70% des français considèrent la santé comme la première de leurs préoccupations !

Les plateformes de e-santé vont-elles ubériser la santé ?

L’ubérisation”, le mot est sur toutes les lèvres... mais que signifie vraiment ce néologisme un peu barbare, utilisé à toutes les sauces ? Il s’agit, bien souvent, de l’apparition d’intermédiaires entre des travailleurs indépendants et des clients, façon Deliveroo et Uber. Mais plus largement, selon le Petit Robert, il s’agit de “déstabiliser” et de “transformer” un secteur avec “un modèle économique innovant, tirant parti” des nouvelles technos.

Forcément, la foodtech et les transports de personnes ne sont pas les seuls secteurs susceptibles d’être “déstabilisés” et transformés par les nouvelles technologies. La santé semble ainsi prête pour être “ubérisée” à son tour.

Votre médecin en 3 clics

Tout commence avec l’actuelle explosion des plateformes de prise de rendez-vous médicaux. Si vous avez été voir un médecin ces trois dernières années, ...

 

Lire la suite


Le secret pour vivre jusqu’à 100 ans ? Etre têtu !

Et si l'état d'esprit était le secret de la longévité ? La question mérite d'être soulevée, et une récente étude apporte des éléments de réponse. Publiée dans International Psychogeriatrics, elle s'intéresse à ce qui se passe dans la tête des nonagénaires d'une région au sud de l'Italie, le Cilento.

Dans le cadre de l'étude CIAO (Cilento on Aging Outcomes study), des chercheurs italiens et américains ont organisé des entretiens avec 29 d'entre eux, complétés par les témoignages de 51 proches plus jeunes. "De nombreuses études ont été menées sur des super seniors, mais elles se sont surtout préoccupées de leurs gènes plutôt que de leur santé mentale ou de leur personnalité", explique Dilip Jeste, principal auteur.

Si la santé physique se délite avec les ans, les personnes interrogées gardent la tête sur les épaules. Les super seniors partagent quelques traits psychologiques...

 

Lire la suite


Journées nationales de l'innovation en santé

La santé nous concerne tous. Mais connaissons-nous vraiment les nouvelles technologies médicales ? Avons-nous déjà rencontré celles et ceux qui travaillent à les construire ? Bien souvent non. Pourtant l'innovation aussi est un sujet de société. Ses conséquences se ressentent partout et remodèlent notre quotidien.

Pour faire découvrir les progrès réalisés dans le champ de la santé, le ministère de la Santé et Universcience organisent des journées nationales de l'innovation. Un moment unique pour découvrir les nouveaux dispositifs et produits de santé, en tester certains, et discuter avec ceux qui les fabriquent.

Pendant 2 à 3 jours, la Cité des sciences de Paris accueille usagers, chercheurs, étudiants, professionnels de santé, associations, industriels ou encore startupers. Au programme : des expositions, des conférences et rencontres, mais aussi des jeux et des animations en Living Lab et Fab Lab.

 

Lire la suite


Agnès Buzyn fait le bilan de six premiers mois d’exercice

Depuis six mois qu’elle est en fonction avenue de Ségur, la nouvelle ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, qui débarquait dans le monde de la politique, a plutôt convaincu. D’abord en retissant les liens avec les professionnels de santé, sérieusement mis à mal par le gouvernement précédent, mais aussi en renvoyant une image de compétence dans un univers qu’elle connaît par cœur. Femme de gauche, professeure d’hématologie, elle se dit inquiète de l’état d’essoufflement de notre système de santé. Pour la première fois, elle évoque des «décisions difficiles» qui devront être prises.

Quand vous êtes arrivée au ministère, vous avez dit que vous n’étiez pas là pour faire carrière, mais pour essayer de faire bouger les choses. Y arrivez-vous ?

 Oui. Nous avons d’ores et déjà fait des choses dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, qui marque la priorité donnée à la ...

 

Lire la suite


Drepacare, l’application pour lutter contre la drépanocytose

Elles n’ont plus une minute à elles. Depuis le 19 juin et le lancement de leur application mobile Drepacare, à l’occasion de la journée mondiale de la drépanocytose, Anouchka Kponou, Meryem Ait Zerbane et Laetitia Defoi multiplient les rencontres, en France et en Belgique, avec les professionnels de santé et les spécialistes des maladies génétiques. Le 20 novembre, les trois jeunes femmes étaient ainsi invitées à l’université de Liège pour une conférence sur les maladies rares afin d’expliquer « l’importance de l’e-santé et ses innovations dans la prise en charge des drépanocytaires ».

« Drepacare est une application à destination des malades, des professionnels de santé et des associations qui luttent contre la drépanocytose. L’objectif est d’accompagner le drépanocytaire dans la gestion quotidienne de son traitement et de le rendre autonome », explique, dans une des bulles de l’immense  campus..

 

Lire la suite


Les prix des médicaments sans ordonnance s'envolent

Les prix des médicaments vendus sans ordonnance s’envolent. Ils ont progressé en un an de 4,3 %, avec d’énormes disparités, indique le baromètre annuel de l'Observatoire Familles rurales publié ce mardi dans Le Parisien. Selon les relevés effectués par l’Observatoire dans 40 magasins et sur 43 sites Internet en octobre, le prix du panier étudié a augmenté de 4,3 % en un an, alors que l’inflation n’était que de 1,1 %, écrit le quotidien.

Seuls deux produits voient leur prix baisser

Depuis 2010, l’Observatoire des prix de l’association Familles rurales scrute l’évolution tarifaire d’une quinzaine de produits, parmi les plus consommés. « Un produit d’usage fréquent tel que l’Activir, utilisé contre l’herpès, a vu son prix moyen baisser de 7,1 % en 2016 puis s’envoler de 9,8 % cette année. Le Dacryum, solution de lavage oculaire, coûte 9,6 % de plus que l’an dernier. Dans certains ...

 

Lire la suite


Doctipharma autorisé à vendre des médicaments en ligne

La cour d'appel de Versailles a autorisé le site Doctipharma, filiale de Doctissimo (groupe Lagardère Active) à vendre en ligne des médicaments sans ordonnance, annulant l'interdiction prononcée en première instance, selon un arrêt consulté par l'AFP. La cour d'appel a ainsi considéré que les activités du site étaient conformes aux dispositions encadrant la vente en ligne de médicaments sans ordonnance, contrairement à ce qu'avait décrété le tribunal de commerce de Nanterre fin mai 2016 à la suite d'une assignation de l'Union des groupements des pharmaciens d'officine (UDGPO).

"Nous sommes extrêmement satisfaits de cette décision éclairée et motivée qui illustre bien la légalité de notre offre et la mission de Doctipharma: accompagner les pharmaciens dans la digitalisation de leur métier", a déclaré dans un communiqué, Stéphanie Barré, directrice générale de Doctipharma. Sollicité par ..

 

Lire la suite


Toyota dévoile son nouveau robot humanoïde T-HR3

Toyota a dévoilé mercredi à Tokyo son troisième prototype humanoïde, capable de répliquer en temps réel les mouvements d'un humain, et notamment de manipuler des objets en douceur.

1,54 mètre pour 75 kilos, noir et blanc, il s'appelle T-HR3 et a été dévoilé mercredi au Japon par Toyota. Ce robot humanoïde, truffé de capteurs, reproduit en temps réel les mouvements de son opérateur humain. Sa particularité réside dans ses mains.

Il "peut vous prendre dans les bras tout en douceur"

Elles lui permettent en effet de "sentir" ce qu'il manipule. "Les robots conventionnels ne sont pas capables de sentir ce que c'est que de tenir quelque chose, alors ils pressent souvent les choses trop fort. Alors que ce robot peut vous prendre dans les bras tout en douceur", a affirmé à l'AFP Akifumi Tamaoki, responsable de la division robotique de Toyota. T-HR3 a été présenté lors d'un ...

 

Lire la suite


Bpifrance veut faire grandir les start-up de la santé

« Le système de financement des biotechs françaises fonctionne plutôt bien mais nous n'avons pas d'acteur industriel qui travaille à la consolidation du secteur : on bat la campagne pour convaincre les familles françaises de s'y atteler mais elles ne le font pas », a déploré le patron de Bpifrance, Nicolas Dufourcq qui, pour le lancement du nouvel accélérateur de la banque publique, arborait un coq bleu sur sa veste, symbole d'une fabrication française.

Afin d'accélérer le mouvement et d'aider les start-up de la santé à passer à l'échelle en France, la banque publique a décidé de se doter d'une structure d'accompagnement dédiée. Baptisée le « Hub Health Tech », celle-ci devra prodiguer des conseils, mettre en relation des start-up avec des partenaires potentiels et favoriser le partage d'expérience entre les jeunes pousses. Composée de sept sociétés, la première promotion de ce « Hub » rassemble des ...

 

Lire la suite


Une appli facilite les échanges de médicaments entre hôpitaux

« Parfois, en cas de décès ou de transfert d'un patient, les médicaments commandés arrivent à péremption sur les étagères des pharmacies hospitalières. Or les médicaments peuvent être très onéreux. » Quand Antoine Fouéré, practicien au CHU de Saint-Malo, vient exposer son problème à Goulwen Lorcy, celui-ci n'hésite pas. Alors directeur pédagogique d'Epitech Rennes, il embarque son collègue Camille Demogue avec lui et se lance début 2015 dans le développement d'une plate-forme collaborative pour permettre les échanges de médicaments et de dispositifs médicaux entre hôpitaux. 

 

Chaque année, les hôpitaux français détruisent l'équivalent de cinquante millions d'euros de médicaments et traitements parfois très onéreux, et dont la date de péremption est dépassée. Pour mettre fin à ce gaspillage, une solution très ...

 

Lire la suite


Votre Apple Watch pourrait vous dire quand vous allez avoir un AVC

Une nouvelle application combine la technologie autour de la santé avec de l’intelligence artificielle qui peut vous avertir lorsque le danger est imminent. Un appareil intégré dans un nouveau bracelet pour l’Apple Watch associe deux fonctions existantes : le moniteur de fréquence cardiaque et les capteurs d’activité – et les amène à un nouveau niveau en utilisant l’intelligence artificielle.

Le bracelet KardiaBand d’AliveCor utilise l’AI pour prédire et analyser la fréquence cardiaque du porteur en fonction de son histoire et du trésor de données cardiovasculaires provenant de personnes malades et en bonne santé. L’appareil mesure la fréquence cardiaque toutes les cinq secondes et indique aux utilisateurs quand il se trouve hors de la fréquence prévue. Le bracelet détermine ce qui est anormal pour vous en rapport avec vos Datas.

[C’est un marché avec environ 84 000 éditeurs d’applications de santé et 325 000..

 

Lire la suite


Mission "information et médicament"

La mission destinée à améliorer l'information sur les médicaments suite à la crise du Levothyrox a démarré le lundi 4 décembre 2017, a annoncé le ministère des Solidarités et de la Santé. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, avait annoncé sa création le 6 septembre pour mieux informer les patients en matière de médicaments. "La mission rendra son rapport, avec ses propositions, avant le 31 mai 2018", a indiqué le ministère dans un communiqué.

Le Levothyrox, un cas d'école du manque d'information

Après que le Levothyrox a changé sa formule à la demande de l'Agence Nationale de Sécurité du médicament (ANSM), qui avait détecté des variations de dose d'une boîte à une autre, cette dernière a reçu 15.000 plaintes d'effets indésirables entre mars et septembre. Après enquête, il a été conclu que la plupart de ces effets étaient dus à une réadaptation de l'organisme, comme s'il s'agissait de la ...

 

Lire la suite


Une opération chirurgicale a été réalisée avec un casque de réalité augmentée

Cette chirurgie assistée par un casque de réalité augmentée a permis au Dr Thomas Grégory, chef de service de chirurgie orthopédique et traumatique de l'hôpital Avicenne, de voir "à travers la peau de sa patiente" avant l'opération... ou presque.

