Allemagne : bilan contrasté des « retraites Riester »

Introduit en 2001 par le gouvernement Schröder pour compenser la baisse des niveaux de retraite, le système d'épargne retraite individuelle soutenu par l'Etat a plutôt mauvaise réputation outre-Rhin : les « retraites Riester », du nom du ministre du Travail de l'époque, proposent aux employés de placer au moins 4 % de leur salaire brut par an dans des produits d'épargne-retraite (assurance, épargne, fonds d'investissement) en échange d'une allocation étatique annuelle (175 euros) et d'une incitation fiscale (jusque 2.100 euros par an).

Parfois perçu comme trop compliqué et trop cher, on reproche aussi à ce dispositif, qui a marqué l'introduction en Allemagne d'un système de retraite par capitalisation, des rendements trop faibles, plombés notamment par la politique des taux bas de la Banque centrale européenne.

Lire la suite

Source : Les Echos