70% des français considèrent la santé comme la première de leurs préoccupations !

Medtech : Bliss étend la réalité virtuelle aux hôpitaux

Après huit années de recherche et développement, l'application de  réalité virtuelle Bliss arrive dans les hôpitaux. L'ambition de ce « médicament numérique » est d'améliorer la qualité de vie des patients. Grâce à un smartphone et un casque VR, l'utilisateur est plongé dans un monde imaginaire et apaisant. Durant 15 à 30 minutes, il plane au-dessus d'une prairie ou navigue dans l'espace. C'est un outil de relaxation pour détourner l'attention lors de moments anxiogènes et réduire les sensations de douleurs, avant ou pendant un soin médical, par exemple. Soumis à une forte pression, les soignants peuvent aussi l'utiliser pour s'accorder un moment de détente.

Tout en faisant l'objet d'études cliniques pour en évaluer les bénéfices sur les patients, l'application, conçue avec l'aide d'une équipe médicale, a séduit une dizaine d'établissements hospitaliers, publics ou privés. L'Institut Gustave-Roussy...

Lire la suite

Source : Les Echos


La malbouffe, entre plaisir et honte

La quasi-totalité des Français admettent se laisser aller régulièrement ou occasionnellement à manger des produits pourtant jugés néfastes sur le plan diététique comme les chocolats (99%), les glaces (98%), les frites (97%) ou les pizzas (96%).

Symbole par excellence de la malbouffe importée des Etats-Unis, le hamburger reste quant à lui un produit de consommation courante pour 85% des Français, sachant que s’il a su se renouveler et quitter l’univers déclassé et populaire des fastfoods, il n’en reste pas moins un produit tiré par les jeunes.

Malgré le feu de critiques essuyé depuis des années en raison de leur impact sur la santé et l’environnement, les pâtes à tartiner comme le Nutella ne sont pas pour autant boudées par les Français : plus des trois quarts d’entre eux (78%) en mangent régulièrement ou occasionnellement.

Lire la suite

Source : Ifop


Le groupe Ramsay-Générale de Santé a annoncé une OPA sur le suédois Capio

Leader du marché français de l'hospitalisation privée, avec 120 hôpitaux et cliniques et 23.000 salariés, Ramsay Générale de santé (RGDS) a des envies d'international. Le groupe a annoncé vendredi le lancement d'une OPA sur la société suédoise Capio, avec l'ambition de bâtir « le deuxième acteur hospitalier en Europe ».

 

Leader sur son marché national, mais également numéro deux en Norvège et au Danemark, Capio compte 180 établissements au total, dont neuf en Allemagne, ce qui constituerait une intéressante rampe de lancement dans ce pays pour RGDS.  Les positions du groupe en France seraient également consolidées, grâce aux 22 établissements qu'y possède actuellement Capio. Le nouvel ensemble pèserait au total près de 3,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

Lire la suite

Source : Les Echos


Le rapport Vigier pour l'accès aux soins des Français

Après plus de 30 auditions et pas moins de 121 personnes interrogées, la commission d'enquête sur l'égal accès aux soins des Français a achevé ses travaux. Son rapporteur, l'infatigable député centriste Philippe Vigier (UDI) et son président, le député (LREM) Alexandre Freschi, ont remis ce jeudi au président de l'Assemblée Nationale François de Rugy un document de 180 pages qui n'hésite pas à secouer la profession.

 

Au menu, 25 propositions pour lutter contre la désertification médicale dont certaines convenues, d'autres beaucoup plus orginales ou musclées. Réforme des études médicales, nouveau maillage territorial, simplification administrative : le « rapport Vigier » brasse large car, comme le député l'a souligné devant la presse, « il y a urgence à agir et c'est l'intégralité du système de santé qui est à revoir ».

Lire la suite

Source : Le Quotidien du Médecin


La formation des professionnels de santé à l'usage des outils numériques

Aujourd’hui, nombre de professionnels de santé sont en attente quant au développement de la santé connectée, laquelle n’est d’ailleurs pas encore ou presque enseignée en formation initiale. Pour autant, les futurs professionnels de santé – notamment les étudiants en soins infirmiers – se forment déjà via des outils numériques à leur futur exercice professionnel. Le point à l’occasion de la 12e édition de l’université d’été de la e-santé qui s’est déroulée début juillet à Castres (81) sur le thème de l'intelligence appliquée en e-santé et qui a rassemblé près de 800 participants, dont près de 20 % issus de l’étranger.

Si de nombreux pays – développés mais aussi en voie de développement – ont déjà fait le grand saut de la santé mobile (télémédecine, objets connectés, applications de télésuivi et d'e-coaching…), d'autres peinent encore aujourd'hui à l'inclure pleinement dans leurs systèmes de santé et… de formation.

Lire la suite

Source : Infirmiers.com


Seniors et dépression : une maladie banalisée

«Non, être déprimé, quand on est âgé, ce n’est pas normal», martèle Véronique Lefebvre des Noettes, psychiatre au centre hospitalier Émile-Roux (Val-de-Marne). Il s’agit d’une maladie que l’on peut soigner.» Encore faut-il pouvoir la repérer… Or la dépression ne se manifeste pas de la même manière chez une personne âgée que chez les plus jeunes. Et si les gérontologues commencent à la reconnaître, elle est largement méconnue du grand public, peu diagnostiquée par les médecins généralistes et souvent mal soignée. Il a fallu que paraissent, il y a quelques années à peine, les premières évaluations de l’ampleur du suicide chez les personnes âgées pour commencer à lever le voile sur ce phénomène. Une des plus récentes, publiée par l’Inserm en 2011, révèle que les personnes âgées en France se suicident beaucoup plus fréquemment que les 15-24 ans: trois fois plus souvent entre 65 et 74 ans, six fois plus entre 85 et 94 ans... Cela touche alors 40 personnes pour 100.000...

Lire la suite

Source : Le Figaro


Cancer de la peau : un test prometteur pour le dépistage du mélanome

Le constat de l'Organisation mondiale de la santé est sans appel : un cancer détecté sur trois est un cancer de la peau. Dans ce contexte, toute avancée est une bonne nouvelle. Ainsi, même s'il est très prématuré de crier victoire, des chercheurs australiens viennent de mettre au point un test sanguin pour dépister le mélanome à un stade précoce. Une « première mondiale », selon eux.

Les scientifiques de l'Université Edith Cowan, dont  les travaux sont publiés dans le journal « Oncotarget » , expliquent que ce test pourrait aider les médecins à déceler le mélanome, un cancer de la peau agressif ( 8.250 nouveaux détectés chaque année en France ), avant qu'il ne se propage dans le corps. « Les patients dont le mélanome est détecté à un stade précoce ont un taux de survie à cinq ans entre 90 et 99 % », a indiqué dans un communiqué la première auteure de l'étude, Pauline Zaenker. Dans le cas contraire, ce taux descend à moins de 50 %. Insistant : « C'est...

Lire la suite

Source : Les Echos


Alcool et cancers : les Français sous-estiment encore trop ce risque

Après le chapitre "Exposition aux ultraviolets naturels et artificiels", Santé Publique France dévoile les résultats d'un autre volet de son "baromètre cancer 2015" portant sur la consommation d'alcool et la perception des risques de cancers qui y sont dus. En France, environ 15 000 personnes décèdent chaque année des suites d’un cancer attribuable à la consommation de boissons alcoolisées, il s'agit en effet du second facteur de risque évitable de cancers après le tabac. Parmi eux, le cancer du sein est le plus fréquent (8 081 nouveaux cas), suivi du cancer colorectal (6 654 cas), du cancer de la cavité buccale et du pharynx (5 675 cas), du cancer du foie (4 355 cas), du cancer de l’œsophage (1 807 cas) et du larynx (1 284 cas).

Le chapitre "Alcool et cancer" explore ainsi cette consommation par les Français de même que leur sentiment d’information dans ce domaine. Les résultats indiquent qu'en termes de consommation déclarée en 2015 en France métropolitaine...

Lire la suite

Source : Santé Magazine


Un possible démantèlement pour GSK

Selon le Financial Times, le géant pharmaceutique GSK envisagerait un démantèlement de son activité suite à la pression de plusieurs de ses dix premiers investisseurs réclamant une scission de sa division grand public.

Ceux-ci, estimant en effet que les synergies entre la pharmacie et les produits grand public sont limitées, réclameraient depuis des mois une scission de la division afin d’en optimiser sa rentabilité.

En réaction, la direction du groupe songerait à la création à moyen terme (soit d’ici deux à trois ans) d’une entité autonome, spécialisée dans la pharmacie et les vaccins.

Un porte-parole de GSK a par ailleurs indiqué que la priorité du laboratoire était d’améliorer la performance du pôle pharmaceutique, en particulier la recherche et développement, et que sa structure actuelle offrait une certaine stabilité des ...

Lire la suite

Source : Oblis


Comment la consultation médicale à distance va changer notre quotidien

Bénéficier d’une vraie consultation médicale sans passer par la case "salle d’attente" est une petite révolution qui arrive à point nommé. Comme le constate le Dr Pierre Simon, ancien président de la Société française de télémédecine (SFT), "notre système de santé à bout de souffle ne peut plus faire face à l’exposition de la demande."

L’échange d’informations et la demande d’avis entre spécialistes (télé-expertise) se pratiquent déjà de longue date. Mais contrairement à la Suisse, aux pays scandinaves, au Canada ou aux États-Unis, la France n’avait pas encore instauré officiellement de consultations à distance, hormis pour les séniors résidant en maison de retraite. C’est désormais chose faite. Tout le monde pourra en bénéficier, selon la Haute autorité de santé (HAS), "sauf lorsqu’un examen physique direct est nécessaire", comme en cas de plaie ouverte ou de fortes douleurs thoraciques.

Lire la suite

Source :  Marie-Claire


Complémentaires santé : 96 % des salariés sont désormais couverts

Votée en 2013, la généralisation de la complémentaire santé d'entreprise à l'ensemble des salariés a bien eu lieu. Une étude de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES) du ministère des Solidarités et de la Santé, publiée ce jeudi, le montre. En 2017, 96 % des salariés disposaient d'une complémentaire santé. Le chiffre ne s'élevait qu'à 75 % en 2013 avant la transcription de  l'accord national interprofessionnel (ANI) dans la loi de sécurisation de l'emploi adoptée en juin cette année-là. Dans le même temps, la part des établissements proposant une complémentaire santé est passée de 51 % à 84 %.

La loi instaurait qu'à partir du 1er janvier 2016, chaque employeur devait proposer une complémentaire santé à ses salariés, garantissant un panier de soins minimal, avec la possibilité de les couvrir au-delà de ce seuil. Elle a aussi conduit des ...

Lire la suite

Source :  Les Echos


La France fait face à une pénurie de vaccins contre la rage

La rage est une maladie mortelle, responsable de 59.000 décès par an dans le monde. Elle est transmise à l’homme par des mammifères infectés, le plus souvent des morsures de chiens enragés. Si elle n’est plus présente en France, la vaccination est fortement recommandée par le Haut Conseil de la santé publique, en particulier lors de voyages en Afrique ou en Asie. En novembre dernier, un enfant de 10 ans est mort après avoir attrapé la rage au Sri Lanka, mordu par un chien.

Mais la France fait actuellement face à une pénurie de vaccins, rapporte Le Parisien. Impossible de trouver le traitement en pharmacie. En France, seuls GlaxoSmithKline (GSK) et Sanofi produisent ce vaccin. "Cette rupture est inhérente à la production très longue et complexe des vaccins. Des investigations qualité nous ont ralentis. Sur la rage, notre concurrent connaît aussi un problème de pénurie", explique Christèle Chave, porte-parole de Sanofi, interrogée par Le Parisien.