Devant lui étaient en effet projetés des modèles en 3D de clichés d'imagerie, réalisés plus tôt sur la patiente, âgée de 80 ans.

L'opération a eu lieu en direct entre 16 heures et 16h45. Elle était réalisée en interaction avec quatre chirurgiens de Corée du Sud, des États-Unis, et de Grande-Bretagne, qui pouvaient conseiller le chirurgien via Skype tout au long de l'intervention.

"C’est la première fois au monde qu’une utilisation aussi complète des aspects immersifs et collaboratifs de ce dispositif de réalité mixte est faite dans un bloc...

 

Lire la suite


Une appli pour expliquer la Sclérose en Plaques aux enfants

L’application « Pr Fizzgobble » (contraction de « physio » et de « globule ») a été conçue au sein du CHU de Nantes. Son but : familiariser les enfants dont l’un des parents souffre de sclérose en plaques (SEP), de se familiariser avec cette maladie pas toujours facile à décrire. 

Décliné en dialogues animés, en défis ou en fiches récapitulatives, cet outil se vit comme une aventure au cours de laquelle l’enfant découvre les mécanismes de la maladie dont souffre son papa ou sa maman. Pour être précis, le Pr Fizzgobble embarque l’enfant à l’intérieur du corps humain. Les deux premiers niveaux permettent de comprendre les aspects cliniques, biologiques et symptomatiques de la SEP. Un troisième univers offre au petit la possibilité d’exprimer ses émotions. 

« Notre but est de proposer aux patients une manière de parler de la maladie ...
 

Lire la suite


Sanofi dévoile son laboratoire e-santé "39BIS"

Le groupe pharmaceutique Sanofi a inauguré lundi le 39BIS, son laboratoire dédié à la e-santé en France. Son objectif : accélérer les projets e-santé de Sanofi et de ses partenaires, concevoir des e-solutions pour les patients, les aidants et les professionnels de santé centrées sur la valeur d’usage et le parcours de santé.

Situé sur le campus Sanofi Val de Bièvre, au « 39Bis » de la rue d’Arcueil, à Gentilly (94), le 39BIS offre un accès direct aux collaborateurs de toutes les entités de Sanofi en France et à leurs partenaires. « Il est conçu comme un booster professionnel, entrepreneurial, et pleinement intégré aux activités de l’entreprise », indique Sanofi dans un communiqué.

Un accélérateur de projets e-santé

Le 39BIS est tourné vers l’extérieur et s’appuie sur un réseau de partenaires externes : Altran, Cognizant, Dmd Santé, France eHealth Tech, Schoolab et ...

 

Lire la suite


Les chiffres-clés du marché du médicament

Embellie du marché pharmaceutique au niveau mondial

Les progrès scientifiques et le vieillissement de la population garantissent depuis longtemps une hausse de l’offre et de la demande sur ce marché porteur de la santé. En 2016, ce secteur industriel a enregistré un chiffre d’affaires de l’ordre de 1 045 milliards d’euros au niveau mondial.

La Fédération internationale de l’industrie du médicament (l’IFPMA) estime que ce résultat devrait encore progresser de 400 milliards d’euros d’ici 2021. Des projections sereines qui reposent sur 2 000 médicaments actuellement en développement et l’arrivée de 40 à 60 nouveaux produits mis sur le marché chaque année. Un tiers de ce marché mondial reste détenu par les États-Unis où la croissance devrait se réduire de moitié cette année. Le Japon et la Chine sont les pays du monde où la croissance attendue est la plus importante en 2017.

 

Lire la suite


Un robot vient de réussir son examen d’entrée à la fac de médecine

Les robots vont-ils prendre nos emplois? De nombreuses études l’affirment depuis déjà longtemps, mais avant de remplacer les humains, encore faut-il se former et passer les concours nécessaires. C’est justement ce que vient de faire Xiao Yi (petit médecin en chinois), le premier robot à passer avec succès le concours à l’entrée de l’école de médecine en Chine.

Créé par entre l'université chinoise Tsinghua et iFlyTek, une société spécialisée dans l’intelligence artificielle, ce robot a certes réussi son concours d’entrée, mais il n’est pas le major de sa promo. Il a seulement obtenu une note de 456 sur 600, soit à peine 100 points de plus que la note minimum (360) pour être admis, mais, comme le précise Science et Avenir, cet examen est l’un des plus difficiles du monde et une équipe d’ingénieurs ont entraîné Xiao Yi pendant un an pour lui faire avaler 53 livres de médecine, 400.000 rapports et mémoriser plus d’un ...

 

Lire la suite


Rouen : des images 3D pour aider le robot chirurgien du CHU

Dans le bloc opératoire situé dans le bâtiment Derocque, à l’hôpital Charles-Nicolle, une patiente est sous anesthésie générale. Allongée sur le côté, elle va subir une segmentectomie pulmonaire. L’équipe du Dr Jean-Marc Baste, spécialiste en chirurgie mini-invasive, est prête : deux anesthésistes, deux infirmières de bloc et deux internes pour seconder le chirurgien.

Plusieurs écrans entourent la table d’opération. Le dossier de la patiente est ouvert sur les écrans. Ils affichent les images du scanner qu’elle a passé, mais aussi les images en 3D qui ont été digitalisées par Therapixel et Visible Patient, deux start-up médicales spécialisées.

Grâce à ces images de très haute définition, le chirurgien visualise l’exacte réplique des poumons de la patiente sur lesquels des lésions ont été repérées et doivent être enlevées. Après un briefing opératoire avec toute l’équipe, le ...

 

Lire la suite


La "thérapie par avatars", une piste pour soigner la schizophrénie

Se confronter à un avatar numérique pourrait être une piste thérapeutique. La méthode AVATAR testée sur 150 patients atteints de schizophrénie a donné des premiers résultats prometteurs.

Un quart des personnes atteintes de troubles psychotiques éprouvent des hallucinations verbales auditives persistantes. Ils entendent des voixqui peuvent être menaçantes voire insultantes. A l'heure actuelle, la prise en charge médicamenteuse et psychologique ne suffit pas à éliminer totalement ces voix indésirables. Des scientifiques britanniques ont donc voulu analyser l'impact d'une nouvelle thérapie avec des avatars numériques sur ces hallucinations verbales auditives.

Le procédé baptisé thérapie AVATAR est décrit dans The Lancet Psychiatry. Selon cette nouvelle approche, "les personnes qui entendent des voix dialoguent avec...

 

Lire la suite


Succès pour les médicaments à un dollar de Novartis

Une quinzaine de médicaments accessibles pour un dollar par traitement et par mois. Lancé il y a deux ans, le programme du suisse Novartis pour les pays du Sud monte en puissance. Le Penjab a été, voilà quelques jours, la dernière province du Pakistan à signer pour en bénéficier, après le Cameroun en septembre et l'Ouganda en juin  portant à six le nombre de pays concernés .

Baptisé Novartis Access, ce panier permet de soigner des maladies chroniques comme le diabète, le cancer du sein ou les maladies cardio-vasculaires et respiratoires. Une opération rendue possible grâce à Sandoz, sa branche générique qui a une grande maîtrise des coûts de production. Depuis le lancement, 656.000 traitements mensuels ont été distribués à 144.000 patients mais cela ne doit pas masquer les difficultés rencontrées.

A u Kenya , le laboratoire avait choisi le secteur public pour distribuer ses ...

 

Lire la suite


Télésanté : le futur des Seniors ?

Un sondage réalisé en 2016 auprès du Groupe national d’entreprises sur la santé (USA) a révélé que d’ici 2018, 96% des systèmes de santé utiliseront une forme quelconque de télésanté dans leur prestation de soins de santé. Le terme «télésanté» est large et souvent mal compris, et n’inspire pas vraiment l’enthousiasme. Pourtant, ces qualités en font un concept facile à comprendre: c’est l’utilisation des technologies numériques ou électroniques dans la prestation des services de santé.

Cela peut signifier des rendez-vous chez le médecin par téléconférence ou le port de bandes de fitness, comme un Fitbit, qui surveille le comportement personnel pour construire un ensemble de données liées à la santé.

Il n’est donc pas surprenant que, peut-être plus que tout autre groupe démographique, les aînés puissent voir le plus grand avantage des trois ...

 

Lire la suite


Ces chiffres qui pointent l'ampleur des actes médicaux inutiles

Beaucoup d'interventions chirurgicales, comme des pontages ou des césariennes, auraient pu être évitées. C'est ce que révèle une enquête conduite par la Fédération hospitalière de France (FHF) et  publiée par le JDD.

La FHF en profite pour réclamer une véritable réflexion sur « la pertinence des actes médicaux », chiffres à l'appui.

Cinq opérations fréquemment réalisées ont ainsi été analysées via la base hospitalière PMSI (programme de médicalisation des systèmes d'information) par la société Héva. Ce cabinet spécialisé dans le traitement des données de santé a calculé le taux de recours à ces opérations en fonction des départements. Et les statistiques montrent de grandes disparités territoriales.

Concernant le pontage coronarien par exemple, la probabilité de subir cette lourde chirurgie cardiaque pour un patient est presque trente fois plus élevée ...

 

 

Lire la suite


Des robots dotés de muscles artificiels

La nouvelle génération de robots sera bientôt équipée de squelettes rigides "en origami" dotés de "super muscles". Les muscles artificiels mis au point par des chercheurs américains sont capables de soulever jusqu'à 1000 fois leur poids. Les chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et de l'Université de Harvard se sont inspirés de l'art du pliage qu'est l'origami afin de concevoir ces muscles artificiels bon marché. S'ils ne coûtent qu'1 dollar à fabriquer ils se révèlent non moins extrêmement puissants, selon l'étude parue dans National Academy of Sciences. Ces muscles artificiels "peuvent générer environ six fois plus de force par unité de surface que le muscle squelettique des mammifères, et sont également incroyablement légers", remarque le coauteur des travaux Rob Wood, professeur de sciences appliquées à l'Université Harvard aux Etats-Unis..

 

Lire la suite


Doctoconsult, la plateforme de visioconsultation psychiatrique

Avec l'agrément de l'État et la validation de l'ordre des médecins, elle va permettre à plusieurs centaines de patients de consulter leur psychiatre, nutritionniste ou addictologue à distance, grâce à une consultation par visioconférence via une simple connexion internet. Quatre spécialités sont concernées : la psychiatrie, la pédopsychiatrie, la nutrition et l'addictologie. Des spécialités qui ne nécessitent pas d'examen clinique physique du patient.

Un dispositif sécurisé

Pour mener une consultation par visioconférence, le médecin donne, en amont, un code de connexion à son patient. Puis la plateforme met en relation patient et médecin, filmés par la webcam de l'ordinateur. La vidéo est cryptée, la connexion sécurisée. "Tous les médecins qui adhèrent au service sont validés par un comité constitué de confrères", explique Fanny Jacq, psychiatre à Paris et ...

 

Lire la suite


Stress : le meilleur ennemi des Français

Le stress et nous

Le stress affecte une grande majorité de Français, dont 50% à un degré soutenu. Les femmes sont les plus touchées : 60% d’entre elles s’avouent stressées contre seulement 38% des hommes. L’âge est un facteur différenciant : la tranche d’âge la plus touchée est celle des 25-34 ans (à 57%) contre 42% des 65 ans et plus. La situation géographique compte également : c’est la partie Nord Est du territoire qui comptabilise la plus grande population de stressés.

A une époque où l’instabilité socio-économique le dispute au sentiment d’insécurité, près de 4 Français sur 10 ont vu leur stress augmenter ces trois dernières années. 

Les causes du stress diffèrent selon les profils. Si les hommes attribuent davantage leur stress à des motifs d’ordre professionnel, les femmes puisent la ...

