Cambon, "grâce à l'amélioration de la situation économique".

Mais "le déficit structurel, indépendant des effets de la conjoncture sur le niveau des recettes", reste important, à "3,9 milliards d'euros", selon la Cour.

Dans son projet de budget de la Sécu pour 2019, le gouvernement table sur un retour dans le vert, avec un excédent de 700 millions d'euros, contre 1 milliard de déficit en ...

 

Lire la suite

Source : Medisite


Pénurie de médicaments : "Un problème international à régler avec l'industrie pharmaceutique", selon Agnès Buzyn

Antibiotiques, vaccins pour les enfants, anticancéreux, traitements neurologiques… Plusieurs médicaments sont actuellement en rupture de stock en France, ce qui inquiète les professionnels de santé et les patients. Au micro d'Audrey Crespo-Mara, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a tenu à rassurer. 

"Ça n'est pas du tout un problème français mais un problème mondial. Tous les pays souffrent de cela", a-t-elle d'abord expliqué. "Ça peut concerner des médicaments qui sont difficiles à fabriquer, comme les vaccins. Il faut 18 mois pour produire un vaccin, donc quand il y a un problème dans une usine de fabrication, il y a rupture de stock. Ça peut aussi concerner des médicaments anciens que l'industrie pharmaceutique n'a plus beaucoup d'intérêt à produire. Ou encore des difficultés dans une usine, avec un ...

Lire la suite

Source : Europe 1


Des bus médicaux contre les déserts médicaux

Plus de 9 millions de Français ont des difficultés pour accéder à un médecin généraliste, aux urgences ou à une pharmacie. Et les régions les plus touchées par cette désertification médicale sont la région Auvergne Rhône-Alpes, la Provence-Alpes-Côte d'Azur et la Corse. Dès le début de l'année 2019, la région Auvergne Rhône-Alpes bénéficiera de 4 bus médicaux DOK'ICI. Ces cabinets médicaux mobiles se déplaceront, chaque jour, dans un village afin que ses habitants puissent, une fois par semaine, consulter un médecin si besoin.

Chaque bus médical mobile sera équipé d'un électrocardiographe, d'un défibrillateur et d'un échographe. Ces bus médicaux mobiles seront rattachés à l'un des quatre centres de santé qui vont également se créér début 2019 à Bourg-en-Bresse, à Annonay, au Puy-en-Velay et dans la zone Mornant, Grigny, Givors.

Lire la suite

Source : Santé Magazine


Les remèdes de l'intelligence artificielle pour le monde de la santé

Pour le médecin, l'intelligence artificielle sera-t-elle demain aussi banale que le stéthoscope ? Un simple outil de plus à sa disposition, en quelque sorte. A moins... qu'elle ne le remplace. Comme d'autres secteurs, celui de la santé pourrait bien être transformé par les progrès de l'intelligence artificielle. Avec à la clef la promesse d'une amélioration des soins de santé ou d'une réduction des coûts. Mais aussi de nombreuses craintes.

Dans certains domaines où l'information est déjà numérisée, comme l'imagerie médicale, la cardiologie, l'ophtalmologie ou l'oncologie, la recherche a fait des progrès spectaculaires. Deux facteurs ont joué : l'amélioration des capacités de calculs des ordinateurs et les progrès d'une partie de l'intelligence artificielle, utilisant les réseaux de neurones et leur capacité d'apprentissage.

Lire la suite

Source : Les Echos


Alimentation : l'application Yuka fait la loi

Ils sont plus de 5 millions de Français à ne plus pouvoir se passer de l'application.  Derrière Yuka, se cachent Benoit et François Martin, associés à Julie Chapon. Leur cheval de bataille : la défense de la santé des consommateurs. Leur travail ? Sélectionner un maximum de références dans une sorte de Wikipédia de l'alimentation, une base de données libre d'usage, dans laquelle fabricants et consommateurs apportent des informations.

 

L'application peut reconnaître 365 000 produits et pour leur notation, Yuka s'appuie sur le logiciel Nutri-score du ministère de la Santé. Mais certaines fausses informations mettent du temps à être vérifiées par l'application en temps réel. En tout cas pour les fabricants, mieux vaudrait revoir ses recettes que risquer de perdre des parts de marché.

Lire la suite

Source : FranceTVinfo


Le gynécologue congolais Denis Mukwege est l'un des prix Nobel de la paix 2018

Le Nobel de la paix 2018 a été attribué à la Yazidie Nadia Murad, ex-esclave du groupe Etat islamique et au gynécologue congolais Denis Mukwege "pour leurs efforts pour mettre fin à l'emploi des violences sexuelles en tant qu'arme de guerre". En 2010, ce chirurgien avait précisément dénoncé dans la revue International Health, l'utilisation stratégique du viol pour semer la terreur... et des enfants non désirés en République Démocratique du Congo (RDC). Un pays où de nombreux chefs de guerre, parmi lesquels d'anciens génocidaires du Rwanda ou leurs adversaires sévissent, dans un prolongement d'inextricables conflits. Parfois, les femmes voient leur sexe, leur ventre mutilés, découpés à la machette ou criblés de balles. 

A l'est de la RDC, à Bukavu, une petite ville située sur la rive sud ouest du lac Kivu, Denis Mukwege ne se contente pas de tirer la sonnette d'alarme: dans son hôpital général de...

Lire la suite

Source : Sciences & Avenir


Le laboratoire Pfizer change de direction

C'est une direction bicéphale qui prendra désormais la tête de Pfizer.  Le conseil d'administration du premier laboratoire américain annonce en effet, ce lundi, avoir « élu à l'unanimité le Dr Albert Bourla, 56 ans, actuel directeur d'exploitation, pour succéder à Ian Read » au poste de directeur général. La décision prendra effet à compter du 1er janvier 2019.

 

Ian Read, devenu directeur général de Pfizer en décembre 2010, puis PDG en décembre 2011, conserve toutefois son poste de président du conseil d'administration. Depuis qu'il en a pris les rênes, le premier laboratoire américain a obtenu « 30 autorisations de mise sur le marché pour des médicaments », liste le communiqué de presse du groupe. Celles-ci « pourraient être suivies de 25 à 30 supplémentaires d'ici 2022 ». 

Lire la suite

Source : Les Echos


Les prix des médicaments atteignent de nouveaux records aux Etats-Unis

En mai, le président des Etats-Unis Donald Trump l’avait promis. Les firmes pharmaceutiques allaient annoncer des « baisses de prix massives » dans les « deux semaines ». Il n’en a rien été.

Une enquête publiée par l’agence Associated Press (AP), le 24 septembre, a révélé que près de 400 médicaments de marque avaient vu leur prix croître à la suite de cette annonce, en juin et juillet. L’analyse de ces hausses au cours des sept premiers mois de 2018 est encore plus révélatrice : les augmentations ont concerné plus de 4 400 spécialités, les baisses moins de cinquante. Dans un cas sur deux, le renchérissement dépassait 5 %.

Dans un entretien accordé à AP, le secrétaire d’Etat américain à la santé a concédé qu’il faudrait du temps avant que cela change. « Je ne compte pas sur l’altruisme des...

Lire la suite

Source : Le Monde


Chine : la pollution fait 1 million de morts par an

La Chine va entrer dans la cinquième année de sa  guerre contre la pollution , mais le combat est encore loin d'être terminé. Selon une nouvelle étude de l'Université chinoise de Hong Kong, la pollution atmosphérique ampute chaque année l'économie chinoise de 267 milliards de yuans (33 milliards d'euros) et est responsable de la mort prématurée de plus d'un million de personnes.

Pour atteindre cette conclusion, les chercheurs ont étudié et modélisé l'impact de la pollution aux particules fines (à l'origine du « smog » qui s'abat régulièrement sur les métropoles chinoises) et de la pollution à l'ozone générées par six secteurs économiques (industrie, commerce, immobilier, agriculture, énergie, transport).

L'étude, publiée dans la revue scientifique « Environmental Research Letters », chiffre l'impact sur la santé publique mais aussi sur les rendements agricoles, la pollution à...

Lire la suite

Source : Les Echos


Les Français sont-ils toujours les plus gros consommateurs de médicaments ?

Pour la première fois depuis 18 ans, la Sécurité sociale dégagera un excédent de 700 millions d'euros en 2019. C'est ce que prévoit le budget présenté par le gouvernement. À partir de 2020, les patients refusant sans justification médicale les médicaments génériques seront moins remboursés. Selon une étude récente, un senior sur cinq consomme trop de médicaments. Si les Français sont toujours de gros consommateurs de médicaments, la tendance est légèrement à la baisse depuis une dizaine d'années. C'est la conséquence directe d'une campagne de sensibilisation.

Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 13h du 25/09/2018 présenté par Jacques Legros sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 13h du 25 septembre 2018 des reportages sur l'actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que...

