70% des français considèrent la santé comme la première de leurs préoccupations !

Les femmes prennent le pouvoir dans la santé !

Le mercredi 5 décembre s'est tenu l'Open FNIM dévoilant les résultats de l'étude inédite évaluant l'impact de l'information médicale sur la pratique des médecins Commenté par le sociologue Jean-Marie Charon et le Docteur Yohan Saynac, les échanges ont passionné les 120 invités pour ce rendez-vous unique dans l'agenda annuel de la FNIM.

 

Lire la suite

Source : FNIM


Assurances : Axa, Allianz et Crédit Mutuel, champions du digital

Web, mobile, réseaux sociaux et marketing : chaque année, le cabinet Colombus Consulting (1) s’appuie sur l’analyse de ces canaux, et d’une trentaine de critères, pour mesurer la « performance digitale » des grandes marques françaises d’assurance sur trois marchés concernant les particuliers : la multi-risques habitation, l’automobile, la santé individuelle.

L’édition 2018 couronne ainsi Axa et Allianz, deux poids lourds du secteur, qui récoltent les fruits de l’homogénéité de leurs performances sur les différents canaux, sans toutefois particulièrement briller. Sur le canal web, où l’audience des sites est le premier critère retenu, ils sont ainsi dominés par des marques bancaires, le Crédit Mutuel (3e au classement général) et BNP Paribas, qui représentent plus de 43 % de l’audience totale du secteur. Axa est également pénalisée par une expérience client peu convaincante.

 

Lire la suite

Source : Cbanque


Apple recrute un homme à la tête d’une application reconnue de santé

Apple ne s’en est jamais caché : son orientation est du côté de la santé, notamment avec l’Apple Watch. La firme avait dernièrement mis en ligne une vidéo présentant le cas de nombreux utilisateurs dont la vie avait pu être sauvée grâce à la montre connectée. Histoire d’aller toujours plus loin dans cette politique du bien-être et de la bonne hygiène de vie, la firme de Cupertino a recruté Jason Oberfest, président de l’application Mango Health. Comme le montre le profil Linkedin de l’homme, ce dernier bossera dans l’équipe santé d’Apple. Un moyen de perfectionner toujours plus les produits de la firme avec un lien étroit du côté tech.

 

Jason Oberfest n’est pas n’importe qui. L’homme est connu dans le milieu de la tech comme le président de Mango Health, une application orientée du côté de la santé. Cette dernière permet tout simplement aux patients de suivre avec attention un traitement...

Lire la suite

Source : BeGeek


Il y aurait 6 formes de maladie d'Alzheimer

“Comme le cancer du sein, Alzheimer, n'est pas une maladie unique,estime Shubhabrata Mukherjee, professeur assistant en médecine interne générale à l'École de médecine de l'université de Washington (Seattle, États-Unis) dans un communiqué de l'université. “Je pense qu'un bon médicament pourrait échouer lors d'un essai clinique car tous les sujets ne présentent pas le même type d'Alzheimer .” En effet, selon son étude publiée dans la revue Molecular Psychiatry du groupe Nature impliquant 19 chercheuses et chercheurs de différentes institutions, les malades atteints d'Alzheimer peuvent être séparés en six sous-groupes. 

Pour arriver à cette conclusion les spécialistes ont analysé les résultats obtenus aux différentes tests de fonctionnement cognitif au moment du diagnostic de 4050 patientes et patients atteints de la maladie d'Alzheimer. Ces tests cognitifs portaient sur quatre...

Lire la suite

Source : Sciences et Avenir


Essais cliniques : la France recule, dépassée par l’Espagne

Cette enquête, la 9e du genre, a porté sur les années 2016 et 2017. On retiendra notamment qu’en 2017, 2 600 essais cliniques sur le médicament ont été initiés dans le monde par les industriels, l’Amérique du nord participant à 57% d’entre eux, suivie par l’Europe (38%). Mais au sein de l’Europe, on constate un recul de la France (11,9%), détrônée de la 3e place par l’Espagne (14,5%), elle-même devancée par l’Allemagne (17,3%) et le Royaume-Uni (17,9%). Sur cette même période, on note que la participation de la France aux nouveaux essais industriels de phase 1 n’est que de 6%, loin derrière le Royaume-Uni, toujours en tête des pays européens à 12%, et de l’Allemagne (10%). Quant aux Etats-Unis, ils mènent la course en tête, avec un taux de participation de 48% à ces essais de phase 1. Parmi les faiblesses françaises, les délais d’obtention des autorisations sont soulignés par le Leem, constatant que ceux-ci se sont allongés, avec...

Lire la suite

Source : Egora


Sept patients sur dix ont déjà menti à leur praticien

Adhésion à un protocole thérapeutique, pratique sportive, régime alimentaire… La crainte d’être réprimandé ou jugé pousse parfois les patients à cacher des choses à leur médecin. C’est la conclusion d’une étude réalisée sur quelque 4.500 personnes et publiée dans le JAMA Medical Education le 30 novembre.

Les patients, interrogés sur Internet, devaient indiquer s’ils avaient déjà « oublié » de dire la vérité à leur médecin dans sept catégories de sujets. La plupart des sondés ont avoué avoir volontairement caché des informations sur au moins un des sujets. Au total, sept patients sur dix ont déjà menti.

Ainsi, plus d’un tiers des personnes n’a pas montré son désaccord avec le praticien, un quart n’a pas osé dire qu’il ne comprenait pas les recommandations. Près d’un sur cinq n’a pas suivi correctement son traitement, et 11 % ont pris des médicaments prescrits à...

Lire la suite 

Source : 20 Minutes


Suivre sa maladie avec son smartphone: l'essor des logiciels "thérapeutiques"

Les applications "santé" ou "bien-être" abondent mais rares sont celles proposant de suivre l'évolution d'une maladie précise et d'améliorer sa prise en charge. C'est le credo des logiciels dits "thérapeutiques", un segment en plein essor et choyé par l'industrie pharmaceutique.

Pascal, 58 ans, a été diagnostiqué en 2012 d'une sclérose en plaques dite "primaire progressive", la forme la plus agressive de cette maladie neurodégénérative. Depuis quelques mois, il utilise une application spécialisée, MSCopilot, pour suivre l'évolution symptomatique de sa maladie.

L'application, récemment validée par un essai clinique, propose une série de tests aux patients utilisant des fonctionnalités de leurs smartphones.

La motricité est par exemple mesurée par le GPS et le podomètre/accéléromètre, la...

Lire la suite 

Source : La Provence


Anémie : une appli permettrait de dépister les symptômes sans prise de sang

Des chercheurs de l'université Emory ont conçu une application entrainée à dépister l'anémie. Ils pensent que cette technique pourrait être une future alternative aux prises de sang.

Sera-t-il un jour possible de diagnostiquer l’anémie sans prise de sang préalable ? Des chercheurs de l’université Emory (Atlanta, États-Unis) ont présenté une étude qui va dans ce sens le 4 décembre 2018. Dans la revue Nature, ils proposent d’utiliser une application mobile comme méthode de diagnostic non invasive.

L’anémie se caractérise par une baisse du taux d’hémoglobine présente dans les globules rouges du sang. Pour la diagnostiquer, une prise de sang est nécessaire : elle permet de faire une analyse, l’hémogramme. À partir d’une photographie, les scientifiques expliquent que l’application qu’ils ont développée parvient aussi à repérer les signes...

Lire la suite 

Source : Numerama


Cancer des enfants : les députés UDI-AGIR réclament 15M d'€ de plus pour la recherche

Le députés UDI-Agir défendront un texte jeudi à l'Assemblée, dans le cadre de leur "niche" parlementaire", afin d'allouer quinze millions d'euros supplémentaires à la recherche sur les cancers touchant les enfants.

L'Assemblée avait voté dans le cadre de la première lecture du projet de budget pour 2019 un amendement du gouvernement octroyant 5 millions d'euros de plus à la recherche sur les cancers pédiatriques , mais cela reste "insuffisant" selon le président du groupe UDI-Agir Jean-Christophe Lagarde, qui veut porter ce financement à "20 millions d'euros supplémentaires", comme d'autres groupes d'opposition.

"On nous présente les cinq millions d'euros comme une avancée. Je ne vais pas dire que ce n'est pas une avancée. Mais entre cinq et vingt millions, l'écart est faible quand on regarde ce que représente le budget de l'Etat d'une part, et le budget de la Sécurité...

Lire la suite 

Source : Medisite


Les pharmacies Walgreens se lancent dans la livraison express de médicaments à domicile

La chaîne américaine de pharmacies Walgreens Boot Alliance se prépare à tenir tête à la concurrence. En annonçant, le 6 décembre 2018, la création de Walgreens Express avec FedEx, le deuxième pharmacien des États-Unis entend contrer Amazon et son rival historique, CVS Health, dans la livraison rapide de médicaments à domicile.

Grâce à ce nouveau service, les patients seront en mesure de se faire livrer leur prescription chez eux dès le lendemain de leur consultation chez le médecin. Ils recevront une notification par SMS, une fois leur ordonnance remplie, qui leur permettra de choisir entre la livraison – via FedEx – ou la récupération de leurs médicaments dans l'une des pharmacies du groupe, en passant par un comptoir Express.

Dans certaines villes des États-Unis, comme New York, Dallas, Miami ou Chicago, entre autres, les clients de Walgreens peuvent se faire livrer le jour-même. Cette offre va être...

Lire la suite 

Source : Usine Digitale


GSK va racheter la biotech Tesaro

Le groupe pharmaceutique britannique a entrepris de rationaliser son portefeuille et vient de s'entendre avec Unilever pour lui vendre son lait malté Horlicks et d'autres produits de nutrition très présents en Inde pour 3,3 milliards d'euros.

GSK va débourser 75 dollars par action pour acheter Tesaro, ce qui représente une prime de 110% par rapport à la moyenne du cours de Bourse de la société sur les 30 derniers jours, un prix qui fait chuter le titre GSK à la Bourse de Londres (-7% en milieu d'après-midi).

GSK a précisé que la transaction, qui devrait être finalisée au premier trimestre 2019, pèserait sur son bénéfice ajusté dans une fourchette de 5% à moins de 10% pendant les deux premières années mais que l'acquisition devrait être relutive d'ici 2022.

Ce rachat permet à GSK de mettre la main sur le Zejula, un produit déjà commercialisé...

Lire la suite 

Source : Boursorama


BNP Paribas s'associe à Axa dans l'assurance entreprise

Dans le détail, BNP Paribas interviendra en qualité d'apporteur d'affaires, tandis qu'Axa France sera en charge de la souscription des contrats, du traitement des actes de gestion, des sinistres et du recouvrement, précise la banque dans un communiqué. BNP Paribas déploiera progressivement à partir du 1er janvier cette nouvelle gamme à destination de ses clients entreprises dont le chiffre d'affaires est compris entre deux et 100 millions d'euros, ainsi que des associations clientes de sa banque de détail en France, précise le communiqué.

Le groupe bancaire n'en est pas à son premier partenariat avec l'assureur. Jusqu'au début de cette année, BNP Paribas et Axa détenaient ensemble une coentreprise - Natio Assurances - chargée de distribuer dans les agences du premier des contrats aux particuliers pour l'automobile et l'habitation. La banque a toutefois choisi de mettre un...

 

Lire la suite 

Source : Cbanque


Unilever annonce le rachat d'actifs de GSK en Asie

Le géant anglo-néerlandais de l'agroalimentaire et des cosmétiques Unilever a annoncé lundi le rachat d'actifs du groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK) en Asie pour un total de 3,3 milliards d'euros.

 

"Unilever annonce aujourd'hui (lundi) avoir signé un accord sur l'acquisition du portefeuille +santé, nourriture et boissons+ de GlaxoSmithKline en Inde, au Bangladesh et dans 20 autres marchés principalement en Asie", a déclaré le groupe dans un communiqué.péenne de 2011 et n’a pas du...