 

Lire la suite


Les 10 médicaments qui coûtent le plus cher à la Sécu

18,5 milliards d’euros, c’est ce qu’a coûté à l’Assurance-maladie le remboursement des traitements délivrés en pharmacie en 2016. «Une goutte d’eau dans les dépenses de santé de la France (près de 200 milliards d’euros)», note Le Monde dans son édition du mercredi 29 novembre. Le quotidien a passé au crible ces dépenses et a identifié les molécules les plus coûteuses pour les finances publiques en 2016. Résultat? Les 10 premiers médicaments remboursés par la Sécu ont, à eux seuls, coûté plus de 2,5 milliards d’euros.

Ce palmarès a pu être établit grâce à Open Medic, une base de données gouvernementale qui enregistre toutes les dépenses de médicaments (montants remboursés et remboursables) ainsi que le nombre de boîtes délivrées. Voici les 10 spécialités les plus coûteuses pour la Sécurité sociale en 2016 :

1. Humira, maladies inflammatoires, 460 millions d'euros.

 

Lire la suite


Doctolib lève 35 millions d’euros pour accélérer à l’international

Doctolib, leader européen de la prise de rendez-vous médicaux en ligne, a annoncé, mardi 28 novembre, avoir bouclé une levée de fonds de 35 millions d’euros auprès de Bpifrance (la banque publique d’investissement) et de la société d’investissement Eurazeo. En janvier, déjà, Doctolib avait récolté 26 millions d’euros.

L’objectif de la société est d’accélérer son implantation en Allemagne, qui constitue aujourd’hui la priorité de son déploiement à l’international, tout en développant de nouveaux services pour « digitaliser [plus encore] les différentes étapes du parcours de soins ».

30 000 praticiens et 800 établissements de santé

Doctolib souhaite notamment offrir de nouveaux outils aux professionnels de santé pour pouvoir mieux collaborer entre eux. Pour mener à bien ses projets, la ..

 

Lire la suite


La e-santé comme aide à la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde

La e-santé évolue très vite, et nous ne sommes qu’au début de son développement. Celle-ci englobe la télémédecine – où le médecin pratique un diagnostic ou un acte à distance – l’information et l’auto-suivi du patient, et la surveillance à distance en continu par l’intermédiaire d’objets connectés et d’applications mobiles. La e-santé associe également le Big Data qui offre de nouvelles explorations épidémiologiques et une aide au diagnostic via l’intelligence artificielle. Si elle peut permettre une meilleure prise en charge des maladies, et notamment dans le domaine de la rhumatologie, de nombreux défis restent encore à relever : Quelle prise en charge financière ? Quelle place pour des intervenants à but lucratif ? Quelle égalité d’accès sur des bases financières, cognitives, culturelles ? Quelle confidentialité des données ?... 

Quelle est l’offre aujourd’hui ?

 

Lire la suite


Des objets connectés pour des dents parfaites

Nos dents sont un capital à préserver tout au long de notre vie, pour notre bien-être, pour notre vie sociale, et surtout pour notre santé. La high-tech s’est emparée du sujet et nous offre aujourd’hui les solutions connectées les plus subtiles pour nous aider à préserver notre sourire. Et ce sont d’excellentes idées de cadeaux de Noël !

Une brosse à dents intelligente pour une hygiène parfaite

Nous en rêvions, Philips Sonicare l’a fait ! Leur toute nouvelle brosse à dents électrique nous offre le bénéfice de 5 gestes en un seul objet avec un suivi en direct sur notre smartphone. Brossage des dents, nettoyage en profondeur, soin des gencives, blanchiment des dents, et soin de la langue : il suffit de changer la tête de la brosse pour chaque geste, que l’on peut effectuer à des intensités différentes. Une application dédiée compatible avec IOS et Android nous ...

 

Lire la suite


Médicaments connectés : des antidouleurs capables de fliquer les patients

Les Etats-Unis ont un gros problème avec l'addiction aux opiacés, qui ont fait 60.000 morts en 2016... Mais des scientifiques ont peut-être trouvé un moyen de mieux contrôler l'emploi que font les malades des antidouleurs qu'on leur donne. Un essai vient d'être mené par une équipe dirigée par Peter Chai, de l'école de médecine de Harvard, rapporte "The Verge".

 

Des opiacés munis de petits transmetteurs radio ont été prescrits à des patients soignés pour des fractures. Cela a permis aux chercheurs de suivre en temps réel comment leurs patients prenaient leur médicament.

Ils ont constaté que la plupart des patients se mettent à espacer leurs doses après quelques jours, et qu'ils s'arrêtent avant d'avoir terminé leur stock de pilules (dans ce cas précis, les participants ont rendu les cachets restants aux médecins).

 

 

Lire la suite


Entr'actes : l'appli qui révolutionne le parcours de soin

C'est une petite révolution dans le monde de la santé et ça se passe en Essonne. Cette application (Entr'actes), développée par des professionnels de santé permet d'abord aux patients d'éviter d'aller aux urgences s'il peuvent être soignés à domicile. Elle permet également aux patients d'être pris en charge après leur sortie de l'établissement de soin. "Trop de patients sont renvoyés à domicile sans aucune aide. Désormais, nous notre but, c'est qu'après sa sortie, il soit pris en charge", résume le docteur Philippe Paranque, responsable de SOS Médecins 91.

 Depuis janvier 2017, 600 professionnels se sont connectés, près de 5.000 actes de soins ont été prodigués. L’application développée sous l'impulsion de SOS Médecin 91 et de l’association "Espace vie" initie un changement de comportement dans la relation entre professionnels. D'ailleurs, on ne parle plus de "mise en réseau" mais de "coordination de soins", le but c'est de ...

 

Lire la suite


Le tout premier médicament connecté est américain

Une petite révolution dans le monde médical. Le 13 novembre dernier, la FDA américaine a autorisé la mise sur le marché du tout premier médicament connecté. Le comprimé, indiqué dans le traitement de la schizophrénie, est équipé d’un capteur. Celui-ci fournit des informations concernant l’heure et la date de prise notamment.

Administrer un médicament équipé d’un capteur digital. La Food and Drug Administration américaine vient d’ouvrir une brèche vers une médecine encore plus connectée. En effet, elle vient d’autoriser la mise sur le marché du premier médicament équipé d’un capteur digital avec un système de suivi. Celui-ci est capable de transmettre des informations au médecin, indiquant notamment si le traitement a bien été administré et à quel moment précis.

Indiqué dans la prise en charge de la bipolarité notamment, l’aripiprazole est donc équipé d’un dispositif qui peut être ingéré et envoie les informations à...

 

Lire la suite


Le Groupe Pasteur Mutualité lance une nouvelle application : GPM e-Santé

Alors que les applications et les objets connectés en santé se multiplient, les professionnels de santé disposent désormais d'une application les guidant dans le labyrinthe de la e-santé. 

GPM e-Santé propose une large sélection de plus de 800 applications e-santé aujourd'hui disponibles en France. Classées par spécialités, professions et pathologies, toutes les applications recensées ont été testées et évaluées de façon collaborative par un collège médical. Une sélection mensuelle des nouveautés permet aux professionnels de santé d'avoir une vision actualisée des applications disponibles.

Réalisée en partenariat avec la société DMD Santé, "GPM e-Santé" a été développée sous iOS pour iPad et iPhone ainsi que sous Android pour Windows Mobile. Elle est téléchargeable gratuitement sur l'App Store et sur Google Play.

 

Lire la suite


Partager ses données de santé ? Les Français sont pour

A la sortie d'une consultation médicale ou d'une hospitalisation, nous repartons sans penser aux informations que nous laissons derrière nous : les données de santé, qui font l'objet de nombreuses convoitises. La loi du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé a instauré un Système national des données de santé (SNDS), rassemblant des informations sur le parcours de santé des Français (consultations chez les médecins, prescriptions de médicaments, hospitalisations, causes médicales de décès...).

Que pensent justement les Français de ce sujet sensible? Un sondage Odoxa pour le Healthcare Data Institute, consacré au Big Data dans le domaine de la santé, donne la réponse. Le sondage montre que les Français soutiennent l'idée de partager leurs données de santé comme le poids, le nombre de pas, les analyses de sang ou encore le taux de cholestérol, et ce ...

 

Lire la suite


Dijon accueille le troisième colloque des objets connectés et applications de santé

Un objet connecté, c'est un objet électronique capable de communiquer avec un autre objet (souvent un smartphone, une tablette ou un ordinateur). Et cette communication permet à l'objet d'envoyer ou de recevoir des informations via une connexion Internet. Et les applications, ce sont ces programmes qu'on télécharge sur les smartphones ou les tablettes.

Quel est l'enjeu de ces nouvelles techniques ?

L'enjeu de cette nouvelle technologie est énorme , parce qu'au delà de l'aspect gadget, ces objets connectés peuvent aussi s'appliquer à de vraies problématiques de santé et leur suivi par des professionnels. Certains médecins peuvent ainsi préconiser l'emploi d'une application en complément des consultations, et peuvent eux-mêmes en utiliser au quotidien. Dans le concret, ces objets connectés peuvent fournir un nombre incroyable de renseignements. On les utilise, par exemple, pour connaitre...

 

Lire la suite


Les laboratoires Pierre Fabre et Microsoft lancent le premier "IA Santé Challenge"

Lors de la 28ème édition du Festival de la Communication Santé, qui aura lieu à Deauville les 24 et 25 novembre prochains, les Laboratoires Pierre Fabre et Microsoft organisent le premier challenge français sur l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé. Il s’adresse à tous les entrepreneurs de la santé et de l'IA : start-ups e-santé maîtrisant l'intelligence artificielle, SSII, data scientists, grandes écoles, unités de recherche et étudiants passionnés par ces thématiques !

Un format inédit : deux équipes primées, un challenge ouvert « online » et un accompagnement au sein de l’AI Factory de Microsoft à la clé

Pour identifier des acteurs pertinents et trouver les partenaires des nouveaux projets data et intelligence artificielle de la branche Médicament et Santé du laboratoire français, rien de mieux que de les faire concourir dans un challenge. Le challenge consiste à reconnaître un mélanome à partir de ...

 

Lire la suite


Hausse de 3,5% des dépenses d'assurance maladie en octobre

Les dépenses de soins de ville ont progressé de 3,3% sur les dix premiers mois de l'année et de 3,2% sur les douze derniers mois. Parmi ces dépenses, les remboursements de soins médicaux et dentaires augmentent de 3,2% entre janvier et octobre 2017 et de 3,0% sur les 12 derniers mois. Dans le détail, au cours des dix premiers mois, les remboursements des soins de généralistes ont augmenté de 3,2%, ceux de soins spécialisés augmentent de 3,2% et ceux de soins dentaires de 1,7%. Sur les 12 derniers mois, ces évolutions sont respectivement de 3,0% (soins de généralistes), 3,1% (soins de spécialistes) et 1,1% (soins dentaires). La progression des remboursements de soins d'auxiliaires médicaux entre janvier et octobre 2017 est de 4,1% (4,0% sur douze mois). Cette évolution se retrouve principalement dans celle des soins des infirmiers (4,4% à fin octobre et 4,6% sur douze mois) et dans une moindre mesure dans celle des soins de masso...

 

Lire la suite


Une pharmacie toujours à portée de clic depuis son smartphone

L'application CONSEIL SANTE est un nouveau service qui permet de profiter des conseils de son pharmacien depuis son smartphone. L'application donne la possibilité d'envoyer une ordonnance à son pharmacien après la consultation chez le médecin et de récupérer les médicaments une fois que la commande est prête.

Pour accéder aux services, il faut d'abord renseigner son code postal et choisir sa pharmacie. Un questionnaire permet aussi d'établir un profil santé pour recevoir des conseils et des offres personnalisés. Les utilisateurs de cette application peuvent également recevoir les promotions sur des produits d'automédication et de prévention accessibles depuis la pharmacie la plus proche sur les 2 200 pharmacies partenaires.