Lire la suite

Source : LCI


Bayer présente le site « Mon Corps ma Contraception »

A l’occasion de la Journée Mondiale de la Contraception, Bayer présente une approche différente choisie pour apporter des informations de qualité tout en adoptant un ton frais et parfois décalé et en valorisant les nouveaux canaux digitaux.

Afin que les femmes aient accès à des informations fiables et claires pour faire le choix de leur contraceptif, Bayer a travaillé avec melty, le spécialiste de la « youth culture » , pour développer le site Mon Corps Ma Contraception qui aborde la contraception avec un ton plus léger parfois décalé tout en présentant de l’information de qualité.

Conçu comme un webzine dynamique et pédagogique, le site met à disposition des informations et conseils pratiques validés par des professionnels de santé sur les moyens de contraception les plus utilisés sous des formats diversifiés : fun facts, idées reçues, testimonials (à venir) toujours sur un ton léger qui parle aux plus jeunes générations.

Lire la suite

Source : My Pharma Editions


Nos données personnelles peuvent-elles sauver des vies ?

C’est un étudiant chinois dont la presse a parlé, récemment, à l’occasion de son succès à l’examen de médecine.

Xiao Li est plus qu’un étudiant sérieux, c’est un bourreau de travail. Pour préparer l’épreuve écrite, il a lu, en un an : 53 000 ouvrages, deux millions de dossiers, plus de 400 000 documents et rapports médicaux, et visionné un petit million d’images… Son obstination s’est avérée payante puisqu’il a obtenu 456 points sur 600. Bon, ce n’est pas non plus sensationnel, mais c’est quand même mieux que la moyenne des étudiants.

Xiao Li, « petit docteur » en chinois, est un robot… Un humanoïde dressé à ingurgiter pour les analyser, toutes les données disponibles en matière de santé ; un cousin de Deep Blue en quelque sorte, moins doué que lui mais qui préfère sauver des vies plutôt que de passer la sienne à jouer aux échecs.

Lire la suite

Source : France Culture


Ce qui va changer en 2020 en cas de refus de médicaments génériques

Malgré les nombreuses campagnes d’information à ce sujet, les médicaments génériques peinent à dominer le marché pharmaceutique. Si plus de 900 millions de boîtes de génériques ont été vendues en 2017 selon le Gemme, le médicament générique ne représente toujours que 36% des volumes du marché pharmaceutique remboursable en France. Les ventes de médicaments génériques ont même reculé en 2017, de 2,4% en volume et de 3,9% en valeur.

Or, parce qu’un médicament générique coûte en moyenne 40% de moins que le princeps, à savoir le médicament original, selon le ministère de la Santé, plébisciter le recours aux génériques demeure une excellente façon de faire des économies.

Et pour ce faire, le gouvernement préfère visiblement le bâton à la carotte, ou le punitif à l’incitatif. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) comprend en...

Lire la suite

Source : Santé magazine


La vaccination des enfants repart à la hausse

Depuis janvier dernier, 11 vaccins sont devenus obligatoires pour les enfants. Aux trois vaccins qui l'étaient déjà (la diphtérie, le tétanos et la polio), se sont ajoutés les vaccins contre Haemophilus influenzae (une bactérie qui entraîne des méningites graves chez les petits), la coqueluche, la rougeole, la rubéole, les oreillons, l'hépatite B, le méningocoque C et le pneumocoque (également responsable de méningites chez les petits).

Dans ce contexte, Santé Publique France a évalué les activités de vaccination des enfants au cours des premiers mois de 2018 et a constaté une augmentation de la couverture vaccinale des tout-petits. Et plus précisément : une augmentation de la couverture vaccinale de +5,6 % pour la dose de vaccin contre les infections à méningocoques C recommandée à 12 mois : elle est passée de 56,81 % à 62,4 % 2 en un an.

Lire la suite 

Source : Top Santé


Le système de santé français est loin d'être considéré comme le meilleur en Europe

Edouard Philippe se rend ce vendredi à Chamonix pour assister à un  colloque sur « l'Europe de la santé », organisé par la Convention on Health Analysis and Management (CHAM). Le Premier ministre, qui entend vanter la  réforme du système de santé français récemment annoncée , pourra se rendre compte, à la lecture de l'enquête Ipsos réalisée pour le CHAM, que le modèle hexagonal est loin d'être plébiscité en Europe. Les personnes interrogées dans cinq pays (France, Allemagne, Pays-Bas, Pologne, Italie) placent la Suède (avec 36 %), l'Allemagne (24 %), le Danemark (11 %) et les Pays-Bas (10 %) devant la France (9 %), quand on leur demande quel est le pays qui a le meilleur système de santé. Même parmi les Français interrogés, la France est challengée par la Suède.

Autre enseignement: près de la moitié des personnes sondées considère que le système..

Lire la suite

 

Source : Les Echos


Pierre Fabre ouvre un centre d'innovation au Brésil

Pierre Fabre Dermo-Cosmétique (PFDC) ouvre un centre d'innovation à Rio de Janeiro (Brésil), ont annoncé mardi Eric Ducournau, directeur général du groupe Pierre Fabre et la directrice générale de PFDC, Nuria Perez-Cullel, à l'occasion d'un déplacement au Brésil. "Conçu et organisé selon les standards scientifiques et techniques les plus avancés dans l'industrie cosmétique", le Pierre Fabre Dermo-Cosmetics brasilian innovation center emploiera une vingtaine de chercheurs et de techniciens d'ici 2021, et collaborera avec cinq autres laboratoires de PFDC en France et au Japon.

La branche dermo-cosmétique de Pierre Fabre emploie 335 salariés dans sa filiale au Brésil, quatrième marché cosmétique mondial, dont elle occupe la troisième position avec 62 M€ de chiffre d'affaires en 2017, en croissance de 10%, grâce à ses marques Eeau thermale Avène, Darrow et Ducray.

Lire la suite


Internat : les spécialités les plus prisées… sont aussi les mieux rémunérées

Ophtalmologie, chirurgie plastique, dermatologie. Ce sont les trois spécialités les plus prisées par les candidats aux dernières épreuves classantes nationales informatisées (ECNi). Ils étaient 8 263 à participer à cette procédure de choix de postes qui s’est terminée le 25 septembre dernier.

« Le Quotidien » a établi le classement des spécialités les plus demandées en s’appuyant sur le critère d’attractivité défini par la DREES, qui prend en compte le rang de classement des candidats (*) et le nombre de postes ouverts dans chaque filière.

 

Ce cru 2018 ne diffère guère de celui de l’année dernière. On retrouve dans le top 10 des disciplines généralement plébiscitées. Outre les trois filières déjà citées, y figurent la médecine cardiovasculaire, la néphrologie, la radiologie, l’ORL.

Lire la suite

Source : Le Quotidien du Médecin


Levothyrox : une pétition "contre le secret des affaires" en matière de santé

Une association de malades de la thyroïde a ouvert une pétition "contre le secret des affaires" en matière de santé publique. Visée : l'Agence du médicament (ANSM), à qui elle reproche de se retrancher derrière l'argument du secret des affaires dans le dossier du Levothyrox.

Une accusation réfutée par l'ANSM. Jointe par "l'Obs", elle conteste avoir attendu la nouvelle loi sur le secret des affaires avant de transmettre des documents, et estime avoir agi dans le cadre d'une procédure classique.

Dans une lettre datée du 4 septembre, dont l'AFP a obtenu une copie, signée de son service juridique et adressée à l'avocat, l'ANSM précise que cette transmission du document se fait "sous réserve de l'occultation préalable des mentions susceptibles de porter atteinte aux secrets légalement protégés, et notamment à la protection du secret..

Lire la suite

Source : L'Obs


« Nos voisins européens offrent aux malades du cancer un meilleur accès à l’innovation »

Pour une pathologie grave et chronique comme le cancer, notre système de soins n’assure plus à ce jour aux malades un accès rapide et équitable aux médicaments les plus innovants – sans parler d’autres technologies indispensables telles que scanner et IRM. Certains traitements majeurs du cancer du sein, du col de l’utérus, de la prostate, du poumon, du rein et de la vessie, de l’estomac, des maladies du sang… ne sont tout simplement pas accessibles aux patients français, faute d’être agréés ou financés par notre système de santé.

On a vu en 2017 une malade atteinte d’un cancer du sein lancer une souscription en ligne pour financer son traitement, brutalement interrompu faute de remboursement, et l’association Imagyn réunir 8 000 signatures pour demander l’accès des personnes atteintes d’un cancer du col de l’utérus à un médicament – le bevacizumab – qui...

