Les maladies rares, une priorité pour Pfizer

Le compte à rebours a commencé. Pfizer espère obtenir au premier trimestre 2020 le feu vert des autorités sanitaires à la commercialisation en Europe du Tafamidis dans le traitement de la cardiomyopathie, une maladie rare touchant le myocarde. Ce médicament, qui existe déjà sur le Vieux Continent et au Japon en neurologie, est disponible depuis mai aux États-Unis dans cette deuxième indication. «Il n’y a pas aujourd’hui d’alternative thérapeutique contre cette maladie, déclare Paul Levesque, responsable de la division maladies rares du premier laboratoire mondial. Ce médicament, qui recèle un potentiel important, est la première molécule de nouvelle génération pour Pfizer.Il reflète la transformation de notre portefeuille.» Fixé à 225.000 dollars par an aux États-Unis, le prix élevé du Tafamidis a suscité la polémique dans le pays.

Lire la suite

Source : Le Figaro