Quant au service Click & Collect, il permet d'envoyer une ordonnance ou de réserver des produits d'automédication et de soin à l'avance. 

 

Lire la suite


Secteur Biotech: la France a tout pour devenir un leader mondial de la santé

Thérapies innovantes, médecine personnalisée, amélioration de la qualité de vie et optimisation du pilotage du système de santé... les innovations de rupture portées par les sociétés de biotechnologie promettent une véritable révolution. Pour mieux comprendre ces enjeux, France Biotech, l’association des entrepreneurs de l’innovation santé, présente une étude prospective réalisée par le BCG et intitulée «La French Health Tech: faire de la France un leader mondial de la santé».

«L’écosystème français compte plus de 600 entreprises, dont de nombreuses basées sur des innovations de rupture. D’ici 2030, le secteur de la «Health Tech» en France pourrait créer 130 000 emplois en France et les entreprises qui existent d’ores et déjà pourraient apporter des solutions à 11 millions de patients français, 250 millions dans le monde. Ce secteur pèserait alors plus de 40 milliards d’euros de chiffre d’affaires», précisent les auteurs de l’étude.

 

Lire la suite


Dans un Brésil très connecté, une clinique de "désintoxication numérique"

Comme beaucoup de jeunes de son âge, L.L., un Brésilien de 29 ans, adore les nouvelles technologies. Mais sa passion a fini par devenir une addiction, affectant directement son travail et les relations avec ses proches, qu'il soigne désormais.

En septembre, cet étudiant de Rio de Janeiro qui a souhaité garder l'anonymat a débuté un traitement à l'Institut Delete, spécialisé en "désintoxication numérique". Le concept existe ailleurs dans le monde mais cet institut est le premier établissement du genre au Brésil.

L.L. souffre de nomophobie (de l'anglais "no mobile phobia"), qui touche des personnes angoissées à l'idée de passer du temps sans leur téléphone portable, principalement les accros aux réseaux sociaux. Une pathologie de plus en plus courante au Brésil, pays de 200 millions d'habitants qui compte la quatrième population d'internautes au monde.

 

Lire la suite


Stratégie nationale de santé : Agnès Buzyn consulte les Français

Une stratégie participative. Les gros dossiers qui attendent le gouvernement en matière de santé sont ouverts à discussion. Plus précisément, le ministère de la Santé a lancé une consultation publique en ligne destinée à recueillir l'avis des Français sur la stratégie nationale de santé. Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé souhaite recueillir l'avis des Internautes avant de mettre en place sa feuille de route des cinq prochaines années.

Les Français sont invités à s'exprimer sur le projet de stratégie nationale de santé sur un espace dédié hébergé sur le site du ministère: http://strategie.sante.gouv.fr. Celui-ci est ouvert aux propositions jusqu'au 25 novembre inclus.

Cet espace est issu d'une phase de concertation menée depuis septembre avec les autres ministères et avec les représentants du secteur de la santé, des élus et des usagers, indique le ministère dans un communiqué. 

 

Lire la suite


E-santé : le groupe Vyv prend le contrôle de MesDocteurs

Les acteurs du marché de la complémentaire santé s’investissent en nombre, ces derniers mois, sur le front de la télémédecine. Si l’ajout d’un service de téléconsultation médicale au sein des offres devient peu ou prou la norme, il obéit aussi à un contexte favorable, les modalités de prise en charge de la télémédecine étant désormais esquissées au sein du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2018.

De nombreux partenariats ont ainsi été menés par ces acteurs, majoritairement avec Axa Assistance ou la start-up MédecinDirect. Le groupe mutualiste Vyv, officialisé le 13 septembre 2017 via le rapprochement des groupes MGEN, Istya et Harmonie, a fait un choix légèrement différent : il a en effet pris le contrôle de MesDocteurs.

Vyv a effectué une prise de participation majoritaire à hauteur de 61% dans MesDocteurs, start-up lancée en 2015 par Séverine Grégoire, Nicolas Orofino et Chloé Ramade en partenariat avec le courtier Delta Assurances... 

 

Lire la suite


L'hôpital privé d'Antony se dote d'un robot chirurgical de dernière génération

L’Hôpital privé d’Antony devient ainsi l’un des premiers établissements en France à acquérir ce nouvel équipement.  La  chirurgie mini-invasive permet une durée d’hospitalisation plus courte – parfois même sans passage en réanimation – et un rétablissement plus rapide pour les patients. À l’origine utilisé dans la chirurgie urologique, le robot Da Vinci Xi a aussi vocation chez Ramsay Générale de Santé à être utilisé en chirurgie thoracique, digestive et gynéco-pelvienne. 

Un équipement de pointe qui renforce le plateau technique de l’établissement

L'Institut de cancérologie Paris Sud de Ramsay Générale de Santé, situé dans les locaux de l’Hôpital privé d’Antony, accueille plus de 2 000 patients par an dont la prise en charge peut être intégralement effectuée dans l’Institut, du dépistage/diagnostic jusqu’à toutes les possibilités de traitement - chirurgie...

 

Lire la suite


Le boîtier connecté sKan récompensé par le prix James Dyson

Un dispositif high-tech capable d'identifier des lésions cancéreuses de la peau remporte le prix James Dyson. À l'origine de cette innovation, quatre jeunes ingénieurs canadiens de l'université McMaster.

Ce boîtier connecté, baptisé sKan, est capable très rapidement de discerner la présence d'un mélanome grâce à des capteurs thermiques qui mesurent la température de la peau dans une zone localisée. 

Ce dispositif innovant, développé par quatre jeunes ingénieurs canadiens de l'université McMaster, a séduit le jury du concours d'invention James Dyson Award 2017 pour la facilité de son utilisation et l'espoir qu'il représente pour sauver des vies à travers le monde, grâce à un dépistage précoce. 

Directement fixé sur la peau, l'appareil applique du froid dans la région testée afin de créer un choc thermique, puis il enregistre la vitesse à laquelle la peau regagne sa température initiale. Plus ce laps de temps est rapide, plus la ...

 

Lire la suite


La biotech Horama lève 19 millions d'euros

La biotech française Horama, spécialisée en thérapie génique pour traiter des maladies génétiques rares en ophtalmologie, a annoncé  avoir levé 19 millions d'euros auprès de sept fonds d'investissement.

Selon le communiqué, cet argent servira à "financer le développement du projet HORAPDE6B" contre la rétinite pigmentaire, maladie génétique conduisant à une perte de la vue et pour laquelle il n'existe à ce jour aucun traitement. Un essai clinique de phase I/II doit débuter prochainement.

La biotech avait réalisé une précédente levée de fonds en juillet 2016, d'un montant de 4 millions d'euros.Les trois investisseurs qui avaient participé à l'époque, Omnes Capital, Sham Innovation Santé/Turenne et GO Capital, ont renouvelé leur confiance pour cette opération.Ils ont été rejoints par quatre nouveaux fonds d'investissement: Kurma Partners, Fund+, Pontifax et Idinvest.

 

Lire la suite


Diabète: Roche mise sur la miniaturisation

Pour traiter le diabète, Roche veut commercialiser, d'ici fin 2019, des outils beaucoup plus petits que ce qui existe actuellement sur le marché, a expliqué mardi le président d'une filiale française du groupe.

L'entreprise pharmaceutique a ainsi conclu en mai un partenariat avec la start-up américaine Senseonics pour développer Eversense, un capteur qui s'implante sous la peau et calcule la glycémie de l'organisme en temps quasi réel.

Les données sont ensuite envoyées sur un smartphone, permettant au patient de connaître son taux de sucre dans l'organisme sans avoir à réaliser de prise de sang.

"Les gens sont gênés de sortir leur matériel" en public, a estimé auprès de l'AFP Frédéric Jacquey, président de Roche Diabetes Care France, filiale française du groupe suisse, dédiée au diabète.

 

 

Lire la suite


Un jeu vidéo pour détecter les troubles de la vision

Originaire des Vosges, avec un oncle généraliste et un père dentiste, Edouard Gasser a depuis toujours été sensibilisé aux difficultés d'accès aux soins et à la désertification médicale. Ce trentenaire, fou de jeux vidéo, n'a donc pas hésité longtemps avant de se lancer l'an dernier dans l'aventure Tilak Healthcare. 

 

Cet ancien directeur de production chez Gameloft, un spécialiste de l'édition de jeux sur mobile, a en effet été séduit par le concept de cette start-up, qui pourrait bien contribuer à désengorger les cabinets des ophtalmologues: des jeux sur smartphone capables d'évaluer l'acuité visuelle des patients, sans intervention du médecin. Un concept mis au point avec, entre autres, deux pontes du Centre hospitalier national d'ophtalmologie des Quinze-Vingts, à Paris. 

 

Lire la suite


Santé connectée : pourquoi utiliser une application santé ?

L'utilité des applications santé

Les applications santé s'adressent aux personnes soucieuses de leur santé, à celles qui souhaitent être coachées dans la pratique d'une activité physique, à celles qui souhaitent obtenir des informations médicales, à celles qui sont atteintes d'une maladie chronique... Bref, elles occupent une place grandissante dans le secteur de la santé et du bien-être.

Les applications santé, bientôt au cœur de la relation patient-médecin ?

Ces applications modifient en profondeur la relation entre le médecin et le patient, faisant de celui-ci un véritable acteur de sa santé, et le rendant plus autonome. En effet, via son smartphone, il est désormais possible de contrôler son poids, son activité physique, son diabète... Cela peut se faire en cohésion avec son médecin. Par exemple, il est possible de lui montrer l'évolution des données enregistrées entre deux consultations ou même de ...

 

Lire la suite


Alzheimer, Parkinson : le recyclage de médicaments, nouvelle stratégie par défaut ?

Les maladies neurodégénératives restent l'un des domaines thérapeutiques les plus risqués pour l'industrie pharmaceutique. Pour les maladies de Parkinson et d'Alzheimer, il n'existe sur le marché que des molécules s'attaquant aux symptômes, notamment les troubles moteurs ou de la mémoire. L'industrie pharmaceutique ne cesse de connaître des échecs cuisants dans ces pathologies lors des essais cliniques. Ainsi, 99,6% des médicaments contre Alzheimer échouent dans les phase I, II et III. Pas moins de 123 développements de molécules ont été arrêtés entre 1998 et 2014, et seuls quatre médicaments ont été approuvés sur la même période.

Cela pousse le secteur pharmaceutique à développer de nouvelles stratégies. Certaines se focalisent sur la réduction du risque de perte financière importante en cas d'échec clinique. Car le coût des essais cliniques est conséquent pour les maladies neurodégénératives en raison de "leur durée...

 

Lire la suite


Visiomed Group signe un partenariat commercial avec la mutuelle Kovers

Visiomed Group, société spécialisée dans l'électronique médicale nouvelle génération, annonce un partenariat commercial avec Qape pour le déploiement de son offre de santé connectée BewellConnect auprès des adhérents de la mutuelle Kovers. Visiomed Group a développé spécialement pour Kovers une application mobile dédiée, intégrant tout le savoir-faire technologique et médical de BewellConnect.

A partir de novembre, les adhérents auront ainsi accès à des fonctionnalités de suivi personnalisé parmi lesquelles la création de profils individuels pour chaque membre de la famille, rassemblant les informations santé essentielles et les données issues des mesures de constantes vitales prises par les objets de santé connectés et dispositifs médicaux BewellConnect restituées sous la forme de courbes et de tableaux de bord. Les assurés bénéficieront par ailleurs d'un forfait annuel Kovers de 100 à 450 euros pour...