 

 

Source : Le Figaro


Des préservatifs masculins remboursés par l’assurance maladie

À partir du 10 décembre prochain, il sera possible de se faire prescrire, par son médecin généraliste ou sa sage-femme, des préservatifs et d’être remboursé par l’assurance maladie à hauteur de 60 %. Comme n’importe quelle autre prescription, il suffira de se présenter dans une pharmacie avec son ordonnance pour être pris en charge.

Il est possible de se voir délivrer des boîtes de 6, 12 ou 24 préservatifs masculins de la marque Eden, dont les prix sont déjà globalement en dessous de la moyenne. Cette marque du laboratoire français Majorelle a, en fait, réalisé les démarches nécessaires auprès des services publics en santé pour être remboursée, estimant que le produit vendu rendait un service important. Pour le laboratoire, cette prise en charge du préservatif envoie : « un signal fort qu’il ne s’agit pas d’un gadget sexuel, mais bien d’un véritable outil de prévention indispensable ».

Lire la suite

Source : La Santé Publique


AbbVie marque des points contre les cancers du sang

Nouvelle amélioration en vue pour les patients atteints de certains types de leucémies. Les résultats présentés samedi au congrès annuel de l'American Society of hematology (ASH) par l'américain AbbVie dans le traitement de la leucémie lymphoïde chronique (30 % des cancers du sang), devraient aider le laboratoire à obtenir, en France, une évaluation favorable auprès de la Haute Autorité de Santé pour la combinaison de son médicament, le Venclyxto, avec le Rituxan de Roche.

Au bout de trois ans, la maladie est toujours stabilisée chez plus de 70 % des patients, et près de 88 % d'entre eux sont toujours en vie, bien que le Venclyxto ait été administré pendant deux ans seulement. « L'efficacité du traitement persiste donc chez une majorité de patients même après son arrêt, ce qui n'était pas le cas avec les médicaments existants dont on devait maintenir l'administration jusqu'à rechute », explique ...

Lire la suite

Source : Les Echos


Sida : les seniors pas suffisamment dépistés

Si l’épidémie de Sida stagne en France (6 000 nouveaux cas par an environ), le bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) émis par Santé publique France a révélé que 20 % des personnes qui s’étaient découvertes séropositives en 2016 avaient plus de 50 ans.

Ainsi, les seniors dépistés comme séropositifs passaient de 1 041 en 2008 à 1 268 en 2014. Une hausse de 22 % qui s’expliquerait par un manque de dépistage : "la proportion de personnes n’ayant jamais été testées pour le VIH avant la découverte de séropositivité était significativement plus élevée chez les seniors (48 %) que chez les 25-49 ans (42 %)" , indique le rapport.

En 2016, ils étaient 1 184 seniors à découvrir leur séropositivité. Sur ces cas, "72 % d’entre eux étaient des hommes, 51 % d’entre eux ayant été contaminés lors de rapports hétérosexuels et 47 % par des rapports sexuels entre hommes. Cette dernière ...

Lire la suite

Source : Le Dauphine


Efelya va lancer un passeport-grossesse dans le monde entier

La mortalité liée aux grossesses à risque concerne chaque année 300 000 femmes dans le monde et deux millions de bébés. Ces chiffres concernent surtout les pays émergents et confirment que la fameuse couverture sanitaire universelle est encore loin d’être atteinte dans ce domaine. C’est justement ce qui motive Efelya, spécialisée dans l’e-santé. La start-up vannetaise (*)  a été fondée en janvier 2018 par Florine Duplessis, sage-femme échographiste à Hennebont (56), Nicolas Duplessis, développeur informatique, et Nicolas Gavard-Pivet, spécialisé dans la création d’intelligence artificielle. À ce noyau dur s’ajoutent : cinq développeurs informatiques, une docteur en Science et deux data scientists qui collaborent à l’élaboration d’un algorithme, cœur du système de prévention et dépistage des grossesses à risques mis au point par Efelya. « En France, on a un bon système de soins avec un dépistage qualitatif, dit Florine Duplessis. Mais la...

Lire la suite

Source : Le Télégramme


Happytal lève 23 millions d'euros pour rendre l'hôpital plus confortable

Un séjour à l'hôpital est rarement une partie de plaisir pour les patients. Au-delà des problèmes de santé qui le motivent, la complexité de la paperasse administrative (pré-admission, assurances...) et le manque de confort sur place dans de nombreux établissements, contribuent à en faire une expérience désagréable.

Interpellé par "le manque de qualité de vie" lors de l'hospitalisation de plusieurs proches, l'entrepreneur Pierre Lassarat a co-créé Happytal en 2013 - avec Irwin Lan et Romain Revellot - pour résoudre ce problème par l'intégration de services de conciergerie. Cinq ans plus tard, la startup a revu ses ambitions à la hausse. Elle s'est mutée en une véritable plateforme de gestion du "parcours-patient" pour les hôpitaux, et annonce une levée de fonds massive de 23 millions d'euros auprès d'Axa Ventures Partners, des fonds Partech et Alliance Entreprendre, du family office La Compagnie...

Lire la suite

Source : La Tribune


Grippe : un test de dépistage rapide pour désengorger les urgences

Quand, jusque-là, il fallait de 3 à 4 heures. Deux de ces machines sont installées à l’accueil des urgences et la troisième en pédiatrie. Mis au point par le laboratoire Roche, ces appareils, baptisés cobas Liat PCR System, utilisent sous une forme miniaturisée et automatisée une méthode d’analyse, la polymerase chain reaction (PCR), employée depuis 1983.

En optimisant l’obtention du diagnostic, ils accélèrent la prise de décision médicale et évitent la contamination des autres patients.

Lors de la phase d’expérimentation, réalisée en janvier 2018, la moitié des 200 patients testés s’étaient révélés positifs à l’un des virus de la grippe A ou B. Cette innovation a aussi réduit l’attente aux urgences de 1 heure et le nombre d’examens complémentaires de près de 10 % .

Lire la suite

Source : Le Figaro


Etats-Unis : l'espérance de vie a encore baissé en 2017 à causes des opiacés

L'espérance de vie a continué à baisser aux Etats-Unis en 2017 par rapport à 2014, une dégradation historique principalement due à la crise des overdoses de drogues, selon des statistiques de santé publiées le 29 novembre 2018. Parmi les 35 pays de l'OCDE, seule l'Islande a récemment vu son espérance de vie baisser sur trois ans, selon des chiffres couvrant jusqu'à 2016. Ailleurs, elle a augmenté ou stagné.

"C'est la première fois que l'on voit une tendance à la baisse depuis la grande épidémie de grippe de 1918", déclare à l'AFP Robert Anderson, chef des statistiques de la mortalité au Centre national des statistiques de santé, qui a publié les nouveaux chiffres. Tout en précisant que la baisse était certes beaucoup plus forte en 1918. L'espérance de vie à la naissance était en 2017 de 76,1 ans pour les hommes et de 81,1 ans pour les femmes. La moyenne pour la population était de 78,6 ans, contre 78,9 en 2014. 

Lire la suite

Source : Sciences et Avenir


L'institut Curie mise sur l'intelligence artificielle

Au cœur du Ve arrondissement de Paris, l’Institut Curie est installé de part et d’autre de la rue d’Ulm. Du côté pair, son hôpital prend en charge les malades du cancer. Dans le bâtiment d’en face, son centre de recherche travaille chaque jour pour faire avancer la lutte contre le cancer. Aujourd’hui, l’intelligence artificielle est devenue l’une des armes privilégiées pour faire reculer cette maladie qui fait chaque année en moyenne près de 150 000 morts en France. Dans cette bataille, l’Institut Curie bénéficie d’un sacré atout. Depuis plus de dix ans, il a instauré un système de dossier électronique pour les patients. Des données médicales de plusieurs centaines de milliers de patients rassemblées dans une grande base commune. Comptes rendus de consultation, de chirurgie, de radiothérapie, protocoles de chimiothérapie… Une source d’information gigantesque qui permet, grâce à l’intelligence artificielle, de mieux comprendre le développement ...

Lire la suite

Source : Usine Nouvelle


Le Qatar, prochain leader mondial de la santé ?

Plus de 2000 experts de la santé et dignitaires issus de 100 pays se sont réunis à Doha, la capitale du Qatar, à l’occasion du Sommet mondial de l’innovation pour la santé (WISH). Cet évènement annuel émanant de la Fondation du Qatar – une organisation privée sans but lucratif créée par l’Émir Al Thani, père de l’actuel Émir du Qatar – est un forum dédié à l’innovation médicale dans des domaines tels que les maladies virales, la santé mentale ou la réforme des systèmes de santé mondiaux.

Parmi les orateurs qui ont pris la parole à Doha figuraient plusieurs personnalités de premier plan telles que le nageur américain médaillé d’or Michael Phelps (qui a abordé les problématiques de  santé mentale); la princesse Muna al-Hussein, mère du roi Abdullah II de Jordanie; Mary Robinson, ancienne présidente de l’Irlande; ou encore David Miliband, secrétaire d’État des affaires étrangères britanniques entre 2007 et 2010..

Lire la suite

Source : Santé Publique


Affaire Monsanto : Bayer supprime 12 000 postes

L'addition du mariage avec Monsanto est décidément salée pour Bayer. Le groupe allemand, qui a déboursé 63 milliards de dollars (54 milliards d'euros) à cette occasion, a annoncé ce jeudi un plan de restructuration sévère marqué par la cession d'une série d'actifs pour se recentrer sur ses activités stratégiques : produits pharmaceutiques, santé grand-public, et agronomie et des dépréciations d'un montant de 3,3 milliards d'euros. Même les activités conservées payent un lourd tribut avec 12.000 suppressions de postes dans le monde d'ici fin 2021

« Ces changements sont nécessaires et vont poser de nouvelles bases pour Bayer, lui permettre d'améliorer ses performances et sa souplesse », a justifié dans un communiqué  Werner Baumann , le patron du groupe de Leverkusen à l'issue du conseil de surveillance. Ces changements en disent surtout long sur la crise que traverse le...

Lire la suite

Source : Les Echos


Intelligence artificielle : la France prévoit 665 millions d'euros de dépenses jusqu'en 2022

Le gouvernement vient de présenter sa stratégie nationale de recherche en intelligence artificielle (IA), qui prévoit 665 millions d'euros de dépenses jusqu'en 2022, en capitalisant sur la tradition française de recherche en mathématique pour se hisser au plus haut niveau. Le plan présenté par la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal et le secrétaire d'Etat au Numérique Mounir Mahjoubi reprend des propositions du rapport du député et mathématicien Cédric Villani, en mars dernier. « L'ambition de la France est claire, il s'agit de faire en sorte, avec l'Allemagne que l'Union européenne soit capable de rivaliser avec la Chine et les États-Unis » en matière d'intelligence artificielle, explique-t-on au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Dans une interview aux Échos, Mme Vidal a expliqué que la France voulait faire partie des précurseurs dans certains domaines d'application de...

Lire la suite

Source : Cnews


Amazon lance une intelligence qui déchiffre les dossiers médicaux

Connue pour son site d’e-commerce et ses milliards de dollars de chiffre d’affaires, Amazon est une entreprise bien plus complexe et diversifiée qu’il n’y paraît. Elle possède des ramifications très connues (ses services Prime Vidéo et Prime Music, le streaming avec Twitch, l’assistant vocal Alexa, les produits Kindle, etc.) et moins connues (Amazon Maritime pour le transport, Amazon Publishing pour l’édition de livres, le Cloud avec AWS, etc.). Au total, plus de 40 filiales, dont des entreprises comme Whole Foods (alimentaire), IMDB (base cinéma), Zappos (chaussures) ou Audible, le spécialiste des livres audio.

En Italie, Amazon vient d’être autorisé à devenir opérateur postal pour livrer ses propres colis ou remettre en main propre du courrier. Aux Etats-Unis, l’entreprise passe à la santé, emboîtant le pas d’autres géants comme Apple, Google ou Microsoft qui y investissent...