Lire la suite

Source : Le Monde


Doctolib inaugure son Health Tech Center

Implanté au cœur de Paris, près de Parc Monceau (VIIIe arrondissement), c’est déjà le plus grand centre français de recherche sur la santé connectée. Jeudi dernier, le secrétaire d’Etat au Numérique, Mounir Mahjoubi, a inauguré une autre innovation majeure de Doctolib : un HealthTech center, qui rassemble cent ingénieurs. Une cinquantaine de plus les rejoindront en 2019.

Ouvert à la fin de l’été, ce centre expert a pour ambition de « créer les outils du cabinet et de l’hôpital du futur. L’objectif étant de dégager du temps médical au médecin et de fluidifier le parcours des patients », précise le patron de Doctolib, Stanislas Niox-Chateau.

L’équipe d’ingénieurs enrichit chaque jour d’une nouvelle fonctionnalité les logiciels de prises de rendez-vous en ligne ou de conseils aux patients de Doctolib : nouveau service pour réorienter les malades des urgences vers la ville, nouvelle ergonomie, envoie de...

Lire la suite

Source : Le Parisien


Doctolib entre sur le marché de la téléconsultation

La téléconsultation est un "prolongement naturel" de Doctolib, explique le groupe dans un communiqué. Car il propose déjà à 60.000 professionnels de santé en France ses services de prises de rendez-vous médicaux sur internet et revendique 20 millions de visites de patients par mois sur ses plateformes présentes en France et en Allemagne.

Ce nouveau service, qui s'intégrera à la plateforme existante de Doctolib, va être d'abord testé auprès de 500 praticiens partenaires, avant de devenir accessible à tous les professionnels de santé utilisateurs de ses services à partir du 1er janvier 2019.

Doctolib assure que son service respectera les principes définis par l'assurance maladie pour être remboursé: des téléconsultations par visioconférence, qui ne pourront être proposées par les médecins qu'à leurs patients déjà connus, sauf exceptions, et qui devront passer par leur médecin traitant.

Lire la suite

Source : Medisite


Génériques : l'obligation de la mention manuscrite « non substituable » supprimée !

C'est une mesure inscrite dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS 2019) qui ne passera pas inaperçue dans la profession.

Afin de « renforcer le recours aux génériques » –  le taux de substitution générique/princeps dépasse les 80 % en France mais le ministère de la Santé constate un « essoufflement » –, le gouvernement a décidé de réguler et clarifier les modalités de recours au « non substituable » (NS, qui empêche la substitution générique à la pharmacie).

En pratique, l'obligation décriée de mention manuscrite systématique « non substituable », ligne par ligne, par le prescripteur serait « supprimée », un système contraignant et infantilisant qui faisait porter toute la responsabilité au médecin, source de litiges. Fin mai encore, dans le cadre d'une affaire opposant un généraliste à sa caisse primaire...

Lire la suite

Source : Le Quotidien du Médecin


PMA, GPA, accès aux origines, fin de vie… l’avis du comité d’éthique

La balle est désormais dans le camp du législateur. Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu public, mardi 25 septembre, son avis sur la loi de bioéthique à venir. Objectif, infléchir ce texte révisé pour la dernière fois en 2011 pour en faire « une loi de confiance dans l’individu sur les grandes avancées des sciences plutôt qu’une loi d’interdiction », selon les mots de son président, Jean-François Delfraissy. Pour cela, le CCNE suggère plusieurs ouvertures, notamment en matière de recherche sur les embryons surnuméraires, de possibilités d’accès des couples ayant un projet parental au diagnostic préconceptionnel ou de transfert in utero d’un embryon préalablement conservé après le décès de l’homme faisant partie du couple. Le comité réaffirme également sa position favorable à la procréation médicalement assistée (PMA) – ou assistance médicale à la procréation (AMP) – pour les couples de femmes ou les femmes..

Lire la suite

Source : Le Monde


Une intelligence artificielle pour mieux dépister les maladies respiratoires

L'IA sera-t-elle bientôt aussi commune en médecine que le stéthoscope ? Les algorithmes d'intelligence artificielle sont promis à un bel avenir aux côtés des médecins spécialisés. Un de leur atout majeur : aider au diagnostic pour les examens médicaux difficiles à interpréter. C'est le cas de ce logiciel, présenté à l'occasion du Congrès européen des maladies respiratoires, qui aide les pneumologues à détecter certaines maladies pulmonaires rares. Présentation de ce dispositif, déjà utilisé en clinique dans deux hôpitaux en Belgique et expérimenté en France à l'hôpital Cochin de Paris et au Centre hospitalier universitaire de Grenoble. Il réalise d'ores et déjà une performance remarquable, en aboutissant à un diagnostic correct dans 82% des cas, contre 45% en moyenne pour les pneumologues.

Pour dépister les maladies respiratoires chroniques, les pneumologues ont habituellement recours à l'exploration fonctionnelle respiratoire...

Lire la suite

Source : Sciences & Avenir


L’obésité, bientôt la première cause de cancer ?

D’ici 2043, la première cause de cancer pourrait être l’obésité... en Angleterre. Selon l’étude du mois de septembre 2018 menée par la fondation britannique de la recherche sur le cancer (Cancer Research UK), le tabagisme, principale cause du cancer au Royaume-Uni, va donc être détrôné. "Avec la baisse du taux de tabagisme, nous savons que l'obésité deviendra un jour la principale cause de cancer évitable, si nous ne faisons rien", déclare le Dr Katrina Brown, principale auteure de l'étude. Si les tendances se poursuivent comme prévu, dans un quart de siècle, en Angleterre, les femmes seront plus touchées par le surpoids et l’obésité que par le tabac. Pour les hommes rien n’est plus sûr, cette tendance serait susceptible de se produire bien plus tard.

Les prévisions des chercheurs montrent qu’ensemble, le "tabagisme, le surpoids et l'obésité pourraient causer plus de 95 000 cas de cancers au Royaume-Uni en 2035...

Lire la suite

Source : e-sante


Gleamer lève 1,5 million d’euros pour automatiser les diagnostics des radiologues

La startup française Gleamer, qui édite un logiciel d’intelligence artificielle à destination des radiologues, annonce une levée d’1,5 million d’euros menée par XAnge et Elaia Partners et à laquelle ont notamment participé BpiFrance et Kima Ventures .

Fondé en 2017 par Christian Allouche, Alexis Ducarouge et Nicolas Cosme, Gleamer a développé une plateforme d’intelligence artificielle qui fournit un diagnostic automatisé d’images médicales et génère un compte-rendu. « Son logiciel détecte les lésions dans une image et les caractérise dans un compte-rendu que le radiologue examine et valide en quelques clics », explique l’entreprise.

Dans un premier temps, la startup a fait le choix de se concentrer sur la traumatologie et notamment la radiographie osseuse des membres, « un examen très fréquent mais souvent peu apprécié des radiologues car répétitif et chronophage », développe...

Lire la suite

Source : FrenchWeb


Sécu : en 2019, premier budget en excédent depuis 18 ans

Surtout ne pas laisser s’installer l’idée qu’il y aurait une « cagnotte ». Alors que la Sécurité sociale devrait revenir à l’équilibre en 2019, un an avant la date fixée par le premier ministre à son arrivée à Matignon, le gouvernement d’Edouard Philippe souhaite éviter d’aiguiser les appétits.

Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, et son collègue de l’action et des comptes publics, Gérald Darmanin, devaient ainsi afficher, mardi 25 septembre, un projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2019 intégrant, au prix d’importants efforts demandés au monde de la santé et aux retraités, le retour à meilleure fortune de la « Sécu » : mise en route de mesures du plan santé, déploiement du « reste à charge zéro », suppression des cotisations salariales sur les heures supplémentaires…

 

Lire la suite

Source : Le Monde


80% des personnes porteuses d'un gène cancérigène ne le savent pas

Selon l'Institut national du cancer, le nombre de nouveaux cas de cancer en France en 2017 était estimé à 400 000. Un chiffre alarmant qui pousse certains chercheurs à savoir si la population est consciente de leur risque de développer un cancer : les résultats d'une étude américaine montrent que 80% des personnes porteuses d'un gène cancérigène (cancer du sein, des ovaires, de la prostate ou du pancréas) ne savent pas qu'elles sont prédisposées génétiquement.

L'étude a été publiée le 21 septembre 2018 dans la revue JAMA Network Open. Pas moins de 50 726 adultes âgés de 60 ans en moyenne se sont soumis à un dépistage génétique (analyse de l'ADN). Les observations des chercheurs ont montré que parmi eux, 50 459 étaient porteurs des gènes BRCA1 (gène 1 du cancer du sein) et BRCA2 (gène 2 du cancer du sein) non pathogènes tandis que 267 portaient ces gènes susceptibles d'être ...

Lire la suite

Source : Medisite


Téléconsultations : la mise en garde de l’Assurance maladie

Entrée théoriquement en vigueur le 15 septembre dernier, la prise en charge des téléconsultations est loin d’être acquise pour toutes les plateformes en ligne qui proposent ce service. Le directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam), Nicolas Revel, interrogé sur ce point par le Parisien - Aujourd’hui en France, tient à mettre en garde les patients tentés de consulter un médecin à distance.