Lire la suite

Source :  RTL


Médicaments innovants : l’urgence

Ce n’est sans doute pas demain la veille que l’immunothérapie remplacera la chimiothérapie dans le traitement des cancers, nombre de spécialistes continuant à défendre la complémentarité des deux approches. Mais « on vit actuellement un vrai big bang en oncologie, l’idée étant que chaque patient puisse bénéficier d’un médicament permettant de stimuler les défenses immunitaires, or les freins à l’accès aux médicaments innovants restent nombreux, il est urgent de les lever, tout en prenant les précautions nécessaires et en garantissant l’équité d’accès des patients aux innovations », résume Véronique Guillotin, sénatrice radicale de Meurthe-et-Moselle. Coauteure d’un rapport avec Yves Daudigny (PS) et Catherine Deroche (LR) , elle s’interroge sur les délais à l’innovation médicamenteuse qui seraient devenus plus longs en France qu’ailleurs dans un contexte marqué par « un mouvement de forte accélération des innovations » et de l’arrivée dans notre pays...

Lire la suite

Source :  Républicain Lorrain


Le Festival de la Communication en Santé lance sa 29 ème édition

Le Festival de la Communication en Santé lance sa 29 ème édition le vendredi 23 novembre à Deauville.

Les grands enjeux de communication dans l’univers de la santé y sont développés au fil d’interventions et de tables rondes réunissant les plus grands acteurs en santé : entreprises, associations, institutions, patients, témoins... 

Si vous avez réalisé un programme de communication ou d'information concernant un produit de santé, votre entreprise, une campagne de santé publique, un outil de formation, un dispositif, un service pour les professionnels de santé, les patients ou les aidants, présentez-le au Festival de Communication Santé. Vous pouvez également devenir partenaire de l’événement.

En savoir plus

 


Axyn Robotique ou la robotique pragmatique

Avec Axyn, la robotique se veut pragmatique. Surtout lorsqu'elle adresse le domaine des services à la personne, créneau sur lequel s'est positionnée la start-up provençale fondée en 2014 par Frank Anjeaux, passionné du sujet, pour qui "la robotique se doit avant tout de répondre à des besoins précis". C'est donc en partant des attentes et des usages, identifiés notamment grâce à sa collaboration avec le Centre d'Innovation et d'Usages en Santé (CIUS), basé à Nice, qu'elle a développé une gamme de robots de téléprésence made in France, baptisée Ubbo (pour Ubiquité et Robotique), qui "s'adaptent au public visé et non l'inverse". En l'occurrence, les personnes isolées.

Ainsi est né Expert, deuxième génération du robot Ubbo lancé en début d'année. Mobile, filiforme, évolutif, équipé d'une tête rotative (sous la forme d'une tablette) et contrôlable à distance depuis un ordinateur, le robot vise à créer du lien en ...

Lire la suite

Source : La Tribune


La start-up Dooloo collabore avec le CIUS de Nice

Dooloo est un nom qui dit bien ce qu'il adresse : la douleur. Mais plus précisément c'est la douleur chronique qui fonde l'intérêt de la startup créée en 2015 par Laurence Sergheraert, diplômée en pharmacie et d'une école de commerce, une double formation "qui me permet d'avoir une bonne appréhension de mon secteur", affirme celle qui créait déjà sa première entreprise en 2003. Après un premier parcours dans l'industrie pharmaceutique, Laurence Sergheraert bifurque donc vers l'activité de conseil. C'est parce qu'elle s'interroge sur le système de santé et l'avènement en parallèle de la maladie chronique qu'elle s'engage dans une formation de coach, "pour comprendre comment fonctionne le patient".

Coordination intelligente

Aujourd'hui, c'est vers la douleur chronique que se centralise son intérêt, une maladie mal connue, dont souffrent 9 millions de patients, à replacer dans le ...

Lire la suite

Source : La Tribune


Fintech : Aviva et la Macif investissent 1,8 M€ dans un robo-advisor

Aviva France et la Macif investissent pour accélérer le développement de l’épargne digitale. La filiale de la compagnie britannique et la mutuelle d’assurance, déjà clientes de Fundvisory, ont investi 1,8 M€ dans cette plateforme BtoBtoC de conseil financier automatisé. Une première en Europe.

 

Outils modulaires pour les acteurs de l'épargne

Créée en 2015, Fundvisory « propose aux acteurs de l’épargne individuelle et collective un ensemble d’outils modulaires, innovants et paramétrables, allant de la connaissance client jusqu'au suivi de portefeuille personnalisé en passant par le profilage de risque ». Lauréate du concours de l’innovation numérique de la Banque Publique d’Investissement (BPI) en 2017, elle réalise ici son deuxième tour de table, porté à 60% par Aviva France et à 40% par le groupe Macif.

Lire la suite

Source : L'Argus de l'assurance


Merck : les Gafa sont complémentaires des industries de santé

Les géants du numérique tels que Google, Amazon, Facebook ou Apple ("Gafa") ne se substitueront pas aux entreprises biopharmaceutiques, même si leurs activités respectives vont de plus en plus "converger", a estimé mercredi le PDG de Merck & Co. "Dans les dix prochaines années, le modèle d'activité du secteur pharmaceutique va profondément changer" grâce à l'analyse de données massives (big data) en santé, qui permettra de réduire les coûts de recherche-développement de nouvelles molécules et d'améliorer le suivi des patients, a déclaré Kenneth Frazier lors d'une rencontre organisée à Paris par la French-American Foundation.

"Mais il faut faire attention à ne pas surestimer la valeur" des acteurs du numérique quant à leur potentiel dans le domaine de la santé, a-t-il prévenu.

M. Frazier a notamment évoqué le cas de la start-up Theranos, ancienne valeur ...

Lire la suite

Source : Le Figaro


Doctolib s'impose comme le champion du rendez-vous médical en ligne

La plateforme de rendez-vous médicaux en ligne Doctolib a annoncé jeudi avoir racheté son principal concurrent MonDocteur, s'imposant comme un champion dans un créneau en pleine croissance.

Le nouvel ensemble sera présent chez 55.000 praticiens, soit environ 10% des 550.000 professionnels français du secteur médical que Doctolib considère comme son marché potentiel.

Doctolib (450 salariés) et MonDocteur (150 salariés) étaient nés tous les deux en 2013, mais le premier avait pris l'ascendant, avec 45.000 praticiens aujourd'hui dans sa liste, contre 10.000 à MonDocteur.

Avec 20 millions de visites de patients par mois, le nouvel ensemble revendique désormais d'être la première plateforme de rendez-vous en ligne au monde en nombre, devant le groupe américain ZocDoc ou le groupe indien Practo, et très ...

Lire la suite

Source : Medisite


Novartis stoppe ses recherches sur les antibiotiques

Novartis tire un trait sur les antibiotiques. Le groupe suisse va fermer ses activités de recherche antibactérienne et antivirale en Californie et supprimer environ 140 emplois, rejoignant d'autres géants pharmaceutiques qui se sont retirés du marché ces dernières années.

Son directeur général, Vas Narasimhan , à la tête du groupe pharmaceutique depuis février, avait déclaré fin juin que  ses priorités étaient axées sur des programmes de thérapie génique pour le traitement du cancer, les neurosciences et l'ophtalmologie.

Cette sortie confirme la volonté de Novartis de réduire ses activités de recherches et développement. L'abandon de ses recherches antibactériennes et antivirales dans la baie de San Francisco intervient dans le but de « donner la priorité à d'autres domaines, où nous croyons être mieux positionnés pour développer ...

Lire la suite

Source : Les Echos


"60 millions de consommateurs" met en garde contre les aliments sans gluten

Plus qu'une véritable mode, les aliments sans gluten se sont imposés dans les rayons de nos supermarchés. Élaborés pour les malades chez qui le gluten provoque, entre autres, des vomissements et des diarrhées chroniques, ces produits se retrouvent aujourd'hui dans les paniers de nombreux autres Français. La raison? On en vante les propriétés apaisantes pour la digestion. Ce que relativise 60 millions de consommateurs dans son nouveau numéro, ce jeudi 12 juillet en kiosques.

Dans ce hors-série dédié à l'envers du décors du "business" des produits naturels, le mensuel s'est intéressé au marketing des pains, pâtisseries et autres denrées alimentaires préparées sans les fameuses protéines qui assurent habituellement leur moelleux. D'après les auteurs de l'enquête, le marché du sans gluten, qui touche même la nourriture pour animaux et les cosmétiques, jouit du contexte...

Lire la suite

Source : Huffington Post


Une prise de sang pour évaluer votre âge biologique réel

Faire plus jeune que son âge. Se sentir vieux avant l'heure. La langue française regorge d'expressions illustrant le fait que nous ne vieillissons pas tous au même rythme. Mais qu'en est-il en réalité ? C'est la question soulevée par l'université de Yale (Etats-Unis).

Pour y répondre, une équipe a mis au point un test sanguin visant à évaluer l'âge biologique réel de chaque individu. L'objectif final : exploiter ces résultats pour estimer le risque de décès prochain d'une personne. Cela ne semble pas improbable, au vu des données publiées dans la revue BioRxiv, bien que celles-ci restent à confirmer.

Ce test sanguin s'appuie sur l'analyse de neuf marqueurs (1) mesurables par une simple prise de sang. Grâce à un algorithme, les scientifiques peuvent calculer l'âge "phénotypique" de chaque patient.e, c'est-à-dire l'âge réel du corps, et non...

Lire la suite

Source : e-santé


Dans les hôpitaux, 19 000 postes de médecin sont non pourvus

L’hôpital souffre d’un manque chronique de titulaires : plus de 19 000 postes de médecin y étaient « statutairement vacants » en début d’année, selon le rapport annuel du Centre national de gestion des praticiens hospitaliers (CNG), dévoilé jeudi 12 juillet. Les contractuels compensent en grande partie ce déficit.

Le taux de « vacance statutaire » pour les postes à temps plein « a progressé de 0,9 point entre 2017 et 2018 » et s’établissait au 1er janvier à 27,4 %, indique le rapport. Cela correspond à 15 052 postes « budgétés » mais pas « occupés statutairement » par des praticiens hospitaliers (PH).

Un taux variable selon les régions 

Une grande partie de ces postes à temps plein sont toutefois « provisoirement occupés » par des praticiens contractuels : une étude du CNG réalisée en janvier 2017 estimait leur nombre à plus de 12 000. Pour les postes de PH à temps...

Lire la suite

Source : Le Monde


Santé : les Français se sentent vulnérables selon le baromètre Eovi MCD

Les résultats de l’étude 2018 réalisée par l’ObSoCo (Observatoire Société et Consommation) pour la mutuelle Eovi MCD montrent de la part des Français un sentiment global de vulnérabilité dans leur rapport à la santé.

Si 87 % d’entre eux estiment être en bonne santé, près de 60 % se disent préoccupés à ce sujet, sans distinction d’âge, de revenus ou de localisation géographique. Mais ce sentiment de vulnérabilité s’aggrave en fonction de nombreux facteurs qui rendent l’accès à la santé inégal pour les Français.

Ainsi, 25 % des personnes interrogées rencontrent des difficultés d’accès aux professionnels de santé liées à leur position sur le territoire (44 % dans les communes rurales et 36 % dans les villes de 2 000 à 10 000 habitants). Une personne sur trois considère que le manque de services de santé à proximité l’expose à un risque sérieux en cas d’urgence.