Lire la suite

Source : LCI


MSD Avenir investit 28 millions d'euros dans la recherche en France

Le laboratoire américain Merck - MSD en Europe - peine à obtenir, en France, le remboursement du Keytruda, son produit d'immunothérapie, dans plusieurs indications. Il continue pourtant -  mais pour combien de temps ? - à soutenir la recherche publique française. Il annonce en effet ce mardi, à l'occasion de la journée annuelle, organisée par la fondation MSD Avenir, à l'université Paris-Descartes, un nouvel investissement de 28 millions d'euros, dont plus de la moitié en cancérologie.

Il s'agit, explique Cyril Schiever, président de MSD en France et de MSD Avenir, « de financer dans le cadre de partenariats public-privé, des projets novateurs s'inscrivant dans les domaines de recherche du groupe ». C'est ainsi le cas de Immunome, porté par l'Institut Gustave-Roussy, qui vise à mieux comprendre l'immunité, de Diagnose au Centre Léon-Bérard de Lyon qui cherche comment appliquer l'intelligence artificielle au..

Lire la suite

Source : Les Echos


Novartis lance la 1ère thérapie génique pharmaceutique contre la cécité

« Le traitement est destiné à soigner une maladie rare de la rétine, permettant de rétablir la vision chez les patients », a annoncé par voie de communiqué le laboratoire bâlois, vendredi 23 novembre.  

Nommé Luxturna, il est décrit comme étant la 1ère thérapie génique pour soigner la perte de vision liée à la dégénérescence héréditaire de la rétine. Une maladie associée à une mutation au niveau d’un gêne (RPE65) qui entraîne une perte progressive de la vision jusqu’à la cécité. 

Le Luxturna fournit une copie active du gène en question pour aider les enfants et adultes touchés par cette maladie à recouvrer la vision. Seule condition : qu’ils disposent de suffisamment de cellules rétiniennes viables.

Par injection, ce traitement permet aux cellules de la rétine de produire de nouveau la...

Lire la suite

Source : Acuité


Chine : des chercheurs ont-ils donnés naissance aux premiers "bébés OGM" ?

Des chercheurs chinois ont-ils fait ce que personne n'avait encore jamais osé faire : donner naissance à des bébés génétiquement modifiés ? C'est en tout cas ce qu'affirme ce lundi matin le chercheur chinois He Jiankui dans un entretien à l'agence de presse AP.

A la tête d'une équipe de l'université de sciences et de technologie de Shenzhen, au sud de la Chine, il indique avoir contribué à la naissance, ce mois-ci, de jumelles dont l'ADN a été modifié grâce la méthode CRISPR, une technique révolutionnaire qui permet de modifier des morceaux d'ADN dans le génome et utilisée pour modifier les embryons humains avant leur transfert dans l'utérus de la femme.

Le chercheur a indiqué avoir modifié des embryons pour sept couples au cours de traitements de fertilité, dont une grossesse serait arrivée à terme. Tous les hommes participant au projet étaient séropositifs et toutes les femmes séronégatives.

Lire la suite

Source : Les Echos


Une enquête internationale dénonce les lacunes du contrôle des implants médicaux

Une enquête internationale réalisée par 59 médias, publiée dimanche, dénonce les lacunes du contrôle des implants médicaux (pacemaker, prothèse de hanche...) en Europe, notamment en France, en évoquant des incidents de plus en plus nombreux, difficiles à quantifier et à identifier.

Cette enquête baptisée "Implant Files" a été menée par plus de 250 journalistes dans 36 pays, dans le cadre du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), dont ceux du Monde, de Radio France et de Premières Lignes (producteur de l'émission "Cash Investigation") en France.

Au terme de leurs recherches, ils affirment le nombre d'incidents liés aux "dispositifs médicaux" (pompes à insuline, pacemakers, prothèses mammaires, de hanche, d'épaule ou de genou) augmente partout dans le monde.

Lire la suite

Source : Medisite


Assurance maladie : +2,2% des dépenses de soins en 2018

Les remboursements de soins du régime général d’assurance maladie ont progressé de 2,2% sur l’année 2018 et, pour l’heure, de 2,3% en rythme annuel (douze derniers mois).

La caisse nationale de l’assurance maladie a publié mercredi 21 novembre son traditionnel communiqué mensuel des remboursements de soins du régime général pour le mois d’octobre. Ces dépenses ont progressé de 2,2% sur les dix premiers mois de l’année 2018, de 2,3% sur les douze derniers (en rythme annuel).

Dans le détail, les dépenses de soins de ville ont progressé de 3%, sur 2018 comme en rythme annuel. Tendances toujours contrastées pour ses deux principaux pôles que sont les honoraires médicaux et dentaires (+3,6% sur 2018, +4% en annuel) et les médicaments (+0,8% en 2018, +0,6% en annuel).

Les dépenses des établissements sanitaires sont de leur côté en croissance de 1,5%...

Lire la suite

Source : L'Argus de l'assurance


SMAvie lance son application mobile

Baptisée « SMAvie Infos » et accessible gratuitement sur Iphone et Android, cette application permet aux sociétaires SmaVie d’accéder à un ensemble de services et de fonctionnalités pour faciliter la gestion de leur épargne. Elle comprend également des espaces d’information ouverts à tous. 

Cette application permet aux épargnants de gérer leurs contrats d'assurance-vie et d'épargne-retraite en accédant à leur espace client. Elle permet également de s'informer à travers deux espaces : " SMAvie Infos " et " Elles assurent ". Le premier regroupe des informations essentielles sur l'épargne, la gestion de patrimoine, la retraite, la prévoyance, la protection du chef d'entreprise. Le second répond aux questions que se posent toutes les femmes actives sur leur protection professionnelle et personnelle. Par ailleurs, l'application permet de suivre en temps réel les offres commerciales SMAvie et...

Lire la suite

Source : Tribune de l'Assurance


RogerVoice : l'appli qui aide les sourds et malentendants à téléphoner

Devenue sourde à l'âge adulte, Corinne Lacoste ne téléphonait plus depuis des années. Mais une application a tout changé. Baptisée Roger Voice, elle permet de retranscrire les propos de son interlocuteur en temps réel. Cette chef d'entreprise explique que cela lui a permis de retrouver son autonomie dans sa vie personnelle mais aussi professionnelle.

Cette application a été créée par un entrepreneur parisien, sourd lui-même. Elle est aujourd'hui utilisée dans plusieurs pays, notamment en Australie, au Japon ou au Mexique. Elle permet de retranscrire une conversation téléphonique en langue des signes, en temps réel.

Pour l'instant, ce service ne fonctionne que la semaine de 8 heures 30 à 19 heures. L'utilisateur n'a le droit qu'à une heure gratuite par mois. A partir de 2023, le temps d'appel passera à 3 heures par mois, puis à 5 heures par mois à partir du 1/10/26 ...

Lire la suite

Source : France  Info


Mediator: le procès aura lieu à l'automne 2019

Depuis l'affaire du sang contaminé, c'est le plus grand scandale sanitaire français. Le 5 décembre prochain a 14 heures, une réunion se tiendra au tribunal de grande instance de Paris, aux Batignolles, en présence de toutes les parties (juges, parquet et avocats) pour discuter de la tenue d'un procès à l'automne 2019. C'est la première fois qu'une date est arrêtée pour ce qui apparaît comme le procès de la démesure : il durera plusieurs mois avec, environ, 4 000 parties civiles présentes. 

Le Mediator, mis sur le marché en France en 1976 par les laboratoires Servier, a été retiré de la vente fin 2009, après les travaux d'une équipe du CHU de Brest emmenée par le Dr Irène Frachon, pneumologue. S'il a pu, à tort, être présenté comme un antidiabétique, il est un adjuvant au régime chez les diabétiques en surpoids. Mais, en réalité, il a très largement été prescrit comme coupe-faim pour perdre du poids. 

Lire la suite

Source : L'Express


Révision de la loi bioéthique : quelles mesures en matière de santé et IA ?

Alors que la loi bioéthique va bientôt être révisée, quelles sont les mesures à mettre en place en matière de santé et d'intelligence artificielle ?

S'il n'est pas le plus médiatisé, l'impact de l'intelligence artificielle et de son développement fulgurant dans le domaine de la santé n'est pas le plus négligeable parmi les nombreux champs couverts par la loi relative à la bioéthique que la France  s'apprête à réviser en 2019.

Le monde de la santé, de la recherche, de la médecine du quotidien ou de la médecine prédictive va être totalement transformé et impacté par des technologies qui n'existaient pas quand les soignants d'aujourd'hui ont commencé leurs études. Le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) qualifie ce rythme de diffusion du numérique au sein de notre système de santé de «  fait majeur irréversible  ».

Lire la suite

Source : Les Echos


Les grandes ambitions des banques dans l'assurance

Les banques sont plus que jamais à l'attaque dans l'assurance. Alors qu'il tire déjà 50 % de ses résultats de son « deuxième métier »,  Crédit Mutuel Alliance Fédérale a ainsi annoncé la semaine passée vouloir accélérer encore, notamment en allant davantage sur l'assurance des entreprises.

Du  Crédit Agricole, qui envisage également de se lancer dans l'assurance dommages pour les PME et les ETI, à Société Générale en passant par BPCE, les autres grands réseaux affichent tous des ambitions élevées. C'est particulièrement le cas en auto, en habitation ou en prévoyance (assurance-décès, garanties accidents de la vie, etc.). Chez BNP Paribas, par exemple, l'heure est à la relance de l'assurance-dommages, un axe de développement désormais « prioritaire ». Avec 75.000 contrats vendus à la fin septembre, l'offre lancée en mai par la nouvelle compagnie Cardif IARD créée avec la Matmut est ...

Lire la suite

Source : Les Echos


"Nous sommes entrés dans l'ère des robots sociaux"

Invitée du Big Bang Santé, l'auteure du livre « Des robots et des hommes » a mis en garde le grand public contre les dérives potentielles de « l'informatique émotionnelle ».

Un robot psychologue que consultent les soldats de retour de missions traumatisantes: voilà une innovation étonnante qui nous vient de l'université USC en Californie. Ellie, de son prénom, peut se montrer plus efficace qu'un humain car les militaires se confient à cette machine sans crainte du jugement - et sans forcément se douter qu'elle analyse leur langage non verbal.

Ce cas illustre l'avènement des «robots sociaux» et de «l'informatique émotionnelle», comme l'a présenté la chercheuse au CNRS Laurence Devillers lors du Big Bang Santé, le 18 octobre à la Maison de la Chimie. Les GAFA travaillent à faire progresser leurs assistants domestiques (Google Home, Alexa, Siri) dans la détection des émotions et ...

Lire la suite

Source : Le Figaro


Les princeps bientôt moins bien remboursés que les génériques ?

A partir du 1er janvier 2020, si un patient arrive à la pharmacie avec une ordonnance et s'il refuse un générique, il sera moins bien remboursé : il sera remboursé sur la base du prix du générique et non plus sur la base du prix réel du médicament de marque qu'il exige. Il devra également faire l'avance des frais, comme c'est déjà le cas. Or, un médicament d'origine coûte en moyenne 40% plus cher que le générique. Les patients qui ont un traitement coûteux au long cours, devront donc payer environ 100 euros en plus par mois.

Sur les génériques, la France est très en retard par rapport à ses voisins. En France, seuls 36% des médicaments vendus sont des génériques contre 80% en Allemagne et 83% en Grande-Bretagne. Et pourtant, le générique est la copie d'un médicament d'origine (princeps), dont le brevet est tombé dans le domaine public.

Lire la suite

Source : France info


L'éthique et la lutte contre les fake-news

Combattre les fake-news et promouvoir l’éthique en santé, c’est respecter et protéger le Patient. De nombreux Experts ont livré sur le site du Festival de la Communication Santé leur vision de l’éthique en santé, et notamment sur la nature du message à faire passer par tous les canaux de la communication existants, les plus classiques comme les plus innovants.

