En maison de retraite, le désir sexuel n'a pas d'âge

 Gérard Ribes se souvient de ce matin de juin 2012, comme si c'était hier. Alors qu'il vient d'ouvrir son cabinet médical, dans le VIIe arrondissement de Lyon, le sexologue voit débouler Marcel (1), un frétillant nonagénaire de près de deux mètres qui, le pas de la porte à peine franchi, annonce d'emblée la couleur : "Docteur, je viens pour un détournement de mineure !". Pendue à son bras, Jocelyne, 1,50m à la louche et 70 printemps. Les tourtereaux se sont rencontrés un an plus tôt, lorsque l'ancien cheminot, en résidence autonomie [des logements pour les personnes âgées dotés de services collectifs, NDLR] depuis plusieurs années, allait jouer au scrabble avec sa voisine de palier... la mère de sa dulcinée. Presque plus agités dans leur corps que dans leur coeur et dans leur tête, elle et lui aimeraient désormais s'adonner aux plaisirs de la chair. 

Lire la suite

Source : L'Express