Retraites : en Suède, les perdants du système à points

En banlieue de Stockholm, Inger Stark aime passer du temps dans sa petite parcelle, même en plein hiver. Pour cette retraitée, jardiner ce n’est pas uniquement un hobby : « Je cultive parce que c’est une activité que j’aime bien… Mais aussi parce que cela me fait faire des économies. Je fais pousser des poivrons, des tomates dans ma serre, mais aussi des pommes de terre, des carottes et des betteraves ».

Avec environ 1 200 € de retraite par mois, Inger Stark vit juste au-dessus du seuil de pauvreté suédois. Mère de quatre enfants, elle a longtemps travaillé à temps partiel à cause d’un problème problèmes de santé. Aujourd'hui elle vit seule et fait partie des perdants du système de retraite instauré dans les années 1990. « Je n’ai pas les moyens de m’acheter de nouveaux vêtements. À Noël, un coup de pouce de ma fille m’a permis de m’en offrir quelques-uns. Mais je n’ai pas les moyens de faire des cadeaux à mes...

Lire la suite

Source : Public Sénat