Leurs positions synthétisent l’essentiel des combats à mener pour pérenniser la valeur de l’acte médical au bénéfice exclusif de l’Humain, à titre individuel et à titre collectif. Le respect du serment d’Hippocrate, en somme …

Le Dr Serge Blisko, Président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), pose le problème de l’éthique en santé à l'aune de l’usurpation médicale ou paramédicale, des déviances qui s’y associent, et des...

Lire la suite

Source : Medisite


Les Français ont confiance dans le médicament, moins dans les fabricants

Peut mieux faire. Le Leem, qui représente 260 entreprises françaises du médicament, dévoilait ce mardi la 8e vague de son Observatoire sociétal du médicament, en partenariat avec Ipsos*. Une succession de pourcentages qui donnent une idée plus précise de la confiance (et de la défiance) des Français vis-à-vis des médicaments, vaccins mais surtout des laboratoires pharmaceutiques.

Selon ce sondage, 77 % des Français ont confiance globalement dans les médicaments et 83 % dans le médicament précis qu’ils prennent. « C’est un taux qu’envieraient beaucoup d’entreprises », synthétise Brice Teinturier, directeur général délégué d’Ipsos. Pour autant, cette légère remontée fait suite à une importante érosion de la confiance : si en 2015, 85 % des Français avaient confiance dans les médicaments, ils n’étaient que 76 % en 2017.

 

Lire la suite

Source : 20 minutes


Merck mobilise 30 millions d'euros contre le diabète

Le laboratoire pharmaceutique allemand Merck lance la construction d'un nouveau bâtiment sur son site industriel de Semoy (Loiret), afin d'augmenter ses capacités dans la fabrication et le conditionnement d'antidiabétiques oraux à base de metformine. 19 millions d'euros sont programmés d'ici 2021 pour ce bâtiment qui abritera trois nouvelles lignes. Trois autres existantes seront modernisées dans cette usine qui occupe une emprise de 15 hectares.

En 2016, Merck avait déjà investi 11 millions d'euros dans cette usine de 14 500 m² qui a produit 4 milliards de formes sèches, à savoir des comprimés pour les diabétiques de type 2. Cette production, qui répond à des standards drastiques de fabrication, "est en grande partie exportée sur tous les continents, et notamment vers des marchés particulièrement exigeants comme le Japon", explique Philippe Dumonet, directeur du...

Lire la suite

Source : L'Usine Nouvelle


29% des Français ont déjà parlé de leur santé sur internet

Bien que le sujet de la santé puisse être considéré comme intime, 29% des Français ont déjà parlé de leur santé sur le net, selon un sondage Odoxa réalisé pour Healthcare Data Institute. Parmi ces derniers, 73% en ont parlé sur les réseaux sociaux, contre 67% sur les forums tels que Doctissimo ou Aufeminin.

Pour 58% des sondés, les témoignages postés sur les réseaux sociaux, et sur d'autres plateformes dédiées, seraient bénéfiques pour connaître les effets secondaires des médicaments. 57% des sondés estiment ces témoignages intéressants pour connaître le vécu de l'internaute malade.

Parmi les sondés, 45% estiment que les témoignages des internautes sur internet concernant leur santé devraient être utilisés pour la recherche médicale. Parmi ces derniers, 57% pensent que ces témoignages peuvent permettre aux gouvernements de...

Lire la suite

Source : La Dépêche


Xiaoyi, le robot-médecin testé depuis un an

Fin 2017, il décrochait haut la main son diplôme de médecine en obtenant 456 points sur 600 à l’épreuve écrite de l’examen national chinois. Xiaoyi, "le petit docteur" en chinois, est ainsi le tout premier modèle de robot médecin doté d’une intelligence artificielle (IA) développé par la société iFlytek. Plus impressionnant : alors que les étudiants disposaient de dix heures pour passer l’examen, le petit androïde a pu sortir de la salle au bout… d’une heure seulement ! Concrètement, son algorithme a été "nourri" de 53 ouvrages de médecine, deux millions de dossiers de patients, 400.000 rapports médicaux et plus d’un million d’images… "Notre modèle de deep learning [apprentissage profond] acquiert d’abord cette connaissance médicale par lecture guidée ou libre grâce à ses capacités de traitement automatique des langages naturels", explique Ji Wu qui a dirigé ces travaux. Le responsable du département d’ingénierie électronique de l’université...

Lire la suite

Source : Sciences et Avenir


Quel regard portent les Français sur leurs soignants ?

L’institut d’études indépendant Odoxa publie aujourd’hui son 13e baromètre santé 360 consacré aux professions libérales de santé (PLS) - médecins généralistes et spécialistes, infirmiers, sages-femmes, kinésithérapeutes, dentistes, pharmaciens et aides-soignants.

Si l’étude démontre à quel point les Français aiment leurs soignants, elle dépeint également le regard différent que portent patients et professionnels de santé sur les réformes de santé actuelles.

Enfin, la question du développement du numérique en santé a été abordée : s’il est fondamental, une plus grande transparence s’avère nécessaire.

En France, les professionnels libéraux de santé jouissent d’une excellente image, ils concentrent en moyenne 91 % de bonnes opinions.

En comparaison, les journalistes (36 %) et les hommes politiques (12 %) apparaissent...

Lire la suite

Source : Previssima


Un algorithme qui traque les médicaments dangereux

Pour les spécialistes, l’intelligence artificielle (IA) en santé, c’est un peu le pactole de Crésus : le Système national des données de santé (SNDS), créé en 2016, centralise les données médico-administratives de l’assurance-maladie, les factures hospitalières et les certificats de décès. Soit la plus grande base de données de santé connue au monde ! "Nous pouvons aujourd’hui suivre le détail des “parcours de soins” des 65 millions de Français avec un historique de plus de dix ans", explique Dominique Polton, présidente de l’Institut national des données de santé (INDS). En comparaison, l’organisme disposant de la plus grande base de données aux États-Unis regroupe 8 millions de personnes. "Le problème, c’est que les bases du SNDS sont construites pour gérer les remboursements des soins… pas pour faire de la recherche clinique ou épidémiologique", poursuit Dominique Polton. Or c’est dans ce domaine que les....

Lire la suite

Source : Sciences et Avenir


Santé au travail : Padoa lève 20 millions d'euros

Quand l'idée est bonne, le succès est vite au rendez-vous. A peine deux ans après sa création en 2016, et un an après une première levée de fonds de 5 millions d'euros, la startup Padoa lève à nouveau 20 millions d'euros auprès de ses investisseurs historiques, dont le fonds Kamet, un startup studio créé par Axa.

L'objectif : accélérer encore la commercialisation de sa solution de "santé au travail" auprès des entreprises, et investir dans la R&D pour compléter sa gamme de solutions technologiques, afin de devenir une véritable plateforme collaborative entre les professionnels de la santé au travail, les employeurs et les salariés.

Dépoussiérer la visite médicale et améliorer la santé au travail

Créée en novembre 2016 par Nicolas Telle, Julie Prévôt-Leygonie, Frédéric De Mesmay et Lionel Cassier, la vocation de Padoa est "d'optimiser" le système existant de la santé au...

Lire la suite

Source : La Tribune


Axa : l'assurance vie et la santé tirent l'activité

L'assureur Axa a réalisé un chiffre d'affaires de 75,8 milliards d'euros sur neuf mois, en légère hausse de 0,6% sur un an et de 3,7% en données comparables, du fait d'un effet de changes lié aux activités du groupe, notamment aux Etats-Unis et en Asie. L'assurance vie, la retraite, l'épargne (+4%) et la santé (+7%) ont tiré l'activité du groupe français, numéro deux de l'assurance en Europe après Allianz. En revanche, l'assurance dommages accuse un recul des ventes auprès des particuliers et reste stable sur les entreprises, selon les chiffres du communiqué.

"La croissance a accéléré au troisième trimestre", a déclaré lors d'une conférence téléphonique Gérald Harlin, le directeur financier d'Axa, soulignant la performance des activités en Europe, et particulièrement en France.

Il a confirmé à cette occasion les objectifs financiers du plan stratégique à horizon 2020.

Lire la suite

Source : La Tribune


Cegedim et Pharmagest annoncent un partenariat

Cegedim, entreprise innovante de technologies et de services et Pharmagest, leader français de l'informatique officinale, annoncent la mise en place d'un partenariat technologique stratégique en France visant à fluidifier le parcours patient et les relations ville-hôpital grâce à leur expertise logicielle.

Améliorer l'efficience du système de santé dépend en grande partie des outils d'information mis à disposition des professionnels de santé tant en ville qu'à l'hôpital. Les professionnels de santé doivent pouvoir disposer en temps réel ou quasi réel, d'une information fiable et sécurisée sur le patient, complètement intégrée dans leurs différents logiciels métier. Les systèmes d'interopérabilité actuels ayant montré leurs limites, seul un partenariat technologique fort entre des acteurs majeurs peut conduire à l'élaboration d'un système d'information de santé fiable et efficace.

Lire la suite

Source : Zone Bourse


Sanofi profite à plein de la réforme du système de santé chinois

La pression sur les prix est forte et les difficultés d'accès au marché nombreuses mais les géants de la pharmacie ont le sourire en Chine. A l'heure où la croissance économique du géant asiatique s'essouffle,  les laboratoires font preuve d'un optimisme déconcertant : 86 % jugent positivement les perspectives d'activité de leur secteur, selon le dernier baromètre de la Chambre de commerce européenne en Chine, faisant d'eux les industriels étrangers les plus optimistes !

De fait, les trois premières multinationales  AstraZeneca, Pfizer et Sanofi affichent toutes des croissances à deux chiffres dans le pays . Pour le géant français, la Chine est même devenue, depuis peu, son deuxième marché, derrière les Etats-Unis mais juste devant la France. Et Sanofi mise sur la Chine pour accélérer son développement dans les pays émergents. Avec 2,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2017 (+15 %), la Chine...

Lire la suite

Source : Les Echos


Cancer : bientôt la fin de la chimiothérapie ?

Soigner un cancer en provoquant le suicide des cellules malignes, mais sans atteindre les autres, c'est ce que proposent de nouveaux travaux américains publiés dans eLife et Nature Communications. Ces derniers se basent sur des molécules naturellement utilisées par les cellules pour réguler l'utilisation des gènes. Encore à l'état fondamental, ces résultats permettent d'identifier une molécule particulière qui pourrait peut-être, à terme, remplacer les chimiothérapies.

Chaque jour, au hasard des potentielles mutations subies par notre ADN au moment de sa duplication ou sous l'effet de différentes substances, de nombreuses cellules naissent non fonctionnelles dans notre organisme. Certaines d'entre elles acquièrent des propriétés dangereuses : elles se multiplient anarchiquement ou peuvent échapper au système immunitaire. Des particularités qui pourraient provoquer un cancer.

Lire la suite

Source : Sciences et Avenir


Les bactéries multi résistantes responsables de 33 000 morts en Europe en 2015

Les bactéries multi-résistantes sont-elles le fléau des temps modernes ? Des chercheurs du Centre Européen de Prévention et de contrôle des maladies publient une étude dans The Lancet Infectious Diseases le 5 novembre 2018. Ils y révèlent qu’en 2015, dans les pays de l’Union Européenne (UE), les bactéries résistantes aux antibiotiques auraient causé plus de 33 000 décès.

Les chercheurs se sont appuyés sur les données du réseau européen de surveillance des résistances antimicrobiennes EARS (European Antimicrobia Resistance Surveillance Network) et ont construit un modèle pour estimer les dommages générés par les bactéries résistantes entre le 1er janvier et le 31 décembre 2015. Résultat : les bactéries multi-résistantes auraient contaminé 671 689 personnes et causé 33 110 décès en 2015 dans l’UE. Une hausse significative comparée aux chiffres de 2007, affirment les...