 

Lire la suite


Care Labs partenaire IT du système de santé public anglais

Installée au Liner de Pérols depuis juillet 2017, Care Labs continue son déploiement, notamment à l'international. Si la société avait ouvert un bureau à Londres en janvier 2017, elle acte désormais son entrée sur le marché britannique, grâce à cet accord avec le système de santé public anglais, le National Health System (NHS).

100 000 patients d'ici 4 ans

Care Labs accompagnera le NHS dans la mise en place du programme Personnal Healths Budgets (PHBs), chargé de mettre l'accent sur des actions de prévention santé

personnalisées et adaptées aux budgets. Les PHBs devraient couvrir plus de 100 000 personnes d'ici 2021.

Émetteur du Chèque Santé, l'Héraultais développe aussi des solutions comme Care Pay (paiement dématérialisé), Carebook (carnet de santé  ...

 

Lire la suite


Une pépite française de la santé, AAA, passe sous le contrôle de Novartis

L’affaire n’a peut-être pas fait grand bruit, et pourtant elle ne passe pas inaperçue dans le secteur de la santé : le rachat, hier, par le groupe suisse Novartis d’un laboratoire français spécialisé dans le diagnostic et la thérapie du cancer : c’est une « pépite » française, AAA, Advanced Accelerator Applications, qui est rachetée par un géant étranger de la pharmacie. Mais comment interpréter cette opération ?

On peut le faire de deux manières. Il y a ceux s’en réjouissent : c’est la preuve, disent-ils de la vitalité des start-up françaises dans la santé, en l’occurrence la médecine nucléaire moléculaire. C’est tellement vrai que voilà à peine une semaine, une autre petite société, Vexim, spécialisée dans les implants vertébraux, se faisait racheter par un autre géant, de l’orthopédie cette fois, le groupe américain Stryker. Si ces groupes à la renommée mondiale mettent la main sur des start-up hexagonales, n’est-ce pas la preuve qu’elles sont ...

 

Lire la suite


Les industriels priés d’adopter le Nutri-score, l’étiquetage nutritionnel simplifié

Quelle est la teneur de l’arrêté signé ce 31 octobre ?

Pas moins de trois ministres se sont réunis autour de 5 lettres et de 5 couleurs ce mardi 31 octobre. Agnès Buzyn, ministre la santé a en effet signé l’arrêté relatif à l’étiquetage nutritionnel simplifié en compagnie de Benjamin Griveaux, secrétaire d’État auprès du Ministre de l’économie et des finances et de Stéphane Travert, ministre de l’agriculture et de l’alimentation…

Le logo qui associe les lettres A (signifiant la meilleure qualité nutritionnelle), B, C, D et E (la moins bonne) respectivement à un dégradé de couleurs allant du vert au rouge orangé devient le dispositif officiellement recommandé par le gouvernement.

Cet étiquetage doit « renseigner le consommateur sur la qualité globale des aliments, inciter les industriels à améliorer la qualité de leurs aliments en les reformulant, et faciliter le conseil nutritionnel pour les cadres de santé », a ...

 

Lire la suite


Le réchauffement climatique menace 50 ans de progrès en santé publique

Coups de chaleur, pertes de productivité, expansion des maladies transmises par les moustiques... Le changement climatique a déjà un impact concret sur notre santé, avertit un rapport publié dans la revue médicale britannique The Lancet lundi 30 octobre 2017, qui invite à "accélérer la transition vers une société bas carbone".

 

Baptisé "Compte à rebours sur la santé et le changement climatique : de 25 ans d'inaction à une transformation mondiale pour la santé publique", ce rapport entend mesurer tous les ans jusqu'en 2030 les progrès réalisés pour 40 indicateurs clés concernant ces deux sujets. Lancé en 2015, il est élaboré par 24 organismes de recherche et organisations internationales, dont l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

 

Lire la suite


Le prix des consultations longues et complexes revu à la hausse

Après la hausse du prix de la consultation chez les médecins généralistes en mai dernier de 23 euros à 25 euros, certaines consultations seront désormais facturées plus chères, 46 euros ou 60 euros. 

 

"Ce n'est pas normal parce que les soins ne seront plus accessibles pour tout le monde. Peut-être que certaines personnes n'iront pas chez le médecin parce qu'ils n'ont pas les moyens" estime Lilia, une parisienne croisée dans le 18eme arrondissement de Paris. "Moi je trouve que c'est justifié parce que pour le travail qu'ils font, les médecins prennent le temps et je trouve que 25 euros la consultation ce n'était pas assez. C'est comme tout, quand on veut de la qualité, il faut mettre le prix" rétorque Laure, mère de trois enfants.  Elle est donc directement concernée par ces augmentations, comme les trois consultations obligatoires du nourrisson par exemple.

 

 

Lire la suite


Grippe : Sanofi fait le pari de l'intelligence artificielle

Après avoir racheté Protein Sciences en août, Sanofi continue à renforcer ses activités dans la lutte contre la grippe. Le laboratoire pharmaceutique français s'est associé à la  biotech américaine Berg pour améliorer l'efficacité de ses futurs vaccins contre la grippe.

La société américaine va utiliser sa plateforme Interrogative Biology pour analyser des échantillons qui seront fournis par Sanofi et Berg elle-même. À partir d'un seul échantillon, la plateforme peut produire des milliards de données, notamment autour du génome, du protéome (ensemble de protéines), du lipidome (ensemble d'acides gras) et du métabolome (ensemble d'hormones) du patient, assure la société américaine. L'intelligence artificielle de Berg va ensuite compiler et analyser l'ensemble des données, et établir l'activité des systèmes biologiques du patient afin de trouver les biomarqueurs des virus de la grippe, c'est-à-dire des molécules ...

 

Lire la suite


Amazon obtient sa licence pour vendre des médicaments dans plusieurs États américains

Selon des rapports publics obtenus par le St. Louis Post-Dispatch, le géant du e-commerce Amazon a obtenu, dans différents États américains, une licence pour commercialiser des médicaments, à l’instar des pharmacies.

En conséquence, les chaînes pharmaceutiques américaines ont dévissé en bourse, même si Amazon n’a pas souhaité commenter cette information. Toutefois, selonCNBC, Amazon se laisserait jusqu’à Thanksgiving, fin novembre, pour décider si le marché pharmaceutique l’intéresse à long terme.

Si la firme de Seattle souhaite s’y lancer, elle dispose désormais des atouts légaux  pour vendre des médicaments, même sur ordonnance, dans douze États : le Nevada, l’Arizona, le Dakota du Nord, la Louisiane, l’Alabama, le New Jersey, le Michigan, le Connecticut, l’Idaho, le New Hampshire, l’Oregon et le Tennessee. Des observateurs ont noté que l’enseigne avait recruté différents..

 

Lire la suite


Les enjeux médico-économiques de l'ostéoporose en France

Compte tenu des projections démographiques pour 2025, un tiers de la population aura 60 ans ou plus, soit vingt millions de personnes, correspondant aux âges de la génération du baby-boom, le nombre de fractures incidentes passera de 376.000 (femmes et hommes en 2010) à 491 000 (2025), entraînant une augmentation des coûts de 26%. 

Le Pr Robert Launois, économiste de la santé, Directeur du Réseau d’évaluation en économie de la Santé France, revient sur cette problématique. L’ostéoporose est sans conteste une maladie qui est extrêmement couteuse pour la collectivité ; les chiffrages varient suivant les études en fonction des lignes budgétaires qui sont retenues pour procéder à leurs estimations. 

Selon un étude de la CNAMTS de 2016 qui s’en tient aux dépenses reconnues et remboursées par l’assurance maladies, le coût de la prise en charge de ...

 

Lire la suite


Diabnext, passeport santé : la santé connectée pour nous faciliter la vie

Une procédure ultra-fastidieuse qui pourrait bientôt disparaître... La start-up française Diabnext a développé un petit objet connecté à fixer sur n'importe quel stylo à insuline pour ne plus avoir à lister les injections manuellement.

Connecter le stylo à insuline

A chaque fois qu’un diabétique s’injecte une dose d’insuline avec son stylo, il doit en effet faire varier la dose en fonction de ce dont il a besoin. Puis, ensuite, il doit bien noter dans un petit carnet prévu à cet effet la dose d’insuline exacte qu’il s’est injectée. Cela permet ensuite au médecin d'effectuer un suivi précis. Et cela peut très vite devenir conséquent à raison de cinq à six injections par jour.

Pour éviter cette procédure fastidieuse, le capteur de Diabnext vient se placer sur n’importe quel stylo à insuline et va détecter la quantité d’insuline que s’injecte chaque patient pour, ensuite, transmettre toutes les donnes à une ...

 

Lire la suite


Santé : les pépites françaises doivent-elles s’expatrier pour se financer?

Il y a une semaine, Vexim, spécialisée dans les implants vertébraux, se faisait racheter par l’Américain Stryker, géant mondial de l’orthopédie.

Il y a un peu plus d’un an, c’était au tour du fabricant français de robots chirurgicaux, Medtech. L’acheteur? L’américain Zimmer Biomet.

Dans les deux cas, la valorisation était d’environ 160 millions d’euros.

«Cela montre que la France produit de très belles start-up», s’est réjoui auprès de l’AFP Philippe Pouletty, directeur général de Truffle Capital et président d’honneur de France Biotech.

Selon lui, la France bénéficie du «meilleur écosystème» du continent pour créer des entreprises innovantes et pourrait même être «la Sillicon Valley d’Europe», s’il n’était un obstacle majeur: celui du financement.

«Le marché boursier Euronext n’est pas assez profond», analyse M. Pouletty, pour qui «l’épargne des Français et des Européens n’est pas suffisamment ...

 

Lire la suite


MedPicsApp est validée par Apple

MedPics a été fondée par Safia Slimani et Jonathan Oleszkiewicz en 2015. Elle permet aux professionnels de la santé de partager des photos de cas cliniques.

 

MedPics, ce sont d’abord des échanges confraternels, des aides à la réflexion sur sa pratique. Mais il arrive que certains médecins viennent poster une photo avec une question précise ou une demande d’orientation et vont trouver une réponse à leur interrogation.

 

Pour autant, il ne s’agit pas de télé-expertise  car l’ensemble du dossier du patient n’est pas connu. Les photos, les images sont anonymisées, il ne s’agit donc que de cas et d’étude de cas.

 

 

Lire la suite


Les applications mobiles au secours de la dépression

Internet pourrait-il devenir un filet de sécurité pour les personnes en souffrance psychologique ? C'est en tout cas l'ambition de Google. Aux États-Unis, toute personne qui tape le mot "mood disorder" (dépression) dans le moteur de recherche se voit aussitôt proposer le test PHQ-9, bien connu des psychiatres. Neuf questions pour autoévaluer son niveau de "déprime". Opération marketing ? Coup d'épée dans l'eau ? "Non, répond le Pr Philippe Courtet, psychiatre au centre hospitalier universitaire de Montpellier (Hérault). De toute façon, nous voyons beaucoup de patients qui font des autotests. Tant mieux si le PHQ-9, qui est validé scientifiquement, est distribué largement". En clair, les psychiatres ne sont pas contre un "petit coup de main" face à l'ampleur de la tâche : en France, on estime en effet qu'une personne sur cinq souffre ou souffrira d'une dépression au cours de sa vie. Parmi ces millions de malades, beaucoup ne seront pas diagnostiqués ...

 

Lire la suite


Assurance maladie: 30% des dépenses "pas pertinentes" pour Agnès Buzyn

Pour réduire de 3 milliards d'euros le déficit global de la Sécurité sociale en 2018, "il y a une marge de manœuvre énorme sans toucher à l’égalité des chances?: 30?% des dépenses de l’assurance-maladie ne sont pas pertinentes", déclare au Journal du dimanche la ministre.