Lire la suite

Source : Previssima


Biotech : Antabio lève 5,2 millions d'euros et veut ouvrir une filiale aux États-Unis

En l'espace d'une année, la biotech Antabio a récolté plus de 20 millions d'euros ! Basée à Labège, près de Toulouse, elle vient d'annoncer jeudi 12 juillet avoir réuni 5,2 millions auprès d'investisseurs parisiens : le fonds d'investissement Omnes, BNP Paribas Développement, et Sham Innovation Santé. Cette levée de fonds vient compléter un tour de table de 7,3 millions d'euros réalisé en octobre dernier auprès des fonds d'investissements iXO Private Equity, Irdi Soridec Gestion et Galia Gestion.

"Ces fonds vont nous permettre de financer la phase 1 des essais cliniques sur notre projet le plus avancé qui est un traitement des infections nosocomiales (contractées à l'hôpital, ndlr). Ces essais sont prévus courant 2019", avance Marc Lemonnier, fondateur d'Antabio.

La molécule mise au point par Antabio a pour but d'inhiber la bactérie qui rend ...

Lire la suite

Source : La Tribune


Plan AVC 2010-2014 : premier bilan positif malgré des disparités territoriales

Mission accomplie. Le plan AVC 2010-2014 s'est traduit par la montée en puissance des unités neurovasculaires (UNV), conformément à l'un de ses objectifs, relève une étude de l'institut de recherche et de documentation en économie de la santé (IRDES) dédiée aux premiers résultats obtenus.

« Entre 2009 et 2014, le nombre d'UNV est passé de 80 à 135, soit une augmentation de 60 % et un déploiement sur l'ensemble du territoire », est-il écrit. Ce phénomène s'est traduit par une part de patients pris en charge dans une UNV passant de 29 % en 2010 à 43 % en 2014.

Grâce à l'appariement des données du PMSI et de l'Assurance maladie, les chercheurs de l'IRDES apportent des précisions fines sur le parcours de soins des personnes hospitalisées pour AVC et éclairent ainsi sur les retombées immédiates du plan à son lancement (période 2010-2014). 

Lire la suite

Source : Le Quotidien du médecin


L’Italie devenue premier pays producteur de médicaments de l’UE

L'industrie pharmaceutique se porte très bien en Italie. Malgré la forte concurrence du secteur, la production italienne de médicaments a atteint 31,2 milliards d'euros l'an dernier, contre 30 milliards pour l'Allemagne, selon des estimations de la fédération italienne du secteur, Farmindustria.

La Suisse leader du secteur

La Suisse reste toutefois le leader du secteur en Europe, et de loin (46,3 milliards d'euros en 2016 selon la fédération européenne Efpia), grâce notamment à ses géants mondiaux Novartis et Roche. Il n'empêche qu'en cinq ans, la production italienne a bondi de 20%. "Cette forte augmentation est due à 100% à l'export, nos produits partent dans le monde entier", explique à l'AFP le président de Farmindustria, Massimo Scaccabarozzi. Les exportations ont été multipliées par cinq en 20 ans, passant de 4,5 milliards d'euros en 1997 à 24,8 milliards. Rien que l'an passé, elles ont bondi de 16%, représentant 80% des ventes.

Lire la suite

Source : Sciences et Avenir


L'innovation en santé : la France sur la bonne voie ?

Il y a près d'un an maintenant, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, et Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, présentaient les grandes lignes du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2018.

Dans la lignée des textes depuis une décennie, une chose est certaine : des efforts seront demandés au système de santé. La raison est simple : tirées par le progrès médical (nouveaux dispositifs, médicaments innovants...) et le vieillissement de la population, les dépenses de santé croissent structurellement de plus de 4 % chaque année. Aussi, en se fixant une progression de « seulement » 2,3 % (dans la moyenne de ces sept dernières années), le gouvernement doit trouver des économies supplémentaires.

Il y a près d'un an maintenant, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la ...

Lire la suite

Source : Les Echos


Hong Kong, place forte de l'innovation médicale et technologique

Cette nouvelle édition a battu tous les records : avec 6,7% d’acheteurs supplémentaires par rapport à l’année précédente, le Hong Kong International Medical Devices and Supply Fair, ou le Salon international de Hong Kong pour les produits et dispositifs médicaux, s’est affirmé comme le rendez-vous à ne pas manquer pour découvrir de nombreuses avancées technologiques et développer ses réseaux sur un secteur connaissant une croissance exponentielle.  

Et son attractivité ne connaît visiblement pas de frontières : « nous avons aussi bien accueilli des acheteurs en provenance de marchés matures, comme les États-Unis et l’Australie, que de marchés plus émergents à l’instar de la Russie, de la Thaïlande ou de Macao », s’est réjouit Benjamin Chau, directeur exécutif du Hong Kong Trade and Development Council (HKTDC), l’organisme de promotion économique de Hong Kong, co-organisateur de l’événement en partenariat avec ...

Lire la suite

Source : Hospitalia


Les professionnels de santé plébiscitent le recours aux cliniques privées pour soulager les urgences

Depuis le début de l’année, les alertes concernant le débordement des services d’urgences publics se multiplient. Avec l’été, les difficultés pourraient s’accroître encore davantage dans certaines structures : des fermetures ont déjà dû être décidées avant même le 14 juillet et les plus importants départs en vacances. D’abord annoncées pour le mois de juin, puis finalement repoussées jusqu’à l’automne, des mesures majeures doivent être annoncées par le gouvernement pour faire face à cette situation et plus globalement au malaise de l’hôpital public. Qui dit "public" doit-il cependant signifier l’exclusion des structures privées ? Si les responsables de ces dernières craignent que cette logique continue à être privilégiée, elles s’emploient à rappeler que leur potentiel peut représenter un atout décisif face à la crise actuelle.

Depuis toujours et plus encore depuis Marisol Touraine et les freins qu’elle a ...

Lire la suite

Source : JIM


L'Institut Pasteur mise sur un super microscope pour faire progresser la recherche

L'inauguration a eu lieu ce jeudi.  A l'institut Pasteur, tous les regards étaient braqués sur la nouvelle recrue du campus, baptisée « Titan Krios(TM) ». D'une hauteur de 4 mètres, ce microscope est une révolution technologique, dont le grossissement est dix mille fois plus élevé que celui d'un microscope classique.

« Il est d'une puissance inégalée », confirme avec enthousiasme Olivier Schwartz, directeur scientifique de l'Institut Pasteur. Grâce à ce nouvel outil, « les chercheurs vont gagner un temps de travail considérable, des mois voire des années », renchérit-il.

Car avant lui, pour étudier la structure d'une molécule, le processus était très long et périlleux. Désormais, « on va pouvoir examiner les cellules, les virus et les bactéries dans leur environnement natif, avec une précision extraordinaire - à l'échelle d'un atome - et dans des conditions optimales », se réjouit le directeur ...

Lire la suite

Source : Les Echos


Des pansements connectés pour soigner les plaies chroniques

Et si la technologie nous aidait à traiter certaines plaies chroniques ? C’est le pari ambitieux que ce sont donné des chercheurs de l’université Tuft, située dans le Massachusetts. Ces derniers ont en effet dévoilé un prototype de pansement intelligent, capable de couvrir une plaie tout en administrant un traitement à intervalle régulier.

Leur travail a été publié le 6 juillet dernier dans la revue Small. Le journal rappelle que ce « smart bandage » vise à traiter un problème loin d’être anodin. Les plaies chroniques restent la principale cause d’amputations non traumatiques de membres dans le monde et « constituent un problème de santé majeur et affectent la vie de plus de 25 millions de personnes aux États-Unis ».

Les chercheurs ont compris que les soins pouvaient être plus efficaces à condition qu’ils soient administrés au moment opportun. Ils ont donc créé un pansement ...

Lire la suite

Source : Journal du Geek


Boehringer Ingelheim investit 200 millions à Lyon

Boehringer Ingelheim  enchaîne les investissements dans la région lyonnaise. Après avoir investi 70 millions d'euros, dans un nouveau centre R&D, le groupe pharmaceutique allemand annonce, ce mardi, un nouvel investissement de 200 millions d'euros. Il servira à la construction d'une usine de vaccins vétérinaires.

Ce futur site, implanté à Jonage dans la banlieue de Lyon, s'étendra sur 15.000 mètres carrés,  précise Boehringer Ingelheim. Il sera dédié dans un premier temps à la production de vaccins pour le bétail contre la fièvre aphteuse, et contre la fièvre catarrhale ovine. A la clef, précise le groupe dont la division santé animale emploie 10.000 collaborateurs dans le monde, « la création d'une centaine d'emplois qualifiés ».

« Ce nouveau site industriel permettra également à Boehringer Ingelheim de constituer des banques d'antigènes, réserves stratégiques de vaccins activables...

Lire la suite

Source : Les Echos


Merck & Co va investir 80M€ en France

Le géant pharmaceutique américain Merck & Co, connu sous le nom de MSD hors des Etats-Unis, a annoncé mardi un plan d'investissements de 80 millions d'euros en France cette année, soit le double de ses investissements annuels dans le pays.

Cette annonce intervient en marge du Conseil stratégique des industries de santé (Csis) à Matignon, lors duquel le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé une série de mesures visant à améliorer l'attractivité de la France pour les fabricants de médicaments et de dispositifs médicaux.

Concrètement, MSD va allouer cette année 45 millions d'euros pour financer ses programmes de recherche en France, notamment dans 60 essais cliniques en oncologie, aire thérapeutique prioritaire du groupe, selon un communiqué. "Cet investissement fera de la France le premier pays contributeur aux essais cliniques du groupe en Europe cette année", a souligné MSD.

 

Lire la suite

Source : Le Figaro


La start-up Postelo lauréate des trophées de la e-santé

Ingénieur biomédical, Vivien Bedos a fait ses armes à Lausanne, assumant pendant huit ans une interface entre les soignants et les solutions techniques. En Suisse, dans un contexte différent, sinon précurseur par rapport au domaine français de la santé, ce jeune Aveyronnais a développé «une idée certaine de la télémédecine». De retour dans le département, il a alors imaginé Postelo, une plate-forme de télé-expertise des professionnels de santé, au bénéfice des patients. «Ce qui m'anime sur ce terrain-là», explique-t-il, «c'est le risque fort de déshumaniser le processus de soin. Postelo conjugue donc la technique et le contact humain».

Cette solution, développée avec son associé Jean-François Schaff, un docteur en physique quantique, est actuellement à l'essai en Aveyron. Le département rural, caractéristique des difficultés d'accès au soin, et des délais qui s'allongent....

Lire la suite

Source : La Dépêche


Alan piste sur Internet les médecins les moins chers

Ameli.fr en avait rêvé, Alan l’a fait. Depuis le 1er juillet, si vous allez sur le site Alan.eu/map, vous pourrez facilement trouver autour de vous, dans un rayon de 500 m, le professionnel de santé dont vous avez besoin et le prix de la consultation qui vous attend.

A vous de choisir dans la colonne, à côté de la carte de géolocalisation qui s’affiche une fois rentrée l’adresse, le type de médecin ou professionnel de santé recherché: généraliste, pédiatre, ophtalmo, gynéco, dermato, dentiste, kiné, orthophoniste… Une fiche s’ouvre alors qui vous indique les nom, adresse, numéro de téléphone et secteur tarifaire dont dépend le professionnel choisi.