Lire la suite

Source : e-sante


Bogou, l’application africaine pour désenclaver les déserts médicaux

C’est l'une des prouesses que permettent la recherche en santé numérique et le traitement des big data (données massives) : des "avatars numériques" sont désormais capables de reproduire le fonctionnement d’un organe et d’en prédire le devenir physiologique. "Nous faisons de la modélisation prédictive personnalisée", explique Dominique Chapelle, directeur de recherche Inria (Institut national de recherche en sciences du numérique). Son équipe a ainsi mis au point un modèle numérique de coeur adaptable en fonction du profil des patients. Le but ? assister le cardiologue dans ses décisions. "Le spécialiste peut ainsi optimiser virtuellement l’emplacement d’un pacemaker avant son installation, préparer une intervention chirurgicale ou être guidé dans un choix pharmacologique", détaille le mathématicien, dont l’équipe collabore avec des médecins du CHU Henri-Mondor à Créteil (Val-de-Marne) et du King’s College de...

Lire la suite

Source : Le Monde


Des organes numériques pour aider les cardiologues

C’est l'une des prouesses que permettent la recherche en santé numérique et le traitement des big data (données massives) : des "avatars numériques" sont désormais capables de reproduire le fonctionnement d’un organe et d’en prédire le devenir physiologique. "Nous faisons de la modélisation prédictive personnalisée", explique Dominique Chapelle, directeur de recherche Inria (Institut national de recherche en sciences du numérique). Son équipe a ainsi mis au point un modèle numérique de coeur adaptable en fonction du profil des patients. Le but ? assister le cardiologue dans ses décisions. "Le spécialiste peut ainsi optimiser virtuellement l’emplacement d’un pacemaker avant son installation, préparer une intervention chirurgicale ou être guidé dans un choix pharmacologique", détaille le mathématicien, dont l’équipe collabore avec des médecins du CHU Henri-Mondor à Créteil (Val-de-Marne) et du King’s College de...

Lire la suite

Source : Sciences et Avenir


Diabète : le dispositif Diabeloop enfin autorisé en France

Un sérieux espoir qui se concrétise pour le traitement du diabète de type 1. Et un grand pas pour Diabeloop. Cette PME grenobloise fondée en 2015 par le professeur Guillaume Charpentier et par Erik Huneker, a annoncé jeudi 8 novembre qu’elle a eu l’autorisation de commercialiser le premier pancréas artificiel pour les patients atteints de diabète de type 1 – une maladie auto-immune qui touche en majorité des enfants et des adolescents et concerne 200 000 familles en France. Ce dispositif médical, qui associe des capteurs mesurant le taux du sucre à une pompe à insuline, libère les patients du véritable casse-tête du dosage d’insuline.

Car cette maladie chronique pose un gros problème aux malades, qui doivent louvoyer sans cesse entre deux écueils majeurs : le risque d’hypoglycémie – un taux de sucre trop bas, pouvant entraîner des malaises allant jusqu’au coma, voire le décès – ou à l’inverse..

Lire la suite

Source : Challenges


Espagne : comme en France, l'homéopathie fait débat

En Espagne comme en France, l’homéopathie fait débat. Le ministère de la Santé espagnol a demandé aux laboratoires de prouver l'efficacité de leurs produits, en suivant la même procédure que pour les médicaments classiques. S’ils refusent de passer ces tests, ils devront indiquer sur la boite que l’efficacité du médicament n’a pas été démontrée.

Les laboratoires ont présenté 2 008 médicaments pour obtenir un agrément et continuer de les vendre en pharmacie. Sur ces 2 008 médicaments, ils n’en soumettront que 12 aux examens classiques pour démontrer leur efficacité. Soit 0,6%. Les adversaires de l’homéopathie s’empressent d’ironiser sur le manque de confiance des laboratoires quant à l’efficacité de leurs propres médicaments. Comment continuer de dire que l’homéopathie fonctionne, si l’industrie qui les produit préfère écrire sur l’étiquette...

Lire la suite

Source : FranceInfo


Dossier médical partagé : l'exemple espagnol

Imaginez que votre dossier médical vous suive partout, analyses, scanners, radios. La France s'apprête à mettre en place le dossier médical partagé à partir du mardi 6 novembre. Un dispositif expérimenté depuis vingt ans par l'Andalousie en Espagne. Antonio Acedo Dominguez vient consulter son médecin généraliste. Ce dernier, comme les autres professionnels de santé de la région, a accès à toutes les données médicales du patient. Le docteur Carmen Escalera De Andres peut ainsi constater qu'Antonio a subi une opération de la hanche grâce au logiciel. Un suivi dans la durée et des examens que l'on retrouve des années après. Pour le patient, plus besoin de conserver une montagne de papiers. Au total, les données médicales de 8,5 millions de patients sont informatisées et partagées entre 1 500 centres de santé.Mais toutes ces informations sont-elles bien protégées ? Elles sont stockées dans les ordinateurs du ministère régional de la Santé. 

Lire la suite

Source : France tv info


Danemark : à la découverte de l'hôpital de demain

Au Danemark, le portable est devenu aussi incontournable que le vélo, et 97% des Danois sont connectés à internet. La particularité, c'est qu'ici, cela veut dire avoir l'essentiel de ses données médicales sur soi. Médecin traitant, rendez-vous médicaux, groupe sanguin, traitements, vaccins, tout est enregistré sur le portail national santé. Le Danemark fait partie des pays les plus avancés en matière de santé connectée, du dossier patient informatisé à l'utilisation des nouvelles technologies de la communication.

L'hôpital universitaire d'Aarhus, le plus grand du pays, est l'un des plus modernes aussi. Ce sont des bornes interactives qui vous accueillent. Première étape du parcours du patient : flasher sa carte de sécurité sociale. Les données de santé se retrouvent ainsi dans le dossier patient informatisé qui va suivre le malade pendant tout son séjour à ...

Lire la suite

Source : France tv info


Les Français vont avoir leur dossier médical partagé

Après des années d'errance et un demi-milliard dépensé en pure perte, cette fois, c'est promis, ça va marcher! Le dossier médical partagé (DMP) est relancé ce mardi par la ministre de la santé Agnès Buzyn et le directeur général de l'assurance maladie Nicolas Revel, en présence d'Alain-Michel Ceretti, président de France Assos Santé, qui représente 80 associations de patients. Le DMP, nouvelle version, devrait équiper rapidement les Français, avec un objectif de «40 millions de dossiers ouverts d'ici 5 ans», selon les termes de l'accord signé début octobre entre la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) et l'Union nationale des professionnels de santé (UNPS), qui regroupe une vingtaine de syndicats.

Avant de relancer ce dossier à haut risque, Nicolas Revel a assuré ses arrières: ses équipes travaillent depuis deux ans sur le sujet, dans la plus grande discrétion...

Lire la suite

Source : Le Figaro


Pharmaciens prescripteurs : le gouvernement recule

Pour le Dr Jean-Paul Ortiz, la centrale syndicale qu'il préside vient clairement de remporter une bataille. La semaine dernière, la vive protestation des syndicats de médecins libéraux contre un amendement visant à autoriser certains pharmaciens à délivrer pendant trois ans des médicaments à prescription médicale obligatoire a fait reculer le gouvernement au moment des débats à l'Assemblée sur le projet de loi de financement de la Sécu 2019 (PLFSS).

Adoptée en commission des Affaires sociales, cette proposition du Dr Delphine Bagarry, députée LREM des Alpes-de-Haute-Provence et médecin généraliste, n’a finalement pas suscité l'adhésion des députés en séance publique, dans la nuit de vendredi à samedi, faute du soutien d'Agnès Buzyn et du rapporteur général, le Dr Olivier Véran.

Interrogé par l'AFP, le député de l'Isère a expliqué après le vote que le projet « n'était ...

Lire la suite

Source : Le Quotidien du Médecin


Au Burkina Faso, la lutte contre la drépanocytose s’intensifie

Les doigts de Désirée frappent régulièrement les barreaux de son lit, au rythme de la douleur des contractions qui s’intensifient. À 28 ans, cette future maman burkinabée s’apprête à donner naissance à son premier enfant. Arrivée le matin même à la maternité de la clinique de Schiphra, à Ouagadougou, elle n’est plus qu’à quelques minutes de son accouchement. De l’autre côté de la porte, les sages-femmes s’activent pour préparer la salle.

Avant toute chose, Anita et Solange veillent à déposer un petit tube sur le plateau comportant la panoplie d’outils nécessaires pour l’accouchement. «C’est avec ça que nous allons récolter le sang pour le faire analyser», explique Solange, qui prend en charge Désirée. Car la maternité de Schiphra est une maternité pilote au Burkina Faso, dans laquelle on dépiste presque systématiquement la drépanocytose, alors que le ...

Lire la suite

Source : Le Figaro


Tumeurs cérébrales : des micro robots pour les combattre ?

Les tumeurs du glioblastome multiforme, cancer du cerveau particulièrement agressif, sont quasiment inatteignables. Chaque année, 3 000 personnes sont diagnostiquées de ce cancer en France, que l'on ne sait pas encore soigner. Mais une nouvelle technique pourrait faire avancer le traitement, souligne le site de l'Inserm.

 

L'idée de cette technologie ? Créer de minuscules robots à injecter dans le sang, pour ensuite pouvoir les téléguider jusqu'au cerveau. Ils pourraient ainsi pénétrer les tumeurs et injecter directement les traitements à l'intérieur. C'est le projet qui vient d'être sélectionné par le financement du plan Cancer de l'Inserm pour trois ans. Il mettra en commun les compétences de chercheurs de l'Institut national de sciences appliquées (INSA) Centre-Val de Loire et le directeur de recherche Inserm à l'université d'Angers, Joël Eyer.

 

Lire la suite

Source : Top Santé


Le tabac tue deux fois plus les femmes qu'il y a 15 ans

Alors que s'ouvre le Mois sans tabac en novembre 2018, l'agence sanitaire Santé publique France alerte, dans son bulletin épidémiologique hebdomadaire publié le 30 octobre 2018, sur l'évolution "très préoccupante" du tabagisme féminin, responsable d'un doublement du nombre de décès attribuables au tabac chez les femmes entre 2000 et 2014.

Les femmes ont commencé réellement à fumer dans les années 70, pour finalement se rapprocher de la consommation des hommes : 24% des femmes de 15 à 75 ans fumaient en 2017, contre 30% des hommes (60% dans les années 70). L'émancipation des femmes, les stratégies des industriels du tabac mettant l'accent sur la minceur ou le "glamour" avec des marques comme "Slims", "Vogue", ou "Allure" - interdites depuis - ont contribué à cette forte augmentation, selon l'agence sanitaire. Conséquence : des maladies...

Lire la suite

Source : Sciences et Avenir


Cancer : un département plus touché que les autres

Quand on sait que les cancers pédiatriques restent rares, représentant entre 1 et 2% de l'ensemble des cancers seulement, la commune de Saint-Rogatien, dans le département de la Charente-Maritime, enregistre un score bien malheureux : depuis 2008, six jeunes de moins de 24 ans ont été touchés par un cancer dans cette municipalité d'à peine plus de 2100 habitants. C'est ce constat alarmant qui a poussé la Ligue de Lutte contre le Cancer a mené une étude permettant de savoir si les cas de cancers et notamment de leucémies (cancer du sang) étaient réellement plus nombreux à Saint-Rogatien et Périgny que dans les autres villes à proximité, et les résultats qui viennent de tomber ne semblent pas très rassurants.

Interviewé par France 3, Jean-Marie Piot, président de la Ligue de Lutte contre le Cancer en Charente-Maritime, explique : "Cette étude révèle que globalement, statistiquement...

Lire la suite

Source : Medisite


Officines vs grandes surfaces : un combat de santé publique ?

Depuis plusieurs années, les grandes surfaces et en particulier les centres Leclerc combattent le monopole officinal et prétendent qu’il n’y a pas de justification valable pour que les médicaments sans ordonnance ne soient pas vendus dans leurs centres.