Alors que l'Assemblée nationale doit entamer la semaine prochaine l'examen du projet de budget de la Sécurité sociale (PLFSS), elle détaille dans cet entretien quelques axes d'économies et de meilleure utilisation des ressources dans les hôpitaux.

Cela commencera par "favoriser l’ambulatoire". "En chirurgie, par exemple, l’objectif est qu’en 2022, sept patients sur dix qui entrent à l’hôpital le matin en sortent le soir, contre cinq aujourd’hui", explique Mme Buzyn.

"Nous allons fermer les lits qui ne servent à rien ou les réorienter vers de nouveaux besoins" et "lutter contre les opérations inutiles ou les actes...

 

Lire la suite


Une websérie pour comprendre les MICI

Les MICI, ces maladies mystérieuses qu’on ne guérit pas

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin regroupent la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique. Elles se manifestent par une inflammation persistante qui peut toucher toutes les parois du système digestif, de la bouche à l'anus. Les causes sont inconnues même s’il est question de prédispositions génétiques ou de défaillances immunitaires, voire de facteurs environnementaux tels que les infections bactériennes digestives, la modification du microbiote, le tabac, le stress, le rôle de certains médicaments. « On parle de prédispositions familiales aux MICI qui seraient liées à l’altération de plusieurs gènes qui ont été identifiés et qui sont dits «facilitateurs», et dans certains cas plus rares d’UN seul gène », précise le Pr Xavier Hébuterne, chef du service de gastroentérologie au CHU de Nice. L’apparition de la maladie de Crohn s’explique par la confluence de ...

 

 

Lire la suite


Les Etats-Unis approuvent une deuxième thérapie génique contre des cancers

La FDA, l'agence américaine des produits alimentaires et des médicaments, a approuvé mercredi la mise sur le marché de la deuxième thérapie génique dans le monde, le Yescarta, pour traiter des lymphomes non hodgkiniens agressifs, une tumeur du système lymphatique.

Cette nouvelle classe de traitement consiste à modifier génétiquement le système immunitaire d'un malade pour qu'il puisse combattre les cellules cancéreuses.

La Food and Drug Administration avait autorisé la première thérapie anti-cancéreuse génique en août, le Kymriah, des laboratoires Novartis, pour traiter une forme très agressive de leucémie chez des enfants et de jeunes adultes.

Le Yescarta a été initialement développé par les Instituts nationaux américains de la santé et le brevet avait été acquis par la firme Kite Pharma. 

 

Lire la suite


Une pharmacie centrale groupe les achats de médicaments pour réduire les coûts

Le centre hospitalier Lyon sud (Rhône), cela représente 1 000 lits et la cancérologie pour domaine d'excellence. Au total, les hospices civils de Lyon comptent quatre grands hôpitaux publics et une pharmacie centrale pour les fournir en médicaments. Pour réduire les coûts, elle fait appel à Bruno Carrière qui dirige une grande coopérative de produits de santé.

Des prix plus avantageux

Dans cet immense hangar sont stockés des médicaments et dispositifs médicaux comme les pansements, gants et bistouris destinés aux hôpitaux publics de Lyon. C'est sur ces matériels comme des pinces de sutures stériles que l'on pourrait encore faire des économies. En faisant appel à la coopérative qui regroupe ses achats de 82 hôpitaux en France, la pharmacie centrale peut bénéficier de prix plus avantageux. La coopérative propose aussi de négocier les tarifs de l'énergie, du traitement des déchets ...

 

Lire la suite


L' e-santé ou comment faire gagner 11 millions de consultations par an aux médecins français

Sur leurs 57 heures de travail hebdomadaires, les médecins généralistes passent en moyenne 4 heures à gérer le fonctionnement de leur cabinet (tâches administratives, organisation et secrétariat). Le numérique peut aider les médecins à regagner ce temps perdu. D’abord, les services de prise de rendez-vous médicaux en ligne réduisent significativement le temps de secrétariat : en améliorant la communication avec les patients et entre les praticiens, ils désengorgent les standards des cabinets et font baisser de 30 % le temps que les médecins passent à gérer leur agenda. Ils dégagent ainsi en moyenne 1 heure et quart par semaine dans leur planning. Ensuite, ces services font regagner aux médecins le temps perdu à attendre des patients qui n’honorent pas leurs rendez-vous (en moyenne, chaque médecin perd ainsi 6 consultations par semaine). Pour éviter les lapins, ils envoient plusieurs rappels aux patients avant la consultation (mails et SMS), avec un ...

 

Lire la suite


Doctolib met les centres de santé de la Croix-Rouge à portée de clic

Après les médecins et dentistes libéraux, après l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) qui l’aura déployée mi-ci 2018 à toutes les consultations de ses 39 établissements, la plate-forme de rendez-vous en ligne Doctolib tisse un nouveau partenariat sur sa toile Internet : les centres de santé parisiens de la Croix-Rouge française (*) ouvrent désormais leurs agendas au site créé il y a à peine 4 ans, et déjà numéro 1 dans sa catégorie.

Pour la Croix-Rouge, c’est une petite révolution à gros enjeu de santé publique, qui vise à « faire connaître plus largement les centres et à amener plus de patients à consulter, notamment les jeunes, en facilitant leur accès aux soins grâce à un outil moderne qui leur correspond mieux », ainsi qu’expliquent ses représentants.

Officialisé ce jeudi, mais testé depuis plusieurs semaines, le mariage Doctolib-Croix-Rouge devrait aussi dépoussiérer l’image des « dispensaires »..

 

Lire la suite


Médicaments à l’unité : des avantages certains

C’était une proposition du candidat Macron. "Quand vous avez une pathologie, le pharmacien vous prescrira ce dont vous avez besoin", avait-il déclaré le 6 janvier dernier à Nevers (Nièvre). Une étude récente menée par l’Inserm, le CNRS et l’IRD et publiée dans la revue Plos onevient de démontrer que l’approche est non seulement faisable mais surtout économique. Pendant un an, entre novembre 2014 et novembre 2015, 100 officines de quatre régions (Ile-de-France, Lorraine, Limousin, PACA) ont accepté de participer à cette opération de délivrance unitaire de 14 antibiotiques. Une comparaison a ensuite été effectuée entre 75 de ces officines, celles qui déconditionnaient les boîtes pour ne délivrer que le nombre précis de comprimés, et 25 autres, les pharmacies témoins. Environ un millier de patients ont accepté d’être recontactés par téléphone pour répondre à des questionnaires.

 

 

Lire la suite


Pharmacies : les Français souhaitent plus de services aux patients

Achats sur Internet, entretiens pharmaceutiques, bilans de médications, vaccination... le déploiement des services envers les patients semble être ce que les Français attendent le plus de leurs pharmacies à l'avenir. Un sondage Odoxa pour l'OCP* met en effet en évidence un décalage entre l'offre actuelle et les attentes que les Français expriment en la matière. "Cela signifie donc qu'il existe, à travers la satisfaction de cette demande, un levier majeur de développement des pharmacies françaises", expliquent les auteurs.

Ainsi, si 53% des pharmaciens déclarent que leur offre a changé de manière significative ces dernières années, cette évolution ne saute pas encore aux yeux des sondés. Invités à s'exprimer sur la pharmacie qu'ils fréquentent le plus souvent, seuls 22% d'entre eux qualifient le changement de significatif quand la majorité d'entre eux (55%) considère que l'offre n'a pas changé. Mais il faut dire que la plupart des services les plus visiblespour les patients...

 

Lire la suite


Cancers : la médecine connectée séduit les patients ?

Dans le dernier travail publié par UNICANCER* ce 10 octobre, les Français se montrent adeptes de la médecine connectée dans la prise en charge du cancer. Au total 1 020 volontaires ont été interrogés sur internet les 20 et 21 septembre.

L’e-santé pour améliorer la prévention et la qualité des soins

Et le résultat est sans appel : le patient d’aujourd’hui « veut être soigné hors les murs, tout en restant connecté et acteur de sa prise en charge », note le Dr Biens, président de cette fédération. Dans le détail, « 8 patients sur 10 accepteraient d’être équipés d’objets connectés dans le cadre du suivi et de leur maladie chronique ». L’e-médecine constitue pour la majorité des personnes interrogées « une opportunité pour la prévention (82%) et pour la qualité des soins (76%) ». Et 79% préfèreraient être soignés chez eux et ne se rendre que de temps en temps à l’hôpital. Par ailleurs, selon la moitié des ...

 

Lire la suite


Grippe : les seniors rechignent à se faire vacciner

Le Baromètre santé 2016 de Santé publique France s’est penché sur la perception de 2 418 personnes, âgées de 65 à 75 ans, de la grippe saisonnière, ainsi que sur leur pratique de vaccination. Les résultats montrent que le taux de couverture reste insuffisant : lors de l’hiver 2015-2016, ils étaient seulement 45,9 % à se faire vacciner.

Des idées reçues sur le vaccin

Pourtant, les sondés sont 81,3 % à considérer que la grippe est grave, et 92,1 % qu’elle est fréquente. Pour 64,3 % d’entre eux, le vaccin est efficace, mais près de la moitié (46,9 %) pensent qu’il peut provoquer des effets secondaires graves. Or, pour les auteurs de l’étude, ce ne sont là que « de fausses croyances ». L’Assurance maladie indique d’ailleurs que « les effets indésirables des vaccins contre la grippe sont bénins et transitoires : la personne vaccinée peut ressentir une douleur accompagnée de rougeur au ...

 

Lire la suite


Les vaccins c'est la santé… pour les laboratoires aussi !

« On ne peut pas réduire la question de la vaccination à l’intérêt des laboratoires », se défend la ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès Buzyn, depuis l’annonce, en juin, de son projet de rendre obligatoires onze vaccins infantiles.

« Les gains pour des laboratoires internationaux sont infimes en regard d’un marché mondial des vaccins de plus de 35 milliards d’euros », confirme, sur son blog, l’économiste spécialisé Frédéric Bizard. « Le problème est ailleurs ».

Le point de vue est abondamment repris dans la presse qui soutient que « passer à onze vaccins obligatoires n’est pas un jackpot pour les labos pharmaceutiques ». Pour savoir ce qu’il en est réellement, nous avons épluché les comptes des principaux laboratoires concernés.

Qui fabrique les « onze vaccins » ?

Les « onze vaccins » ne sont en réalité que quatre car l’un est hexavalent (il ...

 

Lire la suite


Santé : MNH prend le contrôle de NGI (imagerie médicale)

NGI est un spécialiste des technologies d'imagerie médicale et systèmes d'informations en radiologie, de stockage et d'archivage des images. Il compte plus de 3.600 radiologues clients.

« A travers cette prise de participation majoritaire, MNH Group poursuit son ambition de fournir aux professionnels de santé, au premier rang desquels figurent les centres de radiologie et d'imagerie, les solutions les plus performantes pour réaliser leur métier », soulignent les partenaires dans un communiqué conjoint.

L'opération va permettre à NGI « d'accélérer son développement et de répondre aux besoins croissants de collaboration entre les services et les centres de radiologie, d'une part, et les autres professionnels de santé (...) », a expliqué Didier Sensey, président de NGI.

Cette acquisition dont le montant n'a pas été divulgué, va permettre à MNH...

 

Lire la suite


Ce vêtement connecté qui anticipe les problèmes de santé

Et si, chaque matin au réveil, en plus de disposer sur votre smartphone de vos rendez-vous de la journée et des notifications liées à l'actualité, vous aviez votre check-up médical détaillé ? L'hypothèse n'a rien d'un scénario de science-fiction. Une entreprise d'Aix-en-Provence, @-Health, va commercialiser d'ici à la fin de l'année le CardioNexion, un dispositif connecté à un vêtement (tee-shirt, brassière, soutien-gorge) qui recueille en permanence vos données médicales.