Pour les médecins : Secteur 1 = sans dépassement d’honoraire, secteur 2 = dépassement libre, enfin secteur dit « Optam » = à honoraires libres modérés. La fiche indique aussi si la carte Vitale est acceptée et donc s’il pratique le tiers...

Lire la suite

Source : Le Pariien


Les thérapies géniques : un espoir pour les patients, un défi pour les payeurs

Des thérapies géniques commencent à accéder au marché pour soigner des maladies jusqu'alors incurables: un formidable espoir pour les patients, mais un immense défi pour les systèmes de santé en raison de leurs coûts, surtout si leur usage venait à se généraliser.

Des thérapies géniques commencent à accéder au marché pour soigner des maladies jusqu'alors incurables: un formidable espoir pour les patients, mais un immense défi pour les systèmes de santé en raison de leurs coûts, surtout si leur usage venait à se généraliser.

Ces thérapies consistent généralement à remplacer directement dans l'organisme (in vivo) un gène défectueux par un gène fonctionnel ou à prélever des cellules pour les modifier génétiquement en laboratoire avant de les réinjecter au malade (ex vivo).

 

Lire la suite

Source : Medisite


Intelligence Artificielle : plus fiable que les médecins ?

Mercredi 27 juin, les lumières étaient tamisées dans un auditorium plein à craquer de médecins au Collège royal de médecine à Londres. Ils s’étaient réunis pour savoir comment l’intelligence artificielle pourrait fondamentalement changer leur manière de travailler.

Sur scène, Dr Mobasher Butt, un directeur de la start-up de santé numérique Babylon Health, se tenait debout devant un pupitre pour lire les résultats d’un examen effectué par son intelligence artificielle médecin, entraînée par son entreprise.

La note moyenne obtenue au MRCGP, examen britannique d’entrée à  la formation des spécialistes qui teste la capacité des étudiants en médecine à diagnostiquer les patients, était de 72 % au cours des cinq dernières années.

« Mais quelle note a obtenu Babylon Health ? », a-t-il demandé, avant de marquer..

Lire la suite

Source : Forbes


Even : l’appli du CHU pour accompagner les patients

Les équipes du CHU de Montpellier développent actuellement une application pour smartphone, Even, pour « Entre Vous et Nous », destinée à ses patients pendant leur hospitalisation. Even permettra de garder un lien entre l’établissement et le patient.

« Cette appli sera destinée à offrir un suivi personnalisé aux patients et leur famille en parallèle de leur hospitalisation au sein de l’établissement », annonce le CHU de Montpellier. Cette solution numérique doit répondre à plusieurs besoins identifiés par les équipes médicales : faciliter la prise de contact du patient avec l’équipe médicale après le retour au domicile ; répondre à ses interrogations et celle de la famille après et entre les rendez-vous au CHU ; permettre au patient d’être pro-acteur de sa santé : « L’appli, dans ce domaine, enregistrera les données du patients liées à sa santé et lui permettra d’indiquer son ressenti dans le but ...

Lire la suite

Source : e-metropolitain


Sanofi : tout comprendre au nouveau scandale de la Dépakine

Le scandale de la Dépakine, cet anti-épileptique produit par Sanofi et accusé d’avoir entraîné de graves malformations et troubles mentaux chez des milliers d’enfants dont la mère prenait ce médicament enceinte, a pris une nouvelle dimension. Après une crise sanitaire majeure, le géant pharmaceutique français doit maintenant faire face à une véritable alerte rouge environnementale provoquée par les rejets toxiques provenant de la fabrication de cette même Dépakine dans son usine de Mourenx, en plein bassin pétrochimique du Lacq, dans les Pyrénées-Atlantiques.

Que s’est-il passé à l’usine Sanofi de Mourenx ?

C’est l’association France Nature Environnement (FNE), qui a tiré la sonnette d’alarme lundi en faisant état de rejet de «matières dangereuses à des taux astronomiques» sur le site Sanofi de Mourenx. Et ce dans le sillage d’un article de...

Lire la suite

Source : Libération


Le gouvernement dévoile des mesures pour doper l'attractivité de la France en santé

"Vous attendiez ce tournant depuis longtemps", a lancé M. Philippe devant un parterre de dirigeants de groupes pharmaceutiques internationaux conviés à Matignon à l'occasion du Conseil stratégique des industries de santé (Csis), en compagnie des ministres de la Santé et de la Recherche, Agnès Buzyn et Frédérique Vidal.

"Le constat est clair: nous devons faire beaucoup mieux. Et c'est notre objectif. Ce 8e Csis doit faire date et nous permettre d'inverser la vapeur", a insisté M. Philippe.

Une croissance de 0,5% par an minimum sur les trois prochaines années a ainsi été prévue pour le chiffre d'affaires des médicaments remboursables, correspondant à 1% minimum des dépenses remboursées de médicaments par l'assurance-maladie.

Une sous-enveloppe pour les médicaments innovants devrait, elle, croître de 3%...

Lire la suite

Source : Capital


83 % des Français favorables à la vaccination

Selon un sondage IPSOS réalisé pour le LEEM en juin 2018, 83 % de la population française est favorable à la vaccination. En 2016, le taux de confiance n'était que de 69 %.

« Cette embellie reflète une adhésion massive au principe de la vaccination », s'enthousiasme Philippe Lamoureux, directeur général du LEEM. « La prise de parole forte des pouvoirs publics contribue à réduire l'inquiétude vis-à-vis des vaccins », poursuit-il, ajoutant qu'« il faut continuer à transmettre une information claire, objective et validée scientifiquement ».

Malgré ces résultats, la couverture vaccinale demeure insuffisante en France, comme en témoigne le décès lié à la rougeole survenu récemment.

Les vaccinosceptiques restent minoritaires

Pour le Pr Odile Launay, professeur en maladies infectieuses à l’université...

Lire la suite

Source : Le Quotidien des Médecins


La santé digitale revitalise l’Afrique

L’Afrique Sub-Saharienne est devenue un pôle d’attraction pour les solutions digitales, en particulier dans le secteur de la santé. D’ici à 2020, on attend une couverture cellulaire de 50% de la population, soit un total de 535 millions d’abonnés… L’accès à la santé y voit une solution réelle au bénéfice des habitants de ce vaste continent privé bien souvent des infrastructures élémentaires et de personnel qualifié en nombre suffisant pour informer, prévenir, soigner les maladies. L’université d’été de la E-santé a consacré une conférence aux solutions économiques intelligentes destinées à déployer ce nouveau marché.

Une économie en pleine expansion

Depuis douze ans, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) développe une stratégie – par l’adoption d’une résolution- en e-santé. Elle implique les innovations numériques venues du monde entier dans la couverture sanitaire ...

Lire la suite

Source : e-sante.fr


Les professionnels de santé encore très partagés sur la légalisation de l’euthanasie

Le député et professeur de médecine Jean-Louis Touraine, très favorable à une évolution de la société française sur ce sujet, affirmait ainsi récemment à l’occasion d’une réunion publique à Lyon sur ce thème : « Sur le cancer, une grande majorité de patients reçoivent des chimios dans les quinze derniers jours de leur vie. Les médecins veulent repousser éternellement la fin de vie, mais il faut savoir se résigner lorsqu’il y a une impasse thérapeutique qui signifie qu’il n’y a plus d’espoir. La médecine ne doit pas prétendre atteindre à l’immortalité et la médicalisation de la mort a des inconvénients qu’il nous faut dénoncer » martelait-il. 

Une évolution certaine

Cette appréhension de la position de ses confrères est sans doute liée à une longue série d’enquêtes d’opinion ayant confirmé le rejet par les médecins ...

Lire la suite

Source : JIM


700 millions d’euros pour le plan maladies rares

Le problème des maladies rares en France

Les maladies rares, qui touchent moins de 30 000 personnes en France chacune, sont au nombre de 7 000 en France. Elles posent de nombreuses difficultés, car on les connaît mal.

Il est donc compliqué de les diagnostiquer. Ainsi, on pense que la moitié des personnes atteintes par ces maladies ne le savent pas par manque d’un diagnostic fiable. Autre problème lié aux maladies rares, les traitements, car, parfois, ils ne sont pas adaptés ou sont, tout simplement, inexistants.

Le troisième plan Maladies rares débute cette année

Pour améliorer cette situation, le ministère de la Santé lance le troisième plan Maladies rares. Il se déroulera de 2018 à 2022 et sera doté d’une enveloppe de 700 millions d’euros. Il se compose de 55 mesures réparties autour de 11 axes. Pour ...

Lire la suite

Source : La Santé Publique


Le médicament français veut freiner le recul du secteur

En dix ans, la France a perdu sa place de leader européen en matière de production de médicaments. En 2016, en effet, sur les 282 nouveaux traitements autorisés par l'Agence européenne du médicament, seuls 21 étaient fabriqués sur notre territoire, contre 68 au Royaume-Uni et 86 en Allemagne.

Ainsi, indique Le Figaro, la France se retrouve désormais en quatrième position des producteurs de médicaments, juste derrière l'Italie.

Plusieurs motifs expliquent ce recul. Notamment le "poids de la régulation" et les "lourdes procédures" à mettre en œuvre avant de mettre sur le marché un médicament.

"La France fait figure de dernier de la classe européenne en raison du poids de sa bureaucratie", indique à ce propos le quotidien dans un autre article. De fait, 500 jours sont nécessaires entre l'autorisation de mise sur le marché (AMM) et la...

Lire la suite

Source : Mutualité


Les lauréats des Trophées de la e-santé 2018

La cérémonie de remise des Trophées de la e-santé 2018 s’est déroulée, dans le cadre de l’Université d’été de la e-santé, le mercredi 4 juillet à l’Ecole d’ingénieurs ISIS à Castres.

Ont été attribués :

- Grand Prix Pierre Fabre

Lauréat : LUCINE - présenté par Lucine (Bordeaux – 33)

Lucine, c’est l’histoire de 12 millions de Français et 100 millions d’Européens.

lucineRésumé : Plus qu’une réponse à un besoin, une nécessité pour les douloureux chroniques et les professionnels de santé. Lucine est la 1ère solution e-santé globale de prise en charge personnalisée, sécurisée et adaptée permettant de mesurer, analyser et soulager les douleurs du quotidien. Côté patients, elle analyse, mesure et soulage la douleur à domicile, côté professionnels de santé ...

 

Lire la suite

Source : Université e-santé 


Genoskin la start-up qui grandit peau à peau

Comme en France où elle est conventionnée par une douzaine de cliniques et d’hôpitaux dont Rangueil, Genoskin recycle, avec les consentements des donneurs, des tissus humains issus d’opérations de chirurgie plastique comme l’abdominoplastie. Une fois récupérés, ces échantillons de peau « frais » sont conditionnés dans des kits étanches contenant une matrice qui permet de les « faire vivre et de les garder fonctionnels durant sept jours ».

Les clients de l’entreprise comme LEO Pharma, le géant Unilever ou le Britannique AstraZeneka, receptionnent ainsi des modèles prêtà-l’emploi pour tester des crèmes, des médicaments en injection sous-cutanée contre certains cancers de la peau ou encore des anti-inflammatoires contre le psoriasis. En 2017, depuis son unité de production au centre Pierre Potier à l’Oncopole de Toulouse, Genoskin a vendu un millier de modèles et en a produit autant pour des tests effectués en ...