 

Face à eux, les représentants des officinaux se dressent et mettent en avant des impératifs de santé publique.  

 

A la pointe de ce combat, on trouve l’UDGPO (Union des groupements des pharmaciens d’officine) qui a engagé plusieurs procédures contre les centres Leclerc. Pour faire le point sur cette lutte et en déterminer les ressorts, le JIM a interrogé le président de ce syndicat, Laurent Filoche.

Voir la vidéo

Source : JIM


La santé, le nouvel eldorado des ingénieurs

Dès sa création, il y a vingt-cinq ans, l’IMT Mines Albi-Carmaux (Tarn) a fait du génie pharmaceutique l’un de ses thèmes phares d’enseignement et de recherche, à côté des plus traditionnels aéronautique ou énergie. L’influence des laboratoires Pierre Fabre, situés non loin, sans doute. En 1999, l’école lance même un double diplôme pharmacien-ingénieur. Près de vingt ans plus tard, plus de 250 pharmaciens sont passés par ce cursus pour obtenir une double compétence. « L’industrie pharmaceutique est une industrie comme une autre, mais avec des procédés très complexes et des validations très normées. C’est ce génie des procédés que viennent chercher les pharmaciens », souligne Laurence Galet, la responsable de la filière.

Si le cursus n’est pas nouveau, l’enseignante note, depuis quelques années, une demande grandissante de la part des entreprises : « Les diplômés ont le choix entre...

Lire la suite

Source : Le Monde


Malakoff Mederic et +Simple.fr s'associent sur les taxis

+Simple.fr, spécialiste de l’assurance digitale pour les TPE et les travailleurs indépendants, et Malakoff Médéric, acteur majeur de la protection sociale complémentaire, lancent la première offre de prévoyance individuelle pour les indépendants 100% en ligne. Ce dispositif constitue une nouvelle étape du partenariat entre +Simple.fr et Malakoff Médéric visant à proposer aux indépendants des offres santé et prévoyance 100% digitales. Cette offre s’adresse dans un premier temps aux VDI (Vendeurs à domicile indépendants) et aux indépendants du secteur des BET (Bureau d’études techniques).

+Simple.fr, l’une des principales insurtech françaises, et le groupe Malakoff Médéric unissent leur savoir-faire pour proposer la 1ère plateforme de souscription en ligne, 100% dématérialisée et sécurisée, dédiée aux indépendants. Cette nouvelle offre...

Lire la suite

Source : Malakoff Médéric


Sanofi noue un partenariat avec Denali Therapeutics

Sanofi prévoient de développer en collaboration avec Denali Therapeutics Inc. plusieurs molécules en vue du traitement potentiel de diverses maladies neurodégénératives et inflammatoires systémiques.

Les deux principales molécules visées par cette collaboration, DNL747 et DNL758, ciblent une protéine de signalisation importante connue sous le nom de « récepteur sérine/thréonine-protéine kinase 1 » (ou RIPK1) de la voie du récepteur TNF, qui régule l'inflammation et la mort cellulaire dans les tissus humains. Les deux entreprises prévoient d'étudier DNL747 dans la sclérose en plaques (SEP), la maladie d'Alzheimer et la sclérose latérale amyotrophique (SLA), et DNL758 dans le traitement de diverses maladies inflammatoires systémiques comme la polyarthrite rhumatoïde et le psoriasis.

En vertu des modalités de l'accord, Sanofi versera un paiement initial de 125 millions ...

Lire la suite

Source : Zone Bourse


Des soins plus efficients en Ehpad avec PARO

A l’heure où le vieillissement de la population française tend à s’accélérer, la Mutualité Française Loire - Haute-Loire Ssam a lancé une triple étude inédite – dont le rapport est remis ce jour – sur l’utilisation dans les Ehpad de Paro, un robot émotionnel ayant l’apparence d’un phoque en peluche, auprès des résidents atteints de troubles cognitifs. Ces trois études inédites ont été réalisées avec le soutien de la Fédération nationale de la Mutualité Française et de la Fondation Paul Bennetot (groupe Matmut). 

Alors que s’engage à l’initiative du gouvernement un important débat public sur la dépendance, ce rapport éclaire d’un jour nouveau un grand nombre d’effets bénéfiques du robot PARO tant sur le plan des soins que sur celui de l’accompagnement du résident.

S’agissant des usages du robot PARO en Ehpad, les résultats révèlent que son utilisation se situe à la frontière de l’animation, du nursing et du soin. L’expérimentation menée...

Lire la suite

Source : Mutualité


La pollution de l'air est le "nouveau tabac", prévient le directeur de l'OMS

Un « plan d’action urgent ». C’est ce que réclament des malades de Parkinson dans une tribune publiée par Le Parisien, lundi 29 octobre. Motif de leur inquiétude : la difficulté à trouver en pharmacie le sinemet, l’un des médicaments de base dans le traitement de cette maladie qui concerne 200 000 personnes en France.

Les malades de Parkinson sont loin d’être les seuls concernés. L’Agence nationale de la sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), l’établissement public français d’évaluation des risques sanitaires liés aux médicaments a recensé en 2017 des signalements de rupture de stock pour 530 traitements d’intérêt thérapeutique majeur. C’est le cas pour ce qui concerne l’immucyst, utilisé dans la lutte contre le cancer de la vessie et dont la pénurie oblige certains malades à se faire retirer cet organe plutôt que de le soigner : « 600 malades ont dû se faire retirer cet organe entre 2012 et 2017 »...

Lire la suite

Source : France tv info


Pénurie de médicaments pour les malades de Parkinson

Un « plan d’action urgent ». C’est ce que réclament des malades de Parkinson dans une tribune publiée par Le Parisien, lundi 29 octobre. Motif de leur inquiétude : la difficulté à trouver en pharmacie le sinemet, l’un des médicaments de base dans le traitement de cette maladie qui concerne 200 000 personnes en France.

Les malades de Parkinson sont loin d’être les seuls concernés. L’Agence nationale de la sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), l’établissement public français d’évaluation des risques sanitaires liés aux médicaments a recensé en 2017 des signalements de rupture de stock pour 530 traitements d’intérêt thérapeutique majeur. C’est le cas pour ce qui concerne l’immucyst, utilisé dans la lutte contre le cancer de la vessie et dont la pénurie oblige certains malades à se faire retirer cet organe plutôt que de le soigner : « 600 malades ont dû se faire retirer cet organe entre 2012 et 2017 »...

Lire la suite

Source : Le Monde


Prévention santé : Klesia lance un nouveau programme

Le groupe de protection sociale Klesia officialise le lancement de « Prévention AVC » qui, comme son nom l’indique, entend sensibiliser les assurés de Klesia aux accidents cardio-vasculaires (AVC) – une annonce faite ce 29 octobre à l’occasion de la journée mondiale contre les accidents cardio-vasculaires (AVC).

Ce programme est à la fois à destination des retraités, premiers concernés par ce risque, et des salariés des entreprises couvertes par Klesia. Il combine une approche individuelle via des entretiens avec des pharmaciens pour faire le point sur sa santé cardiovasculaire et une approche collective via des actions de sensibilisation au sein des entreprises.

Le groupe Klesia est pour ce faire accompagné par la Fondation pour la Recherche sur les AVC, France AVC, l'ARS Ile-de-France, le groupe associatif Siel Bleu et le groupement de pharmaciens Giphar....

Lire la suite

Source : L'Argus de l'assurance


Roche accélère la cadence en ophtalmologie

Roche revendique lundi des résultats probants en étude clinique de phase II sur son médicament expérimental faricimab (RG7716) contre la dégénérescence maculaire néovasculaire liée à l'âge (DMLA), notamment sur le plan du confort de traitement. Le laboratoire rhénan lance par ailleurs trois nouvelles études de phase III dans le domaine ophtalmologique.

Le faricimab administré tous les quatre mois a démontré une efficacité comparable au Lucentis (ranibizumab) - également développé par Roche - administré à un rythme mensuel, en matière de maintient de l'acuité visuelle des patients après 52 semaines.

Roche annonce parallèlement trois nouvelles études de phase III en ophtalmologie, dont deux sur le faricimab contre l'oedème maculaire diabétique (OMD) et une pour le Port Delivery System avec le ranibizumab contre la DMLA néovasculaire....

Lire la suite

Source : Zone Bourse


Médicaments génériques : «Pourquoi la France est à la traîne»

Dans une tribune au Parisien-Aujourd’hui en France, Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France, revient sur l’une des mesures du projet de loi de financement de la Sécurité sociale : accroître le volume de prescription des médicaments génériques, pour faire des économies.

« Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2019 arrive à l’Assemblée. Parmi les économies, le ministère mise à nouveau sur les médicaments génériques et veut accroître leur volume de prescription, et il sort les mêmes recettes : coup de pression sur les médecins et pharmaciens, alors que l’État – qui autorise les médicaments et fixe leur prix – est l’unique responsable du faible taux de l’utilisation des génériques…

En France, seuls 38 % des médicaments princeps sont inscrits dans le répertoire des...

 

Lire la suite

Source : Le Parisien


Sécurité sociale : l’Assemblée adopte le projet de budget pour 2019

L’Assemblée nationale a adopté en première lecture, mardi 30 octobre, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2019 par 335 voix contre 190 et 33 abstentions.

Les députés La République en marche (LRM) et MoDem ont voté pour, les autres groupes politiques très majoritairement contre, concentrant leurs critiques sur le pouvoir d’achat, en particulier des retraités.

En présence de la ministre de la santé, Agnès Buzyn, le chef de file des « marcheurs », Thomas Mesnier, a défendu un « budget de transformation », avec en toile de fond l’idée « d’un travail qui paye mieux ». Il a notamment mis en avant l’exonération des cotisations salariales sur les heures supplémentaires.

Pour la première fois depuis dix-huit ans, ce budget est positif, avec 700 millions d’euros..

Lire la suite

Source : Le Monde


Des médecins déclarent la guerre à Doctolib

Comme les patients, les professionnels de santé plébiscitent Doctolib, le leader de la prise de rendez-vous en ligne. Selon la start-up créée fin 2013, ils seraient 60.000 (dont 10% des cabinets médicaux et le mammouth Assistance publique hôpitaux de Paris, AP-HP) à recourir à ses services. Mais plusieurs médecins, emmenés par les responsables du syndicat poil-à-gratter UFML Jérôme Marty (président) et Franck Chaumeil (un des vice-présidents) ainsi que par Bertrand Legrand, généraliste à Tourcoing (Nord), sont bien décidés à entrer en guerre contre l’autoproclamé champion français de la e-santé.

"Doctolib se comporte de manière scandaleuse, tonne le docteur Chaumeil. Ces dérives s’apparentent à du parasitisme commercial. C’est une forme de concurrence déloyale, totalement incompatible avec la déontologie médicale".

Deux reproches sont plus particulièrement faits à la plateforme...

Lire la suite

Source : Europe 1


Une application contre la solitude et le risque de suicide

Entre coup de Blues, fatigue passagère ou bien vraie dépression, pas forcément facile de faire la différence. Et si vous faisiez le point ? C'est désormais possible avec l'application StopBlues, sur Apple et Android. Développée par l'Inserm, cette interface permet, en quelques questions, d'établir un premier diagnostic et si besoin, de vous mettre en relation avec un professionnel de santé ou une association.

Si l'agglomération de Tours a souhaité participer à cette expérimentation, c'est en raison d'un chiffre toujours élevé de suicides : en moyenne 47  par an. Pour utiliser l'application, il suffit de renseigner quelques informations : sexe, age, moral, forme physique... Et répondre à quelques questionnaires : du mal à dormir ? A se concentrer ? Vous sentez-vous utile ? Avez-vous déjà eu des pensées suicidaires ? 

En fonction des réponses, StopBlues dirige l'utilisateur vers un professionnel ou une...