Transmises à des serveurs puis analysées, elles permettent ensuite, en cas de problème, d'alerter le patient sur son téléphone ou d'avertir les secours. À l'origine de ce dispositif, quatre associés, dont Jean-Michel Tarlet, cardiologue. « Mon rôle premier, c'est de soigner les gens », aime-t-il répéter, lui qui est un des précurseurs de la e-santé en France. Avant d'intervenir à Futurapolis Santé – le forum organisé par Le Point ce samedi à ...

 

Lire la suite


Les complémentaires santé investissent le marché de la e-santé

95 % de la population étaient couvertes par une assurance complémentaire santé en France en 2015, selon la Drees (recherche ministère de la Santé). Cela fait de la France le pays de l’OCDE où la couverture santé privée est la plus répandue. Sur ce marché de la complémentaire santé évalué à près de 34 milliards d’euros (montant des cotisations collectées en 2013, selon la Drees), la concurrence est très rude, avec au total plus de 500 organismes d’assurances complémentaires (mutuelles, assureurs, institutions de prévoyance).

Ces nombreux organismes peuvent difficilement se distinguer par les garanties qu’ils apportent, car les contrats sont de plus en plus normés, les pouvoirs publics en définissant très précisément les contours. C’est le cas pour tous les contrats qui bénéficient des aides de l’État, CMU-C et ACS (couverture maladie universelle complémentaire et aide à la ...

 

Lire la suite


Vaccination : Klésia verse 10 euros par salarié vacciné

Gilles Bonnefond, président de l’USPO, salue cette initiative qui « permet de favoriser la couverture vaccinale dans l’officine ».

Dans un premier temps, le pharmacien doit s’inscrire avant le 20 octobre 2017 en ligne. Il doit ensuite contacter la médecine du travail pour procéder à la vaccination sur le lieu de travail. Une fois l’injection réalisée, le titulaire doit remplir un bilan de campagne.

Selon Gilles Bonnefond, « cette initiative démontre la volonté de Klésia de toujours offrir plus de service pour les salariés de l’officine. ». Rappelons que l'USPO, comme Force Ouvrière incitent les titulaires à rester chez Klésia pour la protection sociale de leurs collaborateurs. Mais, depuis le 02 octobre 2017, les syndicats majoritaires ont recommandé au titulaire d’assurer la complémentaire santé des salariés auprès de l’APGIS. « Cette recommandation fait suite aux changements de législation libéralisant la ...

 

Lire la suite


Buzyn veut permettre un cumul emploi de médecin-retraite

Le plan du gouvernement pour lutter contre les déserts médicaux

 

 

Agnès Buzyn, ministre de la Santé et des Solidarités, a expliqué ce vendredi 13 octobre sur BFMTV les solutions qu'elle propose pour faire face au problème des déserts médicaux.

 

"Nous allons permettre à des médecins des hôpitaux, des médecins libéraux spécialistes ou généralistes de dégager du temps pour aller donner de l'aide à des territoires en difficulté, pour relayer un médecin qui part à la retraite par exemple.

Nous allons permettre à des médecins retraités de cumuler leur emploi de médecin avec leur retraite", a-t-elle déclaré.

 

Voir la vidéo


Bio-impression 3D d’organes, la science avance !

La technique de la bio-impression

Différentes équipes de chercheurs à travers le monde s’intéressent de près à la bio-impression. Il s’agit d’utiliser la technique de l’impression 3D pour fabriquer des parties du corps humain et des organes.

Mais cette technologie est très complexe et il reste encore du chemin avant de trouver une solution à un problème majeur, celui de la vascularisation des organes fabriqués. Actuellement, il est donc encore impossible d’aboutir à un résultat qui fonctionne réellement, mais les avancées sont là ! Elles permettent d’imaginer un futur dans lequel certains malades pourraient se voir greffer des parties du corps directement créées à partir d’une imprimante.

Imprimer de la peau, un foie ou une oreille, est-ce possible ?

Dans le cadre des recherches déjà menées sur cette question, on peut citer ...

 

Lire la suite


Mon appli santé, bientôt remboursée par la sécu ?

« Avis favorable » : voilà un an que la Haute autorité de santé (HAS) a rendu une conclusion positive quant au remboursement par l'Assurance-maladie de l’application Diabeo. Celle-ci est destinée à aider les patients diabétiques dans le dosage et le suivi de leur traitement. Pour une application mobile, c'est une première !

La décision effective de remboursement est cependant conditionnée à la publication des résultats de l’étude médicale et économique menée sur ce dispositif. Lancée en 2015, l’étude Telesage, impliquant 700 patients diabétiques en France doit permettra de valider, ou non, l’efficacité du dispositif.

Ces dernières années, on assiste à une explosion, à travers le monde, des applications mobiles destinées à la santé. Research 2 Guidance, une société spécialisée dans l’analyse de ce marché, estimait leur nombre à 259 000 en ...

 

Lire la suite


Pfizer: Vente de médicaments sans ordonnance envisagée

Le laboratoire pharmaceutique américain Pfizer a annoncé mardi étudier plusieurs scénarios pour l'avenir de sa division de médicaments sans ordonnance, dont sa vente pure et simple. Ces médicaments, qui comprennent notamment l'anti-inflammatoire Advil, ont généré un chiffre d'affaires de 3,4 milliards de dollars l'an dernier, soit 6,4% des revenus totaux de Pfizer. Outre la vente, le numéro 2 mondial de la pharmacie n'exclut pas de donner son indépendance à cette division, voire de mettre en place une transaction à plusieurs tiroirs comme un échange d'actifs avec un autre groupe pharmaceutique.

La décision finale sera prise en 2018, indique Pfizer, assurant qu'il ne fera plus de commentaire sur cet examen stratégique en cours pour lequel il est conseillé par la banque Morgan Stanley et les maisons Centerview Partners et Guggenheim Securities. "Même s'il y a une forte connexion entre les ...

 

Lire la suite


Eovi MCD et MédecinDirect s’associent sur la téléconsultation médicale

Standardisation de l’offre en santé oblige, les services prennent une place de plus en plus prépondérante dans les stratégies de diversification et différenciation des acteurs de la complémentaire santé. Et, pour l’année 2017, l’un des plus dynamiques est celui de l’e-santé, plus spécifiquement de latéléconsultation médicale.

C’est au tour d’Eovi MCD Mutuelle d’opérer ce virage en intégrant gratuitement un tel service pour l’ensemble de ses adhérents (majoritairement en individuelle), dans le cadre d’un partenariat avec MédecinDirect.

UNE STRATÉGIE SERVICIELLE EN ESSOR

« Ce nouveau service s’inscrit dans une stratégie globale, avec un socle de services structuré », rappelle la directrice clients, développement et innovation d’Eovi MCD Sophie Chastain-Lopez. « Bien vivre », avec la ...

 

Lire la suite


Philips surfe sur la vague des objets connectés

Début octobre, Philips a lancé DiamondSmart Clean, une brosse à dents électrique connectée dotée de multiples capteurs (pression, mouvement, position). Pour démontrer son efficacité, l'analyse de 60.000 heures de brossage et 30.254 tests ont été nécessaires. Philips rejoint ainsi ses concurrents comme Oral B (Procter&Gamble), sur ce nouveau territoire des IoT (Internet des Objets). « Intelligente », elle alerte notamment en cas de brossage trop fort. Mais l'application en ligne permet aussi de mieux cibler les parties sensibles de la bouche. Philips mise sur sa marque pour s'imposer sur ce segment face à ses rivaux.

Une nouvelle d'importance ? Selon l'Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire (UFSBD),  46% des Français sous-estiment l'importance de l'hygiène dentaire dans la santé globale. Un lien serait en cours de démonstration entre la parodontite, (une maladie qui correspond a une perte de l'os alveolaire ...

 

  

Lire la suite


ATOS se renforce dans la santé numérique aux Etats-Unis

(AOF) - A la suite des trois acquisitions récemment finalisées par Atos, ce dernier générera dans le secteur de la santé numérique plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires sur base annuelle. Un domaine dans lequel le groupe de services informatiques monte rapidement en puissance. Il y a un peu plus d’un an, le groupe présidé par Thierry Breton rachetait la société américaine Anthelio Healthcare Solutions, doublant ses ventes dans ce domaine à environ 400 millions de dollars.

Cette année, Atos a mis la main sur les sociétés américaines Pursuit Healthcare Advisors, Conduent's Healthcare Provider Consulting et Conduent's Breakaway Group qui emploient 400 consultants spécialisés.

Ces nouvelles acquisitions apportent à Atos une expertise reconnue dans le domaine du conseil dans le secteur de la santé et notamment dans l'adoption des technologies numériques, la gestion des programmes et des projets, la ...

  

Lire la suite


Levothyrox : un générique courant novembre selon Agnès Buzyn

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, l’a annoncé jeudi 05 octobre sur le plateau de l’émission « Envoyé spécial » (France 2) : un générique de Levothyrox sera mis à disposition des patients courant novembre. « Nous sommes en négociation sur les prix », a-t-elle déclaré, reconnaissant sur l’affaire Levothyrox « une faute d’écoute et une faute d’informations », mais pas une erreur médicale. La ministre n’a pas dévoilé le nom dudit générique.

Invité à s’exprimer sur l’affaire Levothyrox le 19 septembre, lors d’une conférence de presse célébrant les 20 ans de Biogaran, Pascal Brière, président du laboratoire de génériques avait alors indiqué pouvoir remettre son médicament sur le marché en 2 mois, 2 mois et demi.

Quant à la nouvelle formule de Lévothyroxine Biogaran, sa commercialisation interviendra fin 2018.

L’Ordre des pharmaciens a par ailleurs annoncé vendredi 06 octobre la ...

  

Lire la suite


Les médicaments génériques repartent en campagne en 2017 !

Lancée en 2016 par le ministère des Solidarités et de la Santé, l’Assurance Maladie et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), la campagne nationale d’information « Devenir générique ça se mérite » porte ses fruits : la deuxième vague du Baromètre BVA, mis en place en 2016, révèle que la confiance des médecins comme l’acceptation des patients s’améliorent.

Bien que le recul soit encore insuffisant pour mesurer tous les effets de la campagne qui se poursuit aujourd’hui, des tendances positives se dessinent déjà concernant le taux de substitution par les pharmaciens mais aussi le taux de prescription des médecins dans le répertoire, tous deux en progression.

Il reste toutefois des points de blocage liés à des situations spécifiques d’usage. C’est pourquoi la campagne s’attache cette année à lever ces derniers freins, au plus près de l’expérience des patients.

 

Campagne 2017 : une approche pédagogique tournée vers les usages

La campagne 2017 s’attache plus particulièrement à désamorcer les situations de blocage les plus courantes vécues ou redoutées par les patients (effets indésirables, moindre efficacité, etc.).

Depuis le 22 septembre 2017, de nouveaux outils relaient cette approche pédagogiquerelative à l’usage des médicaments génériques sur les sites ...

 

 

Lire la suite


Buzyn annonce plus de 1 milliard d'euros d'économies dans le médicament

Deux jours avant la présentation du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS2018), on commence à y voir plus clair. Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé au micro de RMC, mardi matin que "plus de un milliard d'euros d'économies" reposeront sur les médicaments (sur plus de 4 milliards d'euros d'économies visées au total).

En filigrane, elle explique que cela passera principalement par un recours plus récurrent aux génériques et des baisse de prix. "Cela va demander des efforts considérables aux industriels, aux professionnels de santé pour qu'ils favorisent la prescription de génériques."  Agnès Buzyn ajoute que les Français contribueront eux aussi à la baisse des dépenses de l'Assurance maladie. Ils "doivent être raisonnables, car ils consomment aujourd'hui trop de médicaments".

Rétropédalage annoncé sur la vente de médicaments à l'unité ?

