Dans un Brésil très connecté, une clinique de "désintoxication numérique"

Comme beaucoup de jeunes de son âge, L.L., un Brésilien de 29 ans, adore les nouvelles technologies. Mais sa passion a fini par devenir une addiction, affectant directement son travail et les relations avec ses proches, qu'il soigne désormais.

En septembre, cet étudiant de Rio de Janeiro qui a souhaité garder l'anonymat a débuté un traitement à l'Institut Delete, spécialisé en "désintoxication numérique". Le concept existe ailleurs dans le monde mais cet institut est le premier établissement du genre au Brésil.

L.L. souffre de nomophobie (de l'anglais "no mobile phobia"), qui touche des personnes angoissées à l'idée de passer du temps sans leur téléphone portable, principalement les accros aux réseaux sociaux. Une pathologie de plus en plus courante au Brésil, pays de 200 millions d'habitants qui compte la quatrième population d'internautes au monde.

 

Lire la suite