Alors que la page d’accueil de Qare.fr stipule : « Bénéficiez, depuis le 15 septembre 2018, des mêmes conditions de prise en charge et de remboursement que celles qui s’appliquent aux consultations en cabinet », en réalité, la situation est plus nuancée. Pourtant, ces cabinets virtuels ont bien recours à des médecins inscrits à l’Ordre, à la vidéoconférence et à des dispositifs sécurisés comme l’impose la loi. Que manque-t-il donc ?.

Lire la suite

Source : Le Parisien


Ce que le Plan Santé va changer pour les patients

Injecter 3,4 milliards d’euros d’ici 2020, faire tomber les murs entre l’hôpital et la ville, supprimer le numerus clausus qui limite la formation de nouveaux médecins, changer le mode de paiement des actes… Le Plan santé, présenté ce matin par Emmanuel Macron, en présence d’Agnès Buzyn, ministre de la Santé, prévoit 54 mesures afin de créer un « nouveau système de santé pour les cinquante prochaines années ». Mais concrètement, qu’est-ce que ces mesures vont changer pour les patients, leur accès aux médecins et à la qualité de ses soins ?

Dans l’immédiat, pas grand-chose, mais on devrait constater de vrais changements, le Président de la République l’espère, d’ici « 2-3 ans d’efforts collectifs ». La réalité sera sans doute plus nuancée dans certains domaines comme l’accès à un médecin.

On regrettera que si beaucoup de mesures ont déjà été mises en place par Agnès Buzyn...

Lire la suite

Source : Le Parisien


Horama lève 22 millions d’euros pour financer la thérapie génique des maladies de la rétine

Grâce sa dernière levée de fonds, surnommée en interne série B, Horama joue définitivement en première division. La société, qui développe la thérapie génique dédiée aux maladies rares de l’œil, vient de lever 22,5 millions d’euros. Cinq nouveaux investisseurs ont participé à ce tour de table, dont l’israélien Plentifax ou le belge Fund +.

« Nous avions un objectif chiffré, indique Christine Placet la directrice générale d’Horama. Nous voulions surtout constituer un syndicat d’investisseurs solides et motivés pour nous accompagner. »

Horama développe son projet baptisé du nom de code HORA-PDEE6B. Ce produit administré sous la forme d’une suspension stérile de particules virales injectées directement dans l’espace sous-rétinien a pour objectif d’annihiler une forme de rétinite pigmentaire qui provoque, à terme, la cécité.

Lire la suite

Source : Ouest France


Le crowdfunding accusé d’alimenter le charlatanisme contre le cancer

Le financement participatif, ou crowdfunding, a plus que jamais la cote. Que ce soit pour mener à bien un projet, comme un film ou une pièce de théâtre, ou pour financer un traitement contre une maladie rare, le crowdfunding a de plus en plus de succès.

Mais si ce mode de financement permet à des personnes malades d’accéder à des essais thérapeutiques alors qu’ils sont condamnés, il voit aussi naître et prospérer des thérapies alternatives peu fiables.

C’est ce que suggère une enquête menée par Melanie Newman, journaliste indépendante, et publiée dans le prestigieux British Medical Journal.

Recueillis par la Good Thinking Society, les chiffres montrent en effet que depuis 2012, les projets sur les sites britanniques de crowdfunding pour financer un traitement alternatif contre le cancer ont permis de collecter pas moins de 8 millions de livres, soit...

Lire la suite

Source : Santé Magazine


AstraZeneca évoque une pénurie de médicaments après le Brexit

La Grande-Bretagne pourrait connaître une pénurie de médicaments à grande échelle si aucun n'accord de sortie du pays de l'Union européenne, prévue le 29 mars, n'est trouvé, a déclaré le directeur général du géant pharmaceutique AstraZeneca, Pascal Soriot, cité par le Sunday Times. Le groupe a dit en juillet qu'il ferait des stocks de médicaments en vue du Brexit mais Pascal Soriot a précisé que la complexité de la chaîne d'approvisionnement dans le secteur pharmaceutique rendait des délais vraisemblables.

"Nous avons des produits qui font des aller-retours entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne à de différents stages de fabrication. S'ils sont bloques quelque part, nous allons avoir un problème", poursuit-il. Le Sunday Times rapporte également que Jaguar Land Rover, filiale de l'indien Tata Motors envisageait de faire comme BMW, à savoir...

Lire la suite

Source : Le Figaro


Comment le laboratoire français Boiron règne sur l'homéopathie

Le géant de l'homéopathie a choisi de se faire tout petit. Depuis la publication fracassante, en mars, d'une tribune contre l'homéopathie par des médecins dénonçant "la promotion de fausses thérapies à l'efficacité illusoire", Boiron joue la carte de la discrétion. Pas de réponse frontale, encore moins de contre-attaque. "On n'a pas à se prononcer publiquement", explique à franceinfo le laboratoire spécialisé. "La minorité des médecins qui s’exprime ne connaît pas cette thérapeutique et attaque l’homéopathie de manière aveugle", déplore-t-il simplement, préférant laisser le débat "aux mains des médecins". 

 

En cette rentrée, l'entreprise française a d'autres préoccupations, à commencer par ses résultats semestriels décevants et par l'annonce du départ prochain de son directeur général, Christian Boiron. 

Lire la suite

Source : France tv info


Téléconsultation : Cegedim étoffe son offre santé avec Docavenue

Cegedim, entreprise de technologies et services, a annoncé le lancement courant octobre de sa solution de téléconsultation à l’échelle nationale.

Avec l'entrée de la télémédecine dans le droit commun, des dizaines de sociétés se sont lancées à l'assaut de ce nouveau marché.

La société Cegedim n'échappe pas à la règle. Engagée depuis 2015 sur des activités liées aux métiers de la santé, l'entreprise a lancé un ambitieux plan d'investissement de plusieurs années à travers Docavenue, sa plateforme de prise de rendez-vous et estime avoir toute sa place dans le domaine de télémédecine.

Cegedim a notamment acquis de l'expérience en tant qu'hébergeur de données de santé agréées, dossiers patients informatisés « compatibles DMP », la télétransmission des feuilles de soins ou encore l'ordonnance dématérialisée. « Avec plus de 290 000...

Lire la suite

Source : Le Quotidien du Médecin


Où iront les 3,4 milliards d'euros du plan santé de Macron ?

Urgences "engorgées", psychiatrie "en crise", étudiants en médecine "qui souffrent" : après des diagnostics alarmants, Emmanuel Macron a présenté, mardi 18 septembre, sa réforme du système de santé comme "un des piliers" de "l'Etat-providence du XXIe siècle" qu'il avait déjà voulu "refonder" lors de la présentation de son plan de lutte contre la pauvreté, il y a moins d'une semaine. Censée renforcer l'offre de soins "pour les cinquante années à venir", cette réforme sera dotée d'un budget de 3,4 milliards d'euros d'ici à 2022. Mais comment vont-ils concrètement se répartir ?

"Notre système de santé ne souffre pas d'abord d'un problème de sous-financement. Il pêche par un vrai handicap d'organisation", a estimé le chef de l'Etat, qui a souligné le "risque d'implosion" de l'hôpital. Au total, 3,4 milliards d'euros seront injectés dans cette "transformation" globale. Voici la répartition de ce budget....

Lire la suite

Source : L'Obs


La santé de demain passera par le numérique

Le président de la République prévoit dans sa réforme de la santé l'apparition du carnet de santé numérique partagé. Le numérique révolutionne déjà la santé et la médecine à tous les niveaux : diagnostic (avec la télémédecine et l’intelligence artificielle), chirurgie (robots) ou encore traitement des maladies chroniques et détection des urgences médicales (grâce aux capteurs des objets connectés). En chirurgie, le robot Da Vinci, qui commence à équiper certains hôpitaux français malgré son prix élevé de deux millions d’euros, change la manière d’opérer. Avec ses bras articulés télécommandés équipés de caméras, il est les yeux et les mains du chirurgien dans le corps du patient. Il est utilisé notamment pour les opérations de cancer de la prostate.

L’IA plus forte que les médecins

L’intelligence artificielle est aujourd’hui plus forte que les médecins pour diagnostiquer...

Lire la suite

Source : France tv info


Les salariés français moins fatigués au travail mais toujours stressés

Si la fatigue physique au travail semble moins préoccupante pour les salariés, la fatigue nerveuse, elle, est loin d'avoir disparu. Dans le baromètre annuel de la qualité de vie au travail rendu public ce jeudi par Malakoff Médéric, l'organisme de retraite et de prévoyance note une nette amélioration du bien-être au travail.

