Les médecins français se penchent sur l’intelligence artificielle

Serons-nous soignés demain par des ordinateurs? L’idée en séduit certains, en fait frémir beaucoup. Ce qui est indéniable, c’est que l’intelligence artificielle (IA) a mis un pied en médecine et n’est pas prête à le retirer. Annoncée à grand renfort de publicité, la collaboration de d’IBM (Watson) avec un centre de cancérologie réputé, le «Memorial Sloan Kettering», à New York, a accouché d’une souris. L’élaboration d’une stratégie thérapeutique ne se résume pas à la collecte d’une masse considérable de données. S’il était étudiant en médecine, Watson serait encore loin d’obtenir ses diplômes.

Beaucoup de fantasmes autour de l’IA

«On s’accorde aujourd’hui à reconnaître que l’expert est plus important que le système expert», a résumé Jean-Gabriel Ganascia, professeur d’informatique à Sorbonne Universités, et spécialiste du «deep learning» (apprentissage profond ...

 

Lire la suite