Lire la suite

Source : Touléco


Ange 112, l'application qui glisse vos données de santé dans votre poche

Ange 112 est un dispositif numérique permettant à tout un chacun de disposer de son dossier de santé informatisé. Marie-José Domecq, cadre de santé depuis 30 ans, et Albert Domecq, colonel de gendarmerie à la retraite, l'ont conçu en connaissance des pertes de temps subies par les services de secours dans l'urgence.

Des données médicales protégées

Démarrée en janvier 2018, cette jeune entreprise est basée à Biarritz, d'où sont natifs ses deux fondateurs quinquagénaires. Marie-José Domecq a été en 2018 lauréate du prix Entrepreneuriat au féminin (niveau national) dans la catégorie création d'entreprise.

Leurs expériences personnelles les ont amenés à développer Ange 112 qui permet donc d'avoir en permanence sur soi certaines de ses données personnelles et ...

Lire la suite

Source : La Tribune


Le retour gagnant d’Eric Carreel à la tête de Withings

Le coup était bien masqué mais les proches de l’entrepreneur français se doutaient bien qu’il se tramait quelque chose.

Le finlandais en avait profité pour créer sa division grand public de e-santé. Mais si Nokia a souvent montré une certaine réussite dans ses pivots et autres reconversions, - rappelons que l’industriel a démarré dans le papier et le caoutchouc avant de devenir un géant mondial des télécoms-  le passage à la santé numérique a été plus laborieux, voire manqué quand on analyse le résultat aujourd’hui. Cette activité n’a jamais vraiment décollé. Nokia a eu du mal à intégrer cette division dans sa stratégie globale. Et le départ de Ramzi Haidamus à l’origine du projet de rachat de Withings a sans doute sonné le glas de cette incursion de Nokia dans la santé numérique.

Il n’en fallait pas plus pour qu’Eric Carreel revienne dans la course et rachète son...

Lire la suite

Source : BFM business


6 Français qui règnent sur la pharmacie mondiale

01 - Christophe Weber : le « Gaijin » conquérant

Âge : 51 ans

Poste actuel : PDG de Takeda

Poste précédent : directeur de la division vaccins de GSK

Christophe Weber a dû s'y reprendre à trois fois pour convaincre l'irlandais Shire de convoler avec Takeda. L'opération donne une formidable accélération à l'internationalisation du numéro 1 japonais de la pharmacie, conformément au mandat confié en 2015 au premier PDG étranger du groupe. Formé à l'école du géant GlaxoSmithKline sur trois continents, dont l'Asie, ce tenace double diplômé en pharmacie et finance avait le profil idoine. Reste pour ce colosse très sportif (ski extrême, kitesurf, windsurf, etc.) à la courtoisie finalement très nipponne à réussir l'intégration des deux cultures d'entreprises lointaines. Et à convaincre de la ...

Lire la suite

Source : Les Echos


Donald Trump menace la santé mondiale

La nouvelle est inquiétante pour l’avenir de la santé mondiale. En 2019, le financement des programmes des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) américains sera réduit de 80 %. Ainsi l’a décidé la généreuse administration Trump. Elle ne reconduira pas sa participation de 582 millions de dollars à l’initiative mondiale de sécurité sanitaire décidée en 2014, avec 200 autres organisations médicales internationales, lors de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest – plus de 11 000 morts.

Détecter les épidémies à la source

Cette aide, approuvée à l’époque par le Congrès, s’avère pourtant décisive pour la prévention des maladies ­infectieuses à travers le monde. Elle contribue à former des travailleurs médicaux de terrain capables de détecter les épidémies à la source, comme à renforcer les labo­ratoires d’analyse et d’intervention d’urgence...

Lire la suite

Source : Le Monde


Maladies rares : Sanofi Genzyme et des acteurs de la e-santé s’engagent contre l’errance diagnostique

Sanofi Genzyme a annoncé dans un communiqué le lancement d’une démarche collective qui réunit 23 acteurs français de la e-santé afin de lutter contre l’errance diagnostique. L’objectif est de développer des solutions innovantes pour améliorer le parcours de diagnostic dans les maladies rares, notamment grâce à l’apport des nouvelles technologies numériques.

La valeur d’usage de ces solutions sera testée pour en évaluer l’impact et agir là où les pertes de chances sont les plus significatives pour les malades. L’ensemble de ces enseignements et pistes de travail seront partagés avec le plus grand nombre pour servir la communauté. Cette démarche d’innovation ouverte, ancrée au 39BIS, laboratoire e-santé de Sanofi, a pour vocation à s’inscrire dans la durée.

25 % des patients atteints de maladies rares attendent près de 4 ans avant qu’un début de recherche de diagnostic soit envisagé...

 

Lire la suite

Source : My Pharma Editions


Les Français sont-ils satisfaits de l'accès aux soins ?

Alors que le projet d’une réforme globale du système de santé sera présenté en juillet, quel est le rapport des Français à l’accès aux soins et sont-ils favorables aux premières mesures annoncées par le gouvernement ? Un sondage réalisé par BVA pour la presse régionale s’est intéressé à ces questions.

Concernant les mesures déjà évoquées : la mise en place d’un numéro unique d’urgence pour remplacer les treize existants est plébiscitée, tout comme le reste à charge zéro pour les soins dentaires, optiques et auditifs qui va entrer en vigueur progressivement d’ici 2021.

Cependant, neuf Français sur dix craignent qu’avec cette disposition, les mutuelles soient plus chères et deux tiers redoutent une baisse de la qualité des équipements. L’éventuel déremboursement de l’homéopathie rencontre en revanche une opinion défavorable.

Lire la suite

Source : La Nouvelle République


L'Assurance maladie vise 2 milliards d'euros d'économies en 2019

Moins d'hospitalisations, de prescriptions et de fraudes: l'Assurance maladie compte sur ses recettes habituelles pour économiser un peu plus de 2 milliards d'euros en 2019, et propose de lier certaines dépenses à la qualité des soins, comme le veut le gouvernement.

Un simple renouvellement d'ordonnance, avec un dosage ajusté: la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) vise 2,01 milliards d'euros d'économies en 2019, contre 1,94 milliard cette année, selon le rapport annuel "sur l'évolution des charges et produits" présenté jeudi à son Conseil, où siègent notamment syndicats, organisations patronales, mutuelles et associations de patients.

Ce document, dont l'AFP a obtenu copie, liste les mêmes "actions" et "leviers" de réduction des dépenses que les années précédentes. 

La Cnam entend surtout serrer la vis sur la "pertinence" des soins, avec un ...

Lire la suite

Source : Sciences et Avenir


Santé mentale et psychiatrie : la feuille de route d'Agnès Buzyn

Six mois après avoir présenté 12 mesures pour revaloriser la psychiatrie, "parent pauvre de la médecine" dont elle souhaitait "faire évoluer le modèle de financement", la ministre des Solidarités et de la Santé poursuit son travail pour une meilleure prise en charge de la santé mentale.

Jeudi 28 juin, Agnès Buzyn a présenté sa feuille de route "Santé mentale et psychiatrie". Axée sur les bonnes pratiques et la prévention, elle vise à diagnostiquer de manière plus précoce les patients atteints de troubles psychiques et améliorer leur prise en charge. Avec un objectif à peine voilé : réduire l’impact économique et sanitaire des problèmes de santé mentale.

Le poids de la santé mentale

Car il y a urgence. Selon le nouveau rapport annuel de l’Assurance maladie, les dépenses de santé recouvrant les troubles psychiques et psychiatriques se sont ...

Lire la suite

Source : Pourquoi Docteur


Un robot pour améliorer les poses de prothèses de genou

Un robot pour aider les chirurgiens à poser une prothèse de genou, c'est une première en Lorraine, cette technique vient d'arriver à la clinique Ambroise Paré de Thionville. C'est même quasiment une première en France, seulement deux hôpitaux, Brest et Lyon, ont adopté cette technologie.

Il s’agit d’une fraise qui travaille les os pour poser une prothèse. C'est bien plus précis que la main humaine car ce robot connait votre genou par coeur. Il l'a modélisé, ce qui lui permet ensuite de creuser dans l'angle parfait, la fraise s'ajuste toute seule. Le chirurgien ne fait que tenir l’outil robotique et surveiller sur un écran. Du coup, la plaie est trois fois plus petite, la prothèse est mieux posée, elle dure plus longtemps, et le patient récupère mieux.

L'objectif est que le patient rentre chez lui le soir même, avec un genou tout neuf. Alors qu'auparavant il pouvait rester hospitalisé une bonne semaine.

Lire la suite

Source : France Bleu


Prix OCIRP Handicap 2018 : les lauréats

Le jury composé d’une trentaine de membres était placé sous la présidence d’honneur d’Axel Kahn, médecin généticien et essayiste, directeur de recherche à l'Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), et co-présidé par Marie-Anne Montchamp, présidente de la Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie (CNSA) et Patrick Gohet, adjoint au Défenseur des Droits en charge de la lutte contre les discriminations et de la promotion de l’égalité. 280 dossiers de candidature ont été étudiés dans le cadre de l’appel à projets 2018.

Les lauréats ont été récompensés selon huit thématiques :

- Accompagnement personnalisé : 

Doctoconsult - Consultation en ligne en psychiatrie, nutrition, addictologie

- Communication, la citoyenneté et les loisirs :

 Association Solidarité Réhabilitation - EPSYKOI - Webdocumentaire information...

 

Lire la suite

Source : OCIRP


Les progrès spectaculaires de la chirurgie de l’œil pour en finir avec la cataracte

La chirurgie de l’œil a connu ces dernières années quelques grandes innovations, présentées lors du congrès mondial d’ophtalmologie à Barcelone. Et parmi les nouveautés à regarder de près, l’opération de la cataracte.

La cataracte, c’est quoi ?

Excepté quelques cas rares de cataracte infantile, c’est un trouble de la vision qui survient avec l’âge : le cristallin, situé derrière votre pupille perd de sa transparence. On voit alors de plus en plus flou et les couleurs s’estompent… À l’image d’un objectif d’appareil photo qui ne ferait plus la mise au point. Avec plusieurs caractéristiques déprimantes : « la majorité des patients de 80 ans développent une cataracte et 20 millions de personnes dans le monde sont aveugles à cause de ce trouble », précise le Dr Francesco Carones, chirurgien de l’œil à Milan. Et cette dégénérescence des yeux ne peut être corrigée autrement...

Lire la suite

Source : 20 minutes


Bientôt un nouvel étiquetage pour les médicaments ?

Dans les pharmacies, sont en vente plus de 11 000 médicaments dont les boîtes pourraient bientôt changer d'apparence, d'après les dernières recommandations de l'agence du médicament. Sur les boites actuelles, la marque du médicament apparaît généralement en gros caractères, avec la nouvelle formule, c'est la substance active qui serait mise en valeur.

Un nouvel étiquetage qui suscite des réactions partagées. "Déjà qu'on se trompe avec les génériques, souvent on n’a pas envie de les prendre, donc là c'est encore plus compliqué", souligne une passante. L'agence du médicament recommande ce changement pour les patients, mais aussi pour les professionnels de santé. 30% des erreurs de prescription sont en lien avec l'étiquetage. Un nouvel emballage qui provoque la colère des laboratoires pharmaceutiques. Pour eux, ces normes d'étiquetage ouvrent la porte aux paquets neutres avec un plus grand risque de...