Selon l'étude, moins de la moitié des salariés du privé (48 %) jugent leur travail "physiquement fatigant", contre 54 % dix ans plus tôt. Des salariés qui pensent en grande majorité avoir adopté un mode de vie sain (74 %) et qui se disent globalement satisfaits de leur qualité de vie au travail (52 %).

En revanche, ils sont de plus en plus nombreux à déplorer la pression psychologique qui leur est imposée dans le cadre professionnel, 68 % d'entre eux estimant avoir un travail "nerveusement fatigant". 

Lire la suite

Source : France Inter


Moxi, l'assistant médical qui aide le personnel hospitalier

Moxi, un robot développé par Diligent Robotics doté « d’intelligence sociale », fait ses débuts aujourd’hui dans le cadre d’un programme pilote dans des hôpitaux du Texas. Physiquement, Moxi a une tête avec un « visage », un bras articulé, et se déplace sur des roues.

Son but : assister et soulager le personnel hospitalier

Son but principal : assister les médecins et les infirmières pour les soulager dans leurs tâches quotidiennes. Il utilise sa main (qui s’apparente en réalité plutôt à une pince) pour saisir des fournitures médicales et les apporter aux infirmières et médecins lorsqu’ils en ont besoin. En réduisant les déplacements vers les salles de fournitures dans le milieu hospitalier, l’entreprise croit que son robot peut permettre de réduire la fatigue et le roulement du personnel médical.

Lire la suite

Source : Presse Citron


Le marché de la télémédecine suscite l'appétit des jeunes pousses

Le coup d'envoi officiel a été donné samedi 15 septembre, et les entreprises de la télémédecine se bousculent sur la ligne de départ. Fruit de plusieurs mois de négociations entre les syndicats de médecins et la Caisse nationale d'Assurance-maladie, le remboursement de la téléconsultation médicale est désormais possible : il pourrait bien bouleverser le jeune marché de l'e-santé.

Le dossier n'est pas neuf : la France affiche du retard et cela fait des années que les professionnels préparaient le terrain à grand renfort de rapports et d'expérimentations. Car si la télémédecine suscite de fortes attentes - baisse des coûts, meilleure prise en charge, réponse aux déserts médicaux -, elle pose aussi d'innombrables questions : quel périmètre définir ? Comment coordonner les équipes, organiser la tarification des actes, la sécurisation et la compatibilité des données ?

Lire la suite

Source : Les Echos


Agnès Buzyn annonce "un milliard d'économies" sur le médicament en 2019

Le gouvernement prévoit de nouvelles baisses de prix sur le médicament pour réaliser "un milliard d'euros d'économies" dans le cadre du budget de la Sécurité sociale qui sera présenté la semaine prochaine, a indiqué mercredi 20 septembre 2018 la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. "Il y aura cette année un milliard d'euros d'économies dans les négociations des prix avec l'industrie pharmaceutique", a-t-elle déclaré sur RTL, sans préciser si ces économies serviront à financer le plan santé à 3,4 milliards d'euros annoncé mardi 18 septembre 2018 par le président.

Des actions récurrentes pour freiner la hausse des dépenses de santé

Le budget de la Sécu inclut chaque année des mesures pour limiter le coût des produits de santé. Pour 2018, près de 1,5 milliard d'euros d'économies étaient ainsi programmées, dont 480 millions de baisses de prix sur les médicaments, 100 millions...

Lire la suite

Source : Sciences & Avenir


L'austérité aussi est responsable de l'épidémie de rougeole

L’Europe est en pleine crise épidémique de rougeole: vingt-et-un pays européens sont touchés et 41.000 cas ont été recensés au premier semestre 2018 selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Un record ces dix dernières années. L’Italie, la France, la Géorgie, la Russie, la Serbie et l’Ukraine ont enregistré plus de 1.000 cas chacune. Pour le moment, trente-sept personnes sont décédées des suites du virus.

Ce dernier est extrêmement contagieux et se transmet par voie aérienne. Si une personne a la rougeole, qu’elle éternue puis quitte une pièce, les gouttelettes laissées sur son chemin peuvent transmettre le virus à un autre individu quelques heures plus tard.

Dans les années 1960, un vaccin a été développé pour lutter contre cette maladie, mais aujourd'hui, le taux de vaccination pour la rougeole –vaccin ROR (rougeole, oreillon, rubéole)– est inégal en Europe.

Lire la suite

Source : Slate


L'alcool responsable d'un décès sur vingt dans le monde

Selon ce nouveau rapport sur l'alcool et la santé dans le monde, les troubles liés à l'alcool sont plus fréquents dans les pays riches, la plus forte prévalence chez les hommes et les femmes est retrouvée en Europe (respectivement 14,8 % et 3,5 %) et sur le continent américain (11,5 % et 5,1 %). Trois quarts des décès surviennent chez des hommes.

Plus d'un quart des décès par accident

Au total, les ravages de l'alcool comptent pour plus de 5 % de la charge mondiale des maladies. « Trop de gens, leurs familles et leur entourage souffrent des conséquences d'un usage dangereux de l'alcool à travers la violence, les accidents, les problèmes de santé mentale et les maladies comme le cancer et les accidents vasculaires cérébraux », a commenté Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS.

Lire la suite

Source : Le Quotidien du Médecin


Plan Santé : comment réagissent les professionnels et les syndicats ?

Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) : « Si on nous donne les moyens de mieux nous organiser dans les territoires (…), nous pourrons prendre en charge y compris les soins non programmés et nous nous organiserons collectivement. »

« Tous les pays qui ont tenté la coercition ont échoué, il faut accompagner les jeunes médecins pour qu’ils s’installent, y compris en milieu rural, mais si on garde toutes leurs études dans les facultés, sans les faire sortir des aires métropolitaines, ils n’iront jamais dans les zones rurales. »

Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France (FMF) : « Le gouvernement n’a pas saisi l’ampleur de la catastrophe, il joue petit bras. Le système de santé tombe en quenouille, c’est un peu désespérant d’entendre ce discours-là ». 

 

Lire la suite

Source : Le Télégramme


Plan Santé : "les lobbies vont s’y opposer", prévient Patrick Pelloux

Alors qu’Emmanuel Macron a présenté le plan Santé mardi, son application risque d’être compromise par les lobbies médicaux, avance l’urgentiste Patrick Pelloux au micro de Sonia Mabrouk. "Je ne dirais pas que c’est un plan, c’est un vrai discours politique. Il ne faut pas y chercher la main de tel ou tel lobby, mais ils viendront après, ils sont déjà là", estime le président de l’Association des médecins urgentistes de France.

Les CHU craignent pour leurs prérogatives. "Les lobbies sont déjà actifs, ce sont ceux du monde hospitalier, notamment avec les hospitalo-universitaires qui vont réagir. Ils vont se rétracter sur eux-mêmes avec la réforme des études médicales, mais aussi quant à leurs prérogatives car le président appelle de ses vœux pour qu’il y ait une ouverture des hôpitaux par rapport à la médecine de ville. Les CHU vont se refermer sur eux-mêmes", prédit Patrick Pelloux.

Lire la suite

Source : Europe 1


Carabins et internes auscultent le plan Macron

Ni carton rouge, ni chèque en blanc : les étudiants en médecine (ANEMF), internes (ISNI et ISNAR-IMG) et jeunes praticiens (chefs de clinique, SNJMG, ReAGJIR) ont globalement salué le plan santé dévoilé par le président Emmanuel Macron mais en pointant plusieurs points de vigilance ou d'inquiétude.

Mesure phare du plan, la suppression attendue du numerus clausus et de la PACES est applaudie par les carabins. « Ce sont de très bonnes mesures qui mettent fin à un système déshumanisé, se réjouit Clara Bonnavion, présidente de l'ANEMF. Elles permettront un assouplissement dans les études de santé et valoriseront la diversité des profils. » Si le futur système de sélection reste flou, l'ANEMF garde la tête froide. « Il ne faudra pas retomber dans les défauts et les travers de la PACES comme les risques psychosociaux ou l'évaluation sur des critères restreints, souligne sa présidente. Et sur...

Lire la suite

Source : Le Quotidien du Médecin


Le sommeil des Français : le « mal-dormir » touche aujourd’hui plus d’1 Français sur 2

Le sondage Ipsos pour l’Observatoire du Sommeil de la Fondation Adova montre que les Français dorment. La semaine, ils passent 7h48 en moyenne dans leur lit par nuit et près d’une heure de plus les week-ends. D’après une précédente étude de Nokia Health Digital, les Français seraient même des champions du sommeil. Et pourtant, 62% d’entre eux déclarent manquer de sommeil. Un sur cinq indique souffrir d’un déficit de sommeil conséquent. Près de 80% estiment qu’ils dormaient mieux avant. Oui, c’était toujours mieux avant… 

Les sondés attribuent la note de 6,6/10 à leur sommeil. Peut mieux faire et encouragements du jury. En effet, 32% des personnes interrogées déclarent se réveiller trop tôt 4 à 5 fois par semaine. Pire, 85% déclarent se réveiller au moins une fois par nuit.  Ces interruptions intempestives du sommeil durent 39 minutes en moyenne. 