Lire la suite

Source : France Bleu


Grippe : surveiller l'épidémie grâce à Twitter

À l’heure actuelle, les épidémies de grippe sont surveillées grâce à des réseaux comme celui de SOS médecins pour les consultations médicales ou OSCOUR pour le recours aux urgences. Désormais, Twitter pourrait compléter le dispositif.

Une étude de Santé publique France a passé au crible 238 244 tweets relatifs à la grippe, publiés sur le réseau social entre le 8 août 2016 et le 26 mars 2017. Parmi ceux-ci, les chercheurs ont isolé 22 939 tweets dans lesquels la personne évoque son état grippal. En tenant compte de leurs dates de publication, ils les ont comparées aux statistiques de SOS médecins et du réseau Oscour. Et les résultats montrent des courbes remarquablement parallèles.

« Une corrélation positive et statistiquement significative a été observée entre les tweets indiquant un état grippal et les consultations pour grippe/syndrome grippal rapportées...

Lire la suite

Source : Santé Magazine


Cartographie des pathologies : mieux comprendre la répartition des maladies en France

L’assurance maladie a publié sa cartographie des pathologies et dépenses de santé 2016. Des données qui permettent de mieux comprendre de quelles maladies souffrent les Français, mais également les dépenses qui y sont liées et les disparités régionales.

Cette cartographie des pathologies et dépenses de santé 2016 nous révèle bien des secrets sur la manière dont les Français sont malades. Elle s’appuie sur les données de remboursement des 57 millions de bénéficiaires du régime général.

Ainsi, on découvre qu’il existe 3 159 600 diabétiques et que nombre d’entre eux vivent dans les départements et régions d’outre-mer. D’autres maladies sont référencées et connaissent également des prévalences au niveau des territoires. Par exemple, il y a plus d’AVC (accident vasculaire cérébral) dans le nord de la France, le Grand Ouest et le sud-ouest. Au total, 99 700 personnes ont été touchées par un AVC. Alzheimer et les ...

Lire la suite

Source : Santé publique France


L'âge du premier rapport sexuel : 17 ans pour les filles et les garçons

Si les adolescents sont de plus en plus précoces, il semble que l'étape du premier rapport sexuel n'est pas franchie plus tôt. Selon les données du Baromètre santé 2016 publiées par Santé publique France le 23 octobre, l’âge médian d’entrée dans la sexualité est de 17,6 ans pour les filles et 17,0 pour les garçons. "Il s’est stabilisé ces dix dernières années" précise le site avant d'indiquer que ces premiers rapports sont protégés dans plus de 85% des cas par l’utilisation d’un préservatif.

La grande majorité des jeunes déclare avoir souhaité ce premier rapport "à ce moment-là", les femmes sont un peu moins nombreuses que les hommes dans ce cas (87,6% vs 92,8%). Ainsi 10,7% d’entre elles déclarent avoir cédé aux attentes de leur partenaires (contre 6,9% des hommes)et 1,7% avoir été forcées. Chez les 15-17 ans, 8% des jeunes femmes ont déjà été confrontées à des rapports forcés ou à des tentatives de rapport...

Lire la suite

Source : e-sante.fr


Innate Pharma : signe un accord avec AstraZeneca

Innate Pharma a signé un accord multi-termes avec AstraZeneca et MedImmune, son bras recherche et développement de molécules biologiques. Cet accord élargit la collaboration existante, visant à accélérer le développement du portefeuille en oncologie de chacune des parties et à donner plus rapidement accès aux patients à de nouvelles options thérapeutiques.

Cette collaboration étendue va permettre à Innate de se développer sur le plan commercial, renforcer sa capacité d'investissement pour développer son portefeuille en immuno-oncologie (IO) et sa plateforme R&D. De son côté, AstraZeneca va enrichir son portefeuille IO avec de nouveaux programmes cliniques et précliniques.

Dans le cadre de cet accord, Innate prend en licence les droits commerciaux aux États-Unis et en Europe de Lumoxiti (moxetumomab pasudotox-tdfk), un traitement contre la..

Lire la suite

Source : Zone Bourse


Les cinq points clés du budget de la Sécu 2019

Vers le reste à charge zéro, concrétisation des plans santé et pauvreté mais aussi quasi-gel des pensions de retraite et incitation accrue aux médicaments génériques: voici cinq points forts du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2019.

Depuis 18 ans, la Sécurité sociale n'avait pas présenté de budget positif: 700 millions d'euros d'excédent sont prévus en 2019 pour les quatre branches du régime général et le Fonds de solidarité vieillesse (FSV).

 

Mais pour arriver à ce résultat, des économies pour un total de 5,7 milliards sont demandées aux grandes branches de la Sécurité sociale, notamment sur les pensions de retraite, les allocations familiales, l'hôpital, la médecine de ville et l'industrie pharmaceutique.

Lire la suite

Source : Challenges


Agnès Buzyn : « Je ne suis pas favorable à une CSG plus progressive »

Le président a annoncé le 18 septembre le plan santé. Comment se concrétise-t-il dans le budget de la Sécurité sociale ?

Il y a deux vecteurs législatifs à ce plan. Tout ce qui est budgétaire est bien présent dans les projets de loi de finances ou de financement de la Sécurité sociale : l'enveloppe pour la création de postes d'assistants médicaux, les financements pour les communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), etc. Et pour la création des hôpitaux de proximité ou la réforme des études médicales, nous ferons une loi de réforme spécifique du système de santé en 2019. L'objectif est de définir les missions des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) et des personnels de coordination avant la fin de l'année, afin de pouvoir mener des négociations conventionnelles.

La Fédération hospitalière de France dénonce une « équation budgétaire insoluble » et...

Lire la suite

Source : Les Echos


Des pharmaciens vont prescrire des médicaments

Encore une compétence que les médecins vont devoir partager. Mercredi, la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale a adopté un amendement déposé par la députée La République En marche (LREM), Delphine Bagarry, qui permet aux pharmaciens de dispenser des médicaments à prescription médicale obligatoire... sans prescription.

Si elle est adoptée à l'issue du débat parlementaire, la mesure sera expérimentée pendant trois ans dans deux régions. Elle est en tout cas en ligne avec la doctrine du gouvernement, qui cherche à étendre les délégations de compétences pour « libérer du temps médical » et ainsi lutter contre les déserts médicaux.

Les trois délégués à l'accès aux soins désignés par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, parmi lesquels on compte le député LREM Thomas Mesnier, ont remis la semaine...

Lire la suite

Source : Les Echos


Cancer : les laboratoires affinent leur stratégie en immunothérapie

Au moment où la découverte des traitements d'immunothérapie, dans les années 90, vient d'être  couronnée par le Prix Nobel de médecine , le congrès de l'European Society for medical oncology (ESMO), qui se déroule à Munich jusqu'à mardi, illustre par les résultats qui y sont publiés l'ampleur prise par cette approche de la maladie. Avec des essais cliniques en cours qui se chiffrent en milliers,  les médicaments d'immunothérapie dont le marché à l'horizon 2025 est estimé à 30 milliards de dollars révolutionnent la prise en charge de certains cancers. Elle est devenue un enjeu majeur pour les groupes pharmaceutiques qui travaillent dans le domaine du cancer.

 

La stratégie des quatre principaux acteurs, le britannique AstraZeneca, le suisse Roche et les américains BMS et Merck-MSD, s'appuie sur les mêmes principes, mais chacun d'entre eux les applique en fonction des cartes qu'il a en mains. C'est sans doute...

Lire la suite

Source : Les Echos


Mucoviscidose : un nouveau traitement révolutionnaire

Une association de trois médicaments pourrait ouvrir de nouvelles perspectives pour les patients atteints de fibrose kystique, plus connue sous le nom de mucoviscidose. "Ca pourrait changer la donne", s’enthousiasme le Dr Steven Rowe, directeur de l’essai, publié dans le New England Journal of Medecine. 

La mucoviscidose est une maladie génétique qui touche principalement les poumons et le système digestif. Il s'agit de la maladie génétique mortelle la plus fréquente dans la population caucasienne. Elle est caractérisée par l'accumulation de mucus épais au niveau de divers organes, dont les voies respiratoires, les sinus, le pancréas et les intestins. L’espérance de vie des malades ne dépasse pas 50 ans.

La mucoviscidose est causée par diverses mutations dans un gène appelé CFTR. La mutation la plus courante s'appelle F508del. 

Lire la suite

Source : Pourquoi Docteur


Roche remporte deux succès dans les anticancéreux

Un cocktail d'immunothérapie de Roche a contribué à ralentir un type agressif de cancer du sein où les nouveaux traitements n'ont jusqu'ici pas fait leurs preuves, une nouvelle positive pour le laboratoire suisse dans sa recherche de nouveaux relais de croissance.

Les données cliniques publiées samedi concernent le traitement des cancers du sein triple-négatifs, qui représentent 15% des cas de la maladie et touchent en particulier des femmes plus jeunes.

Le Tecentriq de Roche a affiché les bénéfices les plus importants sur une partie des patientes participant à l'essai. Le principal auteur de l'étude a indiqué que les résultats "changeraient la manière dont le cancer triple-négatifs est traité".

S'il précise que les données en matière de survie ne sont pas encore suffisamment abouties, le laboratoire suisse se dit optimiste et a déposé des demandes...

Lire la suite

Source : Capital


Grippe : trop peu de professionnels de santé et de personnes à risque vaccinés

La grippe a causé 13.000 décès lors de la saison grippale 2017-2018. Pourtant, à peine la moitié des personnes à risque et seulement un quart des professionnels de santé sont vaccinés, constate le ministère de la Santé, qui a lancé une charte pour les y inciter. La campagne d'information se déroulera notamment à la télévision avec un spot à partir du 26 octobre 2018, et pour la première fois à la fin de chaque bulletin météo sur France 2 et France 3.

Globalement 26% des professionnels de santé sont vaccinés, selon le ministère. "En se faisant vacciner eux-mêmes, non seulement les professionnels de santé montrent l'exemple, mais surtout, ils protègent leurs patients", a souligné jeudi 18 octobre 2018 la ministre de la Santé Agnès Buzyn, en présentant la charte signée avec les Ordres des sages-femmes, des pharmaciens, des masseurs-kinésithérapeutes, des médecins, des...

Lire la suite

Source : Sciences et Avenir


Novartis signe une acquisition à 2 milliards en cancérologie

Les fusions et acquisition s'enchaînent pour les géants de la pharmacie. Le groupe suisse Novartis annonce, ce jeudi, être parvenu à un accord pour racheter  le fabricant américain de traitements anticancéreux Endocyte.

Selon les termes de l'accord, ce dernier se trouve valorisé 2,1 milliards de dollars (1,8 milliard d'euros), précise  Novartis. L'offre du géant helvétique, à 24 dollars par action intégralement en numéraire, représente une prime de 54 % par rapport au cours de clôture d'Endocyte, ce mercredi à la Bourse de New York, à 15,56 dollars.

Endocyte, basé dans l'Indiana, fabrique des médicaments radioactifs associés à des molécules qui ciblent des cellules spécifiques dans  le traitement personnalisé des cancers. L'entreprise estime que son rachat par Novartis sera finalisé au premier semestre 2019.

Lire la suite

Source : Les Echos


La santé mentale des jeunes : l'urgence d'agir

Attention, urgence absolue. La santé mentale des jeunes est une priorité oubliée. Priorité car la détection et la prévention permettrait d’éviter à des adolescents de voir leur pathologie empirer en grandissant - en France, d’après les statistiques, près de 12,5 % des enfants et adolescents sont en souffrance psychique. Priorité car la prévention du suicide des jeunes n’est pas suffisamment développée et insuffisamment financée – des milliers de morts pourraient être évitées. Priorité car, que l’on parle de pathologies lourdes ou peu graves… courantes, banales, il est très compliqué pour les parents de s’orienter dans le parcours des soins. Priorité, car les services de soins justement sont saturés et que nous manquons de structures et de professionnels spécialisés dans le domaine de la pédopsychiatrie en France et en Europe – ce sont les Défenseurs des enfants qui ont, cette semaine, lancé l’alerte sur ce sujet. Priorité enfin, à maintenir les...