Lire la suite

Source : Francetvinfo


Industrie pharmaceutique : un rôle majeur dans l’économie française

La France dispose d’un réel savoir-faire en sciences de la vie, avec des compétences à très forte valeur ajoutée dans la production chimique et dans les biotechnologies ainsi qu’en recherche & développement. Historiquement grand pays producteur de médicaments et de vaccins, l’Hexagone bénéficie d’un maillage territorial où interagissent, au sein de pôles de compétitivité, des start-ups de biotechnologies et de grandes entreprises pharmaceutiques. Forte d’un chiffre d’affaires remboursé du médicament de 23 milliards d’euros, l’industrie pharmaceutique employait 98 786 salariés en 2016, selon le Leem (les données 2017 seront dévoilées très prochainement). Ses effectifs, hautement qualifiés, représentent d’ailleurs 3 % de l’emploi industriel en France.

Des expertises industrielles pointues. La France figure encore aujourd’hui au 4e rang des pays producteurs de médicaments (en valeur) en Europe. Plus ...

Lire la suite

Source : L'Opinion


Les médecins vont-ils pouvoir faire leur promotion ?

Les médecins auront-ils bientôt le droit de communiquer sur Internet sur leurs compétences, leur expérience ou encore le matériel dont ils disposent? C’est le changement envisagé par le Conseil d’État qui, dans une étude publiée jeudi à la demande du premier ministre, avance 15 propositions allant vers la fin de l’interdiction de la publicité. Cette mesure inscrite au Code de la santé publique depuis plus de 70 ans pourrait ainsi disparaître au profit d’une «libre communication non commerciale, loyale et honnête» des professionnels de santé.» Et pourtant, certains médecins n’ont pas attendu cette proposition pour promouvoir leurs compétences sur des sites web, notamment dans le domaine des chirurgies esthétique et dentaire.

Ces propositions pourraient concerner les médecins, mais aussi les autres professions de santé dotées d’un ordre professionnel, donc d’une autorité....

Lire la suite

Source : Le Figaro


Santé : deux tiers des internautes se sentent dépendants des écrans

Selon les médecins, cette dépendance représente un danger pour la santé, avec notamment des perturbations du sommeil et de l’alimentation, couplées à une activité physique insuffisante.

Deux tiers des internautes se sentent "dépendants" de l’écran de leur téléphone, tablette ou ordinateur, indique un sondage publié mardi.

À la question "diriez-vous que vous êtes dépendant vis-à-vis de vos outils connectés (smartphone, tablette,ordinateur…)?", 38% des sondés répondent "un peu dépendant", et 29% "totalement dépendant", soit un total de 67%. 

Environ un tiers des sondés se voient à l’inverse "peu dépendants" (19%) ou "pas du tout dépendants" (13%). 

Le sondage a été réalisé en ligne par BVA. Il exclut donc celles qui ne vont pas sur internet. Il a été commandé par la Fondation April, dont l’une des finalités est la...

Lire la suite

Source : Sud Ouest


Médicaments : la guerre des prix est relancée

L’Autorité de la concurrence plaide pour l’ouverture du monopole des pharmacies et l’assouplissement des règles de vente en ligne.

Pourra-t-on bientôt acheter en grande surface ou sur Internet des médicaments non remboursables tels que Viagra, pilules, sirop anti-toux ? L’Autorité de la concurrence avait déjà fait des propositions en ce sens en 2013. Elle se faisait alors le relais d’une directive européenne visant à libéraliser la vente de médicaments pour faire baisser les prix. Sans succès.

La présidente de cette autorité de régulation du commerce, Isabelle de Silva, a annoncé qu’un nouvel avis, « avec de nouvelles recommandations », sera publié « en décembre ou janvier prochain ». Avec l’espoir d’être mieux entendu par l’actuel gouvernement. Il y sera question de sujets délicats tels que « l’ouverture du monopole des officines », la « création de chaînes de pharmacies » et de...

Lire la suite

Source : Le Parisien


Plus de deux cancers sur cinq seraient «évitables»

«Ne pas fumer», «ne pas boire d’alcool», «avoir une activité physique régulière» et «manger cinq fruits et légumes par jour». Ces quatre conseils de santé publique, chacun les a entendus plusieurs fois dans sa vie. Une étude publiée le 25 juin par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC, Lyon) montre une fois de plus l’importance de ces messages de prévention.

Et pour cause : plus de 40% des cancers pourraient être «évités» en France chez les adultes de 30 ans et plus, selon les chercheurs. Soit une peu plus de deux cancers sur cinq. Ils sont liés à treize facteurs de risques qui émanent d’un environnement et de modes de vie néfastes. Supprimer les expositions dangereuses, ou les réduire, permettrait d’abaisser drastiquement le nombre de cancer en France.

«Le tabac est à lui seul responsable de la moitié des cancers évitables. Pour l’autre moitié, les facteurs de risque sont principalement la consommation d’alcool, un...

Lire la suite

Source : Le Figaro


175 médecins alertent sur la dégradation des services hospitaliers

Ils disent ne plus pouvoir assurer "leur mission de service public". 175 médecins hospitaliers et libéraux ont adressé une lettre ouverte, envoyée vendredi 15 juin et rendue publique dimanche 24 juin, au Premier ministre Édouard Philippe. Ils s'inquiètent d'une "mise en danger de la vie d'autrui". Selon eux, les services hospitaliers souffrent d'un important manque de moyens et de l'absence d'une véritable politique de santé.

Cette lettre fait suite à un premier courrier envoyé en septembre 2017 à la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Courrier "resté sans réponse", regrettent les médecins. Ils espèrent cette fois être entendus, car la situation se dégrade. "J'ai appris qu'en médecine il y a des choses qui sont urgentes et d'autres qui ne le sont pas. Là, même quand c'est urgent on vous dit qu'il n'y a pas de lit, donc vous embouteillez les urgences", dénonce Bruno Caron, médecin en psychiatrie dans un hôpital...

Lire la suite

Source : Francetvinfo


Medisite lance sa nouvelle application santé gratuite

Les dernières actualités en matière de santé, comment se soigner au naturel, des conseils sexo... Medisite leader de l'info santé vous propose toutes ses actualités validée par des médecins dans une nouvelle application gratuite et sans inscription. Consulter les articles du site medisite.fr avec l’actualité santé quotidienne dans nos nombreuses rubriques classées par thématiques (Actualité, Maladies, Santé, Nutrition, Minceur, Forme…).

 

L’application Medisite vous accompagne à chaque moment de votre journée : Profitez au quotidien d’une information réactive, hiérarchisée, surprenante et riche en contenus multimédias de Medisite.fr . Recevez des alertes d’actualité en temps réel avec la sélection exclusive de la rédaction grâce aux alertes infos envoyées sur votre mobile. Suivez les informations en continue durant la journée depuis l’application avec les articles « à la une » sur tous vos écrans. Et du...

Lire la suite

Source : Medisite


Dépression : le travail figure parmi les principales causes

Répandu, mais tabou. Parmi les troubles mentaux, la dépression est sans doute le plus courant. D'après un sondage Odoxa (1), un.e Français.e sur quatre a déjà été concerné. Et pourtant, en milieu professionnel, ce sujet reste très peu abordé.

En matière de santé mentale, c'est un grand silence qui règne en entreprise. Pour preuve : parmi les actifs et les actives, 22 % seulement oseraient parler de leur dépression avec leurs collègues. La part de celles et ceux qui envisagent de le faire avec un.e supérieur.e hiérarchique ou un.e responsable des ressources humaines est encore plus faible.

Il faut dire que, aux yeux des personnes interrogées, la vie professionnelle figure parmi les principaux facteurs expliquant le développement d'une dépression. 56 % citent la pression au travail et 62 % les problèmes de management comme des causes principales.

Lire la suite

Source : e-sante.fr


Hôpitaux : une aggravation du déficit en 2017 malgré les efforts de gestion

La Fédération hospitalière de France (FHF) déplore ce mardi une situation financière des hôpitaux publics qui s'est « aggravée » en 2017, avec un déficit proche du milliard d'euros « malgré leurs efforts de maîtrise de leurs dépenses ».

« Alors que l'activité des établissements publics de santé est restée stable, le déficit du budget principal des hôpitaux publics, quant à lui, a doublé entre 2016 et 2017, passant de 470 millions d'euros à près d'un milliard d'euros », a indiqué le président de la FHF Frédéric Valletoux dans un communiqué.

Efforts de gestion

Il souligne « l'aggravation » des finances des hôpitaux publics « malgré leurs efforts de maîtrise de leurs dépenses », citant notamment « la progression des dépenses de personnel limitée à 2,2% malgré le fort impact des mesures réglementaires ».

Quant aux dépenses de médicaments et de produits médicaux, « elles ont évolué...

Lire la suite

Source : Ouest France


Et si le médecin du futur était un robot ?

Un robot doté d'une intelligence artificielle autorisé à détecter une maladie de l'oeil. Pour la première fois, l'Agence américaine du médicament vient de donner son feu vert à ce type de machine. Celle-ci analyse la rétine et pose le diagnostic aussi surement qu'un ophtalmologiste. Le radiologue Gaspard d'Assignies est convaincu que le monde du soin va vers une révolution du diagnostic. Il constate au quotidien comment l'intelligence artificielle pourrait l'aider. En une matinée à l'hôpital du Havre (Normandie), il voit 15 à 20 patients, soit jusqu'à 20 000 clichés grâce aux évolutions de la technologie.

La machine serait capable de détecter une anomalie parmi ces milliers d'images. Au-delà de la détection, l'intelligence artificielle pourrait aider au diagnostic lui-même. Pour mettre au point les ordinateurs capables de faire ce diagnostic, le docteur d'Assignies quitte régulièrement sa blouse blanche pour mettre ses...

Lire la suite

Source : FranceTV info


Prévention de l'AVC : l'alliance BMS-Pfizer met en ligne le site monanticoagulant.fr

Engagée dans la prévention de l’AVC, l’alliance BMS-Pfizer* propose au grand public et aux professionnels de santé un site internet : monanticoagulant.fr. Celui-ci a pour objectifs d’informer celles et ceux traités par anticoagulant et d’accompagner le médecin dans sa relation avec son patient.

Dans le cadre de son engagement autour de la prévention cardiovasculaire, l’alliance BMS-Pfizer a lancé la campagne Viv’AO qui vise à accompagner les professionnels de santé dans leurs échanges avec leurs patients lors de la consultation physique et à les informer sur les pathologies cardiovasculaires. Le programme propose désormais un site internet soutenu par deux associations de patients que sont l’Alliance du coeur et France AVC.

Monanticoagulant.fr est un site d’information, pour les professionnels de santé, les patients et leurs proches, pour mieux les accompagner en leur donnant des ...

Lire la suite

Source : MyPharma Editions


Bientôt une application pour détecter les tumeurs cérébrales ?

Main dans la main, des spécialistes de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et de l'Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) ont combiné plusieurs outils mathématiques innovants pour apprendre à un programme informatique à analyser ce que produit une IRM (Imagerie par résonance magnétique).

Une IRM fournit en effet des images très détaillées du cerveau, dites «quantitatives» – c'est-à-dire qui cartographient chacune un paramètre mesurable du cerveau, comme le diamètre des vaisseaux ou le débit sanguin.

«Lors de l'analyse des tumeurs cérébrales, deux tâches sont intrinsèquement liées : la localisation spatiale et la caractérisation physiologique des tissus abîmés», précise l'étude. Dans un premier temps, donc, le logiciel a appris à identifier les caractéristiques d'un cerveau sain.

Lire la suite

Source : Cnews


Sanofi finalise l'acquisition d'Ablynx

"Le 12 juin 2018, à l'expiration de la période d'offre de reprise, 2.893.201 actions (en ce compris 7.163 actions représentées par des ADS) et 8 obligations convertibles d'Ablynx ont été apportées à l'offre de reprise", a précisé Sanofi dans un communiqué.