Lire la suite

Source : L'ADN


Pourquoi Apple mise sur la santé

Avec ses capteurs et son application dédiée, elle permet de mesurer le rythme cardiaque et d'envoyer ensuite les données à son médecin. Si le nombre de battements par minute est trop faible ou trop élevé, une notification est immédiatement envoyée. Son accéléromètre et son gyroscope détectent automatiquement les chutes, et alertent les secours au bout de 60 secondes.

En dévoilant à Cupertino,  l'Apple Watch Series 4, le dernier modèle de sa montre connectée  lancée en 2015, la firme à la pomme a confirmé, une fois de plus, son intérêt pour le marché florissant de la santé.

« C'est la première fois qu'un appareil grand public intègre un capteur électrocardiographe, muni d'un algorithme permettant de détecter les cas de fibrillations atriales, l'un des facteurs des AVC. C'est une excellente nouvelle » estime...

Lire la suite

Source : Les Echos


Plan santé : 3,4 milliards d'euros investis d'ici 2022

1,6 milliard d'euros pour la "structuration des soins". Dans le détail, 1,6 milliard d'euros sera consacré à "la structuration des soins dans les territoires", 920 millions à l'investissement hospitalier, 500 millions à la "transformation numérique" et 420 millions à "l'évolution des métiers et des formations", selon cette source.

4.000 postes d'assistants médicaux. Cette rallonge financera aussi la création de 4.000 postes d'"assistants médicaux", censés "décharger" les médecins des tâches administratives et de certains "actes simples comme une prise de tension ou de température". En contrepartie, les praticiens devront exercer en groupe ou au sein d'une équipe de soins, mais aussi accepter de nouveaux patients et assurer des consultations sans rendez-vous en journée.

Dans la même veine, Emmanuel Macron a confirmé souhaiter que "dès 2019, 400 postes..

Lire la suite

Source : Europe 1


Un suicide se produit toutes les 40 secondes dans le monde

C’est un chiffre vertigineux, qui fait froid dans le dos : selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), un suicide a lieu quelque part dans le monde toutes les 40 secondes. Cela équivaut à 800 000 personnes qui, chaque année quelque part sur la planète, mettent fin à leur jour.

L’OMS tire la sonnette d’alarme en rappelant la nécessité de mettre en place des actions nationales pour restreindre l’accès aux moyens de suicide, mais aussi en prenant en charge de manière précoce les personnes en détresse psychologique.

Dans son "Guide pour la prévention communautaire du suicide", l’OMS revient sur les chiffres, glaçants, du suicide. Touchant principalement les hommes âgés (la tranche 45-54 ans puis au-delà de 74 ans), le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 15-24 ans. Il représente 16 % des décès de cette tranche d'âge, et 20 % des décès chez les...

 Lire la suite

Source : Pourquoi Docteur


La France des déserts médicaux

Source : Le Monde


Douleurs chroniques : le placebo aussi efficace que les médicaments

"L’effet placebo" pourrait bientôt remplacer les médicaments contre la douleur, du moins chez certaines personnes. Des scientifiques ont démontré qu'ils pouvaient prédire de façon fiable quels patients souffrant de douleurs chroniques allaient répondre à une pilule placebo de sucre en fonction de leur anatomie cérébrale et de leurs caractéristiques psychologiques.

 

"Il est préférable de donner à quelqu'un un médicament non actif plutôt qu'un médicament actif", explique dans Nature Communications A. Vania Apkarian, professeur de physiologie (Université Northwestern) et directeur de la recherche. "La plupart des traitements pharmacologiques ont des effets indésirables à long terme ou développent des dépendances", poursuit-il.

 Lire la suite

Source : Pourquoi Docteur


Santé : Les seniors bretons au-dessus de la moyenne

27 % des Bretons ont plus de 60 ans. Ils sont 900.000 dans ce cas et si les projections démographiques se confirment dans cette région très attractive pour les retraités, leur nombre passera à 1,4 million en 2050, soit 36 % de la population. Plus d’un sur trois !

Selon l’Insee, ils sont actuellement 95 % à vivre à domicile et d’après une étude qui vient d’être publiée, ils sont globalement en meilleure santé que la moyenne nationale. Dans les trois domaines des difficultés physiques, cognitives ou sensorielles, les Bretons sont moins touchés avec un taux de 24,1 % de seniors en difficulté dans un des trois handicaps contre 26,5 % en moyenne nationale. Le grand air et la proximité de la campagne expliquent, très probablement, ce constat qui contredit certaines idées reçues sur les conséquences de certains excès (l’alcool en premier lieu) affectant la santé des seniors bretons. Ils sont, selon cette étude, parmi les plus en forme dans ces catégories...

 Lire la suite

Source : Bretagne Bretons


Hôpital: la tarification à l'activité, un mode de financement décrié

Le financement des hôpitaux, que le gouvernement promet de revoir, repose majoritairement sur la tarification à l'activité, ou T2A. Un modèle décrié pour ses effets pervers malgré les bonnes intentions qui accompagnaient son lancement en 2004.

Instaurée par souci d'efficience, la T2A constitue en moyenne 63% des ressources des établissements publics, selon la Fédération hospitalière de France.

Jusqu'en 2004, les hôpitaux publics recevaient chaque année une dotation fixe indépendante de leur activité et qui empêchait le développement de certains établissements tout en favorisant des situations de rente pour d'autres.

Depuis bientôt 15 ans, une partie des ressources dépend du nombre d'actes et de séjours enregistrés. C'est le cas pour toutes les activités de médecine, chirurgie, obstétrique (MCO). En revanche, la psychiatrie, les soins de suites ou les urgences restent financées...

 Lire la suite

Source : Medisite


Le Suédois Docly lève 54 millions d’euros pour déployer sa télémédecine en Europe

La start-up suédoise Docly, spécialisée dans la télémédecine, a bouclé un tour de table de 54 millions d’euros. Pour cette opération, la société a reçu le soutien d’ICA Gruppen, un retailler suédois. 

Fondée en 2013 par Magnus Nyhlén, Docly développe une plateforme de consultations en ligne accessible depuis un ordinateur ou un smartphone. Sur celle-ci, les patients commencent par remplir un formulaire qui passe en revue les questions relatives à leurs symptômes. A partir des informations données par le patient, le dialogue se met en place avec le médecin. Le patient peut envoyer des messages et des photos au médecin pour permettre à ce dernier d’établir le diagnostic le plus précis possible. En fonction des premiers symptômes évoqués, le patient peut être amené à faire des tests dans un laboratoire. 

 Lire la suite

Source : FrenchWeb


Doctoconsult fait passer la psychiatrie à la télémédecine

Pour Doctoconsult, ce n'est pas une nouveauté, mais cela devrait clairement accélérer son déploiement : L'entrée en vigueur ce samedi 15 septembre de la loi permettant le remboursement des actes de télémédecine va rendre le sujet plus lisible à la fois pour les praticiens psychiatres que vise la start-up, et leurs patients. La jeune pousse fondée par Fanny Jacq n'a pas attendu ce jour pour tester sa solution et compte déjà une centaine de médecins qui ont pratiqué un millier de consultations depuis novembre 2017. Et avec la particularité d'avoir déjà obtenu les agréments nécessaires pour déclencher les remboursements de la part de la Sécurité sociale et des mutuelles ! 

« Nous avons obtenu les autorisations il y a deux ans déjà, raconte Fanny Jacq. La consultation en ligne pour les disciplines que nous couvrons est très efficace ce qui a aidé bien entendu. » A l'inverse  Qare veut faciliter l'accès des Français à la ...

Lire la suite

Source : Les Echos


Ces start-up qui investissent dans le monde médical

Aujourd’hui, l’innovation en santé est sou- vent portée par de jeunes entreprises qui, d’ailleurs, suscitent de plus en plus d’inté- rêt auprès des grands groupes pharmaceutiques. Il faut dire que ces petites structures, issues de la recherche académique ou de très bonnes idées de créateurs, sont très créatives, agiles et rapides.

Il s’agit bien souvent de jeunes chercheurs, doc- torants ou étudiants, comme ceux de Sup’Biotech par exemple. Les jeunes ont de plus en plus envie de créer leur entreprise à la sortie de l’école plutôt que de rentrer directement dans une grosse structure. Ils trouvent dans l’entrepreneuriat un challenge plus excitant et la possibilité de créer leur propre emploi en partant d’un nouveau concept, d’une idée correspondant à un besoin ou d’une véritable innovation médicale.