Lire la suite

Source : France Culture


Novartis lance des laboratoires d’innovation en faveur de la santé numérique

Novartis a lancé un réseau de laboratoires d’innovation en matière de santé digitale, baptisé Novartis Biome, pour accélérer son évolution numérique. La société pharmaceutique suisse va également développer une série d’initiatives qui, selon elle, sont conçues pour fournir une rampe d’accès aux start-up qui souhaitent travailler avec elle.

Novartis Biome, dont le premier laboratoire d’innovation est basé à San Francisco, a été cofondé par son directeur général Mohanad Fors et le directeur de l’innovation et de la stratégie Robin Roberts. Selon ce dernier, l’idée est de donner un nouvel élan à l’écosystème des technologies de la santé et de définir une rampe d’accès pour collaborer avec Novartis.

Il est clair que la grande majorité des technologies innovantes ne proviendront pas des...

Lire la suite

Source : Innovant


DHL a testé la livraison de médicaments par drone en Afrique

Alors qu'en Europe, les autorités s'inquiètent des drones survolant sans contrôle des zones sensibles, en Afrique, ils peuvent révolutionner la livraison de médicaments ou de résultats d'analyses dans des régions isolées. Une île située sur le lac Victoria, le plus grand d'Afrique (68.100 km2, plus de deux fois la superficie de la Belgique) a bénéficié durant six mois d'un service régulier de livraison de médicaments par drone. Ce petit avion-robot livrait sa précieuse cargaison en moins d'une heure au lieu de plusieurs heures par les voies routières et maritimes habituelles.

Le test a été mené conjointement par le coursier international DHL (filiale de Deutsche Post, la Poste allemande), l'agence de coopération internationale allemande et le fabricant de drones Wingcopter. Durant ses six mois de test, le drone, qui décolle et atterrit à la verticale, parcourait les 60 km qui séparent le continent de l'île d'Ukerewe ...

Lire la suite

Source : BFM TV


Un robot innovant pour les victimes d’AVC

Grand écran, joystick : il pourrait ressembler à s’y méprendre à une nouvelle console de jeux vidéo haute technologie. Le robot s’adresse aux patients (adultes ou de pédiatrie) atteints de troubles neurologiques ou traumatologiques. Scratchs serrés, la main positionnée sur le joystick : le programme propose trois modes d’intensité (passif, actif aidé, actif) et variation de jeux (circuits à suivre, recettes virtuelles). Les gestes (calqués sur ceux du quotidien) sont relayés et enregistrés sur le superviseur, permettant d’analyser au plus juste l’évolution. « L’activité ? Environ 500 mouvements par séance, contre moins de 100 avec une séance traditionnelle. Plus on est dans l’intensité, plus le cerveau est stimulé pour créer un réseau de neurones », explique Fabien Nicolet,ergothérapeute. Si le robot est initialement voué aux patients victimes d’AVC, il se montre également efficace pour d’autres pathologies (type Parkinson, syndrome de...

Lire la suite

Source : Le Télégramme


Des chercheurs français parviennent à réadministrer une thérapie génique, une première

C'est une première scientifique ! Les thérapies géniques avaient jusque-là une limite importante : elles ne pouvaient pas être administrées plus d'une fois, en raison des défenses immunitaires constituées lors de la première injection. Bonne nouvelle : des chercheurs de Généthon, de l’AFM-Téléthon et de l’Inserm ont réussi à résoudre ce problème, d'après de nouveaux travaux sur l'animal parus dans Nature Communications.

La thérapie génique a pour objectif de corriger les gènes défectueux à l'origine de pathologies aussi variées que la drépanocytose ou la myopathie de Duchenne. Pour cela, les scientifiques utilisent des "moyens de transport" capables d'atteindre les bonnes cellules et d'y intégrer le "gène thérapeutique" au bon endroit dans l'ADN. Ce moyen de transport, c'est tout simplement un virus, organisme déjà naturellement conçu pour...

Lire la suite

Source : Sciences & Avenir


Les cancers les plus mortels chez la femme

Au total en France, 399 500 nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués en 2017, dont 185 500 femmes (environ 46%). 66 000 Françaises seraient décédées du cancer en 2017, selon les estimations de l’Institut national du cancer (Inca) publiées en janvier 2018. Quels sont les cancers responsables de ces décès ?

N°1 : Le cancer du sein, également le plus fréquent

En terme de fréquence comme en terme de mortalité, le premier cancer féminin est le cancer du sein. Selon les derniers chiffres de l’Institut national du cancer (Inca) publiés en janvier 2018, 58 968 nouveaux cas de cancer du sein ont été enregistrés en France métropolitaine en 2017 et ce cancer aurait causé 11 883 décès cette même année, ce qui représente 18,2% des décès féminins par cancer.

Mais la mortalité du cancer du sein dépend de l’âge de la femme qui en souffre...

Lire la suite

Source : e-sante.fr


L'Assurance maladie veut créer 40 millions de "dossiers médicaux partagés" en cinq ans

Au moins 40 millions de dossiers médicaux partagés (DMP) créés d'ici 5 ans: c'est l'objectif de l'Assurance maladie. Serpent de mer des politiques de santé depuis 2004, ce "carnet de santé numérique" est relancé après une succession d'échecs coûteux.

Les Français auront-ils (enfin) un dossier informatisé, partagé et accessible par les professionnels de santé, contenant tout leur historique médical. C'est tout l'enjeu de de la relance du "recours large" au dossier médical partagé (DMP) -sorte de carnet de santé numérique attendu depuis 2004- qui figure au coeur de l'accord cadre interprofessionnel (Acip) signé par la Caisse nationale d'Assurance maladie (Cnam) et l'UNPS.

Ce dossier unique informatisé, par le partage d’informations médicales sur la patient qu’il instaure, est censé favoriser une moindre redondance des actes, et une meilleure coordination des soins. Un objectif très ambitieux de 40 millions de DMP ouverts d'ici à...

Lire la suite

Source : BFM TV


Un pansement connecté pour détecter et traiter les infections

Basée à Mulhouse (Haut-Rhin), la jeune start-up Spinali Design multiplie les innovations dans le domaine des objets connectés et de l’intelligence artificielle. Sa dernière création ? Un pansement intelligent capable de détecter une éventuelle infection, rapporte 20 Minutes ce mercredi 10 octobre.

Ce « super-pansement » a été conçu en étroite collaboration avec l’unité biomatériaux et bio-ingénierie de l’Inserm de Strasbourg. Le dispositif est étanche, traité anti-bactérien, mais il est surtout équipé d’une puce électronique, capable de se connecter à une application smartphone pour échanger des données.

Il suffit d’activer la puce en appuyant sur un petit bouton, avant d’appliquer le pansement sur la plaie. Les données transmises par les capteurs permettent de surveiller la blessure en temps réel, voire de programmer la délivrance d’un traitement dès les...

Lire la suite

Source : Les Furets


Sanofi prend un nouveau départ en Algérie

L'investissement avait été décidé en 2013 sous l'ère Viehbacher mais c'est ce jeudi que Sanofi a inauguré son nouveau site industriel de Sidi Abdallah, au sud d'Alger. Installé sur un terrain de plus de six hectares, dont 3,5 sont consacrés à la production, « c'est le plus gros site pharmaceutique d'Afrique pour Sanofi » explique Philippe Luscan, qui dirige les affaires industrielles du groupe. Jusqu'à présent le laboratoire français, numéro un sur le marché algérien, disposait de deux usines à Aïn Benian et Oued S'Mar, mais leur capacité arrivait à saturation.

« D'où la décision d'investir 85 millions d'euros dans un nouveau site aux standards mondiaux. Il permettra de doubler la capacité de production de Sanofi dans le pays, à 100 millions de boîtes par an », poursuit Philippe Luscan. Et de produire, tant des formes sèches que liquides. Le centre de distribution aura lui une capacité de 15.000 palettes...

Lire la suite

Source : Les Echos


Recyclage de médicaments : le Grand Est sort du lot

Les vieilles pilules qui traînent sur la commode, les gélules périmées dans le tiroir, les anciens comprimés au fin fond de la trousse à pharmacie : on prend tout, on fait le tri et on dépose à la pharmacie. Dans ce domaine, les habitants du Grand Est font partie des meilleurs élèves de France.

Selon les derniers chiffres rapportés cette semaine par Cyclamed, (l'association qui s'occupe de la valorisation des médicaments non-utilisés), notre grande région est dans le TOP 5 français. L'an dernier, elle a récupéré 180 grammes par habitants du Grand Est, contre 164 au niveau national.

Derrière le comptoir, Maryse confirme la dynamique. Cette pharmacienne travaille dans l'une des 445 officines de Champagne-Ardenne (il y en a 460 en Alsace et 720 en Lorraine) : "Il y a énormément de personnes qui me ramènent leurs vieux médicaments, oui, c'est..

Lire la suite

Source : France Bleu


Peut-on «mesurer» la santé ?

L'une des plus anciennes compagnies d'assurance américaines, John Hancock, vient de transformer ses contrats d'assurance-vie afin d'ajuster ses prix aux comportements de ses clients. L'utilisation des données de santé a le triple avantage de faire baisser le prix de l'assurance pour les uns, maximiser le profit pour les autres, et encourager des modes de vie sains, qu'il s'agisse de pratiques sportives (montre connectée, visites aux clubs de gym partenaires), d'alimentation (achats de produits diététiques) ou de régularité des examens médicaux. Amélioration indiscutable.

Ces avancées pourtant, en supposant que la santé est mesurable, opèrent une simplification dommageable. La mesure possède en effet trois sens différents: c'est d'abord la mesure des choses, la taille d'une tumeur, une tension artérielle, une fréquence cardiaque, un taux de glycémie. Mais la mesure peut aussi désigner une...

Lire la suite

Source : Le Figaro


Plan Santé 2022 : vers un grand mouvement infirmier ?

Les infirmiers libéraux avaient déjà fait part de leur agacement à l’annonce par le Président de la République du plan santé 2022 qui faisait peu de cas de leur profession.

A leur tour, les infirmiers hospitaliers ont fait entendre leur voix à l’occasion de la manifestation de ce mardi 9 octobre à l’initiative de trois syndicats (CGT, FO, Solidaires) et d’organisations étudiantes (Unef, Fidl, UNL).

Le cortège était en effet coloré de nombreuses blouses blanches qui ont pu dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail, exiger des revalorisations salariales, des primes de nuit et des indemnités de week-end ainsi que le maintien de l’emploi et des lits.

Pour expliquer cette participation importante des infirmières, Thierry Amouroux, président du SNPI (Syndicat national des professionnels infirmiers), dont les propos ont..

Lire la suite

Source : Jim


L’Agence de sécurité sanitaire demande l’interdiction des cabines de bronzage

Les mauvais jours arrivent à grands pas et, déjà, les teints hâlés de l’été ne sont plus qu’un lointain souvenir. Pour avoir bonne mine malgré tout, certains n’hésitent pas à multiplier les séances de bronzage artificiel… Quitte à y laisser leur peau. Risque de mélanomes et vieillissement prématuré de l’épiderme sont en effet le lourd tribut à payer pour cette pratique à la mode, comme le rappelle l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) dans un avis remis mercredi au ministère de la Santé.

«Aujourd’hui, on estime que les cabines de bronzage sont responsables de 380 cas de mélanomes chaque année», indiquent les auteurs du rapport. Et, chez les moins de 30 ans, près d’un cas de mélanome sur deux est imputable au bronzage artificiel. Face à ce constat alarmant, l’Anses demande expressément aux autorités d’interdire le commerce du bronzage artificiel, comme elle l’avait déjà fait en 2012.

Lire la suite

Source : Le Figaro