La période d'offre de reprise avait débuté le 22 mai, à la suite de l'acquisition par Sanofi de plus de 95% des actions en circulation d'Ablynx à la date de règlement de la période initiale d'acceptation de son offre publique d'acquisition.

Les titres ont été retirés de la cote le 13 juin et ils devraient être réglés le 19 juin.

Sanofi avait annoncé fin janvier racheter pour 3,9 milliards d'euros en numéraire Ablynx, une biotech basée à Gand, en Belgique, et spécialisée dans la découverte et le développement de composés thérapeutiques à base de Nanobody (ou Nanocorps), marque déposée d'Ablynx désignant une nouvelle classe de...

Lire la suite

Source : Les Echos investir


Google conçoit un outil capable de prédire la mort d'un patient

Prédire la mort, le rêve des entreprises du numérique. Google travaille sur un outil capable de faire des prévisions en analysant les données de patients. Il peut anticiper la durée de leur séjour à l’hôpital, leurs chances de réadmission ou de décès.

Dans un document publié en mai, Google documentait les capacités de cet outil et l’appliquait à un exemple concret. En étudiant le cas d'une femme atteinte d'un cancer du sein à un stade avancé, Google a utilisé son algorithme et 24 heures après son admission, il a prédit une probabilité de 19,9% de sa mort durant l'hospitalisation. Le modèle utilisé habituellement par les hôpitaux avait lui généré une estimation bien plus faible, à 9,3%. La patiente est décédée 10 jours après son admission.

La prochaine étape pour Google est d’implanter ce système prédictif dans les...

Lire la suite

Source : BFM TV 


Roche acquiert l'intégralité de Foundation Medicine

Le groupe pharmaceutique suisse Roche a annoncé mardi avoir signé un accord de fusion avec le laboratoire américain Foundation Medicine, dont il détenait déjà le contrôle, et va débourser 2,4 milliards de dollars (2 milliards d'euros) pour s'emparer des parts restantes.

 

Roche a proposé aux actionnaires de l'entreprise américaine, spécialisée dans l'information moléculaire et l'analyse génomique, 137 dollars par titre ce qui représente une prime de 29% par rapport à son cours de clôture la veille, a-t-il indiqué dans un communiqué.

 

Cette transaction valorise à 5,3 milliards de dollars Foundation Medicine, dont Roche avait déjà racheté 57% des parts en 2015.

Lire la suite

Source : Le Figaro


Et si les technologies réhumanisaient le monde de la santé ?

Les fabuleux progrès accomplis par la médecine ces dernières décennies ont amené les professionnels de santé à se spécialiser toujours davantage. Parce qu'aucun praticien ne peut maîtriser tout le savoir médical, chacun se spécialise dans un domaine, tandis que la médecine affiche une technicité croissante.

Résultat ? Les patients souffrent d'une médecine trop compartimentée, faisant intervenir plusieurs médecins sans qu'aucun d'eux n'ait une vision globale de leur état. Cette hyperspécialisation affecte aussi le dialogue entre le soignant et le patient : comment savoir si l'on doit confier tel ou tel symptôme à un médecin ou à un autre ? Comment comprendre le jargon médical ?

L'arrivée des nouvelles technologies va non seulement modifier en profondeur la relation entre patients et soignants, mais aussi la réhumaniser.

D'abord, parce que les technologies permettent au patient de se connaître...

Lire la suite

Source : Les Echos


Harmonie Mutuelle veut soutenir les start-up du médical

Harmonie Mutuelle officialise un partenariat avec le syndicat national de l’industrie des technologies médicales (Snitem) à l’occasion d’une journée dédiée aux start-ups du secteur du dispositif médical, tenue ce 6 juin à la Maison de la Chimie à Paris.

Cette journée spéciale, quatrième édition du nom, a pour ambition d’accompagner ces start-ups dans leur développement, que ce soit concernant l’idée même de leur entreprise ou leur financement, leur accès au marché… Elle est placée sous le haut patronage des ministères des Solidarités et de la Santé ainsi que de l’Economie et des Finances.

Harmonie Mutuelle est la première mutuelle à se constituer partenaire de cet événement. Elle escompte, avec ce partenariat, démontrer sa dynamique d’innovation et montrer sa capacité à proposer des solutions adaptées à ses...

Lire la suite

Source : L'Argus de l'Assurance


Follow, l'application qui fait gagner du temps chez le médecin

Marre de feuilleter des magazines périmés en salle d'attente chez votre médecin? Pour occuper ce temps précieux, un jeune Rennais de 24ans, Roman Collin, a eu une idée originale: « Pourquoi ne pas mettre à profit ce moment pour permettre aux patients de remplir un questionnaire sur le motif de leur visite, leur état de santé et bien d'autres renseignements utiles ? » L'état civil, la profession, la description du symptôme ou de la maladie, les antécédents médicaux, le niveau de la douleur et sa localisation...

Une idée qu'il a concrétisée en mettant au point l'application Follow (« suivre » en anglais) et qui commence déjà à connaître un certain succès dans les cabinets médicaux. 55 000 patients l'ont déjà utilisée.

Interface intuitive

« Le patient remplit un questionnaire sur une tablette qui se trouve dans la salle...

Lire la suite

Source : Ouest France


Lunettes, prothèses auditives et dentaires : Macron promeut le « reste à charge zéro »

C’était la mesure phare du programme santé d’Emmanuel Macron, lors de la campagne présidentielle. Aujourd’hui critiqué sur son aile gauche pour la faiblesse de son action dans le domaine social, le chef de l’Etat a annoncé, mercredi 13 juin, devant le congrès de la Mutualité française, à Montpellier, la mise en place progressive d’ici au 1er janvier 2021 d’offres de lunettes, de prothèses dentaires et auditives avec un « reste à charge zéro » (RAC zéro), pour lesquelles les patients n’auront rien à débourser. « C’est une conquête sociale essentielle et c’est un investissement que j’assume », a-t-il déclaré.

Ces trois secteurs sont ceux où les renoncements aux soins sont les plus importants : 4,7 millions de Français sacrifieraient les soins prothétiques dentaires et 2,1 millions les appareils auditifs. « Nombre de nos concitoyens présentant des pathologies simples doivent renoncer à soigner, a fait valoir Emmanuel Macron...

Lire la suite

Source : Le Monde


Une fac américaine créé le « Google Map » des médicaments

Un outil de visualisation servant à la fois aux biochimistes développant de nouveaux médicaments et au public susceptible d’être curieux à ce sujet, telle est l’idée appliquée par une équipe de chercheurs de l’Université de Caroline du Nord (États-Unis). Leur outil 3D nommé ChemMaps a fait l’objet d’une publication dans la revue Bioinformatics le 22 mai 2018.

Il faut tout de même savoir que l’outil ChemMaps permet la visualisation 3D de plus de 50 000 molécules chimiques, c’est-à-dire environ 47 000 composés environnementaux et plus de 8000 médicaments issus de la base de données DrugBank, accessible en ligne, publique et gratuite concernant la bio-informatique et la chimio-informatique.

« Notre postulat de départ, c’était de concevoir un Google Maps des médicaments. Notre outil permet à quiconque disposant d’un ordinateur ou d’une tablette...

Lire la suite

Source : Sciencepost


Traitement de la leucémie: Roche obtient le feu vert aux Etats-Unis

Le groupe suisse Roche a annoncé lundi que les autorités sanitaires américaines ont donné leur feu vert à une nouvelle combinaison médicamenteuse pour Venclexta, un traitement pour une forme de leucémie.

L'agence américaine des médicaments, la Food and Drug Administration (FDA), a homologué ce médicament, en association avec Rituxan, un de ses anticancéreux phares, pour les patients atteints de leucémie lymphoïde chronique ou de petit lymphome lymphocitaire, a indiqué le groupe bâlois dans un communiqué.

L'autorisation pour cette combinaison médicamenteuse s'adresse aux patients ayant déjà reçu au préalable au moins une autre forme de thérapie, a-t-il précisé.

Venclexta est déjà commercialisé aux États-Unis où il avait obtenu l'autorisation de mise sur le marché en avril 2016 après avoir bénéficié d'une procédure d'évaluation accélérée, réservée aux traitements novateurs pour les maladies...

Lire la suite

Source : Sciences & Avenir


Visiomed lance sa nouvelle prothèse auditive numérique ASTON(R)

ASTON®, la prothèse auditive numérique préréglée de classe A est née de l'innovation du Laboratoire Visiomed, la branche dédiée à la santé familiale de VISIOMED GROUP.

ASTON® est un dispositif médical de classe IIb adapté principalement pour les personnes atteintes de dégénérescence auditive précoce, de légère à moyenne, appelée également presbyacousie. ASTON® est autorisée sur prescription médicale pour patients âgés de plus de 20 ans non atteints de cécité. Dotée de la dernière technologie BiSound(TM), elle permet un gain de 35 dB par la simple sélection de 2 modes préréglés selon l'ambiance. Miniature et ultra légère, la prothèse auditive numérique ASTON® apporte à son utilisateur, en toute simplicité et discrétion, un meilleur ajustement du confort d'utilisation et d'écoute.

La prothèse auditive numérique préréglée ASTON® sera commercialisée à partir ...

Lire la suite

Source : Boursorama


Quand les seniors deviennent des e-patients

Comment Internet peut-il participer à la santé de chacun ? Une enquête menée par la société de conseil en santé Patients&Web et l’agence LauMa communication en partenariat avec Medisite.fr, révèle qu’une majorité des personnes de plus de 45 ans considère que la santé électronique (ou e-santé) améliore les échanges avec les médecins et la confiance qu’ils éprouvent à leur égard.

Information médicale sur le web

En effet, senior et santé connectée ne sont pas contradictoires puisque selon ce sondage, 90% des plus de 45 ans interrogés ont déjà utilisé internet ou des outils numériques (e-mail, application mobile…) pour rechercher des informations médicales ou échanger autour de la santé. Pour obtenir des informations médicales, les premiers sites consultés sont les sites spécialisés tels que Medisite.fr et e-sante.fr, puis les sites encyclopédiques et enfin les sites internet ...

Lire la suite

Source : Medisite


Japon : des chercheurs ont créé un robot qui possède de vrais muscles, comme un humain

Des chercheurs de l’Institut des Sciences industrielles de l’Université de Tokyo sont parvenus à implanter des tissus vivants dans un squelette robotique de quelques millimètres, rapporte L'Usine Nouvelle.

Dans une publication de l'université parue le 31 mai, les chercheurs expliquent avoir créé des muscles fonctionnels en cultivant sur des feuilles d’hydrogel des myoblastes (cellules-souches à l’origine de la formation des muscles) de rats.

Une paire de muscles

« Une fois que nous avions construit les muscles, nous avons réussi à les utiliser au sein du robot comme une paire antagoniste, avec un muscle qui contracte et l’autre qui étire, tout comme dans le corps », explique Shoji Takeuchi, coauteur de l’étude. Ce muscle, plus robuste, a une durée de vie d’une semaine lorsqu’il est plongé dans l’eau.