 

 

Lire la suite


Mondial Assistance lance un service de visioconférence

Quelques semaines après avoir annoncé le lancement de son propre service de téléconsultation médicale, Mondial Assistance  expérimente un nouveau service au but similaire. 

Visio Zen, dont l’expérimentation vient de débuter en région parisienne, veut faciliter la mise en relation entre le patient et le professionnel de santé.

Les médecins de Mondial Assistance peuvent ainsi choisir d’utiliser le service Visio Zen lorsqu’ils en identifient le besoin, pour améliorer en temps réel la conduite à tenir avec le patient.

PREMIER ABSTRACT FIN 2017

Ce nouveau service de visioconférence « réduit le stress du patient, optimise l’entretien et favorise la prise de décision du médecin sur la conduite à tenir », note Patrick Krepper, directeur programme transformation digitale, direction marketing et digital chez ...

 

Lire la suite


Sanofi explore les atouts du numérique et va investir à Ambarès

Aujourd'hui directeur général France de Sanofi, Guillaume Leroy prendra la présidence ce dimanche. Cet ancien pharmacien de Rouen a longtemps travaillé à l'international pour le compte du groupe pharmaceutique français : de 1993 à 1995 au Brésil pour y lancer une filiale locale, en Colombie, au Venezuela, au Mexique pendant 9 ans... Le retour en France se fait en 2011 pour travailler sur le vaccin contre la dengue, fruit de 20 ans de R&D et qui a obtenu son autorisation de mise sur le marché dans une quinzaine de pays l'an passé. Guillaume Leroy devient le président d'un groupe qui pèse le quart des 98.000 personnes travaillant dans l'industrie du médicament en France. Sur les 24.000 employés français de Sanofi, un millier évoluent dans un des quatre sites localisés en Nouvelle-Aquitaine à Ambarès, Saint-Loubès, Floirac et Mourenx.

Guillaume Leroy souligne qu'avec 2,4 milliards d'euros investis en ...

 

Lire la suite


Yomi, le robot dentiste

Yomi est un nouveau robot capable de poser des implants dentaires, selon les résultats d'une étude publiée par la revue South China Morning Post. En Chine, deux nouvelles dents, créées par l'impression 3D, ont été implantées avec succès dans la bouche d'une femme grâce à Yomi, le robot dentiste, et cela sans l'aide d'humains.

Le robot a été développé par l'Université Beihang à Pékin et l'hôpital stomatologique de la quatrième université médicale militaire. Cette technologie a été conçue pour surmonter la pénurie de dentistes qualifiés en Chine continentale et éviter les erreurs chirurgicales fréquentes.

UN ROBOT TOUT À FAIT AUTONOME POUR LA POSE D'IMPLANTS DENTAIRES

En effet, une enquête épidémiologique a révélé qu'il y avait environ 400 millions de patients nécessitant de nouvelles dents en Chine, ...

 

 

Lire la suite


Sanofi développe un nouveau traitement prometteur contre le sida

Et si c'était un tournant ? Dans une étude publiée par la prestigieuse revue « Science » , des chercheurs du groupe pharmaceutique français Sanofi et des Instituts nationaux américains pour la santé (NIH)ont présenté les premiers résultats prometteurs d'un antiviral d'un nouveau genre contre le virus du sida. Sa particularité : il est doté de « trois têtes » lui procurant une plus grande efficacité que tous les anticorps testés jusqu'alors. « A la différence des anticorps naturels, ce triple antiviral frappe des cibles multiples dans une seule molécule », a expliqué le Dr Gary Nabel, responsable scientifique de Sanofi et principal auteur de ces travaux. La prudence s'impose encore, le nouveau traitement n'ayant pour l'instant été testé que sur des singes. Plus précisément, trois groupes de huit singes, les deux premiers traités avec des anticorps simples, le troisième avec le triple antiviral. Alors que la majorité des animaux dans les deux premiers ...

 

Lire la suite


Télémédecine : 50 % des Français prêts à consulter leur généraliste à distance

Un Français sur deux (et même 63 % des cadres et professions libérales) se déclare favorable à ce que leur médecin traitant exerce « à distance » en télémédecine, selon une enquête* de l'Observatoire Cetelem réalisée par Harris Interactive. Plus précisément, les sondés se montrent ouverts au recours aux consultations de télémédecine dans le cadre du renouvellement d'une ordonnance (62 %), d'une demande de certificat médical (57 %) ou pour soigner des maux « peu graves » (42 %). En revanche, ils jugent la présence du praticien nécessaire pour soigner des pathologies lourdes ou pour aborder un sujet de santé intime ou sensible.

Le médecin, personne de confiance pour les données 

Sur la question des données personnelles de santé, les Français sont très partagés. Si 88 % des sondés s'accordent à dire que la collecte des données va s'intensifier dans les prochaines années et qu'elle ...

 

Lire la suite


Médicaments : bientôt imprimés en 3 D ?

Des chercheurs de l’Université du Michigan, aux Etats-Unis, viennent de mettre au point une technique qui, grâce à l’impression 3 D, permet de personnaliser les médicaments en fonction des besoins de chaque patient.

Un médicament imprimé sur place

Peut-être que, dans un avenir proche, quand on arrivera à la pharmacie, le pharmacien imprimera, pour chaque patient, le médicament spécifique dont il a besoin. Cette impression 3 D permet non seulement d’imprimer le dosage exact nécessaire, mais également d’associer en un seul comprimé plusieurs médicaments. Ce qui peut être intéressant pour les malades qui prennent de nombreuses pilules quotidiennes. Cette impression 3D permet aussi d’adapter la forme du médicament à la possibilité qu’a le malade d’absorber, ou non, un gros comprimé, ainsi qu’à une meilleure diffusion dans l’organisme.

 

Lire la suite


Scoliose : au CHU d'Amiens, un robot aide les chirurgiens

Après un an de simulations sur un mannequin, les équipes des médecins François Derrousen, Richard Gouron et Michel Lefranc, ainsi que le robot ROSA, ont finalement pu passer à l’action. C’est le petit Louis, âgé de 6 ans et souffrant d’une maladie génétique provoquant une scoliose grave évolutive, qui en a bénéficié. Il s’agit de la première opération chirurgicale robotisée sur la colonne vertébrale d’un enfant à partir d’exercices de simulation intégrale sur impression 3D.

Le CHU d’Amiens est le seul centre européen médical de simulation, c’est donc dans ce service que les équipes se sont entrainées sur un modèle du dos de l’enfant reproduit à l’identique grâce à l’impression 3D. "Il s'agissait de poser des vis illio-sacrées et des crochets en haut du dos, reliés par des tiges cintrées pour redresser le dos. La pose des vis de sept millimètres de diamètre dans un couloir osseux de huit ...

 

Lire la suite


Mutuelle Bleue enrichit son service de téléconsultation médicale

 Un nombre croissant d’acteurs de la complémentaire santé a fait le choix d’intégrer dans leurs offres un dispositif de téléconsultation médicale, qu’ils soient assureurs (Eovi MCD avec MédecinDirect) ou à même de lancer leur propre service (Mondial Assistance, Santéclair…).

Mutuelle Bleue (NDLR : 20e au Top Argus de la Mutualité 2016) a de son côté, dès le 1er janvier 2017, intégré un service de téléconsultation médicale réalisé par Axa Assistance et proposé en marque blanche au sein de l’ensemble de ses contrats santé.

VISIO MULTI-SUPPORTS

La mutuelle annonce désormais avoir complété ce dispositif en intégrant un service de visioconférence multi-device (ordinateur, smartphone, tablette). Le patient doit télécharger une application dédiée « Visual Support » pour accéder à ce nouveau service, ...

 

 

 

Lire la suite


Appli CitizenDoc : un médecin dans votre téléphone

Comment fonctionne CitizenDoc ?

Cette application gratuite pour smartphone est téléchargeable sur l’App Store et Google Play. La première page, très ludique et simple d’utilisation, invite le patient à dire où il a mal : aux yeux, au ventre, à la sphère intime, aux membres, sur la peau, au dos, au nez ou à la gorge, à la tête.

Cette appli répond, également, aux questions sur la ménopause, ainsi qu’aux soucis de pilule, en donnant pas mal de conseils. CitizenDoc met aussi à disposition une sélection « adaptée »de médicaments de confort disponibles sans ordonnance.

Si je souffre du ventre, que se passe-t-il ?

Plusieurs questions me sont posées : avez-vous des vomissements ou des nausées ? Comment est votre transit ? Avez-vous des brûlures d’estomac ? Êtes-vous ballonné ?… En fonction des différentes

 

Lire la suite


Nokia mise sur la santé numérique

Des amphés pour la santé connectée 

La firme ne mise pas sur ses seuls produits grand public. Pour se développer sur ce marché, qu'elle juge prometteur, elle ambitionne de faire de ses terminaux un objet incontournable de la relation entre le patient et le médecin.

Et cette ambition passera par la création "des outils qui permettent à la communauté médicale de suivre à distance les données issues de ces objets." Sont en particulier ciblées la prévention et la gestion des maladies chroniques.

En France, Nokia Health revendiquait quelques mois plus tôt "de nombreux partenariats", notamment "avec des médecins de l’Hôpital Européen Georges Pompidou et de l’Hôpital Universitaire de la Pitié-Salpêtrière."

A noter qu'en France toujours, Nokia a confirmé la semaine dernière...

 

Lire la suite


Levothyrox: perquisition au siège du laboratoire Merck à Lyon

 

Une perquisition était menée mardi 03 octobre 2017 au siège français à Lyon du laboratoire allemand Merck, qui fabrique le médicament Levothyrox, dont la nouvelle formule fait l'objet de plaintes concernant de lourds effets secondaires, a-t-on appris de source proche de l'enquête, confirmant une information du Progrès.

 

Cette perquisition est menée par les gendarmes de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte pour "tromperie aggravée, atteintes involontaires à l'intégrité physique et mise en danger de la vie d'autrui". Fin septembre, 62 plaintes ont été déposées et confiées au pôle de santé publique du tribunal de grande instance de Marseille.

Lire la suite


Plaçons le soutien à l’innovation au cœur de nos politiques de santé !

Comme chaque année, les débats qui s’ouvrent sur le projet de loi de financement de la Sécurité sociale seront l’occasion d’aborder les grands sujets de notre politique de santé. Niveaux de prise en charge des soins par l’Assurance maladie, financement de la dépendance, solutions pour lutter contre les déserts médicaux, autant de thématiques auxquelles seront consacrés des débats approfondis. En revanche, rien – ou presque – ne sera dit au cours des prochaines semaines pour favoriser et renforcer l’innovation en matière de santé. Il est pourtant grand temps de repositionner certains enjeux de santé publique au cœur du débat.

Parmi ces enjeux, la lutte contre les résistances aux antibiotiques, trop souvent ignorée des décideurs publics, apparaît pourtant comme une priorité absolue, comme l’a encore rappelé l’OMS hier dans un rapport public. Inscrit à l’ordre ...

 

Lire la suite


Il crée une appli pour décrypter la composition des cosmétiques

Butylene Glycol, Disodium edta, Cyclométhicone, ou encore du Polymethyl Methacrylate… Ces mots barbares font partis de la vingtaine d’ingrédients présents dans la composition d’une crème hydratante de pharmacie. Pas simple pour le consommateur de démêler le bon du mauvais.

Une pharmacie de poche

Une application gratuite nommée Pharmapocket, lancée le 7 septembre, vient justement à l’aide du client. Son fonctionnement est simple : une fois l’application téléchargée, il suffit de scanner le code-barres du produit, à l’aide de l’appareil photo de son téléphone, pour connaître et comprendre sa composition.

Si le produit est reconnu, l’application affiche la photo du cosmétique, une note globale, son prix et sa composition détaillée. Cette dernière est représentée à l’aide de smileys : vert pour les bons ingrédients, jaune pour ceux critiqués par ...

 

 

Lire la suite