Voici trois exemples de start-ups qui ont compris que leur avenir dépendait de la santé...

Lire la suite

Source : Entreprendre


Les téléconsultations médicales désormais remboursées par la « Sécu »

C’est une évolution majeure du fonctionnement du système de santé en France. A partir de samedi 15 septembre, les consultations médicales à distance avec des généralistes ou des spécialistes seront remboursées par l’Assurance-maladie aux mêmes tarifs (70 % de prise en charge Sécu) et selon les mêmes règles que les consultations en face à face. Ces consultations devront avoir lieu par l’intermédiaire d’une liaison vidéo sécurisée et – théoriquement – respecter le parcours de soins coordonnés (le patient doit d’abord se tourner vers son médecin traitant).

Tous les Français pourront bénéficier de cette nouvelle règle actée en juin, à l’issue de cinq mois de négociations entre les syndicats de médecins libéraux et la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM). Pour limiter une potentielle explosion du nombre d’actes – et donc des coûts –, Nicolas Revel, son directeur général, souhaitait initialement que...

Lire la suite

Source : Le Monde


USA : une sexagénaire découvre son AVC grâce à des selfies

Avant d’aller plus loin, rappelons qu’un « selfie » comme on dit de nos jours, est un autoportrait réalisé avec son téléphone portable le bras tendu ou grâce à l’aide d’une perche. C’est la grande mode sur les réseaux sociaux où les internautes de tous âges se prennent en photo aux quatre coins de la planète, dans des lieux insolites, à la montagne, dans leur salon, à la mer, etc. Bref, plus la photo est originale ou décalée, mieux c’est !  

Aux Etats-Unis, en Floride, une sexagénaire doit surement la vie à cette nouvelle tendance quelque peu narcissique… En effet, après avoir pris une série d’autoportraits visant à changer sa photo de profil sur Facebook (les seniors adorent ce réseau social), Juanita Branch, 63 ans, a compris qu’elle était en train de faire un accident vasculaire cérébrale (AVC) en regardant les changements de son visage : ce dernier s’affaissait et sa..

Lire la suite

Source : Senior Actu


Santé : comment serons-nous soignés en 2030

De fait, nos compatriotes estiment dans leur très large majorité, que les progrès en santé d’ici douze ans, viendront des nouveaux traitements comme l’immunothérapie et la thérapie génique (pour 63% d’entre eux) et de la régénération des cellules (pour 59%). Les organes artificiels représentent 46% des réponses, la médecine préventive 40%, l’intelligence artificielle 19% et les applications de santé numérique ne récoltent qu’un petit 8% 

Perçues également comme des sources de progrès pour le futur, la chirurgie assistée par des robots (23%), le recours à l’Intelligence Artificielle (19%) et les applications de santé numérique (8%) n’arrivent qu’en deuxième rang. Ceci montre la perplexité des sondés face au respect des données personnelles et au risque de déshumanisation de la relation entre les professionnels de santé (auxquels ils accordent par ailleurs, un très fort niveau..

Lire la suite

Source : Senior Actu


Alimentation : 1 Français sur 5 est en situation de précarité

Le dernier baromètre Ipsos-Secours populaire, publié mardi, souligne l’ampleur de la précarité alimentaire en France, qui touche une personne sur cinq.

Un peu plus d’un cinquième des Français sondés (21 %) ont, en effet, déclaré ne pas être en mesure de s’offrir une alimentation saine leur permettant de faire trois repas par jour et 27 % ont admis ne pas avoir les moyens financiers de s’acheter quotidiennement des fruits et légumes.

C’est dans les foyers les plus modestes que cette tendance est la plus marquée. Ainsi, plus d’un français sur deux dont les revenus mensuels sont inférieurs à 1 200 euros a déclaré avoir des difficultés à payer la cantine de ses enfants et près d’un sur deux (48 %) estime avoir des difficultés à se procurer une alimentation variée.

Par ailleurs, ils sont une écrasante majorité (86 %) à estimer que la précarité alimentaire..

Lire la suite

Source : Le Monde


Pourquoi les cas d’hépatite E explosent en France ?

Les virus des hépatites à transmission intestinale A et E sont sous la surveillance des autorités sanitaires depuis près de 15 ans. Mais ces dernières années, dans les pays industrialisés, d’importantes avancées scientifiques ont amélioré les connaissances autour de l'hépatite E. Révélant alors que le nombre de personnes ayant le virus de l’hépatite E est passé de 209 à 76 000 cas entre 2002 et 2016. Parallèlement le nombre de personnes hospitalisées a augmenté (57 contre 653) avec des taux d’incidence annuelle plus élevés dans les régions du sud de la France.

Dans un Bulletin épidémiologique du 11 septembre, Santé Publique France explique que les sources de contamination suspectées lors d’épisodes de cas groupés ont été le plus souvent la consommation de saucisses de foie cru de porc. Le porc étant le principal réservoir du virus de l'hépatite E en France, il est à l’origine d’une transmission ...

Lire la suite

Source : e-sante.fr


Des médicaments moins onéreux pour traiter le cancer du sein

Herzuma de Biogaran , Kanjinti de Amgen, Ontruzant de Merck MSD : trois biosimilaires d'un des anticancéreux les plus vendus au monde, l'Herceptine du suisse Roche, arrivent sur le marché français ces jours-ci, à quelques semaines d'intervalle. Ils ont l'ambition de se tailler  une part du marché de 330 millions d'euros que représente ce produit pour le seul Hexagone . Et ce n'est sans doute pas fini car, si Mylan associé à BioCon a retiré son dossier d'enregistrement en Europe, Pfizer aussi a obtenu le feu vert européen en juin dernier pour son Trazimera et Sandoz (groupe Novartis) attend le sien, après un avis favorable.

Les biosimilaires sont des médicaments biologiques « similaires » aux médicaments de référence - efficacité et innocuité équivalentes au produit princeps même si la molécule n'est pas, elle, strictement identique. Sous réserve d'autorisation et, en Europe, de...

Lire la suite

Source : Les Echos


Cancer de l’œsophage : le nombre de cas multiplié par 7

Après le cancer colorectal et le cancer de l'estomac, le cancer de l'œsophage serait le cancer digestif le plus fréquent en France, avec environ 4800 nouveaux cas en 2017. Des chiffres alarmants, selon l'Association Française de Chirurgie (AFC) qui affirme dans une étude parue le 10 septembre 2018 que le nombre de cas de ce dernier a été multiplié par 7 dans l'hexagone depuis 1998. Une recrudescence qui s'expliquerait notamment par la progression de l'obésité et du reflux gastro-œsophagien (RGO).

L'étude révèle que la progression du cancer de l'œsophage est continuelle depuis 2010, de l'ordre de 5%. Cette maladie toucherait principalement les personnes âgées de 60 ans et plus, surtout les hommes. Et d'après les auteurs, le premier facteur de risque serait le reflux gastro-œsophagien (RGO), qu'il soit très symptomatique ou peu apparent : cette pathologie chronique se manifeste par des remontées acides importantes qui peuvent ...

Lire la suite

Source : Medisite


Leclerc : les officines repartent en guerre

Le 3 septembre dernier, l'Union des Syndicats de Pharmaciens d'Officine (l’USPO) a réagi à cette nouvelle offensive contre le monopole pharmaceutique en sollicitant le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour qu’il fasse cesser la diffusion de ces messages.

L’UPSO rappelle, à ce titre, la décision du CSA du 3 mars 2016 qui, en marge d’une campagne similaire, avait précisé que « bien qu’il ait pour effet d’offrir indirectement une certaine visibilité aux parapharmacies E. Leclerc, l’objectif principal du message est de promouvoir des idées et d’alerter l’opinion publique sur une interdiction législative en vue de défendre des intérêts particuliers (….) ce message ne répond pas à la définition de la publicité et ne peut être diffusé au sein des écrans publicitaires ».

De son côté, l’UDGPO (Union des groupements de pharmaciens d’officine) révèle que « lors de différentes campagnes, les parapharmacies Leclerc utilisent l’argument ...

Lire la suite

Source : Jim


Etats-Unis : un industriel augmente de 400 % le prix d'un médicament

Nirmal Mulye va peut-être se faire une place aux côtés de  Martin Shkreli dans le palmarès des hommes les plus détestés d'Amérique . Tout comme l'ancien entrepreneur, le PDG du laboratoire pharmaceutique Nostrum Pharmaceuticals a fait flamber le prix d'un de ses antibiotiques de façon exponentielle, de plus de 400 % le mois dernier.

Le produit en question, la nitrofurantoïne, est utilisé pour traiter les infections de la vessie. Présent sous forme de comprimé ou en solution liquide, il était vendu en bouteille par le fabricant à 474,75 dollars. Avec cette hausse, son prix a quadruplé pour atteindre 2.392 dollars, selon une base de données américaine.