 

Lire la suite

Source : 20 Miutes


Volta : quand l'intelligence artificielle soigne le cœur

AIFib, ce nom ne vous dit rien et pourtant, dans quelques mois, il pourrait devenir le super "expert" des cardiologues. Plus sérieusement, AIFib est un logiciel doté d'une intelligence hors norme, qui accompagne les spécialistes de la rythmologie dans leurs gestes au bloc opératoire. Une vraie révolution dans le traitement de la fibrillation auriculaire, l'arythmie la plus complexe et la plus répandue dans le monde. C'est ce qu'a mis au point Volta Medical, une jeune medtech fondée à Marseille, en 2016, par Clément Bars et Julien Seitz, cardiologues rythmologues, à l'hôpital Saint-Joseph de Marseille, Jérôme Kalifa, expert international en recherche fondamentale et en modélisation des arythmies cardiaques et Théophile Mohr-Durdez, polytechnicien.

"La fibrillation atriale (FA) ou arythmie représente un enjeu de santé publique compte tenu de ses conséquences graves sur la santé. Essoufflement, ...

Lire la suite

Source : La Provence


Autisme : un robot va détecter les symptômes dans des crèches

Dépister les symptômes de l’autisme le plus tôt possible, dès la deuxième année, permet une prise en charge précoce et un meilleur développement de l’enfant.

Comment fonctionne le robot ?

Ce chatbot de dépistage a été mis au point par la société BotDesign et la structure hospitalière MiPih sous la direction du professeur de psychopathologie développementale Bernadette Rogé, à l’université de Toulouse Jean-Jaurès.

Ce robot va aider les professionnels de la petite enfance à détecter des anomalies évocatrices des troubles autistiques.

Avant l’âge de 18 mois, ce chatbot aidera à mesurer des retards éventuels de langage, de la motricité ou encore de développements cognitifs.

Passé l’âge de 18 mois, ce robot aidera à détecter l’absence de regard durant une communication, une non-réponse de l’enfant à son prénom, une non-réponse...

Lire la suite

Source : Santé Magazine


Reste à charge zéro : la mise en garde du patron des mutuelles

Les assureurs complémentaires sont le principal financeur des soins dentaires, d'audioprothèse et d'optique. Emmanuel Macron a promis de mettre en place  un reste à charge zéro sur ces spécialités.

Etes-vous satisfait de l'accord conclu entre les dentistes et l'assurance-maladie ?

Nous répétons depuis des années que les soins conservateurs ne sont pas valorisés correctement et qu'il faut commencer par mieux les rémunérer pour peser ensuite sur le coût des prothèses. Nous partageons donc l'esprit de la réforme. Mais nous restons prudents en attendant que soit rendu public l'arbitrage des négociations pour mettre en place un reste à charge zéro en audioprothèse et en optique.

Il est encore difficile d'évaluer l'effort global que devront fournir les complémentaires santé. Si demain, les cotisations de nos adhérents leur ...

Lire la suite

Source : Les Echos


Joe, le robot qui aide les enfants à prendre leurs médicaments

La jeune entreprise lyonnaise Ludocare a imaginé le robot compagnon Joe, qui aide de façon ludique les jeunes patients asthmatiques à mieux observer leurs traitements pour en améliorer l'efficacité. Il est en bêtatest dans une vingtaine de familles.

Selon les médecins, trois quarts des hospitalisations d'enfants asthmatiques - ils sont 700.000 en France - pourraient être évitées si les médicaments étaient pris correctement, le taux de mésusage dépassant 80 %. Pour ces jeunes malades qui n'aiment pas se soigner, la start-up lyonnaise Ludocare a imaginé et développé Joe, un robot compagnon en forme de réveil. Il les aide à respecter l'observance de leur traitement en sonnant à l'heure de la prise, mais surtout en les motivant avec des récompenses. L'assiduité est gratifiée par une histoire, une anecdote historique ou scientifique, une devinette... enregistrées par un acteur. Joe remplit..

Lire la suite

Source : Les Echos


Un tiers des Américains prennent des médicaments pouvant causer des dépressions

Un tiers des Américains prennent des médicaments, avec ou sans ordonnance, qui pourraient augmenter leur risque de dépression, avertit une étude parue mardi dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).

Pilule contraceptive, médicaments antidouleur, pour le coeur ou contre les brûlures d'estomac... "Beaucoup seraient surpris d'apprendre que leurs médicaments, bien que n'ayant rien à voir avec l'humeur, l'anxiété ou tout autre état normalement associé à la dépression, peuvent augmenter leur risque d'avoir des symptômes dépressifs et mener à un diagnostic de dépression", selon l'auteure principale de l'étude Dima Qato, qui enseigne à l'Université de l'Illinois à Chicago.

Les chercheurs ont découvert que le risque de dépression était le plus élevé chez les personnes prenant plus d'un médicament comptant la dépression parmi ses...

Lire la suite

Source : Sciences et Avenir


L’ANSM interdit le valproate à toutes les femmes en âge de procréer

Le valproate est interdit pendant la grossesse et ne doit plus être prescrit aux femmes, adolescentes ou en âge de procréer, sauf exceptionnellement contre l’épilepsie, a annoncé l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), mardi 12 juin.

Dès juillet 2017, face à l’utilisation encore trop importante du valproate par des femmes enceintes ou susceptibles de le devenir, l’ANSM avait décidé de le contre-indiquer chez ces femmes dans le traitement de troubles bipolaires. Elle avait alors saisi l’Agence européenne des médicaments (EMA) pour étendre cette contre-indication au niveau européen et envisager d’autres mesures.

La Commission européenne avait entériné en mars cette contre-indication, ainsi que les mesures de réduction des risques déjà mises en place par la France et avait demandé la mise en place de mesures additionnelles. Lesquelles seront ...

 

Lire la suite

Source : Le Monde


La Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2018

Source : IQVIA - Claude Le Pen


Dans une Europe clivée, l’exception allemande…

Source : IQVIA - Claude Le Pen


Un marché mondial toujours dominé par l’oncologie

Source : IQVIA - Claude Le Pen


Le marché pharmaceutique mondial atteindra 1400 Mds de $ en 2020 avec un CAGR de 4-7%

Source : IQVIA - Claude Le Pen


Japon: Eurofins reprend le laboratoire d'analyses d'Astellas

Ce contrat confère à Eurofins "une entrée précieuse sur le marché des analyses de produits biopharmaceutiques au Japon", souligne le groupe dans un communiqué.

Eurofins indique qu'il constitue une "bonne base de départ" pour étendre ses activités sur ce secteur en Asie. Basé à Kyoto, le laboratoire d'analyses d'Astellas, ASL, créé en 1996, emploie plus de 140 collaborateurs.

ASL sera le premier laboratoire d'Eurofins à offrir des tests relatifs aux bonnes pratiques de fabrication (BPF) pharmaceutiques au Japon, dans un réseau mondial d'une trentaine de laboratoires de ce type. Il effectue des tests sur les matières premières, les substances médicamenteuses, évalue la qualité des formules, des méthodes de tests et réalise aussi des analyses physicochimiques et micro-biologiques.

Lire la suite

Source : Le Figaro


Voluntis, le spécialiste des logiciels médicaux, débarque en bourse

Les introductions en Bourse se multiplient, à la cote parisienne. Voluntis (de code ISIN FR0004183960 et de code mnémonique VTX), spécialisée dans les logiciels thérapeutiques, devrait faire ses premiers pas sur Euronext d’ici une semaine, à l’occasion d’une importante levée de fonds par augmentation de capital. Afin d’aider les patients atteints de maladies chroniques “à mieux gérer leur traitement afin d’en améliorer l’efficacité en vie réelle”, Voluntis développe et commercialise des thérapies digitales qui personnalisent le traitement et accompagnent le patient dans la gestion de sa maladie au quotidien.

En temps réel et via des algorithmes cliniques digitalisés, ses solutions thérapeutiques fournissent au patient des recommandations sur mesure via une application mobile et des informations à son équipe soignante via une interface web (ajuster le dosage d’un traitement et gérer les symptômes associés…). Ainsi...

Lire la suite

Source : Capital


Des chirurgiens utilisent la 3D pour reconstruire une mâchoire

Reconstruire la mâchoire  inférieure est une opération délicate. Et pourtant, des chirurgien.ne.s de Lyon (Rhône) sont parvenu.e.s à la réaliser en un temps record. C'est ce qu'annonce le CHU de la ville dans un communiqué de presse.

Selon nos confrères de 20 Minutes, l'intervention n'aurait nécessité que 30 minutes, contre 2 heures habituellement. Pour réussir cela, l'équipe s'est aidée d'une nouvelle technologie : l'impression 3D. Elle leur a permis d'obtenir des "patrons", comme en couture, pour toutes les étapes de la chirurgie.

Concrètement, les médecins ont utilisé l'os du péroné pour reconstruire la mâchoire inférieure de leur patiente. La stratégie n'est pas nouvelle et elle a fait ses preuve.

"Il faut utiliser un os vascularisé, suffisamment long et épais, et dont le prélèvement ne gêne pas le patient", expliquait en 2013 le Pr Hervé Bénateau...

Lire la suite

Source : e-sante.fr


Ce que le tri des médicaments nous dit de la consommation des Français

Pour 1 Français sur 2, le recyclage des médicaments est un fait acquis. La mission de Cyclamed est connue, et ses filières installées. On le sait, le rejet des principes actifs contenus dans les cachets ou sirops produit des effets délétères sur sur la qualité de l’eau et de l’air, donc sur la santé humaine.

On sait aussi, désormais, que les pratiques des Français en matière de recyclage s’affinent. 2 sur 3 séparent les emballages en carton et les notices avant de ramener les médicaments non utilisés (MNU) chez leur pharmacien. Et, note Cyclamed, c’est un gros progrès.

En 2017, les 21 793 officines participant au tri ont récupéré 11 083 tonnes de médicaments non utilisés, soit 164 grammes par habitant. C’est bien, estime l’association chargée de sécuriser l’élimination des MNU, mais, pour la première fois depuis 2014, c’est moins que l’année précédente. Une baisse de 6,7%, soit...

Lire la suite

Source : France Inter


Bio, promotions... Ce que contient la loi Alimentation

Baptisé «Loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire, et une alimentation saine et durable», le texte est assez court. Il ne compte que 17 articles. Mais il s'attaque à des sujets très divers, aussi bien économiques (relations commerciales entre distributeurs et enseignes, guerre des prix, revenu des agriculteurs....), qu'à des volets beaucoup plus sociétaux (poids du bio dans la restauration collective, bien-être animal, aide alimentaire, utilisation raisonnée des produits phytopharmaceutiques...).

Signe des débats animés qu'elle suscite, 2627 amendements ont été déposés avant son arrivée au Parlement.

- Limiter voire stopper la guerre des prix. Le texte prévoit un relèvement du seuil de revente à perte de 10% sur les produits alimentaires, pour y intégrer les coûts de distribution des enseignes. Un moyen de recréer de la valeur sur des produits...

Lire la suite

Source : Le Figaro


Le diabète, enjeu sanitaire planétaire et affaire de gros sous

Sur fond d'épidémie mondiale de diabète, la concurrence continue de s'intensifier sur ce marché pharmaceutique, les laboratoires misant à la fois sur l'innovation et les marchés émergents pour tenter de compenser la forte pression sur les prix aux États-Unis.

Les chiffres sont alarmants: le monde comptait l'an dernier plus de 425 millions de diabétiques, et leur nombre pourrait passer à 629 millions en 2045, selon des estimations de la Fédération internationale du diabète (FID). Seulement la moitié d'entre eux sont diagnostiqués à l'heure actuelle, et parmi ces derniers seulement 50% ont accès à des traitements.

Aussi le diabète et ses complications (maladies cardiovasculaires et rénales, amputations des membres inférieurs...) tue 4 millions de personnes par an, toujours selon la FIS.

Lire la suite

Source : Capital