Commercialisée pour la première fois en 1953, la nitrofurantoïne figure sur  la liste des médicaments essentiels élaborée par l'Organisation mondiale de la santé. Aussi,  dans un pays où les médicaments sont parmi les plus chers dans le monde , l'annonce a ...

Lire la suite

Source : Les Echos


Prévention en santé : des députés appellent à passer aux actes

Les députés tirent d'abord un constat d'échec de la politique de prévention. Ils mettent en avant deux chiffres pour dire les inégalités sociales et territoriales de santé : l'espérance de vie des 5 % de Français les plus aisés est supérieure de 13 ans à celle des 5 % les plus pauvres ; le taux de mortalité évitable des hommes est deux fois plus élevé dans les Hauts-de-France et en Bretagne, qu'en Ile-de-France – et une fois et demie pour les femmes.

En cause : une gouvernance éparpillée, des acteurs multiples, et des financements dispersés, identifient les députés. Les services de protection maternelle et infantile (PMI) sont délaissés dans certains départements. Autre acteur clef de la prévention, la médecine scolaire est aussi en souffrance : le taux de réalisation de la visite des 6 ans a chuté de 80 % en 2013-2014, à 47,5 % en 2015-2016. 

Lire la suite

Source : Le Quotidien du Médecin


Partenariat entre le Groupe Pharmagest et le groupe Korian

Le Groupe Pharmagest assoit sa position d'acteur de référence en solutions innovantes facilitant l'assistance à l'autonomie et le maintien à domicile des personnes âgées

Le Groupe Pharmagest, à travers sa Division Solutions e-Santé, affiche un fort engagement dans la recherche de solutions innovantes facilitant l'assistance à l'autonomie et le maintien à domicile des personnes âgées. Ses investissements, tant sur le plan humain qu'industriel, en font l'un des acteurs de référence en France dans ce domaine.

Ce partenariat avec Korian, qui gère le premier réseau européen de maisons de retraite médicalisées, de cliniques spécialisées, de résidences services, de soins et d'hospitalisation à domicile, est une véritable consécration pour le Groupe Pharmagest dans son positionnement au cœur de la filière industrielle de la Silver Economie et...

Lire la suite

Source : Zone Bourse


Sicav et fonds : c’est le moment d’investir dans la santé 

Entre début 2016 et fin 2017, le Stoxx Europe 600 Health Care, qui couvre les principaux laboratoires, équipementiers médicaux, biotechs, medtechs et spécialistes de la dépendance européens, a reculé d’environ 1%, alors que l’indice général Stoxx Europe 600 s’est adjugé 17%.

«Souffrant déjà de la concurrence des génériques, le secteur a été pénalisé par la volonté affichée des deux candidats à la Maison-Blanche en 2015, Hillary Clinton et Donald Trump, d’abaisser le prix des médicaments aux États-Unis», explique Stéphane Reveau, gérant du fonds Étoile Santé Europe C (voir plus bas) chez Amundi Asset Management.

La convalescence semble toutefois terminée : depuis début janvier, le Stoxx Europe 600 Health Care a rebondi de 8,6%, contre une hausse de 2,5% pour le Stoxx Europe 600.

«Le coup d’envoi a été le discours du 11 mai de Donald Trump, indique Stéphane Reveau.

Lire la suite

Source : Le Revenu


Cancer: progression alarmante dans le monde

Le cancer continue sa progression "alarmante" dans le monde avec 18,1 millions de nouveaux cas et 9,6 millions de décès en 2018, d'après les dernières estimations du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC/IARC), qui dépend de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le cancer du poumon est de loin le plus meurtrier avec 1,8 million de décès (18,4% du total). Il devance le cancer colorectal (881.000 décès, soit 9,2 % du total), le cancer de l'estomac (783.000 décès) et le cancer du foie (782.000 décès), selon ces nouvelles estimations établies pour 36 cancers dans 185 pays.

Sans les cancers cutanés autres que les mélanomes, retirés pour pouvoir établir une comparaison avec les années précédentes, les nouveaux cas de cancer dans le monde atteignent 17 millions en 2018 contre 14 en 2012 selon la précédente estimation.

Lire la suite

Source : L'Internaute


Une assurance santé à bas coût pour les plus pauvres

Des soins de santé complets accessibles à tous. Le gouvernement va annoncer, dans le cadre de son plan pauvreté une complémentaire santé à un euro maximum par jour et par personne, selon les informations révélées par la radio RTL.

Présenté le jeudi 13 septembre prochain, la mesure va concerner des foyers pauvres, mais pas assez en difficulté pour bénéficier de la Couverture maladie universelle complémentaire, qui compte 5,5 millions de bénéficiaires.

Les futures personnes éligibles à cette couverture universelle élargie devront toucher des revenus compris entre 730 euros et 980 euros par mois pour un homme ou une femme seule. Selon les caractéristiques du foyer (célibataire, marié, enfants, retraités), cette nouvelle protection permettrait aux personnes ciblées de réaliser des économies significatives. Un couple avec deux enfants pourrait ainsi voir passer sa cotisation de 80...

Lire la suite

Source : Capital


Santé : la France dépense 3000 euros par habitant chaque année

Alors que la préparation du budget de la Sécu 2019 bat son plein et que le Président de la République doit annoncer le plan de transformation du système de santé le 18 septembre, le gouvernement pourrait relever légèrement l'objectif national des dépenses d'assurance maladie (le fameux Ondam), à +2,4% en 2019 contre +2,3% en 2018, selon une information des Échos. Soit un effort supplémentaire de 200 millions d'euros l'an prochain, sur un montant total des dépenses de santé qui frôle les 200 milliards d'euros. Les dépenses de santé sont en croissance continue du fait du vieillissement de la population et de l'explosion des maladies chroniques. Si elles n'étaient pas encadrées, elles augmenteraient naturelles de 4% par an.

En France, la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) s'élève ainsi à 2977 euros par habitant, soit au total 199,3 milliards d'euros en 2017 (8,7% du PIB), selon...

Lire la suite

Source : Le Figaro


Tuberculose multirésistante, une refonte totale des recos

La tuberculose multirésistante (TB-MDR) est un sujet d'inquiétude mondial, particulièrement en zone endémique dans les pays émergents et en voie de développement mais également dans les pays développés en raison des flux migratoires.

Dans « The Lancet », un groupe collaboratif international publie une large méta- analyse sur la prise en charge de la tuberculose multirésistante (TB-MDR), amenant ainsi l'OMS à réviser complètement ses recommandations dans une mise à jour publiée en juillet.

Cette méta-analyse sur 50 études incluant un total de 12 000 patients recrutés dans 25 pays conclut à la supériorité des nouveaux antibiotiques. Il s'agit de la bédaquiline, le linezolide, des fluoroquinolones de dernière génération (lévofloxacine, moxifloxacine, gatifloxacine), de la clofazimine et des ...

Lire la suite

Source : Le Quotidien  du Médecin


Médicament : le LEEM veut être associé à la gestion de crise

Après la remise du rapport sur l’amélioration de l'information des usagers et des professionnels de santé sur le médicament, Agnès Buzyn a promis de rendre l’information « plus accessible, claire et réactive ». Il s’agit d’encourager les remontées d'informations des patients et professionnels de santé, de les inciter à déclarer davantage les événements indésirables, de confier la communication d'urgence à l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) ou encore de favoriser la représentation des patients au sein du Comité économique des produits de santé (CEPS), qui fixe les prix des médicaments.

Ces annonces ont été accueillies favorablement par le LEEM (les entreprises du médicament). Joint par l'AFP, son président Patrick Errard salue la volonté gouvernementale de « sécuriser la qualité de l'information délivrée aux patients, notamment sur internet ». 

Lire la suite

Source : Le Quotidien  du Médecin


Dossier médical partagé: à quoi va servir sa généralisation

En attendant les derniers arbitrages et communications officielles de l’Assurance maladie, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, l’a confirmé ce lundi : le « DMP » va être petit à petit généralisé à partir d’octobre. Comprenez le « dossier médical partagé », carnet de santé numérique gratuit et sécurisé.

Un serpent de mer lancé en 2004, relancé par la loi santé de 2016 version modernisée, qui va donc après bien des tergiversations et euros dépensés, toucher tous les Français. Enfin ceux qui ont un numéro de Sécu. Depuis janvier 2017, neuf territoires pilotes testent ce DMP pour proposer des améliorations. Comment ce DMP va-t-il fonctionner ? 20 Minutes détaille en six questions ce que l’on sait déjà sur le fonctionnement du futur dispositif.

Vous voyez votre carnet de santé écorné, parfois introuvable et souvent illisible ? Le dossier médical partagé sera son équivalent numérique. Objectif ? Selon les textes...

Lire la suite

Source : 20 Minutes